Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Week-end du Japon 2012

    Soyons sport n°5-décembre 2013.jpg Cet article est extrait de la revue Soyons sport


Retour sur la manifestation « Week-end du Japon » organisée par l’association Misogi Dojo dans le cadre du Projet Sportif Territorial. Belle réussite pour une première ! Le Misogi dojo et ses partenaires vous ont plongé dans l’univers de la culture japonaise les 5 et 6 mai dernier au centre Tsurugi situé sur le quartier de Lambézellec. Autour d’ateliers culturels et sportifs, petits et grands ont pu s’adonner à diverses activités tout au long de ces deux jours: Aikido, Tai-chi, Origami, Sushis...dans une chaleureuse ambiance nippone. Rencontres auprès de Nathalie Poisson, présidente de l’association Misogi dojo et Tanguy Le Vourc'h, enseignant.

Tanguy Le Vourc'h, enseignant

Pourriez-vous nous présenter en quelques mots votre association et les activités proposées... ?

Le Misogi dojo a été créé sur Gouesnou, il y a 6 ans et après quelques années passées au centre-ville, nous sommes depuis septembre sur Lambézellec. Notre association propose de l’aikido adulte, un art martial basé sur la non-résistance et sur la pacification. Cette activité est également dispensée aux enfants de 6 à 14 ans et pour les moins de six ans, nous proposons de l’éveil budo. C’est de l’éveil corporel axé sur les arts martiaux. Il y a aussi du jumbi dosa, une forme de gym santé japonaise basée sur des exercices de relâchement, d’étirement et de respiration, donc c’est très varié. Et enfin, l’aunkai, un art martial où l’on travaille vraiment sur une façon plus rationnelle, plus efficace de bouger le corps.

Et quels sont les bienfaits de ces pratiques ?

Le Budo et l’aikido enfant sont des activités qui permettent un développement de la motricité de l’enfant. Il n’y a pas d’idée de compétition ce qui permet aux enfants d’évoluer à leur rythme. Sur le plan physique, ça permet dès le plus jeune âge de développer un corps souple et solide, de travailler sur des habilités fines au niveau moteur mais aussi de travailler sur la confiance en soi, en l’autre et sur la respiration. Ces pratiques jouent donc un rôle très important sur le développement psychomoteur de l’enfant.

Pour le « jumbi dosa », il n’y a pas d’âge. Les adhérents de l’asso ont entre 20 et 65 ans et chacun s’y retrouve. Mon objectif est que les gens sortent de là, détendus et relaxés en ayant travaillé chaque partie du corps grâce aux exercices de respiration, de stretching et également grâce au travail sur la posturologie...

Des anecdotes à ce sujet :

Ces exercices permettent aux personnes de se déstresser et de s’assouplir afin d’améliorer leur qualité de vie au quotidien. Ceux qui en font, nous disent régulièrement qu’ils ont plus de facilités à se lever le matin. Ils gagnent donc une certaine aisance dans leurs gestes et postures, ce qui les apaise. En effet, les exercices proposés favorisent le bien être mais agissent aussi sur les tensions accumulées au niveau du dos ou bien des épaules. Néanmoins, ce n’est pas un remède miracle. C’est d’autant plus efficace quand les personnes s’inscrivent dans une démarche de recherche d’harmonie et d’équilibre entre le corps et l’esprit.

Dans quel contexte cette manifestation s’est mise en place ? Quels étaient les objectifs poursuivis ?

C’est une idée que nous avions en tête depuis plusieurs années car c’est une culture qui nous intéresse et que personnellement, je trouve fascinante. On souhaitait avant tout faire partager et découvrir cette culture au grand public. L’élaboration du Projet Sportif Territorial avec le soutien global de la Ville de Brest a déclenché cette dynamique et nous nous sommes lancés ! C’était l’occasion de réaliser ce projet, de proposer une manifestation culturelle, sportive dans le quartier, qui s’adresse à tous, de 2 à 90 ans, afin que tout le monde puisse s’y retrouver, aussi bien les enfants, les séniors que ceux qui ne pratiquent pas ou peu une activité sportive. Ce qui était intéressant c’est que les personnes pouvaient passer d’un atelier à l’autre. Ils allaient par curiosité à l’étage pour voir ou pratiquer de l’aikido ou du jumbi dosa puis ensuite se dirigeaient au rez-de-chaussée pour la poterie, l’origami.... On pouvait tout essayer et c’est cette diversité qui a plu.

Vous pensez reconduire cette manifestation l’an prochain ?

Oui, puisque pour une première, le bilan est très positif. Plus de 100 personnes de tout âge se sont déplacées sur ce week- end. Les participants étaient très enthousiastes et intéressés par les activités et les expositions présentées. D’ailleurs, ils étaient partants pour revenir l’année prochaine et certains envisagent déjà de s’inscrire. Nous allons donc très certainement reconduire cette manifestation en partenariat avec la mairie de quartier de Lambézellec, déjà très intéressée par le projet, afin d’élargir le périmètre de la manifestation.

Le petit mot de Nathalie et Tanguy :

«Essayez ces pratiques, c’est les vivre pour les adopter !» (Nathalie)

«Lâchez prise et explorez votre corps...» (Tanguy)

Ça vous intéresse ?

Pour plus de renseignements sur ces disciplines : www.misogi-dojo.com

Contacts et préinscriptions : misogidojobrest at gmail.com

Outils personnels