Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Portail:Mémoires

Les Mémoires du Pays de Brest

Le thème de la mémoire est très vaste et regroupe à notre sens sur le projet tout ce qui se fait en terme d'histoire et de patrimoine. Les témoignages et les récits plus personnels sont également acceptés et constituent une part de plus en plus enrichissante dans ce projet collaboratif. Une large diversité de sujets peut être traité : Vie de quartier et lieux de vie, Histoire de la vie associative, Histoire de lieux et des communes, Mémoire d'entreprise et métiers, Portraits d'anciens, Patrimoine architectural, Festivités et Jeux, Souvenirs d'enfance ... vos idées sont les bienvenues.

Vous aussi vous pouvez créer de nouvelles pages, en utilisant le formulaire ci-dessous. Pour les photos c'est ici que cela ce passe.


L'histoire du Pays de Brest

Découverte archéologique à Saint-Pierre

Dalle hublot, porte d'une allée couverte datant peut-être de 5000 ans

Dalle hublot trouvée à Saint Pierre. L'orifice a un diamètre de 40 cm. Cette ancienne margelle de puits était, en fait, la porte d'une allée couverte datant peut-être de 5000 ans !

Cette pièce archéologique aurait pu passer inaperçue si Jean-Pierre Nicol n'avait pas eu, un jour, une intuition. Voici comment il nous raconte sa découverte :

Une margelle de puits sur le mur mitoyen des fermes du Vern m'intriguait depuis longtemps. Suite à l'abandon d'une exploitation, puis à la destruction de la maison, des bâtiments et du puits, je mis la margelle en lieu sûr, avec l'accord du propriétaire mitoyen.

Deux ans se sont écoulés. La lecture d'un livre d'archéologie (Préhistoire de la France par Albert Ducros page 156) me ramène à elle : il est écrit que les allées couvertes, monuments funéraires du néolithique, peuvent s'ouvrir par une dalle percée d'un étroit hublot circulaire qui se ferme par un bouchon de pierre s'ajustant exactement à l'orifice par une feuillure. On appelle cela une dalle hublot.... Lire la suite

Les légendes

Mythe du loup

Peur ancestrale

Illustration de loup

Durant des siècles dans notre région, le loup fut l'objet d'un mythe que la mémoire populaire de nos anciens a propagé jusqu'à nous. À l'occasion des veillées d'autrefois, au coin du feu, les récits concernant cet animal servirent de prétexte à susciter la crainte et la vigilance face à sa férocité supposée ou non. De nombreuses anecdotes inventées s'éloignant parfois de la réalité furent véhiculées oralement dans les chaumières et attribuèrent au loup une légende usurpée, propre à satisfaire néanmoins l'imaginaire breton. Ainsi plusieurs générations ont focalisé autour de cet animal toute leur peur ancestrale et généré des passions qui ne pouvaient être que préjudiciable à la survivance du loup. Sa crainte était telle que pour calmer un enfant dissipé, on le menaçait de la venue du loup. Au XIXème siècle la prime qui fut attribuée pour chaque animal abattu allait précipiter sa disparition. Le dernier loup vivant fut aperçu en 1906 dans les monts d'Arrée, entre Brasparts et Loqueffret, encore n'avait-il que 3 pattes. Un piège ayant sectionné la patte manquante... Lire la suite

Les fêtes et divertissement

Le cinéma à Saint-Pierre

Nous publions ce mois-ci un texte que nous a fait parvenir un lecteur de l'Echo sur l'histoire des salles de cinéma implantées à Saint-Pierre. Ce témoin souhaitant conserver l'anonymat, nous respecterons sa volonté.

Les cent ans du cinéma

En cette année 1995, nous fêtons le centenaire de l'invention du cinéma par deux industriels de Besançon : les frères Auguste et Louis Lumière. Depuis cette époque, par étapes de perfectionnement, nous avons le loisir de profiter des projections en salles, à la télévision ou en K7. Les présentations actuelles sont bien différentes de celles auxquelles le public d'avant 1940 s'était habitué. La commune de St-Pierre, distincte du grand Brest, disposait de trois salles : l'Olympia (société privée) installé à l'angle des rues Armor et Mesny puis les patronages de Kerbonne et la Légion St-Pierre. Le grand cinéma de la rue Armor fonctionnait peut-être plusieurs jours dans la semaine mais les "patro" n'étaient ouverts au public que les samedis soirs et dimanches après-midi. Lors des séances récréatives offertes par l'école des sœurs, la chorale ou les anciens, les programmes cinématographiques étaient reportés à la semaine suivante. ... Lire la suite

Galerie photos

Les métiers

Maréchaux ferrants, famille Nicolas de Saint-Pierre

Le porche du 30 rue Victor Eusen

Le porche vers l'atelier du forgeron 30 rue Victor Eusen

Vous avez peut être été intrigués un jour par le porche du n°30 rue Victor Eusen (face à l'église) : quel beau pavage ancien et bien conservé ! Il en a vu passer des chariots, des calèches, des chevaux... depuis la fin du 19ème siècle. Ce passage couvert donne accès à un ancien atelier de maréchal-ferrant : celui de Olivier Nicolas.

On ne trouve plus, aux pieds des piliers de la porte cochère, ces grosses pierres arrondies souvent remplacées par de grosses pièces en acier fondu, qui s'appelaient des « chasse-moyeux » ou des « chasse-roues ». Elles repoussaient les roues des chariots afin d'empêcher le moyeu (qui dépassait toujours de la roue) de heurter le pilier en passant. Mais en observant les pierres basses on peut percevoir les traces de scellement de chasse-moyeux métalliques.... Lire la suite

Les mémoires d'habitants

Un dimanche matin au Port de commerce (dans les années 60)

Dessin de balise

Nous étions trois enfants.

Papa, chaudronnier chez Dubigeon, présentait tous les symptômes de sa génération marquée par la guerre..... tuberculose, alcoolisme léger ... mais tellement de générosité, de gentillesse et de loyauté !!!!! Tous les dimanches matins, il emmenait l'un d'entre nous au Port de....

Sur le chemin du PMU, nous rencontrions souvent Lucien ou Dédé, les gars du syndicat :

  • « Comment qu'c'est ? »
  • « Ca gaze avec toi ? »

Ces phrases, je les ai entendues tant de fois que l'accent brestois qui y était accroché, résonne encore dans mes oreilles et celles de mes frère et sœur..... Lire la suite

Les portraits

Pierre Ernault du commando Kieffer

Portrait de Pierre Ernault

Je m'appelle Pierre Ernault. Je suis né le 29 octobre 1921 au Mans, chef lieu du département de la Sarthe. Je suis l'aîné d'une fratrie de trois frères et d'une sœur. Mon père est cheminot à la gare du Mans. Plus disposé pour le sport et l'activité physique, je manifeste peu d'intérêt aux études scolaires. Après mon certificat d'études primaires, j'exerce différents petits boulots et me désintéresse de l'agitation politique et sociale qui secoue la France. 

La Marine Nationale

Après les humiliants accords de Munich en 1938 et les revendications belliqueuses et tonitruantes du chancelier Hitler, je sens venir la guerre et la croit inévitable. Je souscris un engagement de 5 ans dans la Marine Nationale et rejoins le 17 juillet 1939, le 5ème dépôt des équipages de la flotte à Toulon. Après une visite médicale et une séance de vaccination suivis de tests intellectuels et psychologiques, je perçois mon sac de marin. Je marque à l'encre indélébile mes effets d'habillement à l'aide d'une plaque de fer gravée à mon matricule le 96 B 39... Lire la suite



Avertissement

Outils personnels