Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Histoire du Foyer Laïque de Saint-Marc

Sommaire

Les Présidents

Émile Blaise le fondateur, à gauche sur la photo
Les présidents
Année Nom Fonction
1926-1933 E. Blaise Cheminot
1934-1937 L. Madec
1938-1946 J. Pehoré Ouvrier de l'arsenal
1946-1947 G. Guivarch
1948-1950 F. Guillou Enseignant
1951-1954 A. Quentric Commerçant
1955-1959 Marcel Vidroc Ouvrier de l'arsenal
1960 Victor Gueguen Enseignant
1961-1963 Marcel Vidroc Ouvrier de l'arsenal
1964-1974 Charles Verveur Technicien de l'arsenal
1975-1979 Pierre Le Guen Secrétaire administratif
1980-1985 Allain Jouis Technicien de l'arsenal
1989-1996 Paul Abily Enseignant
1977-1999 Bruno Velly Technicien de laboratoire
2000-2001 Jean Omnès Technicien
2000-2001 Thierry Velly Fonctionnaire Territorial
2000-2001 Josyane Wirkel Cadre de santé en psychiatrie
2002... Josyane Wirkel Cadre de santé en psychiatrie

Histoire du patronage laïque de Saint Marc

En 1926, Saint-Marc est une commune autonome. L'époque est marquée par une lutte pour la défense et la promotion de l'école publique : un Comité National d'Action Laïque est créé en 1921 (CNAL), puis en 1926 le Comité de défense laïque du Finistère voit le jour ainsi qu'un comité des patronages, celui-ci a pour fonction de regrouper les patronages et d'en créer d'autres. Une grande fête sportive et artistique se déroule à Châteaulin en 1927.

1926 Constitution du bureau

  • Mr Emile Blaise, conseiller municipal : président
  • Mr Balcon propriétaire : vice président
  • Mr Alexandre Prigent conseiller municipal : secrétaire
  • Mr Guyomarch directeur d'école : trésorier
journal l'écho laïque

15 mai 1930 Parution du journal l'écho laïque. Ce journal ne durera pas longtemps. 3 Prêtres ayant assigné en justice le gérant pour un article paru dans le journal N°8 du 15 décembre 1930. Mr Blaise est condamné pour injure à 100F de dommages et intérêts à chaque plaignant ainsi qu'à 25F d'amende.

28 décembre 1930

L'assemblée générale ne demande pas d'augmentation de cotisation, mais fait appel à la solidarité des adhérents qui le peuvent.

1933

Règlementation pour le bureau et le conseil d'administration :

Toute personne élue ne pouvant y assister devra se faire représenter par une autre personne. Toute non observation au règlement intérieur sera sanctionnée pour une première absence par un avertissement et pour une deuxième par une radiation. Il en va de même pour le bureau. » (Extrait de la dépêche 17 octobre 1933)


1937-1938 L'amicale des Amis et anciens sert 50 000 repas.

mars 1941

Impossibilité d'acheter un terrain vue le prix élevé de l'immobilier à Saint-Marc Le patronage accueille 4 réfugiés espagnols dans ses locaux.


Sa construction

2 Septembre 1926

  • Acquisition du terrain de la rue de Verdun.
  • Le conseil municipal envisage la construction du patronage laïque.

10 septembre 1926

  • Dépôt des statuts
projet de construction du patronage laïque de Saint-Marc

Janvier 1927

  • Réaction de Mr Blaise contre la pétition circulant au sujet de l'agrandissement du patronage.

17 septembre 1927

  • Le Conseil municipal de Saint-Marc autorise un emprunt de 100 000F pour la construction du patronage laïque de Saint-Marc.

3 décembre et 4 décembre 1927

Menu servi lors de l'inauguration
  • Inauguration du patronage laïque, bal.
  • Vin d'honneur, banquet.

20 décembre 1927

  • Le conseil municipal approuve les termes du bail qui définit les modalités de cession du terrain de la rue de Verdun (bail emphytéotique).


1928

  • Bail des locaux :
Extrait du bail des locaux :

« Mr Emile Blaise demeurant à la société des patronages laïques Saint-Marc, et Mr Louis Madec maire de Saint-Marc, donne bail pour 99 ans à partir du 1er janvier 1928 jusqu'au 1er janvier 2027.

Composition des locaux

  • Salle de spectacle avec cabine de cinéma
  • Salle de lecture
  • Salle de jeux
  • Salle pour le groupe théâtral
  • Seul corps du bâtiment le 1er étage servant de loge de concierge.
Extrait du bail des locaux :

Article 4 : le patro s'engage à créer, organiser, gérer, selon ses moyens et ressources le Péri post scolaire

Il doit créer et gérer :

  • un cinéma populaire
  • des conférences d'éducation populaire
  • la bibliothèque
  • enseigner le solfège
  • le chant
  • la musique
  • l'éducation physique.

Il prêtera son concours

Article 5 : Il ne doit prêter à aucun privé pour des réunions publiques, politiques ou autres. Enregistré à Brest le 26 mars 1928 _ F 197 N° 1598 V664C

1929

  • Le conseil municipal décide la construction et l'aménagement de la salle de sport du patronage laïque.

1931

  • La nouvelle municipalité tente d'obtenir l'annulation du bail qui la lie au patronage.
  • Elle veut empêcher le patronage de s'agrandir, elle lui envoie des lettres recommandées, l'huissier, le garde champêtre pour dresser contravention.
  • Le conseil municipal rejette les demandes de transformation des bâtiments du patronage.

1933

  • Installation du Chauffage central

Clique du Foyer Laïque de Saint-Marc

Cinéma : Des familles, à Saint-Marc

Le patro devient Foyer Laïque de Saint-Marc

24 juin 1945

1946

  • Inauguration de la salle André Pouliquen en souvenir de l'un des fervents adeptes du patronage laïque, décédé en 1945.

1952

  • Le Foyer se dote d'une nouvelle salle de 320m2 pour les activités sportives (basket, boxe, hand-ball...) ainsi que pour les activités diverses : kermesse, bal ...
  • Au départ, ils souhaitaient construire une salle de 600m2, mais cette réalisation n'a malheureusement pas été possible pour des raisons financières. Une seconde baraque sera montée sur le terrain de basket de Kérampéré et aménagée en vestiaires.
  • Le bâtiment communiquera avec la salle Roger Pouliquen où fonctionnera une bibliothèque complètement réorganisée. Il servira donc de salle de lecture et sera réservé deux jours par semaine à cet usage.
  • C'est également dans cette salle que les soixante élèves inscrits à la section musicale suivront les cours de solfège sous la direction de Mr Le Pagnot, trompettiste.

1953

  • Inauguration de la nouvelle salle

1957

  • Destruction de la baraque qui est sur le terrain de Kérampéré.

1958

  • Melle Balcon loue le terrain de Kérampéré à l'association, celui-ci deviendra un terrain de sport.

1964

  • Affectation d'une baraque au Foyer Laïque de Saint-Marc
  • Agrandissement du Foyer

1968

  • La rue devient rue du Dr FLOCH.
  • Demandes de travaux en vue de construire une salle omnisport, et un complexe culturel.
  • Terrain qui pourrait faire l'objet d'une étude, terrain d'évolution pour les jeux (Charles Verveur)

1974

  • Projet de reconstruction du Foyer au 12 de la rue du Docteur FLOCH

1976

  • Inauguration des locaux à KERISBIAN en mai. En deux ans le nombre d'adhérents passe de

600 à 900

  • Création du gymnase de Kérisbian

1977-1978

  • La propriété de la rue de Verdun a été cédée à la ville, le terrain sera affecté à la construction d'un immeuble social réservé aux anciens.

1984

  • Le Foyer est informatisé

1998-1999

  • Suite à la libération de la conciergerie, le local est transformé en bureau et en salles d'activités. Démarrage des travaux dans le courant du 1er semestre 1999.


Quelques dates

1953

  • Lettre de Mr Quentric, président du Foyer sollicitant la municipalité pour une aide financière de 2 500 000F remboursable en 20 ans.
  • L'assemblée générale des 7 patronages brestois étudie le problème de la préparation militaire, puis Mr Madec suggère la création d'une musique de la Société des patronages laïques municipaux.


1954

  • Refus de la municipalité de donner sa garantie à un emprunt de 9 500 000F.

29 décembre 1961

  • Loi « congé cadre jeunesse ».

1963

club des jeunes du Foyer en rallye à Kerlouan

1964

  • Remise des palmes académiques à Louis Pinter président d'honneur du Foyer .
remise des palmes académiques à Louis Pinter

1971

  • Les patronages laïques municipaux reçoivent en tout et pour tout la somme de 500F pour les charges de conciergerie, d'eau et d'électricité. Cette somme sera décuplée passant de 500F à 5000F.

1962-1975

  • Cette Période est marquée par la disparition du cinéma, du ciné jeudi, de la section théâtrale, de la coopération étroite avec l'école, de la création du Club des jeunes, du sport jeudi, des activités nouvelles et des centres de vacances d'été. De la lutte pour l'obtention de moyens nouveaux au service des adhérents du quartier (réalisation du terrain de la rue de Tunisie, du gymnase de Kerisbian, la construction des locaux du Foyer à Kerisbian.

1972

1973

  • La ville de Brest prend en charge la perte de salaire des animateurs et attribue une subvention de fonctionnement aux Patros.

1976

  • Création du Foyer au 12 de la rue du Dr Floch
1976 reconstruction du Foyer

1978-1979

  • Subvention exceptionnelle de la jeunesse et du sport de 1500F prélevée sur le loto ce qui représente 2F par personne.
  • Remboursement d'une partie des charges de structure (réclamé depuis 10 ans).
  • Cotisation 10% d'augmentation.

1980

  • 1ère élection parlementaire européenne au suffrage universel.

1980-1981

  • Convention de l'ONU sur l'élimination de toutes formes de discrimination à l'égard des femmes.

1981-1982

  • Changement de gouvernement.
  • Augmentation du budget de la jeunesse et des sports, un nombre important de postes FONJEP sont créés, augmentation du montant "des bons" vacances.

1982-1983

  • Statut des personnels : il est remis en cause. La mairie a l'intention de transformer les postes d'animateurs et de secrétariat actuellement employés par les (FRANCAS) en poste de contractuel. Pour les élus du Foyer cela est inadmissible, les élus du foyer décident d'organiser deux manifestations :
    • Le mardi 10 janvier à 20h30 au Patronage Laïque Pilier Rouge : table ronde
    • Le jeudi 12 janvier à 17h45 près de la mairie : manifestation
manifestation pour le maintien du poste de permanent

1985

  • Proclamation par l'ONU de "L'année internationale de la jeunesse" et pourtant que de problèmes cette année là (chômage, drame du Heysel, apartheid, famine ...)
  • 20 mars 1985 création de la carte jeunes par le 1er ministre.

1986-1987

  • Suppression de poste mise à disposition, remplacement par un système de subvention pour la dernière partie de l'année 1987.
  • Sur le plan local subvention en diminution depuis 3 ans
  • Fin d'année 1986 réduction de 34% des subventions de la jeunesse et des sports.
  • Au 1er juillet 1987 suppressions de 300 postes FONJEP.
  • Au niveau brestois régression des subventions depuis 1983.
  • Suppression de la subvention du FONJEP, subvention qui couvrait une partie des salaires liés à l'emploi de l'animateur enfance. Elle ne sera pas reconduite au 1er janvier 1988.
  • Suppression de la subvention FONJEP, ce qui remet en cause le poste d'un animateur, c'est ainsi que 4 classes de KERISBIAN et de Saint-Marc qui pouvaient pratiquer plus de sports avec la participation du Foyer se voient privés de ces activités sportives.

1988-1989

  • Un projet de base de plein air au Costour

1992-1993

  • contrat de Ville

1993-1994

  • Signature du contrat loisirs avec la CAF et la ville de Brest

1995-1996 Sur le plan national

  • Danger de l'augmentation du front national.
  • Impôt sur la fortune plafonné.
  • L'assemblée se prépare à encourager la création de fonds de retraite par capitalisation.

1996-1997

  • Décès de René Pinter, animateur de la fanfare du Foyer jusqu'en 1960, accompagnateur des équipes de basket Ball, s'occupant des décors de la troupe de théâtre.

Sur le plan national

  • Combat des sans papiers.
  • Débat sur la réduction du temps de travail.
  • Loi sur les emplois jeunes.

Sur le plan local

  • La ville annonce la fermeture de 14 écoles.
  • Le Comité Directeur dénonce le caractère autoritaire de cette annonce.
  • Le Comité Directeur réclame une réflexion concertée avec tous les partenaires sur :
    • La place de l'enfant dans notre cité.
    • La lutte contre l'échec scolaire.
    • L'aménagement des rythmes de vie de l'Enfant.

2000

  • Création du PEL (projet éducatif local brestois)

2001-2002

  • Dans le cadre du Service Volontaire Européen 2 jeunes filles Aïda Rodriguez et Efi Papadopoulou sont accueillies au Foyer Laïque de Saint-Marc et à la Maison Pour Tous de Bellevue. Elles interviennent sur un programme d'activités centré sur la préparation d'accueil des bateaux étrangers à Brest 2000.
  • Le SVE a été lancé il y a 4 ans pour favoriser les échanges étudiants et lycéens au sein des 15 pays de l'union européenne.

2003-2004

  • Les Conseils de quartier sont opérationnels depuis l'été 2003 à Saint-Marc. Deux commissions ont été créées "cadre de vie" et "urbanisme et circulation".


Club des jeunes

Ecole d'initiation aux sports au Foyer Laïque de Saint-Marc

sport jeudi

Les Activités Physiques et Sportives

Le Sport Jeudi

  • 27 décembre 1932 : toutes les associations sportives reçoivent des subventions pour 1932 sauf le patronage laïque et ainsi jusqu'en 1945
  • 1937 : création du brevet sportif populaire


Les activités Physiques et Sportives
Section Date Commentaires
Badminton 1986...
  • 1986-1988 : Relations internationales Plymouth, Kiel, Dublin. rencontre avec des clubs de la région parisienne
  • 1988-1989 : développement de la section auprès des enfants
  • 1996-1997 : la formation 1 est vice championne de Bretagne de haut niveau, et la Formation 2 est championne de Bretagne niveau B
  • 1998-1999 : l'équipe première senior est en nationale 3
  • 2004-2005 : brillante accession en nationale 2
  • 2005-2006 : Une nouveauté 2 créneaux le mercredi matin "sport de raquette" pour les enfants de 6 à 9 ans, et "vers le badminton" pour les enfants de 9 à 12 ans
  • En 1991 la section comptait 89 adhérents, en 2010, elle dépasse les 140.
Badminton Détente 2009...
  • 2009 : le sport détente devient le bad détente
Base Ball 1991...
  • 1999 : Champion régional
  • 2002-2003 : Formation d'arbitres, pratique pour les enfants et les jeunes
  • 2004-2005 : Initiation à l'école primaire de Plouzané et à Atout Sport. L'équipe séniors a participé à un tournoi organisé par le club de Barcelonne. Participation de la section aux animations "anima'sport" et "festi'sport"
  • 1991-1992 : 10 pratiquants
  • 1996-1997 : 37 pratiquants
  • 2009-2010 : 17 pratiquants
Basket 1949...
  • 13 juillet 1930 organisation d'un match de basket
  • 1931 : 1er achat de bammon de basket
  • 1949 : démarrage de la section
  • 1951 Achat de 32 shorts
  • 1965 : la section passe de 25 à 80 licenciés
  • 1975-1976 : stages de perfectionnement pour 12 cadets et minimes à Noël
  • 1976-1977 : animation sportive orientée vers le basket. Création d'une commission basket. Voyage à Plymouth d'une équipe.
  • 1981-1989 : Challenge Louis Pinter, pour les cadettes et junirs filles, en l'honneur de l'entraîneur décédé.
  • 1988-1989 : Formation de jeunes au cours du séjour à Camaret (20 basketteurs)
  • 1993-1994 : Déplacement fédéral à Paris
  • 1998-1999 : Stage de basket de 3 jours à Kérisbian
  • 2001-2002 Les cadets participent à une journée multisports en région lyonnaise
  • 2004-2005 : Des anciens ont repris du service pour l'encadrement et le bon fonctionnement de la section.
  • 2004-2010 : Challenge Caldéroni pour les anciens et les jeunes basketteurs à la mémoire de l'entraîneur décédé. Ce Challenge regroupe des patros de Brest, E.O.L Landerneau, Granville
  • 1991-1992 : 109 pratiquants
  • 1995-1996 : 198 pratiquants
  • 2006-2007 : 55 pratiquants


Boxe 1949-1953
  • La boxe a une place importante au Foyer
  • Le 4 mars 1950 elle compte 28 adhérents
  • En 1953 3 boxeurs sont classés aux finales régionales
Course à pieds 1985...
  • La section a été créée par d'anciens basketteurs
  • 1995-2002 : Marathon de Paris, les 100 km de Cléder, épreuves Auray-Vannes et Saint-Pol-Morlaix, Azay Le rideau
  • 2002-2003 : Les coureurs participent à des trials, des semis marathons dans le département et la région.
  • 2003-2006 : Quelques coureurs participent à des marathons ou des semi-marathons pendant le week end. des entraînements avec d'autres clubs de la région Brestoise.
  • 1991-1992 : 22 pratiquants
  • 1995-1996 : 33 pratiquants
  • 2010 : 5 pratiquants
Cyclisme 1977-2009
  • 1977-1978 : création de la section vélo sous l'impulsion de Robert Maubian et Roger Bodennec. Création de la section cyclosport sur des distances variant de 70 à 100km. Le cyclotouriste sur des distances variant de 45 à 80km. La section participe aux brevets organisés par la FSGT.
  • 1980-1981 : effectifs en augmentation, 42 licenciés dont 9 jeunes. Le cyclosport pratique de la compétition. le cyclotouriste en dehors des sorties du dimanche participe à de nombreux brevets. Certains ont parcouru de logues distances 300, 400, 600km. Un a participé au paris-Brst-Paris. la section a également organisé un brevet cyclotouriste de 120km et un challenge par équipe de 4 coureurs contre la montre.
  • 1986-1988 : 3 adhérents de la section participent à l'épreuve Brest-Paris-Brest
  • 1991-1992 : Développement de la section avec la branche VTT
  • 1995-1998 : Sorties dominicales en groupe avec les cyclos d'Ouest Minute. Brevet annuel du club : 5 parcours longs 60, 65, 55,45,35 km. Participation aux championnats du finistère, de Bretagne et les Fédéraux. Participation en faveur de la mucoviscidose (Brest-Roscoff-Brest). Participation à la "Ronan Pensec". Ronan Pensec est un ancien cycliste qui en 1994 a créé une course cycliste portant son nom, afin de récolter des dons pour la recherche contre le sida.
  • 2001-2002 : Constitution d'un groupe de vélos détente regroupant une douzaine de participants
  • 1991-1992 : 47 pratiquants
  • 1992-1993 : 59 pratiquants

- 2006-2007 : 3 pratiquants

Escalade 2008...
  • Escalade pour les enfants de 8 à 12 ans et leurs parents
Eveil Corporel 2008...
  • Pour les enfants de 3 à 4 ans. 2 groupes existent le mercredi matin dont un créneau parents-enfants
Football 1974...
  • 1976-1977 : Ecole de foot ouverte aux poussins et benjamins
  • 1984-1985 : Relations internationales : Plymouth et Kiel.
  • 1988-1989 : organisation du 1er tournoi en salle, voyage pour rencontrer les footballeurs de Plymouth.
  • 1997-1998 : Tournoi des plus de 13 ans avec la participation de deux équipes du SB Plymouth. 180 footballeurs poussins et benjamins en tournoi en espoir.
  • 2001-2002 : lancement d'une équipe de moins de 15 ans
  • 2002-2003 : tournoi en salle pour les dirigeants des clubs au gymnase : 10 équipes, 80 joueurs. Les bénéfices récoltés ont permis à la section de participer à un grand tournoi en car dans le Sud Finistère.
  • 2003-2005 : Une équipe de - de 18 ans. echange avec le club d'Helliant.
  • 2003-2006 : une nouveauté tournoi de dirigeants.
  • 1991-1992 : 113 pratiquants
  • 1996-1997 : 118 pratiquants
  • 2006-2007 : 107 pratiquants
Foot en salle 2008...
  • La section n'est composée que d'adhérents adultes. Les adhérents participent au championnat de foot à 5. Les matchs ont lieu le jeudi soir
GRS 2001-2002
Gym Enfants Féminine 1992-1997

2000-2007

  • 1992-1996 : Rencontre deux fois par an avec les clubs FSGT de Lorient, Plougastl daoulas et Loisirs Enfants de Brest
  • 2000-2006 : La gym renaît, grâce à une jeune qui étant enfant avait fait la gym au Foyer. elle est suivie peu après par deux autres jeunes filles, dont une a continué à animer la gym jusqu'en 2007.
  • 2004-2005 : une nouveauté deux garçons viennent à l'entraînement
  • 1992-1993 : 30 enfants
  • 1994-1995 : 45 enfants
  • 2006-2007 : 24 enfants
Gym Entretien Féminine 1975...
  • 1928-1929 : la gym est la principale activité
  • 1975-1976 : la gym renaît
  • 1979-1980 : 190 adhérents. 3animatrices assurent l'encadrement. elles participent à des stages. A la demande des dames du club du 3ème âge, une section gymnastique fonctionne encadrée par deux animatrices bénéficiant d'une formation appropriée. Pour clore la saison, elles organisent une sortie au restaurant et une excursion de deux jours dans le golf du Morbihan.

