Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Ifremer

Le Centre Ifremer de Brest

Logo Ifremer

Sommaire

Histoire

Le projet de créer un centre polyvalent de recherche océanographique, en France, remonte à 1961. Mais il faut attendre 1967 et la création du CNEXO (Centre National pour l'Exploitation des Océans) pour que ce projet se concrétise.

Un certain nombre de centres de recherches marines existe alors en Méditerranée, et il est estimé qu'il y a besoin de renforcer le potentiel de recherche en Manche et en Atlantique. Plusieurs villes sont en compétition, mais Brest offre de sérieux atouts :

  • une situation géographique qui en fait un point avancé dans l'océan,
  • un port accessible à toute heure de marée,
  • des installations portuaires très complètes,
  • la proximité de grands fonds océaniques,
  • une eau de mer peu polluée,
  • la présence de la Marine Nationale, avec l’École Navale, l'Arsenal ...,
  • une population sensibilisée aux choses de la mer,
  • l'existence de facultés universitaires,
  • la proximité de laboratoires maritimes de recherche fondamentale et d'enseignement (à Roscoff et Concarneau),
  • la mise à disposition par la Ville de Brest d'une importante superficie de terrains.

Le site retenu se situe à l'entrée de la rade de Brest, au lieu dit La Pointe du Diable, sur la commune de Plouzané. La première pierre du Centre Océanologique de Bretagne, le COB comme on disait alors, est posée le 17 décembre 1968 par Robert Galley, Ministre délégué auprès du Premier Ministre, chargé de la recherche scientifique. Des artistes comme Pierre Toulhoat ont agrémenté l'entrée de la salle de conférence par des bas-relief comme celui de Pierre Toulhoat (1923-2014) - Œuvre de 2,30 m x 8 m réalisée en 1962 à Quimper.

Les premières équipes de chercheurs s'installent courant 1969. Cette année là, le général de Gaulle porte sur le livre d'or de la ville de Brest : "Ses ambitions océanes sont les ambitions de la France" et il s'écrit : "Brest s'érige en capitale de l'océanographie !"


Aujourd'hui

40 ans plus tard, le CNEXO est devenu l'Ifremer (Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer), et son centre de Brest regroupe la plus importante communauté océanographique en Europe. Sur 30 hectares, il héberge dans 45 000 m² de laboratoires, halls techniques et bureaux, un millier de personnes, dont 750 salariés Ifremer.

D'autres organismes de recherche ont en effet rejoint l'Ifremer : la direction de l'IPEV (Institut Polaire Français Paul-Emile Victor), le centre de Bretagne de l'IRD (Institut de Recherche pour le Développement), le laboratoire de Pathologies des poissons de l'AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des aliments), et une unité de INSU-CNRS (Institut National des Sciences de l'Univers du Centre National de la Recherche Scientifique).

L'idée maitresse de toute cette concentration : faire travailler ensemble des chercheurs de toutes les disciplines océanographiques (géologie, géophysique, physique, biologie, ...) en atteignant pour chaque équipe une taille significative.

Pour accompagner ces chercheurs, mais également pour être au service de toute la communauté scientifique française, ainsi que des professionnels de la mer, de nombreux moyens d'importance nationale se sont implantés sur le site. C'est ainsi que l'on y trouve un centre de documentation (la Bibliothèque La Pérouse), un ensemble de moyens d'essais technologiques (bassin à houle, caissons hyberbares, ...), des outils informatiques extrêmement puissants (l'un des calculateurs figure au 16ème rang français), plusieurs centres de données marines nationales et internationales, et une filiale Ifremer - Genavir - spécialisée dans la gestion des navires océanographiques.

CreditBMO05 02-sm.jpg
Le centre Ifremer à l'entrée de la Rade de Brest (Crédit BMO) PP.jpg
Le POURQUOI PAS ?, navire amiral de la flotte IFREMER


Activités

Lors de la création du centre de Brest, des objectifs ont été assignés aux chercheurs et ingénieurs :

  • réaliser une cartographie satisfaisante du plateau continental atlantique
  • mener des études prospectives d'exploitation des ressources minérales comme les nodules polymétalliques dans les grands fonds ou les granulats marins sur le plateau continental (autres que le pétrole)
  • faire des études scientifiques sur les pollutions et les moyens de les combattre
  • améliorer la connaissance de l'action de l'océan sur les conditions météorologiques et climatiques
  • développer une instrumentation hautement spécialisée répondant aux besoins scientifiques
  • constituer une base logistique pour les moyens lourds nationaux
  • abriter un centre national de données océaniques.

En 40 ans, les besoins en connaissance et en moyens ont évolué (dernier en date, le développement d'énergie renouvelable d'origine marine). Aujourd'hui, organisé en 11 départements, le centre de Brest Ifremer continue à couvrir presque tout le spectre des recherches liées à l'exploitation durable la mer. Il mène ses programmes en partenariat avec des organismes nationaux, européens et internationaux. Au niveau régional, il contribue activement à la coopération avec les industriels et organismes de recherche à travers le Pôle de Compétitivité «Mer» Bretagne et l'Europôle Mer.

Présence au Quai des Sciences à Brest 2016

Rencontre avec Jade, chargé de médiation scientifique, interview par Quartiers Libres TV.

Liens

Outils personnels