Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Archéologie à Saint-Pierre

Archéologie à Saint-Pierre
Collectif-jq.jpg
Un article de : Mémoire de St-Pierre
Parution : septembre 1994 et janvier 1995
N° : 68 et 72
Auteur : Yves Le Roy - François Kergonou, Jean-Pierre Nicol,


Lors de la conférence de Bernard Tanguy sur l'histoire de Saint-Pierre en avril dernier, Jean-Pierre Nicol de la ferme de Traon Bihan avait attiré l'attention du public sur les découvertes qu'il avait faites. Yves Le Roy et François Kergonnou se sont rendus sur place.


Sommaire

Promenade à Traon Bian

Les choses se révélèrent, en 1988, après la moisson... Vous avez compris qu'elles sont liées au travail de la terre. Les machines utilisées devenant le plus en plus importantes et lourdes, l'une de celle-ci s'enfonça dans un champ, mettant à jour quelques grosses pierres plates, dont l'une, d'un mètre de long sur soixante centimètres de large.

Après avoir laissé le site en attente, faute de temps, et eu égard des travaux de la ferme, en accord avec le groupe archéologique de Brest, l'investigation donna peu de résultats. L'exploration minutieuse du lieu révéla un puits vertical comportant une marche dans le bas, le tout encombré de terre. De la surface d'une table, on y trouva néanmoins, un endroit de feu et un silex en forme de lance, peut-être en cours de taille.

Et voilà... Deux ans plus tard, une ensileuse manque de chavirer dans des circonstances analogues. Découverte d'une nouvelle cache, plus grande, avec cette fois, des débris de poterie... C'est vrai que ces villages de Traon Bian, de Kerléo, Kérivin Vao et autres, ont beaucoup de choses à nous apprendre et à nous dire. Peut-être fallait-il se pencher sur le terrain et prendre le temps de regarder.

Dans une parcelle, à proximité, il existe un endroit non travaillé, et pour cause, où une dizaine de grosses pierres plates affleurent le sol. L'une d'elles mesure environ trois mètres de long sur un mètre de large. Vestige de dolmen ou d'allée couverte ? (ces pierres ont été déplacées).

En 1985-1986, des travaux de drainage, dans une prairie, avaient permis la découverte d'un bloc de granit de 3 m 50 sur 1 m et 0 m 40, un menhir enfoui ?

Jadis, du côté de Pen Mesmadec, dans un champ appelé Parc ar Person ou 'champ du recteur' (au fait pourquoi cette dénomination ?), une charrette s'était profondément enfoncée...une fois enlevée, il fallut de quatre à cinq tombereaux de terre pour combler l'excavation. En ces temps-là, ces choses offraient moins d'intérêt... Nous y reviendrons prochainement.

Yves Le Roy - François Kergonou

Suite au N° 68 de l'Echo de Saint-Pierre de Septembre 1994

Nous voici de nouveau à Traon-Bian... il y existait jadis, un manoir comme, en d'autres lieux, ceux de Mescalet ou de Kérésséïs. Ici, cependant, de chaque côté du ruisseau, une butte avec comme un chemin de ronde...

Des haches de bronze ou en pierre polie ont été trouvées en ces lieux. Quand Jean-Pierre Nicol laboure les champs, qu'il connaît si bien pour les avoir cultivés depuis son enfance, l'esprit de la découverte l'anime. Les récoltes n'en sont pas diminuées pour autant, et il en est même une autre qui s'y rajoute. Les silex, les débris de poteries, cailloux bizarres, charbon, s'étalent aux yeux du visiteur. Pour tout vous dire, il y a aussi une vieille plaque de machine à coudre venue du fond d'un labour. Bien plus récente celle-là vous vous en doutez !... Il y a deux ou trois cents ans, les talus n'existaient pas, sauf quelques-uns peut-être, comme celui de trois mètres de large signalé par notre ami, et dont la terre ne ressemble pas du tout à celle des champs avoisinants... Au hasard de ce qui étaient des chemins creux, il n'était pas rare, autrefois, lors de l'entretien de ceux-ci, de trouver des fers à cheval mais aussi, bien différents, des fers à boeuf... à vous d'épiloguer. Allons-nous quitter Traon Bian sur cette réflexion ? Non pas.