1988-19689 : hausse de fréquentation. une animatrice s'arrête ce qui met en péril l'animation du mardi matin.

  • 2004-2005 : un nouveau créneau le jeudi de 9h à 10h pour les adhérentes plus âgées.
  • 2005-2006 : la section s'est organisée avec un petit groupe pour épauler les animatrices.
  • 2009-2010 : Stages de formation organisés par la FSGT.
  • 1991-1992 : 44 pratiquantes
  • 1992-1993 : 93 pratiquantes
  • 2006-2007 : 96 pratiquantes
Hand 1975-1983
  • Création d'une école de hand, 4 juniors en prennent la responsabilité
  • En 1978, elle compte 51 adhérents
  • Une commission se réunit tous les mois
Karaté 2000-2002
  • 2000-2001 : Création de la section
  • 2001-2002 : Création d'un nouveau créneau pour les enfants. Suppression de l'activité "adultes".
  • 2000-2001 : 40 pratiquants
  • 2001-2002 : 37 pratiquants
Multisports Enfants 2002...
  • 2001-2002 : stages multisports organisés pendant l'été. 20 enfants âgés de 8 à 16 ans ont participé à ces stages. Sports pratiqués : b&sket, badminton, escalade, sports de plage. Le but de ces stges est de lancer une section à la rentrée. Les enfants pratiquent une activité pendant 2 mercredis puis changent de sport.
  • 2002-2003 : 12 pratiquants
  • 2006-2007 : 29 pratiquants
Natation 1975...
  • création de la section piscine
  • 1977-1978 : la section est dans l'obligation de refuser du monde
  • 2001... La section accueille des étudiants staps
  • Tous les ans la section affiche complet.
  • 1991-1992 : 124 pratiquants
  • 1997-1998 : 138 pratiquants
  • 2006-2007 : 114 pratiquants
Natation avec palmes 2009...
  • pour les enfants de 10 à 14 ans.
Pétanque 1996...
  • 2000-2001 : 2 sorties dans la saison avec buffet campagnard
  • 2001-2002 : agrandissement de l'aire de jeux. articipation aux rassemblements multisports proposés par l'UFOLEP et le PL Sanquer
  • 2005-2006 : la moyenne d'âge dépasse les 70 ans. Plusieurs sorties sont organisées pendant la sason. Une fois l'an une rencontre avec le groupe de Plougastel a lieu
  • 1996-1997 : 17 pratiquants
  • 2002-2003 : 37 pratiquants
  • 2006-2007 : 29 pratiquants
Randonnée 1982...
  • 1953 : la section marche est très active
  • 1980-1981 : 2 randonnées pédestres ont été organisées. En mai randonnée pédestre entre 10 et 15 km puis merguez party pour conclure la sortie
  • Octobre 1982 création de la section. Elle remporte un grand succès : 235 pratiquants. Pour la fête du Foyer une rando a été organisée sur 2 jours. 3 autres randos ont eu lieu à Huelgoat, Douarnenez, Crozon.
  • 1987-1988 : Randonnée en progression. Séjour à la neige avec le sport détente et la rando.
  • 1996-1999 : plus d'une cinquantaine d'adhérents. randonnée dominicale toutes les 3 semaines à la journée. Week end annuel hors Finistère
  • 2000-2010 : sortie supplémentaire le mardi
  • 2002-2003 : la section a fêté ses 20 ans le 5 avril 2003. Ils ont organisé une soirée expo photos retraçant la vie de la section, une paëlla suivie d'un bal, une rando dans les Gorges du tarn et à Guerlédan.
  • 2003-2004 : sorties exceptionnelles dans les Pyrénées et autour de Lannion
  • 2004-2005 : La section s'est organisée autour d'un bureau, sorties exceptionnelles dans le Cantal, week end à Dinan, sortie à Molène
  • 2005-2006 : la section est organisée autour d'un bureau. Celui-ciassure la programmation des randonnées et la préparation des divers projets. Des sorties exceptionnelles sont programmées : une semaine dans le Lubéron fin mai. Un Week end dans les Monts d'Arrée à Braspart en Juin, et une randonnée dans Saint-Marc pour le 80ème anniversaire du Foyer
  • 1991-1992 : 69 pratiquants
  • 1994-1995 : 86 pratiquants
  • 2006-2007 : 87 pratiquants
Section Omnisport 1990-1991
  • 8 enfants s'initient aux patins à roulettes, hockey, gym, danse
Sport Détente 1992...
  • Le sport pour tous est devenu le sport détente
  • Les adhérents pratiquent surtout le badminton, c'est pour cela que pour la saison 2009-2010, la section a changé de nom, et s'appelle maintenant bad détente.
  • 1991-1992 : 9 pratiquants
  • 1995-1996 : 22 pratiquants
  • 2006-2007 : 13 pratiquants
Sport Mercredi 1975-1981
  • 1975 : 87 enfants y participent, d'où problèmes d'encadrement
  • 1978-1979 Les enfants sont encadrés par 6 moniteurs et un vacataire
  • 1980-1981 La section regroupe 53 enfants de 6 à 9ans.
  • les entraînements se font au gymnase, sur le terrain de la rue de Tunisie, dans les bois du Guelmeur et du Moulin BLanc
  • Les enfants participent à des olympiades sous forme de relais : épreuves sportives, petits jeux d'adresse d'équilibre, course aux trésors, jeux de piste. En commun avec les ateliers du mercredi, sur toute une journée, les enfants réalisent et animent leur propre kermesse.
  • Pour conclure la saison un pique nique au bord de mer est organisé avec baignade et jeux
Le sport jeudi 1968
  • Robert Maubian est dédommagé par les parents d'élèves pour encadrer cette section. Il est aidé par 5 juniors filles et une cadette.
  • Le sport jeudi intéresse une centaine de Saint-Marcois garçons et filles, qui dès l'âge de 8 ans, vivent leur jeudi sous forme de république sportive basée sur l'initiation, mais aussi sur l'initiative
Sport Pour tous 1976-1992
  • Une dizaine de minutes d'échauffement musculaire
  • Séance de culture physique, gymnastique d'entretien
  • Le sport pour tous deviendra le sport détente
Sport Samedi 1970-1980
  • En 1970, le sport samedi intéresse une quarantaine d'adults, en 1980, ils ne sont plus que 15 pratiquants.
  • Sport pratiqué : basket, volley, ping pong, foot à 5, hand ball, pétanque, gym
Tennis avant 1967...
  • 1967 : La section tennis prend de l'ampleur
  • 1977 : Il a fallu limiter les inscriptions
  • 1978-1979 : Création d'une commission
  • 1980-1981 : 28 pratiquants. Création d'un cours d'initiation adultes et jeunes de 20 débutants
  • 1988-1989 : Initiation auprès d'enfants le mercredi.
  • 2002-2003 : Groupe de tennis pour des enfants et jeunes de 6 à 14 ans
  • 2005-2006 : Suppression du tennis enfants
  • 1991-1992 : 63 pratiquants
  • 1992-1993 : 78 pratiquants
  • 2006-2007 : 16 pratiquants
Tennis de table 1952-1990

1992...

  • 1952-1956 : La section tennis de table est très florissante
  • 1957-1962 : L'activité est réduite
  • 1964-1988 : Bonne reprise de l'activité
  • 1975-1976 : Création de deux écoles d'initiation au tennis. Bernard Cam encadre une dizaine d'adultes et Claude Pierron une douzaine de jeunes.
  • 1990-1991 : disparition de la section
  • 1992-1993 : la section est recréée
  • 1996-1997 : Tournoi annuel avec la participation de 50 pongistes venus de 7 clubs différents.
  • 2001-2002 : Création d'une section loisirs enfants le mercredi après-midi
  • 2005-2006 : Une dizaine d'enfants s'entraîne le mercredi matin
  • 2006-2007 : dispqrition de la section enfants
  • 1992-1993 : 14 pratiquants
  • 2006-2007 : 16 pratiquants
Voile 2005...
  • 2005 : création de la section. 11 personnes pratiquent cette activité
Volley 1979-1981

1991-1997 2002-2007

  • en 1949, regroupement de la section scolaire d'éducation physique
  • 1956 : Par manque d'argent des sections ne peuvent pas être créées (athlétiqme, volley)
  • 1979-1980 : démarrage de la section (10 féminines et 2 masculins)
  • 1980-1981 : Les effectifs sont passés de 12 à 35. Il existe 2 équipes féminines et 2 masculines.
  • 1991-1992 : le volley ball renait
  • 1998 : De nouveau la section disparaît
  • 2002 : recréation de la section avec un faible effectif.
  • 2003-2005 : Les effectis se stabilisent mais pas d'ngagement en championnat.
  • 2007 : disparition de la section
  • 1991-1992 : 15 pratiquants
  • 1995-1996 : 19 pratiquants
  • 2006-2007 : 15 pratiquants
Yoga 2008-2010
  • 2008-2009 : 2 groupes
  • 2009-2010 : 3 groupes

Les Activités socioculturelles

1926 :

  • Appel à la solidarité pour la fondation d'un groupe théâtral et Lyrique avec installation cinématographique.

Témoignage de Mimi

Le cinéma des familles

Clique du Foyer Laïque de Saint-Marc

  • 1937 Jean Sivienne a composé le chanson :"Les saint-marcois" chanson qui est devenue l'hymne du Foyer. Cette chanson a été reprise en 1998 par les "Goristes"



Refrain

Nous, on est des Saint-Marcois
ça nous arrive parfois
D' avoir la gueule de bois
Car nous les p'tits gars d' St Marc
On est pas des flanchards
Pour boire un coup d'pinard.
Il faut nous voir pousser la chansonnette
Toujours gaiement et à la bonne franquette
Nous on est des Saint-Marcois
Ça n' est pas pour not'voix
Mais on a l'chic parfois


Couplet

Tous les bons amis, tous les gars sympathiques
Se donnent rendez-vous, au patro d'chez nous.
On y vient chanter, écouter la musique
Mais ça n' est pas tout ça,
On vient aussi au cinéma.
Et le dimanche remplis d' entrain
Au pique-nique, on chante quand on revient.

  • 27 mars 1962 : Le Conseil d'Administration du Foyer , décide de se tourner vers les adultes en créant une salle de jeux avec télévision, jeux électriques etc... et décide de nommer une commission chargée d'organiser les travaux et l'achat de matériel.
  • 1964 : Activités socioculturelles : vannerie, émaux, pique nique
  • 14 octobre 1968 : A la demande de la ville des activités socioculturelles sont crées.
  • 2005-2006 les activités socioculturels se développent. 4 Sections en 2000 avec 50 pratiquants, 12 sections en 2006 avec 191 pratiquants
Les activités Socioculturelles
Section Date Commentaires
Activités manuelles 2004...
  • L'activité est basée sur les échanges de savoir
  • 2004-2005 : 22 pratiquantes
  • 2006-2007 : 29 pratiquantes
Bibliothèque 1927-1980
  • 1927 : achat des 1ers livres
  • 1956-1958 : activité très réduite, par manque de lecteurs
  • 1976-1977 4000 livres
  • 1978-1980 : La bibliothèque rencontre un vif succès. En 1980 une centaine de personnes se sont inscrites et 1664 livres ont été lu durant la saison. La bibliothèque est ouverte le mercredi après-midi
Chant 1978-1979

1980-1987 2003...

  • Création de la chorale en mai 1978
  • 1979 Démission en cours d'année du chef de choeur
  • 1980-1981 : 25 adhérents. 1/5 des voix sont mmasculines
  • 1986-1987 : tension au niveau du groupe, certains n'ayant pas voulu participer aux séances du 60ème anniversaire. Disparition de l'activité
  • 2003-2004 : redémarrage de la section
  • Le groupe n'est que féminin; Il fait plusieurs tours de chant dans les maisons de retraite, chante 2 fois par an avec d'autres associations brestoise pour Rétina France. (association qui lutte contre les maladies de la vue : dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), rétinite pigmentaire (RP), ...).
  • 2003-2004 : 24 pratiquantes
  • 2006-2007 : 34 pratiquantes
Cinéma 1927-1972
  • 24 et 25 décembre 1927 premières séances de cinéma
  • Pendant 35 ans le "cinéma des familles" aura un vif succès. En 1963, la fréquentation est en baisse sans doute à cause de la télévision
  • 22 octobre 1932 : cinéma parlant "la tendresse"
  • 1937 la gestion du cinéma est confiée à "Cinévox"
  • 12 décembre 1958 : réunion au cinéma des familles pour une demande de salle chauffée pour les loisirs des "vieillards"
  • 1962 projection du film "de la jeunesse 1961"
  • 1968 : cinéma des familles du jeudi : ramassage en car dans les quartiers du Pilier Rouge, du Petit Paris et de Pen Ar Créach. 2 cars font le ramassage pour les enfants de 6 à 12 ans, ce qui représente 250 enfantsLe cinéma des familles
Ciné-club 1990-1991
  • Une projection par mois : 15 personnes environ
  • 10 avril 1990 : accueil de 130 enfants ces centres de loisirs du Patronage laïque du Pilier Rouge, de la maison pour tous du Guelmeur, des cheminots et du Foyer.
  • Accueil de René Vautier et de l'association France Algérie pour la présentation du film "Avoir 20 ans dans les Aurès", projection suivie d'un débat
Clique 1934-1955
Club détente 1996...
  • Les adhérentes se retrouvent pour discuter, broder. elles se retrouvent une fois par semaine
  • 1996-1997 : 23 adhérentes
  • 2006-2007 : 17 adhérentes
Club du 3ème âge 1975-2010
  • 1975-1988 : Les activités proposées sont la gym d'entretien, les dominos, la pétanque pour les messieurs, les sorties pique nique. Pour clore la saison sortie au restaurant
  • 1987-1988 : Disparition de l'activité gym douce faute de remplaçante d'animatrice.
  • 1996-1997 : le club des retraités a été renforcé par certains membres du 3ème âge de la route de Quimper, dissout.
  • 1997-2006 : L'activité se porte bien. les adhérentes se réunissent deux fois par semaine pour jouer aux dominos ou aux cartes. Une fois tous les deux mois, elles participênt toutes à un repas à la résidence de Saint-Marc
  • Fin 2010 : le groupe décide d'arrêter vu l'âge des adhérentes.
  • 1991-1992 : 23 adhérentes
  • 1996-1997 : 26 adhérentes
  • 2006-2007 : 20 adhérentes
Club féminin 1978-1995
  • Les adhérentes exposent leurs oeuvres à la kermesse et à Noël. Elles font des visites aux orchidées de Plougastel, aux faïenceries de quimper, aux artisans de la région de Brignogan.
  • 1996 : le groupe change de nom pour s'appeler club détente
  • 1991-1992 : 13 adhérentes
Club pyramide 2005...
  • 2005 : création de la section. La section participe à de nombreux tournois. Elle organise un tournoi annuel à Brest.
danse 1978-1979
  • 20 enfants participent à cette activité
danses folkloriques 1984-1985
Hip-Hop 2004-2006
  • 2004 : création de la section
  • 2006 Disparition de la section
  • 2004-2005 : 2 pratiquants
  • 2005-2006 : 9 pratiquants
Labo-Photo 1965-2007
  • 1965 : Aménagement du labo photos
  • 1975-1976 : Le photo club est ouvert à tous
  • 1977-1978 : une douzaine d'adhérents
  • 1978-1979 ! 20 adhérents, participation aux réunions "umière de l'Iroise", sortie photos tous les deux mois, réunions mensuelles qui ont comme sujet : technique du cache, virage sépia, tirage diapos noir et blanc, macrophotographie.
  • 1988-1989 : le labo photo a du mal à se réorganiser suite au départ de l'animateur
  • 2003-2004 : le labo phot est rarement utilisé pour des travaux individuels
  • 2004-2007 : la section fonctionne autour d'un petit groupe de personnes
  • 1991-1992 : 2 pratiquants
  • 1994-1995 : 4 pratiquants
  • 2006-2007 : 5 pratiquants
Ludothèque 1980
  • Elle intéresse une trentaine d'enfants de 3 à 14 ans. ils ont à leur disposition 200 livres et 200 jouets, mais elle n'est utilisée que comme libre service où l'on joue et non pour jouer chez soi.
Maquettes
Meubles en carton
Multiactivités adultes 2001-2007
  • La section multi activités adultes a permis la création de la section scrabble.
  • Elle se réunit une fois par mois, font des bouquets pour les réceptions de début d'année, les repas...
  • 2001-2002 : 15 pratiquantes
  • 2006-2007 : 10 pratiquantes
Multimédia 2001...
  • 1997-1998 : création d'un espace commun entre l'école de Kérisbian et le Foyer
  • 1998-1999 : Accès public internet
  • 2002-2003 : démarrage de la section
  • 2003-2004 : mise en place d'une bourse aux matériels informatiques
  • 2004-2005 : la section ne cesse d'augmenter
  • 2005-2006 : la municipalité dote la sectionde nouveaux ordinateurs.
  • 2006-2007 La section passe de 3 à 5 groupes. création du CD des 80 ans du Foyer
  • 2007-2008 : La section répond au projet multimédia de la municipalité. Celle-ci met à sa disposition 3 ordinateurs au Foyer, ce qui a permis à la section de répondre aux besoins des adhérents.
  • 2009-2010 : la section a 17 groupes ce qui représente 80 pratiquants. En journée,n les formations ont lieu au Foyer et le soir à l'école de Kérisbian
  • 2001-2002 : 2 adhérents
  • 2004-2005 : 34 pratiquants
  • 2009-2010 : 80 pratiquants
Pique-Nique 1926-1965
  • 19 juin 1926 : pique nique au Bois de Sapin avec la musique en tête.
  • Pendant plusieurs années des pique niques sont organisés : à Brignogan, au Bois de Sapin... Cette activité rencontre un vif succès.
Poterie 1979...
  • 1979 démarrage de la section : 5 pratiquants
  • 1987-1988 : la poterie approvisionne les stands pour la kermesse
  • 2001-2002 : la poterie a été arrêtée momentanment à cause d'un incendie
  • 2005-2006 : la poterie a fabriqué une magnifique fresque représentant un "arbre pour la laïcité" apposée sur le mur du Foyer
  • 2006-2007 : 7 gropupes fonctionnent régulièrement
  • 1991-1992 : 31 pratiquants
  • 1995-1996 : 36 pratiquants
  • 2006-2007 : 36 pratiquants
Scrabble et jeux de cartes 2003...
  • Les adhérentes se réunissent tous les lundis
  • 2004-2005 : 16 pratiquantes
  • 2006-2007 : 10 pratiquantes
Sérigraphie 1984-1985
Solfège 1951
Théâtre 1926-1956

2004_2006

  • 1ère représentation 8 mai 1926
  • Différentes représentations auront lieu durant ces 30 ans, dans la salle de la cantine, dans la région

- 1927 à la maison du peuple - 1940-1944 au profit des prisonniers de guerre

  • 1951 : Réorganisation de la troupe de théâtre
  • 1956 Suite à quelques départs, la section théâtre fusionne avec le club harmonie de Brest

Témoignage de Mimi Témoignages de militants du Foyer Laïque de Saint-Marc

  • 2004-2005 : redémarrage de la section
  • 2006 : disparition de la section
  • 2004-2005 : 5 pratiquants
  • 2005-2006 : 1 pratiquant


Le secteur Enfance-jeunesse

Les relations avec l'école

  • Jusqu'en 1962 des liens très forts avec l'école a existé.

1926

  • Sortie pique nique à Quelern avec la participation des anciens élèves des écoles laïques, du personnel enseignant et du patronage laïque.

1933

  • Vin d'honneur offert à Mr Le Guen et Mr Colas pour la nomination d'officier d'académie pour MR Le Guen, et celle de chevelier agricole à Mr Colas

1951

  • Création d'un comité de défense et de vigilance pour la défense des lois laïques.
  • Organisation de meetings pour alerter la masse que la laïcité est en danger

1952 à 1956

  • Différentes manifestations qui ont permis de donner une subvention à toutes les écoles laïques de Saint-Marc pour la distribution des prix, de friandises, pour l'arbre de Noël (organisation de semaine laïque, de kermesse, de tombolas, de séances théâtrales)

1957

  • Organisation d'un bal. Le bénéfice est réparti entre l'école et le Foyer.

1962

  • La distribution des prix est remplacée par une sortie en cars. Cette décision a été prise en commun avec les membres du corps enseignant, du Foyer Laïque et du conseil des parents d'élèves. 650 enfants ont participé à cette fête ce qui représente 11 cars.

Après 1962

  • Un relâchement des liens entre le Foyer et l'école a eu lieu. Plusieurs réformes successives de l'éducation nationale ont eu lieu (Faure, Haby...)

