Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

David Molle, gabier sur la frégate l'Hermione

L'Hermione à Brest (20534937505).jpg

Sommaire

Un brestois embarqué pour le voyage retour de l'Hermione, des USA à Brest

David Molle, 40 ans, natif de Lyon, habite Brest depuis 5 ans. Il travaille en intérim en tant que grutier dans le bâtiment. Notre homme a allègrement franchi le pas : grimper dans une nacelle perchée en haut d'une grue ou monter dans les huniers d'un autre type de bâtiment, plus instable cependant, et il s'y est adapté sans difficulté.

Ce n'est pas lui qui se plaindra des petits inconvénients que procure la vie à bord, où l'on doit partager un espace restreint sans confort ! Il connaît ! A bord de l'Hermione Wikipedia-logo-v2.svg, chacun avait sa bannette pour dormir, c'était déjà ça ! La vie en communauté ne lui a donc posé aucun problème particulier.

Mais comment en est-il arrivé là ?

Un vieux rêve

Depuis les fêtes maritimes « les Tonnerres de Brest 2012 », bénévole à la coordination des grands voiliers, il rêve de s'embarquer sur un de ces navires mythiques. Il collabore aussi, à une enquête menée par Wiki-Brest, en tant que traducteur en langue norvégienne, sur les noms de bateaux présents aux Tonnerres 2012. Sa connaissance de la Norvège et de la langue de ce pays vient d'un séjour de trois ans à Oslo, de 1999 à 2002.

Il y a deux ans, une occasion d'embarquer dans ce pays se présente : ce sera une croisière sur le Christian Radich Wikipedia-logo-v2.svg. Au retour, une amie lui dit qu'on recherche des volontaires pour les futures navigations de l'Hermione. En septembre 2013, il pose sa candidature ; l'accord lui parvient en janvier 2015.

Une traversée de l'Atlantique-Nord en 17 jours

L'Hermione lors de son voyage aux États-Unis

David sera du dernier équipage de l'expédition qui fonctionne par renouvellement des gabiers bénévoles à chacune des 6 étapes. Il embarque au Canada en juillet. Après une escale à Saint-Pierre et Miquelon, la frégate quitte le continent Nord-Américain le 24 juillet. Cap à l'est ! Route Brest !

Une complication possible évitée de justesse

Après le départ de Saint-Pierre, la météo annonce une grosse dépression pour les jours à venir. Puis, la tendance la requalifie en ouragan. Tout le monde sur le pont ! Il faut préparer le navire à faire face et affronter ce gros coup de chien ! L'équipage subit un gros coup de pression, la dépression guette ! Mais, ouf ! 24 heures après, le phénomène se dégonfle un peu. Tout le monde résiste bien et tous en sortent indemnes, bateau compris ! Mais, quelle frayeur !

Quelques anecdotes

A la sortie du fleuve Saint-Laurent et en quittant Saint-Pierre, l'Hermione a croisé un important troupeau de baleines. Ils ont également vu des phoques sur la côte Est. Deux jours avant l'arrivée à Brest, ils ont aperçu à la surface de la mer les jets d'eau de souffleurs qui sont cependant restés invisibles. En longeant la côte Est, ils ont surpris à la VHF un message en français émanant du skipper d'un petit voilier (visiblement au courant du voyage de la frégate) qui s'étonnait de la route Sud suivie par l'Hermione, alors qu'était annoncé le retour vers l'Europe et donc un cap Est attendu.

Des projets

Dans l'immédiat, après l'escale brestoise d'une semaine, David restera sur le navire pour son retour au bercail, à Rochefort, via une escale d'une semaine à Bordeaux. Pour l'an prochain, il souhaiterait faire à nouveau partie de l'équipage de l'Hermione pour son retour annoncé à Brest en juillet, comme l'a annoncé François Cuillandre lors de son discours de bienvenue, comme la « grosse cerise sur le gâteau » des Fêtes maritimes de Brest 2016.

L'Hermione arrivant à Brest le 10 août 2015

Commons-logo.svg

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur « Hermione à Brest ».

Voir aussi

Outils personnels