Guidé par notre laboureur du passé, nous avons visité une grange qui fut bien plus longue naguère, et dont l'ancienneté a eu le privilège de traverser les ans et les durs combats de la libération. L'un des murs épais qui la supporte est doté d'une meurtrière comme vous aimeriez en voir, ne serait-ce que pour imager ce récit. Est-ce fini ? Toujours pas. Quelques pierres de l'ancienne chapelle Ste-Brigitte, dont les murs avaient été mis en vente lors de sa démolition, vers 1922, sont venues ici pour s'installer paisiblement dans le paysage de la ferme. Il s'agit de l'entourage de la porte et de quelques pierres d'angle du vénérable édifice situé, autrefois, à deux cents mètres du bourg, à Porsmeur. Un bassin de granit, genre d'auge, a aussi reçu, jadis, les eaux de la fontaine du même nom et se trouve chez Mimi, la soeur de Jean-Pierre.

Vous le voyez, malgré la pluie, ce jour-là valait le déplacement.

Yves Le Roy et François Kergonou


Découverte archéologique à Saint-Pierre

Dalle hublot, porte d'une allée couverte datant peut-être de 5000 ans

Dalle hublot trouvée à Saint Pierre. L'orifice a un diamètre de 40 cm. Cette ancienne margelle de puits était, en fait, la porte d'une allée couverte datant peut-être de 5000 ans !

Cette pièce archéologique aurait pu passer inaperçue si Jean-Pierre Nicol n'avait pas eu, un jour, une intuition. Voici comment il nous raconte sa découverte :

Une margelle de puits sur le mur mitoyen des fermes du Vern m'intriguait depuis longtemps. Suite à l'abandon d'une exploitation, puis à la destruction de la maison, des bâtiments et du puits, je mis la margelle en lieu sûr, avec l'accord du propriétaire mitoyen.

Deux ans se sont écoulés. La lecture d'un livre d'archéologie (Préhistoire de la France par Albert Ducros page 156) me ramène à elle : il est écrit que les allées couvertes, monuments funéraires du néolithique, peuvent s'ouvrir par une dalle percée d'un étroit hublot circulaire qui se ferme par un bouchon de pierre s'ajustant exactement à l'orifice par une feuillure. On appelle cela une dalle hublot.

Les orifices me paraissent identiques. Une différence sur la profondeur du chanfrein peut s'expliquer par la position horizontale et l'usure des récipients de puisage, dues à des centaines d'années d'utilisation en margelle de puits. Une rencontre avec un archéologue départemental, Michel Legoffic, va confirmer tout cela.

On trouve des allées couvertes de la Belgique à la Bretagne. On a trouvé des dalles hublot dans le Bassin Parisien, mais jamais dans le Finistère ! C'est une première ! Peut-être y en a-t-il d'autres cachées aussi sous de fausses identités, réutilisées à autre chose que leur fonction première...

Je pressentais bien la présence d'un monument mégalithique, dans un champ proche du Vern, où dans les années 70, des roches qui gênaient les labours avaient été poussées dans un coin. Ce mégalithe atteste bien la présence des hommes du néolithique ici. De nombreuses traces ont été observées entre Penmesmadec, Pont-Cabioch, la Cavale Blanche et Lanninguer.

Pointes de flèches et haches néolithique 2000 ans AV J.C
haches néolithique 2000 ans AV J.C

On y a trouvé de très nombreux nucléus (blocs de roches dont on extrayait les éclats), des éclats de silex, des pointes de flèches en silex, des hachettes de pierre polie, des galets ayant servi de percuteurs pour la taille et le façonnage des outils, ou de meules pour écraser le grain (voir photo ci-dessous).

Photos extraites du livre cité plus haut : à gauche, un bouchon de pierre sculpté qui servait à fermer la chambre funéraire. À droite, la dalle-hublot d'une allée couverte en Ile de France.

Jean-Pierre Nicol


Ce contenu est publié sous licence Creative Commons BY-NC-SA

Cc-by-nc-sa euro icon.svg

Vous êtes libre de :

partager — reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre

remixer — adapter et modifier l’œuvre

Selon les conditions suivantes :
Cc-by new.svg Attribution (BY) — Vous devez citer l’auteur de l’œuvre.
Cc-nc-euro.svg Pas d’Utilisation Commerciale (NC) — Vous n’avez pas le droit d’utiliser cette œuvre à des fins commerciales.
Cc-sa.png Partage dans les mêmes conditions (SA) — Si vous modifiez, transformez ou adaptez cette œuvre, vous n’avez le droit de distribuer votre création que sous une licence identique ou similaire à celle-ci.


Liens externes

Outils personnels