1978-1979

1980 l'école de Kérisbian
  • le Foyer a participé avec les enseignants, les parents d'élèves du quartier à la concertation pour la reconstruction de l'école de Kérisbian, afin d'envisager la meilleure utilisation possible du terrain, les diverses possiblités d'occupation de certains locaux en dehors des heures scolaires et de créer éventuellement un centre de loisirs associé à l'école.

1984

  • Instauration de "l'aménagement du temps scolaire" par Chevenement et Calmat. Temps d'animation pendant la classe.

1986-1987

  • Faute de financement le projet n'a pu être mis en place qu'à l'école Publique de Saint-Marc. Les parents d'élèves ayant accepté de prendre en charge les frais d'animation.

1987-1988

  • Les activités du CLSH ont été mises en cause suite à la décision de la directrice de la maternelle, approuvée par son conseil d'école de récupérer le local utilisé comme salle de repos pour en faire une bibliothèque. Grâce aux parents d'élèves et responsables de l'école maternelle de la place Vinet, les activités ont pu avoir lieu, par leurs prêts de locaux.

1988-1989

  • Contrat d'aménagement du temps de l'enfant (CATE)
  • 70 enfants de CM et CM2ont pu s'initier à l'informatique
  • Il faut noter la modicité des subventions de l'état : 12000F en 1985/1986, 7500 en 1988/1989.
  • Réunion en Juin entre l'école de Kérisbian et le Foyer. L'école met à la disposition du Foyer la salle de repos de l'école maternelle, ce qui permet au Foyer de faire fonctionner correctement le centre de loisirs maternels.
  • Le Foyer intervient sur le temps scolaire ne primaire. Bonne collaboration entre le Foyer et l'école de la rue Vinet. Le Foyer ouvre son centre aux enfants maternels de cette école.

1990-1991

  • Le Foyer privilégie la concertation avec l'école Vinet, et apporte sa contribution à l'élaboration du projet d'école.
  • Réflexion avec l'école maternelle de Kérisbian pour "mieux accueillir les enfants".
  • Refus du dossier aménagement des rythmes de l'enfant déposé auprès de l'inspecteur d'académie. malgré le refus le foyer décide de poursuivre les animations sportives avec 2 classes de l'école jusqu'en juin 1991.

1991-1992

Contrat d'aménagement du temps de l'enfant (CATE)

  • Ecole Vinet élaboration d'un journal "le p'tit lion de Saint-Marc'
  • Kerisbian maternelle : Comment mieux accueillir l'enfant"
  • Kérisbian primaires : Réflexions sur la mise en place d'actions concertées.

1992-1995

  • Ecole Vinet, reconduction du journal, puis ateliers
  • Ecole maternelle de Kérisbian travail autour du modelage. Actions menées par deux permanentes du Foyer.

DEPUIS 2007

  • De nouvelles relations avec l'école se crée.

La fête annuelle des écoles laïques

La fête annuelle des écoles laïques

Tous les ans, à la fin du mois de Juillet (fin de l'année scolaire) se déroule la fête des Écoles Laïques. La cérémonie officielle a lieu dans la cour de l'école des filles où la municipalité offre un certain nombre de livrets de Caisse d'Épargne aux meilleurs élèves, puis après le défilé qui parcourt les rues de Saint-Marc, un rassemblement de gymnastes présente à la population son programme. La fête se poursuit dans la salle du patronage par la «lecture du palmarès» de l'année, suivie d'une séance récréative et d'une distribution de friandises.

Le patro est très présent à cette fête ainsi qu'à la «fête des Étrennes» qui se déroule au mois de Janvier.

Les fêtes des écoles publiques

1947 : fête des écoles

Associant enfants des écoles publiques et bénévoles dans la réalisation d'un char, ces fêtes mobiliseront chaque année (jusqu'en 1965), non seulement les militants du foyer mais aussi les enfants et leurs parents. En 1926 :

  • La fête des écoles a lieu avec le concours du patronage laïque de Saint-Marc. La fête se déroule le samedi soir à 8h et le dimanche à 2h de l'après-midi.. Les grandes personnes y participent le samedi soir.Cette fête est présidée par MR Degé inspecteur d'académie Mr Madec maire, et des conseillers municipaux.En 1ère partie du programme les enfants des écoles interprétent : "le sou", "la grand mamam", "le petit pompon", "la noce de Jeanneton", "les nains de la montagne" et "pif-paf"; puis ils présentent un ballet. En 2ème partie les acteurs du patronage laïque interprètent des comédies. la partie musicale est assurée par Melle Heurtaux (choeurs, chants, morceaux d'orchestre)
  • Chaque année des thèmes sont choisis, c'est ainsi qu'en 1958, le thème pour la décoration des chars étant les fleurs, le Foyer décore les chars avec des anémones; les enfants ont dansé "la polka des fleurs". Le samedi soir de 21 heures à 2 heures du matin, et le dimanche en matinée un grand bal avec pick up fut organisé.

1965

  • Dernière fête des écoles.

Arbres de Noël et fêtes de fin d'année

  • A l'occasion des arbres de Noël et de la fin de l'année scolaire, des friandises et des séances de cinéma étaient offerts aux enfants des écoles publiques de Saint-Marc. En 1960, les élèves des écoles publiques de Saint-Marc ont pu participer à la séance cinématographique donnée gratuitement par Monsieur Monconduit de la société Vox.

1990-1991

  • 800 enfants du Foyer et des autres patros ont assisté à une pièce de théâtre présentée par la troupe "patroto" du PL Sanquer

Décembre 1998

  • Spectacles de Noël pour 150 enfants et leurs parents : "Il y a cent ans ou la véritable histoire du père Noël" créée par la troupe "No Dimanch" d'Île et Vilaine.

2001-2002

  • Spectacle de fin d'année pour tous les enfants du quartier "Le grand secret des Korrigans" avec les marionnettes de Margodens.

2002

  • Spectacle de fin d'année au profit des restos du coeur. Il a été monté par le pré et post scolaire.

Garderies

  • 1930 : Appel à des camarades retraités pour encadrer les jeunes pendant les vacances.
Patronage des vacances :

Pendant les vacances les enfants vont être livrés à eux-mêmes et les parents ne pourront pas constamment exercer sur eux la surveillance nécessaire. Aussi nous avons pensé que nous pourrions trouver dans la commune parmi nos amis des camarades retraités qui consentiraient à venir bénévolement au patro, un ou deux dimanches ou jeudis par mois, surveiller ces enfants de 1 heure à 5 heures. La chose n'est pas impossible et avec un peu de bonne volonté nous trouverons je suis sûr des volontaires dévoués à la cause Comme je l'ai toujours dit : « Etre ou se dire laïque c'est bien mais le traduire par des actes c'est mieux »

Le gérant E. Blaise

  • Février 1933 : Garderie des enfants le jeudi
1ère garderie des enfants :

Depuis longtemps le comité recherchait une personne qui veuille bien garder les enfants des écoles le jeudi, aujourd'hui c'est une chose faite, et dès demain jeudi les enfants sont invités à se rendre au patronage de 13h30 à 17h. Ils seront placés sous la surveillance d'une personne qui les distraira et veillera à ce que rien ne leur arrive. Les enfants seront enfin retirés de la rue, à la grande satisfaction des parents. A la fin de chaque année une petite fête réunira tous les enfants du patro et des jouets seront distribués à ceux qui auront été les plus assidus et dociles. Chaque enfant devra prendre sa carte d'adhérent de 3f par an pour nous aider à payer les frais d'assurance accidents qui reviennent au patro, 16 francs par enfant. Espérant ainsi donner satisfaction aux parents et aux enfants, nous souhaitons bonne chance à la nouvelle garderie.

  • 1947 Création des fédérations des Conseils de Parents d'élèves pour répondre aux offensives anti laïques (Lois Marie Barangé)
1951 La loi Barangé

Le 9 septembre 1951, la loi Barangé met à la disposition de tout chef de famille ayant des enfants recevant l'enseignement du premier degré, "une allocation trimestrielle de 1000 F par enfant. Pour l'enseignement public, les fonds sont versés par le conseil général et seront affectés à l'aménagement, à l'entretien et à l'équipement des bâtiments scolaires et dans la limite de 10 % aux oeuvres éducatives". Pour les enfants fréquentant un établissement privé, une allocation sera mandatée directement à l'association des parents d'élèves de l'établissement.

Extrait du site internet : http://www.laicite- republique.org/documents/foulard/historiqueecole.htm

  • 1954 Le Conseil d'administration de Mai 1954 juge utile l'ouverture de la garderie des enfants le jeudi
garderie du jeudi

Jugeant également de l'importance des garderies de vacances du jeudi, le conseil a voté un crédit pour le démarrage de cette garderie qui a commencé à fonctionner. Plus de 130 enfants, garçons et filles suivent déjà cette garderie et nous espérons encore l'améliorer.

  • 1958 Les garderies du jeudi
Les garderies du jeudi
garderie du jeudi

« La question de la remise en route des garderies du jeudi doit encore retenir notre attention. La défense de nos écoles doit être notre souci constant, surtout dans la situation politique actuelle. Notre union peut seule nous permettre de faire face aux dangers pressants qui pèsent sur elles... »

(Extrait de la Dépêche)

  • 1962 Fin des garderies des vacances pour un autre fonctionnement

Centre de loisirs sans hébergement (CLSH)

  • 1970 : Les garderies d'été sont transformées en centre de loisirs sans hébergement (CLSH). La ville de Brest accepte de prendre en charge une partie des charges de fonctionnment, la formation et les salaires des animateurs.
  • 1972 : Création des centres de vacances d'été. Les patronages laïques municipaux transportent tous les jours des enfants par car sur les plages.

Adhésion à la Fédération des Francs et Franches Camarades (FRANCAS)

  • 1977-1981 : Les centres de vacances organisent des sorties quotidiennes tous les après-midi pour les enfants de 6 à 14 ans. Ces sorties ont lieu en bord de mer ou à la campagne.

Le Foyer gère le centre de Saint Frégant. Les enfants partent le matin et reviennent le soir.

  • Atelier du mercredi : Poterie (achat d'un four à poterie) émaux, visite de la rade, dessin, peinture, mobiles, papiers pliés, lecture, danses folkloriques, jeux de société...)

Des animatrices ainsi que des adhérentes du Club Féminin ont participé à un stage organisé par la FOL (Fédération des oeuvres Laïques), pour apprendre le modelage, la réalisation d'émaux divers, de l'émaillage.

1er janvier 1980 : arrivée du premier permanent : Thierry Velly (mis à disposition par les (FRANCAS)

  • juin 1981 : La ville propose au Foyer la gestion des locaux : salle de spectacle, bibliothèque, halte d'accueil, restaurant, gymnase et aire de jeu. Une équipe du Foyer travaille sur le projet.
  • Le souhait est de regrouper les ateliers du mercredi et le sport mercredi pour aboutir à un centre de loisirs. Les activités se déroulent de 14h à 19h, les enfants sont répartis en 3 tranches d'âge. Si cela se déroule bien il est envisagé d'ouvrir les activités sur l'année avec restauration le midi.

Le centre de loisirs prend en compte le rythme de l'enfant : de nombreux jeux leur sont proposés, activités manuelles, éveil musical, réalisation de kermesse, de spectacle, participation au carnaval de Brest, au rallye bus...

  • Le comité directeur a décidé que seuls les animateurs non salariés (étudiants, chômeurs,percevront une indemnité pour le travail accompli durant une demi-journée minimum. Cette indemnité ne pouvant en aucun cas être un cumul de salaire est définie par le comité directeur en référence aux tarifs régionaux des FRANCAS
  • Création d'une commission enfance
  • 15 novembre 1981 : une réunion regroupant élus brestois, enseignants, parents, membres du CD, représentant des communaux de Brest est organisée.
  • Une convention entre la ville de Brest et le Foyer est signé par Mr Le Blé maire de Brest
  • manifestation au Foyer pour la reconstruction de l'école de Kérisbian. Celle-ci sera reconstruite en 1982, et Pierre Maille maire de Brest, inaugurera la reconstruction de l'école et le centre de loisirs.

Centre de loisirs

1er septembre 1982 :

  • La halte d'accueil devient centre de loisirs

En février 1982

  • Certaines organisations syndicales critiquent le projet car elles pensent que ce type d'activités risque de mettre en cause certains emplois communaux.

En avril 1982

  • Le conseil municipal adopte la convention et confie au Foyer la salle audiovisuelle, la bibliothèque, la salle de restaurant, le gymnase et certaines activités enfants (Pré et post scolaire et animation du restaurant enfants).
  • Mise en place de 2 permanents. Le contrat Foyer Ville, porte sur la gestion de l'ancienne halte garderie et du centre de vacances du mercredi et des vacances.

Rentrée 1982 :

  • Création du centre de loisirs
  • Création de la bibliothèque enfants : le 21 septembre une commission composée d'enseignants, de parents d'élèves, de membres du Foyer et du personnel municipal ont participé au choix de livres et au fonctionnment de la bibliothèque.

1982 :

  • Création de la ludothèque. A partir de septembre 1987, elle propose des jeux aux enfants.

6 octobre 1982

  • Ouverture de la bibliothèque

Février 1985 :

  • Accord de la municipalité pour le financement du projet activités du secteur enfance

1986-1987 :

  • Limitation des inscriptions à 118 pour permettre des activités aux 13-16 ans.

1987-1989 :

  • Les inscriptions sont closes à la "journée portes ouvertes". Les enfants sont encadrés par 40 animateurs dont 3 permanenents et 2 stagiaires.
  • Ecriture du projet éducatif du Foyer "les cahiers de Doléances" avec les Camarades (FRANCAS). Les enfants ont pu s'exprimer sur l'école, le Foyer, la vie dans leur quartier... L'éléboration de "cahiers de doléances" a permis de concrétiser le projet éducatif avec les enfants du CLSH du mercredi (temps de réflexion, de concertation, d'élaboration). Cette opération marque la volonté du Foyer de prendre en compte le questionnement des enfants et d'y donner des suites (collectifs, permanentz, animateurs (CLSH)

1990-1991

  • Les enfants du CLSH ont fait un projet sur la prévention routière. Une expo à la mairie de Saint-Marc a eu lieu sur le travail effectué.

1992-1993

  • 3 semaines d'animation sur le thème des activités scientifiques et techniques

1994-1995 :

  • Le site d'application prend la suite du chantier expérimental. Le Foyer est devenu un nouveu centre de loisirs. Les enfants peuvent participer à des planètes jeux, lectures, ateliers, groupes de projet.
  • Tarifs différenciés mis en place.

1995-1996 :

  • Les activités sont proposées à la carte, à l'heure. Explosion des effectifs 320 enfants y sont inscrits. Fréquentation entre 208 et 246 le mercredi.

1997-1998

  • Mini concours sur le projet de la réalisation du réaménagement de la Place simon
  • Octobre reprise de la voile avec Jean Gauthier, directeur du Foyer

1997-2003

  • Les familles peuvent choisir 3 formules d'accueil pour leurs enfants : à la journée, à la 1/2 journée, à la séquence d'1h15.
  • Des ateliers sont menés par 6 retraités.
  • A partir des vacances de printemps 1997, le club des 9-12 ans est créé
  • L'animateur vacataire est responsable de 1 à 3 ateliers par après-midi.

1999-2000

  • L'espace 5-7 ans est mis en place de 13h30 à 16h avec 3 animateurs référents. L'objectif est de reconstituer un mini centre de loisirs où les enfants ont plusieurs choix possibles afin qu'ils comprennent les notions de choix.De 16h à 17h30, les 3 animateurs se répartissent en groupe et intègrent le fonctionnement général du centre. Cet espace ne doit pas durer longtemps, 3 mois environ, c'est une période transitoire, mais si ils souhaitent rester dans ce groupe plus lontemps, ils peuvent le faire, c'est eux qui décident quand ils peuvent regagner le centre de loisirs.

2000-2001

  • Projet de site internet soutenu par la ville de Brest. Les enfants munis d'un appareil photos numérique ont pris des photos qu'ils ont incorporé dans le site internet. Quant aux petits, ils ont travaillé sur des cédéroms pour enfants, leurs dessins ont été scannés et mis sur le site. Le site est présenté aux dirigeants et parents du Foyer.

2001-2002

  • Création du jardin pour enfants avec la MAPAD de Kérampéré. Cela ceée une passerelle entre générations. Les enfants peuvent aller dans le jardin de 9h30 à 12h.

2003-2007

  • Ce sont les enfants qui choisissent leurs activités, mais un projet de réorganisation est en cours.
  • L'inscription est toujours au trimestre mais avec possibilité d'un mercredi sur 2 ou sur 3.
  • Davantage d'animation sont tournés vers l'extérieur pour éveiller la curiosité des enfants.
  • les goûters, sont moins copieux, le pain beurre, confiture remplace les pains au lait ou les brioches. Une fois par mois un panaché de fruits

2004-2005

  • Création d'outils ludiques d'évaluation, afin que l'enfant donne son point de vue sur la journée.
  • Constitution de jeux traditionnels réalisés par les enfants et les bénévoles du Foyer. Les jeux ont été présentés par l'association Dézepion.

2005-2006

  • Création d'un atelier "arts plastiques", visite d'ateliers et d'expositions d'artistes. Le Foyer adhère au centre d'art la passerelle afin de multiplier les occasions de découverte.
  • 2005-2006 les enfants se sont rendus à la médiathèque dans le cadre des ateliers contes
  • Nous avons continué à favoriser l'accès aux nouvelles technologies à travers un projet ambitieux d'ducation à l'image. un grpupe d'enfants a participé à la projection de films "jeunes publics" du Festival international du Cort métrage de Brest et s'est initié à la pratique numérique.

Le centre de loisirs pendant les vacances

Petites vacances

  • 1992 Stages sportifs pendant les vacances
  • 2002-2003 Le lundi les enfants choisissent les activités pour la semaine et les animaturs répondent au mieux à leurs besoins;
Les camps pendant les vacances d'hiver
  • 1983-1988 Colo à Trégarvan
  • 1988-1996 Mini camp à Paris. En 1997, le séjour a été annulé à cause du plan vigipirate
  • 1990-1992 Camps Ouessant
  • 1993 Camp à Bertheaume
  • 1993 Ploemeur Bodou
  • 1996 Lanester
  • 1998-2001 Echanges avec les FRANCAS du département. Une vingtaine d'enfants du Doubs sont reçus à Brest pour les vacances de Juillet en 1998


Camps pendant les vacances de printemps

Depuis 1994 un séjour semi sportif, mi activités a lieu soit à Camaret, Crozon, Ploemeur pour les enfants du centre de loisirs et pour les enfants sportifs du foyer. Ceci permet aux enfants qui pratiquent le sport au Foyer et aux enfants du centre de loisirs de se rencontrer et de partager un moment convivial entre eux. Tous les soirs ils assistent à des veillées. Ce séjour est encadré par des animateurs bénévoles, et d'autre part, c'est un temps de formation pour eux. C'est un séjour intergénérationnel, car des animateurs adultes cotoient de jeunes animateurs. Le dernier séjour à Camaret a eu lieu en 2007.

Depuis il a eu lieu pendant 2 ans à Moulin Mer et en 2010 à Plounéour-Trez.


Les vacances d'été

  • De 1982 à 1988, il se fait avec la Société des patronages laïques municipaux (SPLM) l'après-midi seulement.
  • De 1989 à 1997 il se fait à la journée.
  • Depuis 1997, le Foyer gère lui-même son centre de loisirs d'été
  • 2001-2002 Vacances d'été thèmes à la semaine
  • 2005-2006 : thématiques de l'été Pierre de Coubertin pour le sport, Léonard de Vinci pour l'art et les sciences
  • Les enfants de maternelle ont pu découvrir l'asie, l'Amérique Latine, l'Afrique

Camps

2000-2001

  • 25 enfants de 8 à 12 ans ont participé à un camp de pêche en bord de mer près de Lorient
  • 25 ont participé à un séjour équitation à l'hôpital Camfrout

2001-2002

  • Camp d'équitation pour les 8-12 ans à l'hôpital Camfrout

2002-2003

  • Camp bord de mer pour les 8-12 ans


Le Pré et Post Scolaire (PPS)

En 1982

  • Le pré et post scolaire remplace la halte d'accueil, qui elle ne fonctionnait que matin et soir tous les jours scolaires. Aujourd'hui le PPS fonctionne de 7h30 à 9h, de 12h à 14h et de 17h à 19h soit 5h30 par jour.

1987-1988 :

  • Plus de 50 inscrits, les règles d'encadrement 1 animateur pour 8 enfants en maternel et 1 pour 12 en primaire ne sont plus respectées; il faut arrêter les inscriptions. Malgré le refus de la municipalité pour la prise en charge de 3 heures d'animation par jour, le Foyer décide à partir des vacances de Toussaint 1988, de prendre en charges ces heures sur son budget.

1989-1990

  • Mise en place à titre expérimental de tarifs différenciés pour le pré et post

scolaire au dernier trimestre

1990-1991

  • Depuis la rentrée 1990 les tarifs différenciés ont été mis en place. D'abord pour le pré et post scolaire et plus tard pour le centre de loisirs

1995-1996

  • Ouverture le 8 novembre 1995 d'un centre de loisirs pré et post scolaire à l'école du bourg de Saint-Marc. ce centre fonctionne tous les matins et tous les soirs avec une animatrice permanente du Foyer.

