Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Kerangoff témoignage de guerre

Kerangoff témoignage de guerre
Collectif-jq.jpg
Un article de : Mémoire de St-Pierre
Parution : septembre 2004
N° : 0
Auteur : Ollivier Disarbois


Sommaire

Témoignage d'un habitant de Kérangoff, sur la vie à Brest durant l'occupation

Rencontre

Lors de l'exposition photos sur la vie en baraque à Kérangoff, j'ai rencontré M. Lievens qui m'a conté un événement signalé dans la bande dessiné de Jocelyn Gille aux Éditions de la Cité Le Télégramme. Il m'a fait remarquer que l'avion abattu par la D.C.A Allemande n'était pas tombé rue Anatole le Braz, mais rue Brizeux, actuellement rue Bérangé. Partant de cet événement voici le témoignage.

Une formation de forteresses volantes

Le 24 Juillet 1941, une formation de forteresses volantes venant d'Angleterre lâche sur Brest plusieurs tonnes de bombes. C'est le premier raid des forteresses et un des plus importants. Mr Gélébart vivait au n°4 de la rue Anatole le Braz, installé dans la mansarde de son logement, inconscient du danger qu'il court en pleine alerte, il observe l'approche des avions, il dit à Mr Lievens père, son voisin. "Tien celui là est touché."

Quelques instants plus tard l'avion s'écrase dans le jardin de Mr Bizien, dont la maison se trouve juste à l'intersection de la rue Anatole le Braz et Brizeux. Malheureusement un des réservoirs de l'avion s'est décroché et vient percuté la maison de Mr Gélébart. C'est l'embrasement, il y perdra la vie.

Enterrés au cimetière de Kerfautras

Les Allemands interviennent rapidement, car à Kerangoff existent plusieurs batteries de D.C.A, canons quadruples de 20 mm et canon de 37. Mr Victor Eusen se rend également sur place. Les corps des membres de l'équipage enveloppés, dans des draps prêtés par des voisins, sont enterrés au cimetière de Kerfautras. Les maisons côté mer de la rue Brizeux ont été détruites par les Allemands, pour dégager le secteur de tir de la batterie. Les poutres de ces maisons ont d'ailleurs servi à Mr Lievens pour fabriquer un abri provisoire, mais une bombe le pulvérise. Par chance personne ne se trouvait à l'intérieur.

Ravitaillement à Milizac

La vie à Brest sous l'occupation n'était pas très facile, on s'en doute: bombardements, restrictions en tous genres et surtout manque de nourriture. Pour s'en procurer, Mr Lievens allait jusqu'à Milizac, mais bien souvent faute d'avoir quelque chose à échanger, il s'en revenait bredouille et aussi sans manger. L'arrière de la maison qu'il occupait donnait sur le cinquième fort de la plaine de Kerangoff, où était installé un canon de 37 mm antiaérien.

Le champ maritime

Pour pallier le manque de nourriture, il élevait des lapins et allait dans le champ maritime leur couper de l'herbe ou des pissenlits. Ce champ maritime se trouvait entre la route de la corniche et la falaise, on y accédait par un petit chemin et un escalier de la rue Brizeux. Il se souvient de sa communion en l'église de Kerbonne la joie n'était pas au rendez vous.

Le certif à Lesneven

Les écoles de Brest étaient fermées et c'est à Lesneven qu'il passe son certificat d'études. A 12 ans il travaille à la base sous marine et donne un coup de main à son père qui fait des déménagements avec une voiture à bras, puis avec deux chevaux. La montée de la côte du gaz en poussant la voiture à bras contenant une barrique de cidre qu'il venait de prendre à la cidrerie reste dans sa mémoire.

Les maths contre du pain

Lors de l'évacuation de Brest, pendant le siège, il quitte précipitamment sa maison laissant presque tout derrière lui. Il est hébergé avec sa famille à Plougastel une quinzaine de jours. Son père est blessé au pied par un éclat d'obus, lui se fait mordre par son chien et est obligé d'aller se faire soigner à Landerneau. Après s'être égaré sur la route, il retrouve son père à l'hôpital de Saint Sébastien. Il termine la guerre à Lesneven où il monnaye ses connaissances en math contre du pain.

Ollivier Disarbois

Liens externes

Outils personnels