Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Maréchaux ferrants, famille Nicolas de Saint-Pierre

Maréchaux ferrants, famille Nicolas de Saint-Pierre
Collectif-jq.jpg
Un article de : Mémoire de St-Pierre
Parution : Septembre 2008
N° : 205
Auteur : J.Claude Beauvisage



Sommaire

Le porche du 30 rue Victor Eusen

Le porche vers l'atelier du forgeron 30 rue Victor Eusen

Vous avez peut être été intrigués un jour par le porche du n°30 rue Victor Eusen (face à l'église) : quel beau pavage ancien et bien conservé ! Il en a vu passer des chariots, des calèches, des chevaux... depuis la fin du 19ème siècle. Ce passage couvert donne accès à un ancien atelier de maréchal-ferrant : celui de Olivier Nicolas.

On ne trouve plus, aux pieds des piliers de la porte cochère, ces grosses pierres arrondies souvent remplacées par de grosses pièces en acier fondu, qui s'appelaient des « chasse-moyeux » ou des « chasse-roues ». Elles repoussaient les roues des chariots afin d'empêcher le moyeu (qui dépassait toujours de la roue) de heurter le pilier en passant. Mais en observant les pierres basses on peut percevoir les traces de scellement de chasse-moyeux métalliques.

Mais qu'est un « maréchal-ferrant » ?

C'est l'homme chargé des chevaux mais surtout celui qui réalise et pose les fers à cheval. Avant l'apparition des vétérinaires, il exerçait parfois quelques soins médicaux. Son équipement de forgeron l'amène souvent à réaliser des travaux de ferronnerie et d'outillage pour tous les artisans et notamment en matériel agricole. Les travaux de grosse menuiserie, comme la construction et la réparation des chariots ou charrettes, étaient confiés au «charron».

Le charron

Le charron était Georges Petton. Celui-ci, puis son fils, avait son atelier au Beg Avel avant les ateliers de charcuterie de Louis Marc, qui démarrent en 1952. Il confiait le cerclage (ou le ferrage) des roues au forgeron (opération spectaculaire qui demandait l'aide de plusieurs assistants).

Les forgerons

Les forgerons et leurs aides

Les maréchaux-ferrants, qu'on appelait forgerons par simplification de langage, étaient Olivier et Louis Nicolas. Les 2 frères, venus de Saint Pol de Léon où ils avaient appris le métier auprès de leur père, ont travaillé ensemble quelques années dans l'atelier du 30 rue Victor Eusen. Puis chacun eut son atelier vers 1923 : Olivier, aidé d'un ouvrier et d'un apprenti, resta ici. Louis s'installa rue Théodore de Banville, non loin de l'actuelle école Saint-Vincent. Il était aidé par un employé puis par son fils Jean-Louis. Malgré un bras perdu en 1914 suite à un accident de cheval lors de son service militaire dans un régiment de Dragons à Paris, il exerçait les mêmes activités que son frère. Les chevaux calmes étaient ferrés en tenant simplement la patte par un aide. Les autres étaient installés dans un échafaudage spécial appelé «appareil».

Pendant la seconde guerre...

L'atelier d'Olivier, plus grand que celui de son frère, dut subir la réquisition par les soldats allemands qui venaient faire soigner leurs nombreux chevaux. Ils avaient pris la moitié gauche pour eux et leurs travaux de forge, Olivier continuait son travail dans l'autre moitié sur une autre forge.

Les palefreniers allemands logeaient dans l'école [:[Catégorie:Saint-Pierre|Saint-Pierre]], à côté de chez Louis. Alors chez lui, la réquisition se limitait à des travaux et parfois à l'utilisation du foyer pour la cuisson des pommes de terre. Comme par hasard, ces fois-là, la cheminée tirait mal ce qui donnait un mauvais goût aux pommes de terre !

Les épouses de Louis et Olivier tenaient chacune un commerce à côté des forges.

Expression de l'époque

«En enfer c'est comme ça » disait-on aux enfants en parlant du feu activé par le grand soufflet.

Aujourd'hui il y a environ 20 maréchaux-ferrants dans le Finistère.


Remerciements aux familles de Louis et d'Olivier Nicolas pour leurs précieux témoignages.

J.C.Beauvisage


Liens externes

Outils personnels