1997-1998 :

  • Rénovation du projet éducatif.

1997-2003 écoles de Kerhoas et de Kérisbian

Le matin

  • Des activités calmes sont proposées aux enfants : jeux de société, ateliers courts, jeux libres, lecture.

Entre 12 et 14h

  • Des thématiques pour les primaires

Le soir

  • Pour les maternels 1 temps jeux extérieurs ou contes, et 1 temps activités manuelles
  • Pour les primaires : devoirs pour ceux qui le souhaitent dans les deux lieux d'accueil et des propositions d'activités

2002-2003

  • Spectacle de fin d'année au profit des restos du coeur. Il a été monté par le pré et post scolaire.


Depuis le 6 janvier 2003

  • Nouveaux forfaits pour les inscriptions des enfants sur la base de 4, 3 ou 2 jours

Depuis 2003

  • Regroupement du post scolaire Jacques Kerhoas et Kerisbian. Le matin l'accueil est fait dans les écoles respectives, mais le soir les 2 écoles se retrouvent au Foyer, autour d'un goûter, puis ceux qui le veulent peuvent faire leurs devoirs ou faire des activités.
  • Pendant la saison 2003-2004, le jeudi soir, des activités avec L'usep, ont eu lieu, la médiathèque de Saint-Marc est intervenue sur des ateliers d'écriture, et l'USAM sur les jeux d'échec

Les ados

1979-1980

  • Week End en Angleterre
  • Une vingtaine d'ados et 8 accompagnateurs, ont participé à un camp de plein air à 20km de Plymouth durant 3 jours. Ce rassemblement avait pour but de permettre aux adhérents de diverses sections de mieux se connaître, et de vivre une "forme de vie associative"
  • Traversée mouvementée par le bateau, une fois sur place une partie regagne les lieux à vélo, tandis que les autres le font par route en camionnette. Les premiers arrivés sur les lieux organisent le camp, s'occupent des tâches pratiques, du ravitaillement. Plusieurs équipes sont constituées. Chaque jour elles ont des tâches bien précises : cuisine, coopérative, rangement de camp, de vaisselle.
  • Sur place les ados participent à des rallyes, à des veillées. Le repas trappeur et la veillée sont gâchés à cause du temps.

1980-1981

Camp à Plymouth

  • Du 4 au 12 avril 1981 un camp à Plymouth est organisé par les préados et ados du Foyer, 80 jeunes de 14 à 18 ans (50 du Foyer et 30 du Patronage laïque du pilier Rouge encadrés par 15 animateurs)
  • Les ados ont participé à des enquêtes à Plymouth, des sorties au cinémé, au pub pour les plus grands, ont été au parc national de Dartmoor, ont fait des courses d'orientation, rallye à vélo..., ils ont participé à des rencontres sportives avec les jeunes anglais. Ces rencontres n'ont pas eu la richesse souhaitée, elles se sont bornées à de simples matches. Les relations de part et d'autres n'ont pas été approfondies.

Août 1981

camp ado en Avril
  • 4 semaines de camp, 19 garçons et une fille. L'équipe d'animation est issue du Foyer
  • 1ère semaine construction d'un portique en bois sur le terrain de foot à partir de panneaux téléphoniques et de matériel de récupération PTT.
  • Les 3 semaines suivantes se sont déroulées à vélo sur les routes du Finistère Sud.
  • Tout le long du séjour les ados ont participé à de nombreuses activités : canoë Kayak avec les marins pêcheurs du Guilvinec.
  • De retour au Foyer inauguration du portique


1982-1983

  • Construction du pont suspendu, de canoë
  • Organisations de camps internationaux, d'un Week End au centre équestre de March moor à Plomodiern.
  • Semaine sur la vidéo avec jeux de rôle. Les ados ont pu filmer et s'entraîner devant une caméra.
  • Du 6 au 13 avril camps pour ados et préados (canoë, cheval)
  • pour les préados mise en place d'un chantier

1984-1985

  • Un chantier en continu a été conçu. 6 à 7 jeunes en moyenne ont construit la cabane derrière le Foyer
  • Les ados ont une salle à leur disposition. Ils font des constructions, des jeux extérieurs, de la vidéo, de la voile, du canoë. Ils organisent des camps à la neige et des week Ends.
  • Du 21 au 24 mai petit voyage en Angleterre. C'est sur un char construit par les différentes associations que les ados ont pu faire leur entrée dans Plymouth. Sur place ils ont participé à des défilés et des rencontres sportives

1986-1987

  • Séjour à la neige pour les 13-16 ans.
  • Activité chantier. La participation régulière aux chantiers donne le droit à une bourse. les heureux bénéficiaires participeront à moindre frais au Week End een Angleterre au printemps 1988.

1987-1988

  • Le groupe pré ados n'a fonctionné que ponctuellement pendant les petites vacances

1988-1989

  • Camp à la neige pour 20 ados


1989-1990

  • Mise en place d'un local spécifique avec une animatrice à leur disposition
  • Des activités innovantes à dominante sportive ont été proposées le mercredi et durant les petites vacances (pour les petites vacances ça a été annulé par manque de participants)

1990-1991

  • Club pré ado 10 enfants : Les ados ont participé à des activités scientifiques et techniques, au rassemblement de scientifiques en herbe, qui s'est déroulée à Concarneau à la Toussaint 1990

1996-1997

  • Séjour en Irlande pour 24 ados avec la Société des patronages laïques municipaux

1997-1998

  • Création d'une section Roller pour les ados. Ils s'entraînent deux fois par semaine
  • Collaboration des ados avec les retraités bricoleurs pour réaliser une barre de glisse et l'implanter sur le terrain de Hand Ball
  • Les ados ont peint et décoré un tremplin réalisé à la prison de l'Hermitage

1998-1999

Randonnée Bivouac en rade de Brest
  • Les 10-14 ans radio reporters : Le Foyer, La maison pour tous du Guelmeur et de Pen Ar Créach ont fait des reportages.
  • Une réflexion sur : "Comment inéresser les ados" a eu lieu.
  • La salle de réunion des associations de la mairie a accueilli la station radio des jeunes. Les ados ont pu apprendre l'essentiel d'une station de ce genre, ils ont préparé des émissions et se sont initiés à la technique.
  • A l'occasion d'Atout Môme ils ont pu émettre de la mairie. Ce projet a intéressé les jeunes.
  • Un local jeunes en dehors des structures a été mis à leur disposition : la salle d'exposition de la mairie de Saint Marc. Un animateur spécifique sera embauché pour diriger cette nouvelle section.
  • Randonnée bivouac en rade de Brest pour une quinzaine d'ados de 13 à 17 ans durant l'été. Les ados utilisent 2 modes de transport : la marche à pied et la navigation à voile sur des bateaux collectifs, les sprintos du centre nautique municipal. Une logistique par minibus assure le transport de gros matériel (tentes...)


2000-2001
2000pyrénées.jpg
  • 16 jeunes de 10 à 14 ans se sont rendus au festival aventure à Sarzeau dans le Morbihan
  • 24 adolescents ont été dans les Pyrénées faire du rafting, du VTT et des randonnées avec bivouac
  • Les 10-14 ans se sont retrouvés deux fois par semaine : ils disposent de : jeux vidéo, billard, baby foot, jeux de société... Un projet de graff est en cours qui servirait à décorer leur local.

2001-2002

  • Animation «multisport» pour les 10 14 ans (Foyer Laïque de Saint-Marc, Maison Pour Tous du Guelmeur, de Pen Ar Créach, et Patronage Laïque du Pilier Rouge). 18 équipes formées de 4 jeunes des structures ont pu participer à différentes activités : Handball, hockey, pétanque, tennis de table, badminton, basket, foot, billard, baby foot.
  • 10-14 ans Ont pratiqué de la vidéo et internet durant les vacances de Févier
  • Ils ont organisé 3 fêtes multisports
  • Suspension du projet commun pour les 10 14 ans (PLPR MPT du Guelmeur et de Pen Ar Créach et FLSM). Par manque de disponibilité de locaux.
  • 22 au 31 juillet rencontre d'enfants et de jeunes de 10 à 14 ans représentant la France l'Allemagne et la Mcédoine

Le Foyer, les FRANCAS, l'association brestoise de jumelage et de coopération internationale travaillent ensemble autour d'un projet européen. Son thème général est vivre ensemble, vivre en pays » Tout d'abord c'est un échange de jeunes de 10 à 14 ans venant de France, D'Allemagne et de Macédoine puis un échange de jeunes adultes venant de 7 pays européens, et une rencontre d'élus politiques et associatifs ; La 1ère étape s'est déroulée au Moulin Vert à Tumiac, sur la commune d'Arzon dans le Morbihan, 34 jeunes de 10 à 14 ans ont partagé un temps de rencontre centré sur la connaissance de l'autre, de sa langue de sa culture ; La vie collective sous tous ses aspects allant des activités sportives aux diverses corvées comme la cuisine ou le rangement du camp. Etaient rassemblés 13 français brestois, 11 allemands de Munich, et 10 Macédoniens de Skopje encadrés par des animateurs de ces 3 villes Chaque pays participant accueillera le groupe à tour de rôle Accueil de 30 jeunes européennes de 18 à 25 ans (Allemagne, Italie, Espagne, Portugal, Irlande du Nord et France). Chaque pays fait découvrir sa culture, ses jeux traditionnels, ses spécialités culinaires



Local jeunes

1992-1993 :

  • Ouverture du local jeunes

1999-2000

  • Les ados ont à leur disposition baby foot, ordinateurs. Ils ont organisé un week end à Paris.
  • Le 19 février et 27 mai 2000, ils ont participé à des tournois "multisports"

Local 10 14 ans

2001-2002

Camp dans les Pyrénées en 2002
  • Camp Pyrénées aventures pendant l'été pour les 12-15 ans. L'effectif est très faible 9 jeunes accompagnés de 2 annimateurs.
  • Pour 2003, les ados projettent d'organiser un camp en Espagne
  • Camp tri national à Blossins en Allemagne (Français, Allemands,Macédoniens)
  • Un échange en France avec ces pays est prévu pendant l'été 2003
  • Relance du projet le local a fonctionné tous les mercredis après midi de septembre à décembre ainsi que le samedi. Depuis janvier ; il fonctionne pendant les vacances scolaires du lundi au vendredi à la demi journée. Les jeunes se sont investis dans le fonctionnement du local ainsi que dans la rénovation peinture aménagement , ils s'occupent de faire le programme d'activités le tout en concertation avec le groupe et l'animatrice, ils mettent en place des projets (week end aux 24h du Mans moto) dont la plus grande part est de leur ressort (budget réservation, financement)
  • Dans le cadre des activités ils essaient d'utiliser au maximum ce qui se fait à l'extérieur base de Kerichen, tournoi et rencontre avec les autres accueils jeunes de la ville

2001-2002 et 2002-2003 Le secteur 10-14 organise des fêtes "multisport" ouvertes aux associations du quartier.

2003-2004

  • Week end au parc d'attraction du 19 au 21 mai 2004 projet monté par les ados
  • Séjour ski du 5 au 09 avril 2004
  • Séjour ados avec la Société des patronages laïques Municipaux. Du 3 au 23 juillet au Verdon.
  • Les jeunes se réunissent depuis septembre 2003 afin de préparer ce séjour.

2004-2005 Tournoi multisports pour 10-14 ans avec la participation du FLSM, MPT du Guelmeur, de Pen Ar Créach, de du PLPR. Participation d'une cinquantaine d'enfants. Tournoi sous forme de défi par groupe de 4 ou de 5. Activités pratiquées : handball, tennis de table, Bad, hockey, gymnastique..., jonglerie, percussions

  • Eté 2004 séjour dans le Verdon initié par le Foyer et organisé en partie par les jeunes et proposé dans le cadre de la Société des Patronages Laïques Municipaux
  • Camp de Botmeur au mois de juillet encadré par le foyer pour la Société des Patronages Laïques Municipaux
  • Séjour ski du 12 au 20 février 2005 avec la Maison pour tous de Pen Ar Créach, le Patronage Laïque de Lambézellec. Les ados du Foyer se sont autofinancés.
  • Davantage de fréquentation au local
Séjour ski à Aussois

Solidarités

Vie de l'association

Les spectacles

  • Organisation de bals costumés avec récompense, de bals 1950-1977
  • Spectacles, séances de variétés, de radiocrochet, construction de chars, fête des mères au cinéma des familles. Le nombre de séances de variétés était nombreuse.
  • En mai 1977
    • la section basket et quelques filles de la section atelier du mercredi ont présenté une danse sous la direction de Madame Le Trocquer.
    • Les séniors filles et garçons du basket ont dansé sur des airs connus. Ce spectacle a été monté par Michèle Moal.
    • Une dizaine de dirigeants du Foyer ont interprété 2 pièces de théâtre "Le malade par procuration" et "Maître Patelin"
    • La chorale a interprété des chansons bretonnes, françaises et internationales.
  • 1979-1980
    • Deux séances de variété avec chorale, danses, saynètes par les enfants, groupes de fantaisistes, pièces de théâtre, chansons, musique.
  • 1985
    • 12 Janvier : soirée jeux
    • 16 Février  : bal masqué
  • 28 mars 1988 : soirée détente

1989 :

  • Soirée spectacle "Mystère Bouffe" salle pleine et bonne critique
  • Participation à la fête des patros pour le bicentenaire de la révolution, bon spectacle.
  • Participation au carnaval naval

1990-1991

  • 20 participants au tirage de la souscription volontaire du 26 janvier 1991, soirée animée par "Long john Sylver"

1993-1994

  • Théâtre : Charivan présente "Bain Bagnard" spectacle sur le bagne de Brest. 80 spectateurs.
  • Fête d'automne avec bal
  • Soirée d'animation avec "Fanfare Zébliz# 134 spectateurs.

1994-1995

  • 19 mars : soirée irlandaise : 96 entrées

1995-1996 Soirée animation du 27 janvier : 70 entrées.

Gala international de gymnastique année 1974

30 et 31 Octobre 1974 : gala international de gymnastique à la salle Cerdan organisé par le Foyer Laïque de Saint-Marc (FLSM) et la Fédération sportive et gymnique du travail [FSGT). Dans le cadre de son 40ème anniversaire la FSGT organise un gala, des gymnastes Polonais, Tchèques et Cubains sont reçus à l'hôtel de ville. Mr Verveur président du Foyer Laïque participe à cette cérémonie.




Les kermesses

En 1951

  • Kermesse commune Patronage Laïque Guérin et le Foyer sur la grève du vieux Saint-Marc.

En 1958

  • Les kermesses ont lieu dans la cour de récréation de l'école où a lieu une exposition des travaux ménagers des élèves.

1990-1991

  • Animation continue : maquillage, concours de dessins, coins pour les petits.
  • Une trentaine d'enfants ont pu mettre à l'épreuve leur connaissance du code de la route et leur habilité à concuire un vélo, suite au "travail" effectué sur la prévention routière


Jusqu'en 1996 La kermesse sera aussi un temps annuel fort de l'implication militante. Elle était l'occasion pour les Saint-Marcois de manifester leur soutien au Foyer, mais elle demandait surtout beaucoup d'énergie et de travail aux militants. Elle se tenait soit au Foyer, soit au gymnase de Kerisbian . Elle représentait un apport financier important pour l'association.

  • Elle a été remplacée par un vide grenier en 1997 et 1998. Cette animation n'a duré que deux ans


Fêtes sportives

1978-1979

  • Volley rencontre des sections féminines basket, hand, tennis, gym...
  • Volley rencontres masculines des sections basket, foot, hand, tennis, sport samedi, cyclo, tennis de table...)
  • Cyclo avec toutes les sections

1979-1980

  • Animations exceptionnelles pendant 1 mois afin de permettre aux adhérents de mieux se connaître, de développer des activités culturelles, de mieux connaître les activités du Foyer, de diffuser une large information sur les objectifs de l'association.
  • Programme
    • Volley
    • Cyclo
    • Rallye pédestre pour clôturer la fête.

1980-1981

  • Fêtes sportives au programme :
    • Volley
    • Pétanque
    • Tennis de table
    • Cyclo

27 Avril 1985

  • Olympiades sportives

1987-1988

  • Grand succès du rassemblement de plein air. 150 Personnes y ont participé Canoë, Kayak, Vélo, marche, rallye auto)

1990-1991

  • Week-end de plein air à Landeleau : découverte du canoë, du VTT, de la randonnée pédestre, du tir à l'arc. Hébergement en gîte ou en camping.

1994

  • 22 et 23 mai week end de plein air sur l'île des Chevaliers.

1995

  • Le week end de plein air n'a pas eu lieu faute de participants.
  • Fête sportive 25 participants (hors la course, le cyclo et le basket peu de sections s'engagent pour des manifestations communes)

1997-1998

  • Le 6 juin fête omnisport pour adhérents et non adhérents, avec uun grand éventail d'activités sportives sous forme de tournois, de tests, ou de démonstrations. Test de la forme pour tester l'efficacité de notre système cardio vasculaire. Une centaine de participants.

Les autres animations

Projection sur le socioculturel

  • 1979-1980
    • Exposition des travaux réalisés par les enfants du centre de loisirs du mercredi, du club féminin, du club photo, de l'atelier poterie
    • Soirée de démonstration et d'initiation à la peinture sur soie, photo, poterie, utilisation de matériels audio visuels, jeux d'échec.
    • Exposition en photos "lenfant et le jouet"
    • Projection de film avec débat

Les repas conviviaux

  • 1979 Buffet campagnard pour les adhérents.
  • 16 Février 1985 : soirée repas après le bal masqué
  • 1989 Pour la participation à la fête des patros, un gigantesque repas : 600 convives.

Rencontre des acteurs du Foyer Année 2003 et 2005

  • Activités proposées :
    • Volley
    • Tennis de table
    • Pétanque
    • Randonnée
    • jeux de cartes.
  • L'objectif
    • Mieux se connaître pour mieux partager les projets tout au long de l'année
    • Relancer la convivialoté au sein du Foyer
    • Faire reconnaître et valoriser le travail effectué par chacun
    • Impulser des projets transversaux entre les sections
    • Pratiquer et découvrir une ou plusieurs activités sportives
  • Les participants
    • Lea animateurs du secteur sportif, socioculturel et enfance
  • Clôture de l'animation
    • Buffet campagnard convivial.
Rencontre des animateurs bénévoles du Foyer

Fêtes maritimes de Brest

  • Depuis 2000, le Foyer participe à l'organisation de la fête de la mer et des marins.
    • En 2004 28 bénévoles ont participé à cette fête.

Séjour ski pour adultes

  • Ce séjour ski est réservé aux adultes. Il se passe en février et est rconduit tous les ans.


Autres animations

  • 1982 Bourse aux jouets
  • 22 juin 1985 : feu de la Saint-Jean
  • 2002-2004 : Soirée exceptionnelle le loto. (Cette animation n'a été que ponctuelle, elle a duré deux ans).
2004soiréeloto.jpg

Notre équipe de Bricoleurs

  • 2002-2003
    • Modification des locaux, meubles sur mesure
  • 2005-2006
    • L'entretien de nos locaux est assuré par les jeunes retraités bricoleurs; Ils ont réalisé des aménagements avec plan de travail et placards dans 2 salles d'activité.

2010...

  • Durant l'année, ils se retrouvent tous les lundis après-midi pour l'entretien de nos locaux.


Les 100 ans de la loi 1905

  • Les potiers ont fabriqué une fresque représentant un arbre de la laïcité. Elle reprend l'histoire du Foyer ainsi que nos valeurs fondatrices. Cette fresque est apposée sur le mur du Foyer
  • Inauguration de la fresque représentant l'arbre de la laïcité et exposition des œuvres des sections poterie et activités manuelles lors de l'Assemblée générale
  • Commémoration de la loi 1905 et exposition au CLSH
  • Semaine d'animation pour le centenaire de la loi 1905 du 04 au 09 avril 2005
  • Pièce de théâtre (Théâtre d'improvisation), récital de chansons
  • Assemblée générale, avec travail par petit groupe, débat et synthèse.


Animations Diverses Secteur Enfance

  • 1992 Equinoxe 92 manifestation organisée à l'initiative de la ville. En collaboration avec les FRANCAS, le Foyer a animé un forum autour de la citoyenneté et deux ateliers : lecture, jeux sur l'Europe et a participé au Rallye organisé par les FRANCAS "vivre et jouer la ville"
  • Rallye bus année 1982 et 1988 organisé par les FRANCAS avec la participation de la CTCUB et de la ville à l'intention des 9-12 ans
  • Rallye Zanzibar année 1994 à 1996
  • Mois de la science année 1994 à 1996
  • Rallye Infernal année 1996
  • 1996 : Radio Locale

Carnavals

1982

  • 26 février 1982 les enfants décorent la voiture d'Hubert (responsable du secteur enfance)

1990-1991

  • 270 enfants du Pilier Rouge, de Sanquer, du Foyer ont défilé dans le quartier du Petit Paris.

Carnaval naval

1989-1996

  • De 1989 à 1996 les enfants qui le souhaitaient ont participé au Carnaval naval.

Trophée Charles Verveur

  • Depuis 1986 a lieu tous les ans le Trophée Charles Verveur en mémoire au fervent militant décédé. Il Permet de réunir plusieurs centres de loisirs de Brest. Au départ, il s'est fait sous forme d'Olympiades, puis d'années en années, il y a eu des changements, des thèmes étaient donnés.En 2005, le Trophée a eu lieu sur la place de la Liberté où un grand mur était dressé. Aujourd'hui, il a retrouvé son style olympiade. Cette fête réunit plus de 200 enfants. L'équipe gagnante reçoit le Trophée, qui est remis en jeu l'année suivante. Aujourd'hui en 2010, il a toujours autant de succès.


Atout-Môme

  • Animation existant depuis 1996.
  • En 1998, les ados ont pu émettre de la mairie. Ce projet a intéressé les jeunes.

Un local jeunes en dehors des structures a été mis à leur disposition : la salle d'exposition de la mairie de Saint Marc. Un animateur spécifique sera embauché pour diriger cette nouvelle section Des thèmes sont donnés pour l'animation, exemple en 2005 le thème était découverte de l'univers de Jules Vernes

Journée des droits de l'enfant

Depuis 1997 en Novembre a lieu la semaine des droits de l'enfant

  • 1997 : Grand jeu organisé suivi d'une table ronde des intervenants : justice, santé, loisir, éducation
  • 1998 : les conditions de vie des enfants en Algérie. Pour Clôturer la journée débat avec les parents sujivi d'un goûter composé de produits algériens.
  • 1999 : Quelles visons ont nos enfants des enfants étrngers
  • 2000 : Vivre ensemble, vivre en paix, création d'un échange européen
  • 2002 : J'ai le droit de jouer
  • 2003 : On a besoin des sciences pour avancer
  • 2004 : animations autour d'activités scientifiques et techniques
    • La semaine des droits des enfants a eu lieu du 15 au 19 novembre 2004. Un petit groupe d'enfants accompagné par un animateur a proposé des activités scientifiques et techniques.
  • 2005 : sensibilisation aux droits des enfants
    • La semaine des droits de l'enfant a eu lieu le mercredi 16 novembre 2005. Les enfants ont été sensibilisés à une dizaine de droits des enfants, à travers différents ateliers d'une quinzaine de minutes.


Art 1 droit à la protection contre le racisme :


  • Droit à la famille, à un nom.
  • Droit à l'expression.
  • Droit à la protection contre la violence.
  • Droit à la dignité.
  • Droit à l'alimentation.
  • Droit à l'éducation.
  • Droit à l'identité culturelle.
  • droit au repos et aux loisirs.
  • Droit à la protection contre le travail forcé.

Tout cela sous forme de jeux imaginés par les Francas du Finistère, les enfants étaient répartis dans différents postes, les rotations se faisaient naturellement. Les postes étaient animés et créés par le patronage laïque de la Cavale Blanche, le patronage laïque de Recouvrance, le patronage laïque du Bergot, et le Foyer


Festival écologeste

Ecologest
  • Depuis 2004, le Foyer participe avec d'autres associations à écologeste. Tous les ans un thème est donné, et un petit groupe d'enfants étudie le sujet, font des jeux, des puzzles, des recherches à la bibliothèque etc... Les thèmes choisis sont sur la faune et la flore : plantes, animaux...

En 2009 un groupe d' enfants du Foyer Laïque de Saint-Marc a participé à la journée écologeste. Cette année le thème retenu était "sous mes yeux c'est taupe". Pendant plusieurs mois, les enfants ont découvert comment notre planète était maltraitée par les humains. Ils ont trouvé des déchets dans les mares, des sacs plastiques, des bouteilles etc. Le 27 mai, ils ont rejoint d'autres centres de loisirs à Hanvec pour présenter ce qu'ils avaient fait, et participer à des jeux mis en place par d'autres centres et eux mêmes.


Printemps des poètes

Exposition de poèmes en 2005 au Foyer
  • En 2004-2005 Toutes les personnes rentrant au Foyer durant le mois du "printemps des poètes" devaient y déposer soit un poême de leur composition, soit un poême qu'ils aimaient bien.

2003-2004

  • Opération cinéville du 12 au 16 avril 2004. réalisation d'un film d'animation pendant les vacances de printemps pour 5 enfants de 8 à 10 ans pendant 5 jours. collaboration entre l'association Côte Ouest, le Foyer, le Patronage Laïque bergot, et GPAS, pilotage ville de Brest
  • Ini'sport à Bellevue le 2 juin 2004 participation à l'élaboration et à l'organisation de la fête de l'enfance organisée par la maison de quartier de Bellevue
  • Un été au ciné été 2004, opération menée par la ville pour des projections de films en plein air. si nous décidons d'accueillir une projection il faut proposer une animation avant le film par exemple un spectacle d'enfants en rapport avec le film choisi
  • Energence 17 septembre 2003
  • 8 Octobre 2003 : plein d'énergie
  • Spectacle de théâtre
  • Rallye de la science 3 mars 2004

Brest 2004 Les enfants ont participé à un grand jeu avec l'OPAC dans le cadre du rassemblement des vieux gréement. cette manifestation a notamment permis à des familles d'accéder à la fête grâce à des places offertes aux participants

Cinéville court métrage réalisé par les enfants du FLSM, Patronage laïque Brgot, Gpas avec le soutien de l'association côt Ouest

Les congrès, les formations, les stages

1952

  • 23 mars Congrès du Comité d'action laïque du Finistère à Châteaulin (patronage laïque Bergot, Guérin, FLSM, société de bienfaisance des écoles laïques de Saint-Pierre)

Congrès FSGT

23 octobre 1965 congrès FSGT (Il a eu lieu au Foyer)

1977-1978 Congrès national de la FSGT à Argenteuil représenté par 3 responsables du basket (Robert Maubian, Francis Raoul et Joël Moal)

2-3-4 avril 1982 : 35ème congrès de la FSGT à Saint Ouen participation de 5 membres du Foyer

le 28-29-30 septembre 1982 Stage FSGT pour "le collectif enfance" au centre nautique du Moulin Blanc, participation d'une vingtaine de personnes

4-5-6 avril 1986 congrès FSGT au Foyer

Le Foyer accueille pendant 3 jours près de 1000 personnes venant de toute la France et 25 délégations étrangères (Belgique, Italie, Portugal, Algérie, San Roc (Afrique du Sud), Sénégal, Bulgarie, Roumanie Tchécoslovaquie, URSS, Cuba, Yougoslavie, Hongrie...)

  1. Organisation
    • Accueil au Foyer
    • Ouverture du congrès au gymnase
    • Travaux de groupe au lycée de l'iroise, PL Pilier Rouge, Ecole du Petit Paris
    • Repas au gymnase de Saint-Marc
    • Samedi soir spectacle détente avec un groupe de chanteurs
  2. Déroulement des travaux et contenu
    • Thème général : construire la politique de la FSGT pour la période de 1986-1990
    • Vendredi après midi comprendre :
      • Analyse de la FSGT : travail en groupes ou modules : les pratiques, les adhérents, les moyens, le fonctionnement
      • La situation des APS transformation sociale, rôle de l'état, l'olympisme, le sport travailliste international
    • Samedi matin agir
      • Construire des projets d'action
      • Discussion au sujet de problèmes de fonctionnement, du FNDS, des cotisations etc
    • Samedi après midi construire
      • Les orientations 86-90
    • Dimanche matin les orientations suite

1988-1989 La FSGT participe avec le Foyer à la réflexion sur les perspectives de développement du sport populaire. il est impliqué dans le groupe de travail "Sport, Travail, Santé".

1-2-3-4 novembre 2001 Les Assises de Gardannes: 400 participants représentant 35 pays participaient à ces assises, le Foyer était représenté par l'intermédiaire de l'emploi jeune d'une animatrice et d'un élu

  • A partir d'un thème central "agir local, penser mondial" les questions que les Assises ont fait avancer ont été ainsi intitulées
    • Sport pour tous et professionnalisation : comment donner une vraie perspective aux jeunes salariés
    • Sport populaire et vie associative s'associer pour quoi faire ? pour quels buts ? quelles valeurs ?
    • Sports pour tous et politiques publiques quelles actions pour obtenir une reconnaissance meilleure ?
    • Sport pour tous et haute performance : comment promouvoir une politique d'équipements sports pour tous
    • L'avenir des clubs omnisports FSGT ; sens, identité, cohésion, fonctionnement, gestion, où sont les problèmes ?
    • L'objectif central est de mettre en relation les expériences vécues au niveau local... sans rester enfermé dans une vision coupée du monde


Février 2002 La formation fédérale FSGT d'animateurs et de formateurs

  1. Organisateurs :
    • Enfance, petite enfance, famille de la FSGT, du Foyer et de la FSGT 29 ; Cette formation est destinée à former des animateurs désireux de se perfectionner dans l'animation d'activités sportives (natation, escalade ; Bad, cyclisme, VTT et gymnastique) le thème central du stage étant "le progrès dans l'animation des activités sportives"
  2. Participants :
    • Une quarantaine d'enfants du Foyer ont participé à ce stage : 15 du badminton, 9 de la gym enfants, 4 de la section natation, 5 du secteur enfance)
    • 10 animateurs des associations brestoises
    • 15 animateurs du club parisien affiliés à la FSGT.
    • 3 animatrices de la section gym enfants du Foyer
    • Des formateurs brestois mais aussi de toute la France : 10 formateurs dont 1 animateur du Foyer
  3. La journée comprenait trois temps différents
    • Matin animation d'un groupe d'enfants dans chaque activité
    • L'après midi les animateurs faisaient le bilan de leurs animations et préparaient la séance du lendemain. Une séance en commun sur un thème avait lieu en fin d'après midi
    • Le soir débat (le progrès, la compétition éducative et le jeu)
  • Soirée animateurs sportifs : 1ère soirée thème « Sécurité, quelles compétences ont été développées par l'expérience et quelles sont les formations souhaitées » Thème mis en relation avec les questions d'ordre juridique (les obligations) et avec les modalités d'organisation, d'animation, d'apprentissage des pratiques sportives, qu'elles soient de compétition ou de détente et d'entretien.. La soirée se déroulera en présence d'Yves CAM professeur d'EPS, MM BAGUET et OGIER formateurs des FRANCAS

Réunion des sports

  • 1977 Assemblée générale des sports thème principal la vie sportive au foyer, comment l'améliorer pour faire toujours mieux pour le plus grand nombre
  • 21 avril 1977
  1. Thèmes abordés :
    • Les actions sportives des enfants
    • La vie démocratique des sections
    • L'orientation sportive de notre patro
  2. Formule retenue :
    • Exposé succinct d'1/4h
    • Discussion par groupe d'une dizaine de personnes
    • Synthèse pendant l'assemblée plénière

Remarque

  • Les Sections enfants sont souvent trop considérées encore comme une solution d'attente avant d'inscrire son enfant dans une école de spécialité

1988-1989 Tenue d'une AG sur les APS

  1. Points traités :
  • Définition de la politique sportive
  • Formation des acteurs de la vie sportive
  • Définition des priorités et gestion des problèmes liés à l'activité
  • Faire la relation avec la FSGT et participer à ses projets
  • D'autres problèmes peuvent être débattus : relations sport /santé, quelle politique locale pour les APS, le budget de la jeunesse et des sports, le bénévolat, la formation
  1. Remarque : Il serait souhaitable qu'il y ait davantage de sections représentées

stage de responsables et animateurs du Foyer

  • 10-11 février 1979 WE de formation pour les animateurs « sport pour tous » à BREST
  • 23 au 28 avril 1979 stages de dirigeants de club à DANMARIE-LES-LYS 77
  • 1979:
    • Stages photos noir et blanc, initiation, photo couleur, diapos et prises de vue
    • Stages danse (classique, moderne, collectives et populaires)
    • Stages audio visuels
  • Le 5 et 6 mai 1979 Stage des dirigeants à Berthaume  : une quarantaine de personnes y ont participé. Ils ont appris les divers rouages du Foyer, des fédérations et autres organismes qui nous concernent
  1. Points traités :
    • Organisation du Foyer : pourquoi les sections ? Les commissions ? Le comité directeur etc.
    • Les activités sportives, la naissance du mouvement sportif, les fédérations spécialisées et affinitaires, les orientations sportives du Foyer
    • Les finances du foyer pourquoi des cotisations ? Une kermesse ? Le budget du Foyer ? Pourquoi réclamons-nous le doublement du budget de la jeunesse et des sports ?
    • Nos fédérations et les autres milieux socioculturels (la FSGT, la FOL, les FRANCAS, l'office des sports etc. ;)
  2. Déroulement du stage :
    • Partie travail : le samedi de 15h à 19h30 et le dimanche de 9h à 12h30
    • Partie détente : le samedi de 19h30 à 23h00 et le dimanche de 12h30 à 17h00

25-26 novembre 1981 WE de travail ou stage d'auto formation

  • Participation d'une trentaine de personnes.
  • Le stage comportait 4 parties
  1. Notre pratique et la démonstration des activités
  2. Le Foyer et ses fédérations affinitaires
  3. Soirée détente
  4. Ateliers à la carte

Les sujets abordés

  1. Evolutions des besoins et possibilité de l'enfant en fonction de son développement
  2. L'information
  3. La conduite des réunions
  4. Gérer c'est quoi
  5. Le Foyer et ses fédérations
    • Pourquoi le Foyer est il affilié à la FSGT
    • Pourquoi une affiliation à la FOL et aux FRANCAS ces deux fédérations ayant des activités sensiblement identiques
    • Pourquoi les championnats FSGT ne sont-ils pas plus étoffés ?
    • Pourquoi n'y a-t'il pas d'éducateur rémunéré par l'état à la FSGT
    • Peut-on donner une définition de la laïcité ? Un prêtre ouvrier par exemple peut-il adhérer au Foyer ?
  6. Qu'est-ce que l'UFOLEP

Veillée du samedi 26 novembre 1981

Défis lancés par les stagiaires

  • Découvrir au plus vite le thème choisi par les autres équipes dans l'histoire du Foyer par une affiche, un chant un mime etc.

Ateliers

  1. Evolution des besoins et possibilités de l'enfant en fonction de son développement
  2. L'information
  3. La conduite des réunions
  4. La gestion c'est quoi
  • Avril 1982-1983 stage de formation d'animateurs : le conte, la littérature orale, précédé d'uns soirée conte adultes
  • 1987-1988,1990-1991, WE de formation d'animateurs pendant les vacances de Pâques
  • 1996-1997 WE formation animateur : formation de tous les animateurs sportifs et non sportifs

1998-1999 Centre de ressources et de formation

  • Le centre de ressources a organisé un temps de formation aux premiers secours réalisé par la société nationale des sauvetages en mer. 12 jeunes animateurs se sont formés aux 1ers secours et après 2 jours de formation ont obtenu leurs diplômes l'AFPS (l'attestation de formation aux premiers secours).
  • 1999-2000 le secteur enfance a Mis en place de 4 commissions: séjour de Ploemeur, la fête de l'enfance, le réseau échange européen, les mini camps pour l'été 2000
  • Le 18 janvier 2001 Groupe de pilotage du centre de formation et de reconnaissance . 3 thèmes ont été traités : sécurité, autonomie, gratuité, l'impulsion des projets transversaux
  • Eté 2001
  1. Stages multisports : 2 stages en juillet basket, Bad, escalade, sports de plage pour 20 enfants âgés de 8 à 16 ans et 1 stage au mois d'août afin que les enfants s'essaient à plusieurs activités sportives pour qu'ils puissent choisir leur sport pour la saison.
  2. Le but de ces stages est de lancer une section à la rentrée (10 enfants y ont participé : 3 filles et 7 garçons)
  3. Les enfants pratiquent une activité pendant 2 mercredis puis changent de sports
  4. Remarque : les Stages multisports pour l'été ,n'ont pas pas eu le succès escompté

22 juin 2002 L'après midi sportive des animateurs du Foyer

  1. Les animateurs ont pratiqué par équipe de 3 diverses activités sportives (badminton, foot, basket) les équipes se sont défiées tout au long de l'après midi
  2. Objectifs
  • Se connaître tous
  • Relancer la convivialité
  • Faire reconnaître réciproquement et valoriser le travail effectué par chacun
  • Créer une passerelle entre la fin des championnats sportifs (mi mai) et le début de l'été
  • Du 14 Février au 19 Février 2003 s'est tenu à Brest, La formation fédérale FSGT d'animateurs omnisports "natation et gymnastique" à Brest
  1. Thème du stage :
  • "Entrer, Rester et Progresser" dans la pratique des activités gymniques et aquatiques
  1. Déroulement du stage :
  • Préparation des séances d'animation adultes et enfants
  • Pratique d'activités (gymnastique, natation et plongée)
  • Débat collectif
  • Bilan et retour des séquences d'animation
  1. Participation :
  • 25 animateurs encadrés par 5 formateurs et 4 personnes ressources ont participé à ce stage. Plusieurs clubs ont accueilli les stagiaires pendant leurs créneaux. Notre association a mis en place un stage enfants qui a rassemblé 10 enfants sur 2 séances en fin d'après midi. De plus les stagiaires ont pu se former auprès de la section natation enfants et adultes
  • D'autres stages de formation auront lieu avec pour objectif l'organisation du festival international du sport de l'enfant en juin 2004 en région parisienne

Le 1er et 2 juin 2003 Festival national et international du sport de l'enfant en région parisienne.

  1. Participation :
    • 15 enfants et 8 animateurs du Foyer.
    • Le festival a rassemblé 3000 enfants venus des régions de France et du monde (Afrique du sud, Rwanda, Italie)
  2. Déroulement :
    • Le samedi : Visite culturelle de Paris en bateau mouche sur la Seine , la journée s'est terminée autour d'un spectacle qui avait pour thème le cirque.
    • Le dimanche toute la délégation a participé à un défi grandeur nature où le but était de cumuler des kilomètres sur une carte Paris-Johannesburg (Afrique du sud) en sillonnant le monde. Pour cela les enfants ont pratiqué plusieurs activités sportives et culturelles par équipe de 3.
  • 21 et 22 mai 2005 WE jeunes militants. Participation des animateurs CLSH, sportifs, bénévoles vacataires issus des patros pour travailler avec eux sur les représentations et les valeurs défendues par les associations. Une commission "jeunes militants" travaille sur ce projet. Le Foyer copilote cette commission en partenariat avec le Patronage Laïque Bergot.

Les Francas

Vendredi 24 octobre colloque 1985 « la place des enfants dans la société »

  • Semaine d'animation et Colloque Place de l'Enfant avec les FRANCAS. : "Quelles perspectives pour les enfants et les jeunes face à leurs loisirs autres Co éducateurs"
  • La place de l'enfant, du jeune dans la cité avec des points forts de réflexion : Co éducation ; les relations parents enfants.
  • Le Foyer travaille avec les Francas à la mise en place d'actions concertées entre les différents intervenants de l'éducation de l'enfant.
  • Participation au colloque place de l'enfant en Novembre


  • 4 et 5 Avril 1997 4ème rencontre régionale sur la place de l'Enfant à la mairie de Brest en ouverture d'une quinzaine de l'enfance, en partenariat avec la ville, la Caf, la jeunesse et les sports. Rencontr des militants des Francas, des élus locaux, des représentats associatifs qui évoqueront les enjeux éducatifs du temps libre et le développement local
  • Décembre 1992 Organisation d'un carrefour de réflexion sur la place de l'enfant au Foyer

Autres formations

  • 1988-1989 Le Foyer travaille avec la FOL et les autres patros à l'organisation de la fête des patros sur le thème le bicentenaire de la révolution


  • 2003-2004
    • Centre de loisirs maternels groupe de travail piloté par la ville de BREST et réunissant les centres des loisirs associatifs et municipaux. Thèmes abordés de l'encadrement à la communication. Formations envisagées suite à des difficultés rencontrées sur certains thèmes
    • Projet éducatif local participation au groupe du quartier ; travail de réflexion et de recensement autour des offres de loisirs en direction du public 10 14 ans
    • Education relative à l'environnement initié par les FRANCAS sensibilisation à la protection de la flore, le tri sélectif, la pollution de l'air, les énergies renouvelables
    • Accueil éducatif accompagnement scolaire programme de formation des intervenants bénévoles et professionnels organisé par la ville de BREST avec la participation de mouvement d'éducation populaire (CEMEA, FOL et FRANCAS). En plus de ces formations nous sommes invités à faire connaître nos pratiques en matière d'activités éducatives (lecture écriture)
    • Plan national d'incitation à la lecture et à l'écriture piloté par la direction départementale de la jeunesse et des sports, ce réseau rassemble les structures qui œuvrent pour faire reculer l'illettrisme Par différentes actions nous tentons de faire appréhender la lecture et l'écriture aux scolaires, enfants du CLSH et du PPS)
    • Collectif rive gauche (maison de quartier de Lambé, patonage laique de lambé, maison pour tous de Pen Ar Créach, du centre social de Ponta et le Foyer) permettre la mise en commun de moyens, et le partenariat sur des actions d'ampleur importante séjour ski)
    • Collège de l'Iroise, participation au jury des élèves de 3ème du collège à la suite de l'accueil d'une stagiaire et au "café des parents" réunions visant à informer ces derniers des possibilités offertes à leurs enfants au niveau du quartier
    • Réseau des directeurs initié par les FRANCAS échanges autour des pratiques, des fonctionnement, des orientations pédagogiques, les FRANCAS tentent de répondre aux questions et proposent des temps de formations en rapport avec les problématiques soulevées
  • Collectif rive gauche
    • We animateur formation des animateurs pour l'été : présentation du Foyer, accompagnement autour de l'application concrète des notions de concertation, d'évaluation ou d'accompagnement de projets d'enfants
  • 2005-2006
    • Réflexions liées à l'enfance : le réseau des directeurs FRANCAS
    • Le temps d'échange sur l'accueil éducatif organisé par la ville de Brest
    • Accompagnement au travail personnel le soir après l'école
    • BAFA pour les animateurs qui encadrent
    • Possibilité d'obtenir l'attestation de formation aux premiers secours
    • Initiation à la vidéo numérique pour deux animateurs dans le cadre de cinéville

Débats et expos

février 2005


Divers débats et conférences


  1. Quinzaine irlandaise du 7 au 27 octobre 1991
    • (bilan très positif, production de qualité, ouverture sur le quartier et l'extérieur, bon investissement des militants)
    • Expo de photos, de peinture sur la littérature irlandaise et l'histoire de l'Irlande.
    • Films soirée débat
    • Pièce de théâtre
    • Soirée musicale et repas irlandais
  2. Conférence "l'évolution des temps sociaux. Quelles implications pour le système éducatif ? le 4 avril 1997
  3. Débat sur l'enfant et les règles de jeu année Novembre 1998
    • La conférence débat Co organisée par l'office des sports et le comité FSGT s'est déroulée pendant la semaine des droits de l'enfant. Jacques JOURNET Co président de la FSGT a évoqué "l'enfant et les règles dans le sport "
  4. Débat "pratiques sportives et éducation populaire" 17 mai 1999
    • René MOUSTARD de la FSGT et Jean Noël SOURON des FRANCAS ont échangé avec les militants du Foyer sur ce sujet.
  5. Soirée débat : Associations d'éducation populaire quel est leur devenir ? Quel rôle en l'an 2000 ?
    • Intervention de Robert MAUBIAN, Anne Marie NORET, Jean Claude ORIOL, Pierre GUIGOURES, d'après leurs expériences personnelles
    • Intervention d'Alain GOZE d'un point de vue national
    • Table ronde animée par Nicole LOUARN (FOL), Alain GOZE, Jacques COQUIN (GAF), Robert Denis (jeunesse et sports) animée par Philippe LECOMBE
  6. Débat année 2005-2006
    • Soirée débat : Rencontre débat "avenir du sport associatif éducatif" avec nos partenaires habituels
    • Le 27 Mars 2006, échanges, anecdotes avec des personnes qui ont fréquenté le cinéma des familles


Exposition sur l'Irlande du 7 au 27 octobre 1991


Exposition, un siècle de sport à Brest

Exposition un siècle de sport à Brest du 22 novembre au 3 décembre 2004

L' histoire du mouvement sportif local

  • Proposé par les archives municipales et communautaires, le réseau des bibliothèques municipales de Brest, la cinémathèque de Bretagne avec le concours d'associations et de particuliers cette exposition présente, à travers six coups de projecteurs, l'histoire du sport à Brest entre le XIXème siècle et aujourd'hui.
  • Elle est illustrée par de nombreux documents bien souvent inédits, sortis des collections publiques ou prêtés par des particuliers et des associations. Elle permet de comprendre l'évolution et le développement de l'activité sportive sur un siècle : reflet d'évolutions politiques et sociales, la pratique du sport est en effet le résultat d'une histoire collective reposant sur la volonté et l'implication de quelques hommes


Exposition « les 70 ans de la FSGT

  • Les 70 ans de la FSGT du 31 janvier au 4 février 2005. cette expo retrace la vie du mouvement, ses avancées, ses grandes dates, les principaux acteurs.


Exposition

  • Une exposition des activités manuelles a lieu tous les ans à portes ouvertes, à l'assemblée générale ou en mairie de Saint-Marc.
  • En 2010,l'activité "meubles en carton", ainsi que celle des activités manuelles ont exposé en mairie de Saint-Marc.

Projets transversaux

Anima' sport

Les enfants découvrent les activités du Foyer
  • Cette animation a débuté en 2003.Elle est ouverte aux enfants du quartier. L'objectif est de faire découvrir les activités du Foyer aux enfants du quartier.
  • Pendant des séquences de 45 minutes des enfants viennent découvrir différents sports Bad, baslet, gym, volley et base ball, dans le but de mieux connaître un sport et de pouvoir le choisir.
  • Ils découvrent aussi des animations manuelles ou culturelles (arbres à mots, origami, modélisme...).
  • Le volley n'étant pas accessible aux enfants ce sport a été enlevé de cette animation après l'année 2003.
  • En 2007, cette animation s'est passée sur deux mercredis, avec un grand choix d'activités dont des activités nouvelles comme le kin ball, le bumball...

Festi'sport

Découverte du sport lors de festi'sport
  • Cette animation a débuté en 2004. Depuis le 1er dimanche de Février, des associations se réunissent pour faire découvrir au maximum d'enfants différents sports.
  • 1er février 2004 80 enfants de 5 associations brestoises affiliées à la FSGT (le foyer, le COPB, gym loisirs enfants, AS EGMO et sport jeunes) ont participé à ce festival. Thème de ce festival «Â l'éducation à la paix et à la non violence ». Activités proposées (bad, basket, gym, plongée, natation, jonglerie). D'autre part un espace était réservé aux enfants qui souhaitaient par le dessin répondre à cette question : « Si tu étais magicien, avec ta baguette magique, qu'est ce que tu ferais disparaître pour vivre dans un monde de paix ? ».
  • Pout clore cette journée un militant de l'union européenne de la paix, association d'éducation populaire, œuvrant pour l'éducation à la paix à Brest est intervenu afin d'expliquer la mission de cette association.
  • Ce festival est reconduit tous les ans, nous essayons de l'élargir à davantage de clubs.
  • En 2007, il a eu lieu dans le nouveau gymnase Jean Guéguéniat, une activité supplémentaire a été proposée aux enfants le mur de l'escalade, cette activité a eu beaucoup de succès auprès des enfants.
  • En 2010, le nombre d'enfants inscrits atteignait presque 400 enfants. Une nouveauté aussi, depuis 2009, cette animation débute le matin, et de plus en plus de parents y participent, et font le sport en famille. Tous les ans de nouvelles associations s'impliquent dans cette grande fête du sport. Les enfants sont encadrés par plus de 70 bénévoles         

Festival régional du sport à belle île les 12 et 13 juin 2004

festival régioal du sport à Belle Île
 
  • Il a eu lieu à l'initiative de la FSGT, du club omnisport populaire brestois, gym loisirs, sports jeunes et le foyer.
  • 70 enfants et 30 animateurs ont pu pratiquer de nombreuses activités sportives et de découvertes et à des animations en soirée.

 

Journée inter club de l'Office des retraités Brestois

 

  • Le 20 octobre 2005 150 personnes ont participé à la journée annuelle des clubs des retraités du Finistère. Les participants avaient le choix entre plusieurs activités : promenade sous le soleil au vallon de Stangalard tout proche, pétanque, dominos, cartes, scrabble, ou tout simplement conversation entre adhérents des différents clubs, bonne façon de faire rapidement connaissance. Puis à midi repas en commun animé par des chants et des histoires.

   

Galette des rois pour les anciens

 
gôuter de début d'année année 2010
  • Le 6 janvier 2006, les sections club détente, dominos et chants du Foyer se sont retrouvés autour d'une bonne galette. Quelques chansons ont animé cet après-midi.
  • Animation reconduite en 2007, le club pyramide s'est joint à cet après midi;
  • Depuis cette animation existe toujours. D'autres sections se sont jointes à cet après midi. Un grand merci à tous les bénévoles qui aident au bon déroulement de ce moment convivial.

Les Anniversaires

1956 : les 30 ans du Foyer

  • Une kermesse, deux tombolas, une séance théâtrale en Juillet, une seconde en décembre, ont été organisées, le bénéfice a permis de donner une subvention de 40000F lors de la distibution des prix et d'organiser une distribution de friandises pour tous les enfants fréquentant les écoles laïques de Saint-Marc, y compris les maternelles.

1976 : les 50 ans du Foyer

  • 4 générations ont participé à l'élaboration du programme, revue chantée de 1926 à 1976, séance de variétés soous la présidence de Mr Blaise président fondateur qui demaure actuellement dans la région parisienne.

1986 : les 60 ans du Foyer

  • Soirée artistique retraçant l'histoire du Foyer
  • Exposition des travaux des sections
  • Exposition et brochure "60ans déjà"

1996 : les 70 ans du Foyer

  • Animations sportives à l'Iroise
  • Décembre 1996 : soirée de clôture du 70 ème anniversaire
  • les adhérents ont retracé en chansons les grands moments du patro
  • 2ème partie animée par les Goristes
  • Expo "portrait de Bretagne" de Didier Olivre, organisé par le Foyer dans le cadre des 70 ans

2006 : les 80 ans du Foyer

  • Création de 2 collectifs : l'un pour le programme d'animation, l'autre pour l'histoire du Foyer.

Animations diverses tout au long de l'année

  • Pot de débur d'année le 13 janvier 2006
  • Festi'sport le 5 février 2006
  • Challenge Caldéroni le 11 mars 2006
  • Tournoi Club pyramide le 18 mars 2006
  • Thé dansant le 23 mars 2006
  • Assemblée générale et expo des activités poterie et activités manuelles le 23 mars 2006
  • Week end plein air le 22 et 23 avril 2006
  • Séjour Camaret du 23 au 28 Avril 2006
  • Fête de l'enfance le 31 mai 2006
  • Tournoi badminton le 10-11 Juin 2006
  • Randonnée dans Saint Marc le 24 septembre 2006
  • Soirée théâtre le 7 octobre 2006
  • Expo sur notre histoire fin 2006
  • Soirée cabaret 2 décembre 2006
  • Rencontre débat "avenir du sport associatif éducatif"



Réflexions d'un militant Robert Maubian

Association ou équipement ?

Année 2000

Interrogations et Contribution à la réflexion sur un projet éducatif nouveau.

( R. MAUBIAN, le 9.10.2000)


En fin de réunion du Bureau du Foyer le 5 octobre, j'ai exprimé quelques-uns de mes sentiments face à une interrogation :

Suis-je encore adhérent et militant d'une ASSOCIATION LAIQUE issue de l'Education Populaire et du Sport Populaire ou suis-je inconsciemment dans un EQUIPEMENT municipal, socio-éducatif ?

Il me semble que cette question doit interpeller la réflexion engagée sur la rénovation de notre projet éducatif et au-delà l'ensemble des Patronages Laïques Municipaux Brestois.

Elle ne m'est pas venue d'un seul coup de manière inopinée. Elle résulte d'un processus de réflexion engagé depuis le colloque organisé par le Foyer en 1997 sur l'avenir des Associations d'Education Populaire et poursuivi par le travail sur la rénovation du projet éducatif du Foyer que j'ai relié à une participation à l'Offre Publique de Réflexion (O.P.R.) lancée par le Ministère Jeunesse et Sport et aux débats relatifs à la nouvelle Loi sur le développement des A.P.S.

Dans ce cadre des faits récents m'amènent à considérer que la question devient de plus en plus cruciale au point qu'AUJOURD'HUI, notre originalité, notre identité, comme celles de tous les Patronages Laïques Municipaux sont menacés. Parmi d'autres en voici quelques-uns un :

Dans le cadre de l'O.P.R. sur l'avenir de l'Education Populaire, la confirmation que certaines collectivités locales se sont engagées dans la voie de confier leurs C.L.S.H. à des entreprises privées ? Des appels d'offre se font ou se sont faits dans ce sens (ex : Nantes).

Dans le document "Projet Educatif Local" établi par la Ville de BREST, il est fait une distinction entre établissements scolaires d'un côté et équipements socio-éducatifs et Associations de l'autre. Les P.L.M. sont classés dans les équipements. Par exemple pour le quartier de Saint-Marc : 14 établissements scolaires, 5 équipements (1 P.L.M., 1 M.P.T., 1 Centre de Loisirs Municipal, 1 S.P.L.M.( ?), 1 bibliothèque municipale).

Au niveau Foyer lui-même :

  • Le document «Profil de Poste» produit dans la perspective du remplacement de J. GAUTIER indique qu'il s'agit d'un poste de Directeur d'Equipement... sans référence à la Vie associative ou à l'Education Populaire. (je pense que dans l'esprit des rédacteurs cela va sans dire. Mais dans celui des autres ?).
  • J'ai participé au dernier Bureau du fait que dans l'ordre du jour figurant la question de l'état des lieux du secteur A.P.S. Il y a été consacré 10 minutes, alors que d'une part il est en grosse difficulté (j'ai tenté d'alerter à ce propos à plusieurs reprises) et que d'autre part il constitue la partie la plus importante de la part de Vie Associative dont l'activité repose sur le bénévolat.

Une confirmation, par la politologue M. BARTHELEMY dans son livre : "Associations : un nouvel âge de la participation ?", de l'analyse de la situation sous l'effet des évolutions subies depuis le début des années 1980 et dont je reprends quelques propos :

  • L'offre publique a pris le pas sur l'initiative Associative.
  • La formation se banalise (B.E. .D.E.F.A.) était en dehors de tout projet éducatif.
  • L'intérêt pour le militantisme s'affaiblit au profit des dimensions gestionnaires et technicistes de la vie associative.
  • La logique d'affiliation (objectif personnel limite) progresse aux dépens de la logique d'appartenance...

Tout cela et d'autres choses en relation avec la préparation des décrets découlant de la nouvelle Loi sur les A.P.S. me conduisent à cette interrogation :

  • Le Foyer Laïque de Saint-Marc, et avec lui les P.L.M. Brestois ont-ils atteint, aujourd'hui, un SEUIL DE RUPTURE avec leur identité et leur originalité historiques ? Vont-ils concourir eux-mêmes à leur instrumentalisation et à leur marginalisation, ou VONT-ILS AVOIR LA VOLONTE DE RESISTER ?

Au Foyer nous avons organisé le 17 mai 1999 un débat intitulé "Pratiques Sportives et Education Populaire". Au cours de celui-ci, J.N. SOURON, Président Départemental des Francas s'est demandé si certaines interrogations du type de celles que je reformule ici ne relevaient pas de la nostalgie (... de la recherche de fantômes).

Il ne me semble pas. Certes, comme en témoignent les quelques contributions que j'ai tentées d'apporter dans le cadre évoqué plus haut, je pense que nous ne devons pas nous couper de nos origines et de notre histoire. Mais en même temps, je pense que, si nous avons besoin de nous y référer, pour garantir notre avenir nous avons besoin de CREER des transformations, des changements dans la manière de nous situer dans la Société d'aujourd'hui et de nous orienter vers des innovations qui conduisent à des acteurs-professionnels, volontaires, bénévoles - conscients, autonomes, responsabilisés, décidés à ne pas lâcher ce qui fonde notre raison d'être.

Pour cela nous devons nous engager dans la voie de construire ensemble et avec d'autres, un projet d'AVENIR, fondé non sur la concurrence ou la complémentarité, mais sur la notion de DIFFERENCE (de qualité !) avec les secteurs de prestation de services, qu'ils soient marchands ou étatiques et sur la notion d'AUTONOMIE dans laquelle la recherche de concertation et de coopération perd tout son SENS.


R. Maubian

Vie associative - Education populaire sport populaire

QUEL CADRE DE REFERENCE POUR UN PROJET EDUCATIF NOUVEAU ? Robert Maubian 1er novembre 2000

Embarqué, depuis le colloque organisé par le Foyer le 16/11/96 sur le thème «Avenir et Perspectives des Associations d'Education Populaire», je me suis impliqué depuis dans un travail de réflexion liant Avenir de l'Education Populaire et Avenir du Sport Populaire. Cela m'a conduit à m'engager : Dans le travail initié par le C.D. du Foyer sur la rénovation de son projet éducatif.

  • Dans l'Offre Publique de Réflexion sur l'Education Populaire impulsée par le Ministère suite aux rencontres de la Sorbonne des 5 et 6 novembre 1998.
  • Dans la réflexion et les débats liés à l'élaboration de la nouvelle Loi sur les A.P.S.... et en relation dans les initiatives de la F.S.G.T. liant Sport Populaire et Education Populaire et notamment les séminaires.

Et, aujourd'hui je fais l'hypothèse qu'il est temps de se préparer aux débats qui ne vont pas manquer se produire dans le cadre du 100ème anniversaire de la Loi de 1901. Dans ce cheminement il apparaît que le Foyer Laïque de Saint-Marc constitue un lieu qui concentre à son niveau une grande part des effets des évolutions sociales, économiques et politiques intervenues depuis 40 ans et particulièrement dans les deux dernières décennies.

Tout cela me conduit à considérer que l'élaboration d'un projet éducatif nouveau, que je situe, comme une boussole pour ouvrir des perspectives à plus ou moins long terme nécessite de se doter d'UN CADRE de REFERENCE.

Pour cela, il me semble que nous avons besoin de nous confronter à deux types de capacités :

  • COMPRENDRE comment l'idéologie dominante et les pratiques dominantes peuvent imprégner les manières de vivre des plus ordinaires des gens et leurs modes de pensée.
  • COMPRENDRE comment se construit l'être humain dans le social, par l'appropriation de la culture... et en relation ce qui est spécifique à chaque activité. (Par exemple la spécificité des A.P.S. se situe dans le développement de la motricité).

Je n'ai pas la prétention de disposer de ces capacités, mais seulement d'apporter une contribution à partir de deux questions :

1ère QUESTION : L'évolution du domaine Associatif et du domaine des A.P.S. soulève-t-elle des problèmes qui seraient des ENJEUX de SOCIETE ?

2ème QUESTION : Comment partir d'une diversité de points de vue, voire de désaccords pour travailler à une perspective liée à un profond besoin de renouvellement de la vie associative ?

Dans cet esprit les propos livrés ici sont à situer comme une réflexion destinée à déclencher des réactions ... et UNE DISCUSSION élargie au-delà du Foyer et non à proposer des solutions.

Au-delà de la réflexion personnelle liée à l'expérience et aux groupes de travail ou aux débats auxquels j'ai participé, ces propos se réfèrent à des productions (René MOUSTARD, Sport et Plein Air. O.P.R. Education Populaire) à des articles de presse et au livre de Martine BARTHELEMY : «ASSOCIATIONS : Nouvel âge de la participation».

R.Maubian

Année 2001

Les enjeux de l'éducation populaire dans une société à transformer

(R. Maubian, le 21 novembre 2001)

PROLONGER L'OFFRE PUBLIQUE DE REFLEXION

Engagé dans une réflexion sur l'avenir de l'Education Populaire depuis un colloque organisé par le Foyer Laïque de Saint-Marc en mars 97, je me suis investi dans l'Offre Publique de Réflexion (O.P.R.) initiée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports en 1998.

Après avoir participé à son lancement au cours d'une réunion départementale le 18 février 1999, j'ai participé à l'un des 6 groupes de travail qui se sont constitués à ce moment sur des thèmes différents pour chacun d'entre eux.

Cela m'a amené à suivre les différentes étapes qui ont conduit à deux productions parues au cours de cette année du 100ème anniversaire de la Loi de 1901 :

  • Un rapport produit par Frank LE PAGE, chargé de recherche, associé à l'I.N.J.E.P. et coordinateur de l'O.P.R. intitulé "LE TRAVAIL DE LA CULTURE DANS LA TRANSFORMATION SOCIALE".
  • Un livre blanc "CITOYENS : CHICHE" rédigé au sein du ministère par Jean LETERRIER et préfacé par M.G. BUFFET.

A la fin de cette préface la Ministre propose de transformer l'Offre Publique qui s'est achevée ainsi en offre PERMANENTE, invitant ainsi à poursuivre la réflexion. Je livre ici quelques-unes des miennes dans l'espoir d'entraîner de nouveaux militants dans les débats déjà suscités... et dans l'action commune.


CRISE DE L'ENGAGEMENT OU DE LA CAUSE ?

"Crise du bénévolat". "Crise du militantisme" sont des expressions que l'on entend souvent dans la plupart des Associations d'Education Populaire pour expliquer leurs difficultés.

Le premier mérite de l'O.P.R. est à situer, me semble-t-il, dans une remise en cause de ce sentiment.

Il ne s'agit pas d'une crise, au sens où ce terme convient plutôt à un pic dans une maladie, à un moment difficile dans la vie d'une association. Or, les difficultés, voire les butoirs rencontrés ici sont à situer dans un PROCESSUS installé sur la durée. Il a commencé dans le milieu des années 1970. Et ce qui est en cause ce n'est pas le nombre de bénévoles ou de militants, mais l'OBJET de leur engagement. Cette évolution trouve sa source dans une articulation entre plusieurs facteurs :

La logique néo libérale : La finance et les services produisent plus de profits que le travail industriel, et l'accumulation de richesses sans précédent s'accompagne d'un retour sans précédent des inégalités. Violence, etc...

La décentralisation qui se traduit par un transfert des responsabilités de l'Etat vers le niveau local, notamment dans le domaine de la gestion des effets de ce libéralisme : Chômage, L'action publique, engagée au cours des années 1970 dans la réalisation d'équipements (M.S.C., M.P.T., Centres Sociaux...) et poursuivie par la mise en place des dégâts causés par la logique financière. Nous aurons bientôt un dispositif par catégorie sociale en difficulté !

Ces politiques d'équipements et de dispositifs ont entraîné un développement de la professionnalisation de la vie associative. Elle a surtout engagé les associations et les militants vers la croyance que leur utilité sociale réside dans des réponses de proximité immédiates et dans une action concrète sur le terrain.

C'est ainsi que d'un côté le bénévolat se développe dans des opérations telles que restos du cœur, téléthon, soutien à des recherches médicales et que dans le même temps les associations sont engagées dans un rôle d'agent des commandes municipales, ce qui les éloigne du rôle initial de l'Education Populaire : intervenir comme l'une des forces de changement et de modernisation de la démocratie et de la politique.

Voilà qui est à prendre au sérieux tant par les élus qu'au sein des associations car la démarche engendre une perte de croyance dans la capacité à agir efficacement sur l'organisation politique, économique et sociale et renforce l'idée chère au libéralisme d'un modèle unique où il n'y aurait pas de place pour tout le monde.


RADICALISER LES POSITIONS

Cette interpellation des élus et des militants de la vie associative et au-delà de tous les citoyens est d'autant plus profonde qu'il faut se dire, mais de manière optimiste, que le pire n'est sans doute pas atteint.

Au-delà de la perte d'identité de l'Education Populaire il devient de plus en plus flagrant que la démarche ainsi mise en œuvre ne produit pas de résultat : ni au plan de la réduction de l'exclusion et de la pauvreté, du chômage ou de la violence...

Conséquence : Tout est prêt pour un transfert aux opérateurs privés qui sont à l'affût de tout gisement de profits. Et l'éducation, la communication, la culture, les loisirs font partie des gisements possibles ! De l'instrumentalisation à la privatisation-sans prétexte d'efficacité - il n'y a qu'un pas que certains sont prêts à franchir allègrement.

Face à ce risque de régression de la démocratie par la marchandisation, la question qui se pose aujourd'hui est de radicaliser les positions face aux politiques publiques.

Cela passe par la nécessité d'INTERROGER PUBLIQUEMENT chaque dispositif.

Par exemple celui qui concerne les "Emplois Jeunes". Quel en est le SENS alors que les grands objectifs concernant la jeunesse supposent que d'abord ce sont les adultes qui doivent aller mieux ? Quel est leur avenir professionnel : se situe-t-il en rapport avec les questions évoquées plus haut ou se situe-t-il dans une mise à disposition du secteur privé ?

Ainsi dans certains départements de nouveaux projets émergent à travers l'aménagement du territoire et l'intercommunalité. Toujours sous couvert de cohérence économique et d'efficacité les petits clubs sportifs sont invités à fusionner avec pour appât la réalisation d'un grand équipement où ils trouveraient des professionnels à leur disposition. Futur cadeau à des investisseurs ?

Ou bien encore où serait le SENS si la précarisation conduit les associations à ne s'occuper que des exclus et de ceux qui sont en difficulté.

Ces interrogations ne visent pas à rejeter la relation de service public mais à permettre d'éprouver ce qu'est la démocratie.

En même temps elles se relient à la construction de savoirs utiles, à la transformation sociale ou valorisant les espaces intermédiaires que sont les associations.


UNE DYNAMIQUE A RENFORCER

Ces quelques commentaires ne constituent qu'une petite partie des questionnements nécessaires du retour de l'Education Populaire à ses raisons d'exister et donc aux questions IDEOLOGIQUES.

Ainsi du besoin de revisiter la décentralisation, au besoin de considérer que ce ne sont pas les consensus mais les conflits qui constituent le moteur de la démocratie ;

Du colloque initial de la Sorbonne qui s'est tenu fin 1997 jusqu'aux productions citées dans cet article 520 rencontres ont eu lieu au niveau national. Elles ont concerné des milliers d'intervenants. D'autres pour des raisons diverses et surtout peut-être celle de la crainte du politique n'ont pas voulu s'engager.

Il reste que la question du développement de la pensée critique est plus fortement que jamais à l'ordre du jour. Et que, comme l'indique Frank LE PAGE dans sa conclusion, il ne suffit pas de proclamer la démocratie pour qu'elle advienne.

Réhabiliter la politique

A partir des questions d'aujourd'hui

  • LA RECONNAISSANCE du BENEVOLAT
  • LA PROFESSIONNALISATION et L'AVENIR DES EMPLOIS JEUNES
  • LES BESOINS de FORMATION
  • L'AUTONOMIE DES ASSOCIATIONS

(R. MAUBIAN - F.L. de Saint-Marc le 31 mars 2001)

LA DOUBLE IDENTITE DES P.L.M. de BREST : UN ENJEU POUR EXISTER ?

Les Patronages Laïques municipaux Brestois ont une spécificité : ils se sont construits sur la base de deux interfaces : entre mouvement ouvrier et environnement de l'école laïque d'un côté, entre Sport et Education Populaire de l'autre.

L'évolution de leur situation au cours des deux dernières décennies et leur rapport au contexte produit aujourd'hui des interrogations en regard de cette double identité historique.

Il me semble que ces interrogations peuvent se traduire en une question fondamentale : Si cette double identité disparaît auraient-ils encore une raison d'exister autrement que sous la forme d'un équipement utile à leurs adhérents ?

Et dans ce cas, à terme y aurait-il un manque qui s'établirait ?

Cette question n'a de SENS que si elle est posée en regard de la place occupée dans la vie de la CITE et du rapport au contexte et aux enjeux de société.

Dans un ouvrage intitulé "SPORT et PHILOSOPHIE" le philosophe Yves VARGAS indique : ... Rien n'existe sans nécessité. Le dire signifie que la chose qui arrive à faire sa place parmi les existences est celle qui a su creuser la nécessité et l'imposer au point que cette place une fois imposée se révèle positive

Pour autant poursuit-il, cette existence n'est pas donnée d'avance. Si tout être tend à persévérer c'est qu'il est menacé à chaque instant de disparaître. PERSEVERER, d'est donc en permanence, CREUSER LA NECESSITE D'ETRE UTILE POUR EXISTER.

Or, cette utilité qui jusque là a garanti leur existence... et leur développement a été fondée par les P.L.M. sur trois dimensions : Sociale, éducative, politique.

La domination de la logique marchande dans la Société, l'instrumentalisation par les collectivités publiques ont entraîné un effacement de cette dernière dimension et en conséquence une question : QUELLE PLACE FAIRE AUJOURD'HUI AU "POLITIQUE" et COMMENT S'Y PRENDRE ?

Mon propos n'est pas d'y répondre mais de verser quelques éléments qui me semblent utiles pour nourrir la réflexion et impulser le débat

UN PEU D'HISTOIRE

Du travail engagé il y a 5 ans sur le cas de BREST dans le cadre d'une étude sur la spécificité de la F.S.G.T. j'ai retenu une diversité d'aspects concernant les P.L.M. et relatifs à leur identité. En voici quelques-uns brièvement résumés en fonction des périodes qui partent de 1945.


1945 - 1955 : C'EST LA RECONSTRUCTION

De BREST il ne reste pas grand chose à l'issue de la seconde guerre mondiale. Rien écrit PREVERT. Mais la vie reprend ses droits et la population rentre peu à peu dans les quartiers de baraques rapidement construites. Chaque patro mobilise autour de la construction de locaux et d'installations minimums pour fonctionner.

Ainsi au F.L. de Saint-Marc par exemple la commission la plus importante est celle "des travaux". Bénévoles et militants se retrouvent chaque week-end autour des brouettes, pelles et pioches.

En même temps les activités sont relancées en relation avec les écoles et les parents d'élèves. L'action des patros est engagée dans trois directions :

  • Soutien à l'école publique : financement de fournitures, arbres de Noël
  • Obtention de leur part d'aides et de subventions liées aux dommages de guerre pour la réalisation de nouveaux équipements
  • Concurrence avec les patronages catholiques.

Les débats sont passionnels à l'intérieur de chaque patro, mais aussi avec la Ville et au sein d'organismes comme l'Office des Sports. Ils portent le plus souvent sur les choix de priorités mais à partir de la fin des années 1940 ils seront dominés par les oppositions entre socialistes et communistes résultant de la guerre froide.

Cela n'empêche pas les prises de positions communes et la relance de grandes initiatives telles que la fête des Ecoles et de la Jeunesse qui regroupe dans un défilé en ville jusqu'au stade de Ménez-Paul 10 000 participants.


1955 - 1965 :

H.L.M. et cités de "castors" remplacent peu à peu les baraques. Les premières tours se construisent à QUELIVERZAN. Au plan politique c'est la fin de la 4ème République et le début de la 5ème. Les P.L.M. prennent position contre la guerre d'Algérie et sont présents dans les actions et les luttes pour la défense de la Laïcité contre la Loi DEBRE avec la F.O.L., les Associations de Parents d'Elèves, les syndicats d'enseignants...

C'est aussi la période où la F.S.G.T. trouve un nouvel essor avec la relance des activités enfants et la création de clubs d'entreprises.

Des équipements sportifs se construisent mais en même temps les P.L.M. doivent lutter contre la disparition de certains tels le terrain de l'Etoile Rouge (P.L. Guérin) ou le stade Y. Le Bihan (Stade Quilbignonnais).

A Saint-Marc, le Foyer Laïque organise avec les Parents d'élèves des manifestations qui aboutiront à la réalisation du terrain multisports de la rue de Tunisie, face à l'école publique.

La F.S.G.T. et l'U.F.O.L.E.P. mettent sur pied des championnats autonomes de basket-ball dans les catégories benjamins et minimes et des compétitions communes dans les autres catégories aux dates affinitaires. Au cours de la saison 1963-1964 une première soirée de rencontres entre sélections UFOLEP et FSGT d'un côté et FSCF de l'autre a lieu dans la salle Marcel CERDAN.

Les affrontements sont toujours aussi vifs au sein des patros ou entre eux. Cela n'empêche pas le développement d'une diversité d'activités et de coopérations, notamment avec les enseignants et les associations de Parents d'élèves. Organisme de coordination et interlocuteur de la Ville la S.P.L.M. bénéficie d'une influence importante.


1965 - 1980 :

Marquée par les évènements de Mai 1968 c'est une période de transformations, de changements dans les conditions de vie et dans les conditions de travail.

Cela engendre la disparition de certaines activités telles que les sections théâtrales, les fanfares et cliques, les sorties pique-nique collectives ou encore le cinéma qui faisait vivre en grande partie un patro comme le Foyer Laïque de Saint-Marc. En même temps apparaissent des aspirations et des besoins nouveaux.

Idées et propositions jaillissent incessamment. Ainsi dans le domaine du Sport, l'Office des Sports est-il le théâtre de débats suscités par des revendications : plus de piscines, une plaine de jeux, plus de gymnases, un grand stade...

Sous l'impulsion de la F.S.G.T. notamment c'est aussi une période d'innovations avec les sections enfants omnisports créées dans plusieurs clubs d'entreprises et dans quatre patros : P.L.L. - P.L. J. Le Gouil - P.L.Pilier Rouge et F.L. de Saint-Marc et en relation une formation continue d'animateurs et de dirigeants. C'est encore le développement d'initiatives communes entre l'UFOLEP et la FSGT tels que les grandes fêtes omnisports en même temps que l'organisation de championnats communs et sous l'égide de la F.O.L. la création de clubs de jeunes...

Au niveau de la Ville ces nouveaux besoins liés au développement de la population et au passage des baraques (l'horizontalité) aux immeubles (la verticalité) amènent la réalisation de nouveaux projets d'équipements tels les Maisons pour Tous et les Centres Sociaux. Cela suscite des débats et des affrontements sur plusieurs plans : les P.L.M. y voient une concurrence en même temps qu'une instrumentalisation et un danger pour la vie associative fondée sur le bénévolat.

Illustration partielle de cette période : un Conseil Municipal en juin 1975. A l'ordre du jour figurent :

Les marchés et les dossiers concernant la réalisation des gymnases de LANROZE et QUIZAC, les dossiers d'acquisition des terrains pour la construction du complexe de la Cavale Blanche. Le Maire, BEREST, fait état à cette occasion d'une part d'autofinancement de 12 millions de francs consacrés en 1974 à l'équipement sportif. Les débats portent le choix entre l'arrêt de la construction de gymnases au profit d'installations de Plein Air.

Au niveau national la réduction progressive du Budget de la Jeunesse et des Sports, les projets de réduction de l'E.P.S. à l'école entraînent des réactions dont un Appel National et une manifestation de 10 000 personnes le 8 juin 1972. Le Comité de liaison des fédérations affinitaires et de la F.N.O.M.S. s'élargit au C.N.A.J.E.P. et à d'autres organisations et personnalités.

A BREST, le 13 février 1975, sur l'initiative de la Commission mixte FSGT-UFOLEP, 18 organisations dont l'Office des Sports, les Comités départementaux de hand-ball, volley-ball, de pétanque organisent une table ronde et s'accordent sur un texte de propositions s'opposant au projet de Loi proposé par le Ministre MAZEAUD.Cela conduira à la constitution d'un comité du doublement du budget de la Jeunesse et des Sports et à une première manifestation avec des animations sportives dans la rue le 9 novembre 1976 et une seconde en novembre 1977. Chacune regroupe 500 à 600 personnes.

Dans cette même période, tout en coopérant au fonctionnement du Comité Départemental des Sports des luttes sont engagées avec la D.D.J.S. qui tente de développer des actions directes d'animation du sport pour tous et particulièrement la gym d'entretien féminine... y compris en utilisant 5 installations des patronages laïques. Cette bataille sera gagnée et certaines sections adhèrent à des P.L.M. (P.L.L. - F.L.S.M. - P.L.P.R....).

De cette période il me semble possible de retenir quelques idées et réflexions :

Il est possible d'articuler intensité de luttes et d'actions avec concertation voire coopérations. A condition de ne pas lâcher sur le SENS. Cela est particulièrement illustré dans les relations à la D.D.J.S. et à la Ville.

Cela pourrait être encore illustré de manière spécifique par les conditions dans lesquelles les patros ont obtenu la reconstruction ou la rénovation de leurs locaux. Ceci pourrait d'ailleurs faire l'objet d'une étude particulière.

Les prises de position, les actions de caractère politique sont un facteur de développement des activités, du militantisme et du bénévolat quand elles sont liées à l'évolution de la Société. En témoigne par exemple le cas du secteur des A.P.S. du F.L. de Saint-Marc qui est passé de 130 adhérents en 1965 à 847 en 1982.

Rien n'est définitivement acquis : Aujourd'hui les effectifs du même secteur des A.P.S. sont réduits à 600 adhérents.


1980 - 2000 :

Sur cette période chacun peut se référer aux notes précédentes et surtout au livre de Martine BARTHELEMY "Vie Associative : Nouvel âge de la Participation ?". Il s'agit ici d'un simple rappel en relation avec ce retour partiel sur la période 1965-1980. Car celui-ci me semble mettre en évidence que c'est dans les années 1970 que se sont engagés l'institutionnalisation des Associations d'Education Populaire et la professionnalisation des animateurs.

Ceci s'est fait en relation avec la logique de réalisation des équipements, M.P.T., Centres Sociaux mais aussi P.L.M.

A partir des années 1980, sous la pression des dégâts causés par la crise économique et sociale et sous la pression des tutelles du marché cette logique de dispositifs institutionnels et de professionnalisation n'a cessé de s'accentuer.

Dans cette période les Associations d'Education Populaire et parmi elles les P.L.M. ont été des victimes consentantes des collectivités publiques. L'action sociale a été valorisée par rapport à l'action éducative et politique entraîmant de manière dominante la recherche du consensus. Tout cet ensemble a produit une démotivation des militants.

Ainsi Geneviève PUJOL dans l'introduction du livre Education Populaire : le tournant des années 70 écrit-elle : Ce ne sont plus les associations d'E.P. qui inventent de nouvelles formes d'intervention éducatives : c'est l'Etat qui les définit pour elles...

Cela ne signifie pas que certaines innovations ou réponses à de nouvelles aspirations n'ont pas été prises en compte, mais qu'il y a eu un affaiblissement dans la capacité à aborder les problèmes de manière politique.

D'une manière globale et peut-être caricaturale, il me semble que nous pourrions dire que la réponse aux demandes a pris le pas sur l'initiative autonome que les impératifs de gestion ont pris le pas sur ce qui justifie l'existence des associations et particulièrement des P.L.M.


UN BESOIN DE CLARIFICATION IDEOLOGIQUE

Les détours précédents montrent que nos traditions sont profondément bouleversées.

Regardés dans le rétroviseur n'est pas inutile et il me semble même qu'un minimum de connaissances sur l'histoire serait d'un grand intérêt pour les jeunes animateurs professionnels ou bénévoles.

Cependant, l'avenir ne ressemblera pas au passé. Pour qu'il reste ouvert, il convient de s'y intéresser et à temps. A l'étape actuelle, en relation avec le travail sur la spécificité de la F.S.G.T. je reste convaincu que, du point de vue de notre identité, cet avenir reste inscrit dans la perspective d'une place essentielle aux militants bénévoles.

Cela signifie que la question de la place de la politique est à déplacer aujourd'hui vers des questions de Société : la vie associative ne peut pas se reconnaître dans les valeurs marchandes. Le Sport populaire et l'Education populaire se situent sur le terrain du développement de l'être humain.

Dans une société en mutation et dans un contexte où grandit le besoin de redonner aux activités sportives en particulier UN SENS il est non seulement nécessaire de ne pas les laisser aux mains d'intérêts qui leur sont extérieurs mais aussi de refonder ses valeurs.

Pour cela, il me semble que nous avons besoin de référents à construire dans une dialectique entre deux questions fondamentales :

  • COMPRENDRE la société d'aujourd'hui
  • COMPRENDRE comment se construit chaque être humain
  • COMPRENDRE comment les logiques influent sur le comportement, les modes de pensée, les attitudes.
  • COMPRENDRE comment chaque activité peut contribuer soit à cette construction et au développement d'un individu ou au contraire à son aliénation.

C'est à ce prix que nous pourrons mettre en relation deux besoins :

  • Celui d'élucider les motifs d'adhésion, de promotion des activités, leur utilité pour les membres du club ou de l'association, pour la population et au-delà pour les pouvoirs publics eux-mêmes.
  • Celui d'un projet communiqué, d'un projet partagé, d'un projet commun qui puisse se discuter à toute occasion.

Cela me semble d'un intérêt d'autant plus fort qu'il s'agit de questions susceptibles de susciter des débats passionnels dont nous avons besoin pour mobiliser les ardeurs militants.

Les enjeux sont ceux de la reconnaissance des capacités développées dans le champ du Sport populaire et de l'Education populaire au plan :

  • DU PROGRES des individus : on ne conçoit ni l'animation, ni la formation de la même manière qu'un service privé ou même public si on se situe sur le terrain de l'émancipation humaine.
  • DES VALEURS : par nature la logique marchande ne reconnaît pas les capacités développées par la gratuité et le don de soi. Posons-nous la question : Qui a intérêt à faire croire à la régression ? Voire à la disparition prochaine du bénévolat ?
  • DE LA CONQUETE DE NOUVEAUX DROITS dans l'expérimentation de projets de fonctionnement, de réglementation, de formation voire de nouveaux modes relationnels avec les pouvoirs publics.

Dans le rapport d'étape de l'O.P.R. sur l'Education Populaire, j'ai relevé le propos suivant : ... "Arrêter de faire croire qu'en finançant des activités on finance de la pensée critique. Si on veut financer de la pensée critique, il faut le dire et le faire".


TRAVAILLER SUR CES QUESTIONS ET EN DEBATTRE NE SERAIT-CE PAS UNE MANIERE DE CELEBRER LA LOI DE 1901

Cette note est réalisée à l'intention des Patronages Laïques Municipaux de BREST ainsi que les instances locales du Sport Populaire et de l'Education Populaire : F.S.G.T. - U.F.O.L.E.P. - F.O.L. - Francas et de l'Office des Sports.

Elle vise à apporter des éléments complémentaires aux réflexions qui ont précédé le débat qui s'est tenu au sein de la S.P.L.M. le 8 mars et à la note qui a suivi (UTILITE et AVENIR des P.L.M.).

Si elle s'appuie sur le cas des P.L.M., elle part du sentiment qu'il n'y a pas de solution aux questions du moment en restant chacun dans son univers.

C'est ce qui me pousse à militer pour des lieux de rencontre en relation avec les initiatives nationales telles que les A.N. du Sport Populaire (l-2-3 novembre) ou le projet de colloque initié par le Groupe des 18? (achat 2001) ou encore les suites qui seront données à l'O.P.R. ou l'Education Populaire?.

  • Constitué au moment du projet de Loi sur les A.P.S., le groupe des 18 est composé de :
    • Fédé affinitaires et multisport : FSCF - FSGT - UFOLEP - EPGV - EPMM - etc.
    • Organismes multisport : FNOM - FFCO
    • Mouvements d'Education Populaire : CEMEA - FRANCAS - FFMJC
    • Organisations du monde scolaire : UNSS - SNEP

Un rapport d'étage a été publié le 23 janvier.

R. Maubian

Utilité et avenir des patronages laïques municipaux de Brest

R. MAUBIAN le 14.03.2001

NOTE LIMINAIRE

Cette note est une contribution à la réflexion collective engagée au cours de la réunion débat qui s'est tenue le 8 mars 2001. Elle tente de relier des commentaires suscités par la discussion et des notes de lectures diverses notamment :

  • VIE ASSOCIATIVE : Nouvel âge de la participation (M. Barthélémy politologue)
  • EDUCATION POPULAIRE : Le tournant des années 1970(sous la direction de G. Pujol sociologue)

Elle tente en même temps d'annoncer les questions qui semblent émerger dans la confrontation aux deux questions centrales qui ont été émises dans le débat :

  • A quoi servent les P.L.M. aujourd'hui ?
  • N'en sommes nous pas à nous épuiser dans une adaptation "obligée" qui nous entraîne à défendre le contenant plutôt que le contenu de ce qui justifie au premier chef notre raison d'exister ?
  • Enfin sans vouloir préjuger des suites de la réunion elle s'inscrit dans le souhait d'être utile :
    • Au Bureau de la S.P.L.M.
    • A un éventuel groupe de réflexion du domaine des A.P.S.
    • A l'expression d'autres points de vue.

De ce point de vue les propos que je livre partent de trois postulats :

L'ENPRISE DOMINANTE de la logique marchande est aujourd'hui présente - souvent à l'insu de chacun, dans nos associations tant dans la manière de penser que dans l'élaboration d'une politique.

Le domaine où cette emprise est la plus forte, notamment sous la pression de l'IDEOLOGIE diffusée par les médias (et les pouvoirs publics) est le secteur des A.P.S.

Il convient de ne pas perdre de vue que le contexte est marqué par un paradoxe entre les indicateurs économiques et un sentiment fort de précarité dans le monde du travail.

LES FONCTIONS DES P.L.M.


Le travail engagé dans le cadre de l'O.P.R. sur l'avenir de l'Education Populaire met en évidence de grandes difficultés à étayer un projet qui puisse mobiliser l'ardeur des militants.

Il me semble que, quelque part, ces difficultés sont à relier aux réticences à se référer à l'histoire des 25 dernières années, au cours desquelles selon l'étude de G. Pujol les Associations d'Education Populaire ont été les victimes consentantes de l'état.

Il n'est donc pas inutile de revenir sur les fonctions principales qu'ont pu assumer les P.L.M. au fil de leur histoire. A partir de mon expérience et de mon vécu, je tends à mettre l'accent sur 3 d'entre elles qui me semblent avoir été une constante quelque soient les périodes et les circonstances :

  • Former des consciences autonomes par une éducation à la critique des faits.
  • Fédérer des intérêts et des sensibilités à l'interface entre les conditions de vie des travailleurs et la défense de la laïcité et de l'école publique.
  • Contester, revendiquer en faisant connaître à partir de ses activités et de son expérience ce qui ne va pas dans la société, dans les projets des pouvoirs publics, dans les réalisations nécessaires au niveau de la Ville et du quartier.

C'est ainsi qu'ils ont contribué à des innovations sur le plan pédagogique, qu'ils ont contribué à l'invention de nouvelles formes de relations avec les collectivités publiques et avec d'autres partenaires. Aujourd'hui le contexte, les transformations subies rendent ces millions de plus en plus difficiles :

  • Dans la vie de la Cité les pouvoirs se sont modifiés en faveur des instances électives.
  • Les règles du conventionnement ont pris le pas sur les règles de subventionnement.
  • La professionnalisation a transformé les patros en employeurs que ne veulent pas déplaire à ceux qui financent...
  • Les emplois d'animateurs sont plus orientés vers l'action sociale que vers l'action éducative.
  • L'idée de consensus (L'église a laïcisé ses œuvres...) a contribué à démotiver les militants.

EN RESUME DES LOGIQUES D'EFFICACITE ONT ELOIGNE DES P.L.M. DE LEUR SOUFFLE FONDATEUR AU POINT QUE AU PLAN DE LEUR TRADITION D'ASSOCIATION A L'INTER FACE ENTRE SPORT et EDUCATION POPULAIRE CERTAINS SE POSENT DES QUESTIONS D'IDENTITE.


REAFFIRMER LA LEGITIMITE DU POLITIQUE Tout cela ne signifie pas que toute idée d'innovations ou de luttes ai été abandonnée. Mais que nous traversons une période de changements, de mutations qui entraînent des risques de perversion, de régression en un mot de crise. Crise ? : les médecins disent que c'est la meilleur période pour un diagnostic.

Le moment est donc venu de d'interroger sur les raisons d'agir et sur les pratiques qui y sont liées. Et, la première interrogation semble avoir trait à la légitimité du politique. Même si elle amenait des débats internes celle-ci ne faisait pas problème dans la période de la reconstruction, ni au moment des prises de position contre la guerre d'Algérie, contre les Lois Debré ou encore pour le doublement du budget de la Jeunesse et des Sports....

Aujourd'hui, la question principale semble être la suivante : Résister à la logique libérale NE SUFFIT PAS :

  • D'une part l'apprentissage de la citoyenneté ne peut avoir de SENS s'il n'est accompagné d'engagements et de résolutions dans le domaine politique.
  • D'autre part il s'agit de remettre à leur place des valeurs qui sont détournées de leur sens profond.
  • La logique libérale, par nature, n'accorde d'importance qu'aux critères marchands. Il ne s'agit pas de s'opposer à l'économie de marché, mais de faire reconnaître que celle-ci n'a pas sa place dans le système éducatif, ni dans le système associatif que nous défendons et que nous voulons promouvoir.
  • Et, de faire reconnaître dans ce domaine la supériorité des valeurs et des capacités qui reposent sur le GRATUITE (le don de soi).

La seconde question est celle de la LIBERTE d'intervention : Ne pas laisser l'Etat ou les collectivités locales définir les nouvelles formes d'intervention éducatives sous peine de voir les offres publiques tenir lieu de projet.


LES QUESTIONS A TRAVAILLER

Tout en essayant de les organiser par thèmes suggérés par le débat du 8 mars, je les livre ici en vrac :

  • LES RAPPORTS PROFESSIONNELS - BENEVOLES :
    • Comment, à l'intérieur de chaque patro, se nouent et se jouent les métiers entre les bénévoles et les professionnels ?
    • Comment s'appuyer sur les évolutions liées à la professionnalisation pour développer du militantisme ?
    • La première condition de réussite embauchant des forces humaines n'est-elle pas celle de l'embauche de personnes connaissant son histoire et sa raison d'être ?
  • FONCTIONNEMENT et PARTICIPATION :
    • Comment échapper au mimétisme des structures et méthodes inspirées par les entreprises ou les pouvoirs publics ?
    • Comment faire pour que les individus soient les acteurs de leurs pratiques ?
    • Le droit à la responsabilité n'est-il pas la condition première de la conquête de leur autonomie par les enfants et par les jeunes
  • LA FORMATION
    • Comment définir les besoins de formation liés au besoin de pratiques et d'activités auto organisées ?
    • Les jeunes animateurs qui sont les dirigeants de demain ne sont-ils pas le champ d'intervention prioritaire ?
    • Comment s'y prendre pour aborder les questions de progrès de l'enfant en termes de développement plutôt qu'en termes de résultats ?
    • Quelle formation d'avenir pour les emplois Jeunes ?
  • INNOVATIONS
    • Au cours des années 1960 et 1970 la F.S.G.T. et l'UFOLEP ont été le moteur d'innovations (Sport jeudi - Fêtes et rassemblements omnisports - Formation d'animateurs - Rencontres amicales avec FSCF) qui ont eu des développements au-delà des P.L.M. : Comment dans les conditions d'aujourd'hui, et avec d'autres, réimpulser le besoin d'INNOVATIONS et de DISTINCTION des Fédérations Spécialisées ?


R. Maubian

Année 2005

Laïcité une loi de 100 ans à faire vivre !

UNE CROYANCE A REFONDER

Adoptée le 9 décembre 1905, la loi de Séparation des Eglises et de l'Etat a été l'aboutissement de luttes et de durs combats. Ils datent du siècle des Lumières et de la Révolution de 1789 avec la Constitution adoptée en 1990 à l'égard d'un clergé qui par la suite n'a cessé de s'opposer à la République.

Curieusement le mot LAÏCITE ne figure pas dans le texte.

Nous sommes dans une période de commémorations qui en fait une vitrine de l'organisation laïque de la République. Ne rien y changer est un sentiment largement partagé. Je le pense aussi. Sauf que s'en tenir là serait, me semble-t-il, servir une des logiques du système économico-médiatique : la recherche du CONSENSUS.

Surtout ne pas réveiller les sujets qui fâchent et qui pourraient changer le regard des gens sur le passé et en conséquence sur le présent et l'avenir.

Le mouvement Laïque a participé à l'avènement de l'Education Populaire. Ils sont rassemblés, avec d'autres, au sein d'une même histoire. Revenir à ce propos sur quelques idées qui ont émané de l'OPR qui de 1997 à 2001 a rassemblé des milliers de participants dans 520 lieux de débats et de rencontres n'est donc pas indifférent. D'autant que, dans un moment où nous vivons un nouveau pic de la crise qui dure depuis plus de 30 ans, certaines idées sont encore plus d'actualité.

Ainsi :"Par une ironie de l'Histoire la modernité de l'Education Populaire se trouve dans son projet originel".

Ceci était à relier à d'autres affirmations :

"Ce sont les conflits et non le concensus qui forment le moteur de la démocratie".

"L'enjeu central d'une réappropriation de l'Histoire réside dans la réappropriation d'une culture qu'intègre la société".

Autrement dit, la culture ne se limite pas à la science, aux Arts et aux Lettres. Elle comprend aussi le travail, l'économie, les rapports humains. Tout cela découlait d'une analyse des évolutions intervenues depuis le début des années 1970 sous l'influence du néo-libéralisme. Et, surtout elle était liée à un constat : l'instrumentalisation des associations. Les patros et amicales laïques comme les autres se sont laissées entraîner dans la croyance que leur utilité sociale résidait désormais dans des réponses de proximité immédiate et dans la réparation des dégâts causés par le chômage, la précarisation...

L'implication dans les dispositifs successivement mis en place dans cette visée, tels que "Développement social des quartiers, C.E.S., emplois jeunes, Contrats d'objectif" etc... les a entrainés dans une logique de gestion au quotidien.

En chemin une ambition a été perdue : celle de se définir en tant que force de changement de la démocratie et de la politique.

Si nous ajoutons à cela l'effondrement du Parti Communiste, le virage du Parti Socialiste en 1983, les résultats des élections de Mai 2002 où une forme de capitalisme honteux a été battu par une forme triomphante, nous ne pouvons pas nous étonner d'un affaiblissemnt de la croyance en la capacité d'intervention des forces populaires dans la transformation de la société.

Pourtant l'enjeu est là : dans cette intervention on laisse le champ libre à l'idée, chère au libéralisme, d'un modèle unique de société. Un modèle où on nous serine que "pour le moment" il n'est pas possible de faire une place à tout le monde. Mais que les sacrifices consentis aujourd'hui conduisent à un avenir radieux.

Enfant, j'ai été éduqué dans un milieu laïque et à l'école publique. Cependant, j'allais au catéchisme. Cette pensée d'un avenir radieux pour tous me rappelle la promesse du Paradis. Je n'y ai jamais cru. du point de vue religieux, je suis un hérétique.

Par certains côtés, je le suis devenu aussi par rapport à l'Ecole Publique Laïque républicaine et obligatoire. La France m'y enseignait-on, est le plus beau pays du monde : défenseur des libertés et des droits de l'homme, et, surtout porteur d'une mission civilisatrice. Cette mission qui permettait de justifier des conquêtes et une domination acquise par l'action conjuguée "du sabre et du goupillon" ! qui permettait en même temps de justifier aussi la supériorité de l'Occident. Au point qu'on en a fait un complexe (de supériorité évidemment).

Ce qui évitait de faire intervenir le réel dans l'enseignement de l'Histoire.

Je le répéte. Il ne s'agit pas d'abandonner le modèle républicain Français à ceux qui souhaitent sa disparition. Pour autant, des réformes sont indispensables. Entendons-nous : réformer, au sens du dictionnaire, c'est changer en mieux, corriger, soit le contraire de ce que fait le libéralisme quand il utilise le même mot pour faire passer des régressions.

Revenons à l'enseignement. Je dois énormément à l'école publique. Cependant, avec le recul, j'aurais aimé que l'on m'apprenne que les objectifs du colonialisme étaient UNIQUEMENT l'ordre économique et qu'ils s'inscrivaient dans le cadre d'une concurrence entre Etats européens...

N'est-ce pas toujours le cas ? Quand la France exploite l'URANIUM au Niger, l'un des 3 pays les plus pauvres du monde. En 2004 cela a rapporté 421 millions d'euro à la COGEMA. Mais seulement 4.1 millions soit moins de 1% à l'état nigérien !.

Ce que je suis aujourd'hui, je le dois à une activité de militant au sein d'une association laïque et d'une fédération sportive ouvrière, la F.S.G.T. Avec l'expérience vécue au travail, c'est là que j'ai acquis à travers des stages, des sessions théoriques, l'investissement dans des projets un peu de culture et d'intelligence pratique.

J'ai aussi été adhérent du Parti Communiste pendant 3 décennies. Je ne le regrette pas, en particulier, du fait des guerres coloniales. Mais, là aussi, j'ai fini par penser qu'il s'agissait d'une forme de religion. Il y était permis de voyager. A condition de ne pas sortir d'une route tracée d'avance et de na pas se confronter au REEL. Le réel du centralisme, le réel du communisme étatique.

Ce court témoignage vise à mettre en évidence que l'un des enjeux de la commémoration de notre Loi de 1905 est l'occasion d'une relecture, d'une histoire faite de zones de progrès, mais aussi de zones d'ombre.

Elle a été acquise au bout de long débats. Mais les luttes ne se sont pas arrêtées là. Il a fallu les prolonger, voire les reprendre. En 1920 par la création d'un comité d'action laïque, au moment du front populaire en 1936, avec le Conseil National de la Résistance après la guerre de 39 - 45, contre la Loi DEBRE en 1960...

L'un des intérêts de ce retour sur l'histoire est qu'il montre que les progrès se font dans les périodes de conflits, de crise. Et ce n'est pas fini. Le mythe de Sisyphe et de sa condamnation à remonter perpétuellement son rocher au sommet d'une montagne est toujours présent.

En témoignent le maintien de la dualité scolaire, le développement de l'islamisme et surtour le besoin vital de se confronter à l'emprise du mondialisme libéral sur les esprits. Comme toute religion cette emprise fonctionne avec son catéchisme et ses commandements.

Catéchisme : Il n'y a qu'une vérité et elle est capitaliste. Le remède est dans la croissance, dans le productivité et dans la loi du marché.

Commandements : Moins d'Etat, moins de dépenses publiques, rentabilité, compétitivité, suppression des canards boiteux...

Elle a son tryptique économico-technico-médiatique qui insidieusement infiltre tous les domaines : Education, culture, vie associative, santé.

Evacuant le réel comme le montre l'exemple du NIGER cité précédemment, sa force idéologique est telle qu'elle peut se permettre de diffuser des rapports de la Banque Mondiale.

Ainsi celui qui en 1993 indiquait, entre autres, que 1 % de la population la plus riche avait un revenu égal à celui des 57 % les plus pauvres, que au cours des 5 ans précédents la différence entre les plus riches et les plus pauvres était passé de 78 points à 114 ! Bien sûr c'était un prix à payer pour que ça aille mieux demain. Seulement depuis un autre rapport indique que le sacro-saint taux de croissance a été négatif dans les 23 pays le splus pauvres.

Voilà de quoi moudre pour les militants de la laïcisation. C'est ce qu'indique J.C. CUILLEBAUD, écrivain et journaliste dans un livre auquel j'emprunte beaucoup.

"L'imaginaire à promouvoir, dit-il, serait de promouvoir une sortie de l'hégémonie économique. Ce qui correspond bien à une entreprise de LAICISATION de mise à distance avec cette religion, ses principes et ses œuvres".

Plus loin il ajoute "...Face au catéchisme impérieux il est possible que le puvoir politique ait besoin d'être défendu par les citoyens... Une chose est sûre : la REFONDATION DEMOCRATIQUE serait la seule façon de mettre notre liberté de penser à l'abri du sacré".

Il ne s'agit donc pas de changer la Loi de 1905. L'enjeu serait plutôt dans l'idée de son développement durable. Durable car l'obscurantisme est loin d'être vaincu, développement car l'action laïque a de nouveaux champs à investir.

Il s'agit de se reconnaître comme organisation de résistance socio-culturelle au pouvoir de l'argent, comme lieu d'émancipation avec l'ambition de permettre à chacun de penser la complexité par soi-même et avec les autres.

Cela concerene aussi bien l'Ecole que l'Education Populaire.

Pour cela il est nécessaire de créer des espaces et des lieux de débats, de réflexions, orientés vers un travail sur nous-mêmes.

R. Maubian

Miguel n'est pas à vendre ou de la vitrine au magasin

Les évènements sportifs internationaux se sont succédés au cours des derniers mois : Coupe d'Europe de foot, Tour de France, J.O. d'Athènes. Une observation de l'univers médiatique qui les a entourés amène deux constats parmi d'autres :

  • Celui de la place occupée aussi bien à la radio qu'à la télévision ou dans la presse écrite. En nombre d'heures comme en nombre de pages cela a atteint un niveau inégalé.
  • Celui d'un large consensus fondé sur deux idées : le sport c'est éducatif et c'est tout bon pour les pays organisateurs.

Certes, la question du dopage a occupé une place, mais pour l'essentiel on en reste à la vitrine : les Jeux Olympiques ont été utiles pour la Grèce et la Coupe d'Europe pour le Portugal. Cette place médiatique comme ce consensus se retrouvent au niveau local : les résultats d'une équipe de foot, de basket ou de hockey sont une image de marque pour une Ville ...

Au nom de quoi on exalte la compétition, les exploits individuels sans jamais montrer l'envers du décor :

  • La recherche de la victoire à tout prix, y compris celui de la santé pour satisfaire des ambitions d'argent, de domination, de notoriété. Le plus important c'est la médaille !
  • Le coût et l'effet destructeur du capitalisme, 19 ouvriers, la plupart Albanais, sont morts contraints à 14 heures journalières sous la canicule pour que les installations d'ATHENES soient terminées à temps et le coût des travaux va s'étaler sur 20 ans !
  • La marchandisation, y compris celle d'êtres humains. Ainsi cet entrefilet dans un journal : MIGUEL n'est pas à vendre (un footballeur du Benfica de Lisbonne). On ne saurait mieux avouer ce qui se cache sous les expressions de transferts, de prêts ou de contrats c'est le commerce d'êtres humains. Certes à des prix et avec des rapports exorbitants, mais le fait est là : on vend et on achète des êtres humains !

Si elles veulent participer à l'aventure humaine le rôle des Associations omnisports d'Education Populaire est de regarder les réalités avec lucidité.

Ainsi face aux politiques qui ont tendance à caresser dans le sens du poil sous prétexte de répondre à des attentes, nous avons le devoir de nous mettre à contre courant des effets déshumanisants du capitalisme. S'opposer à toute subvention publique aux clubs qui participent à la marchandisation de sportifs, d'engager dans la recherche de formes éducatives de compétitions et dans l'action pour faire reconnaître à égalité toutes les formes de pratique sont une nécessité du moment.

Dans la période qui vient les lieux de débats et d'échanges ne vont pas manquer pour répondre à ce besoin de lucidité :

Le 26 octobre : Soirée débat organisée par le Groupe de réflexion "Vie associative omnisports et Education Populaire" dans la perspective d'une charte au sein du Pays de Brest.

Les 23 - 24 - 25 novembre : Assises Nationales du Sport à NANTES sur le thème "L'AVENIR du SPORT c'est MAINTENANT" (une rencontre préparatoire sera organisée par l'Office des Sports).

Le 7 février 2005 : Rencontre débat organisée par le F.L.S.M. et le Comité FSGT sur le thème "EDUCATION et COMPETITION" avec la participation de :

  • Albert JACQUARD récent auteur d'un livre à propos des Jeux Olympiques "HALTE AUX JEUX".
  • Un ou plusieurs des auteurs d'un livre réalisé par la FSGT sous le titre : "1965 - 1975, les stages M. BAQUET : GENESE DU SPORT DE L'ENFANT". Ce livre paraîtra fin novembre ou début décembre.

Nous reviendrons sur cette initiative organisée dans le cadre du 70ème anniversaire de la FSGT, mais dès maintenant un collectif de travail va se mettre en place pour travailler sur le thème central qui a été retenu et construire le projet.

Enfin l'année 2005 sera celle des 100 ans de la loi de séparation de l'église et de l'état. La S.P.L.M. prépare dans ce cadre une initiative d'envergure. Le Foyer apportera sa contribution.

R. Maubian

Liens internes

Outils personnels