Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest

Pont de Recouvrance

Histoire

Le grand pont à Brest en 1870
Le grand pont

Le grand pont

L'histoire de la ville de Brest se construit notamment autour du franchissement de la Penfeld, rivière ou bras de mer séparant le centre ville du quartier de Recouvrance.

Avant les ponts

Pendant des siècles, le passage d'une rive à l'autre s'effectue en bateaux. Les brestois doivent s'acquitter d'un droit pour traverser. Des témoignages nous rapportent les dérives courantes des bateliers, souvent ivres, laissant les commandes aux passagers. En outre, les accidents sont fréquents et chaque noyade remet en question le système des « passiers ».

Pont Impérial ou National (selon les époques) dit "grand pont"

Ce n'est qu'en 1836 que les gouvernants acceptent enfin d'étudier des propositions de conception d'un pont suite à des pétitions signées par les habitants de Recouvrance pour remplacer le dangereux passage par bateau.

Après maints projets délibérés et refusés, le Conseil Général des Ponts et Chaussées approuve celui des ingénieurs Cadiat et Oudry : Le 23 juin 1861, le « Grand Pont » est inauguré. Baptisé à l’origine « pont impérial » en 1861, en l’honneur de Napoléon III, le pont national (dénommé ainsi après la défaite de 1870) est beaucoup plus proche de la Tour Tanguy médiévale que ne l’est l’actuel.

Afin de répondre aux exigences de la Marine, ce pont est constitué de deux volées tournantes qui permettent ainsi aux bateaux à haute mature de remonter la Penfeld. Cette rotation est commandée par des cabestans à bras.

C’était un pont tournant, représentatif :

  • du renouveau industriel, de ce libéralisme atteignant, par ces innovations, le port de Brest en cette période de modernisation sous le second Empire, et
  • d’une vision hygiéniste, héritée des Lumières, mise en exergue chez les révolutionnaires et plébiscitée par des personnalités comme le baron Haussmann à qui l’on doit le renouveau de la capitale ou sa destruction pour les détracteurs du préfet de Paris.

Ainsi comme l’écrit dans son introduction en 1864, Prosper Levot dans son histoire de la ville et du port de Brest :

« […] Les habitations des parties basses du côté de Brest, et beaucoup de celles du côté de Recouvrance, mal distribuées, insuffisamment aérées, ajoutent en outre aux chances de dépopulation et de dégénérescence que produisent, dans les classes inférieures, la misère, le peu de propreté et l’abus des boissons alcooliques et frelatées La mortalité s’y affaiblira graduellement, on est heureux de le dire, grâce à l’assainissement des bas quartiers de la ville et à la substitution de maisons spacieuses, élégantes et confortables, aux bouges infects entassés, hier encore, dans ces quartiers. Ces améliorations, dues à la persistante initiative de M. bizet, maire de Brest, ont ouvert la voie à l’ère féconde de progrès, si heureusement inaugurée par la construction de ce monument auquel le nom de Pont Impérial a été donné par la population reconnaissante. » dans P. LEVOT ; Histoire de la ville de Brest et de son port –Vol. I- La ville et le port jusqu’en 1681, Introduction, IV, Brest, 1864.

C’était aussi l’époque du déplacement des activités commerciales du port vers l’anse de Porstrein (création du port Napoléon devant donner satisfaction au commerce local et au-delà (P. LEVOT, ibid. p. 312)) que l’on vient d’évoquer, pour se consacrer exclusivement à la marine de guerre.

C’était l’ouvrage d’Art emblématique du nouveau Brest, de son port militaire, de son arsenal. Symbole de l’industrialisation de la ville, il sera aussi celui de sa destruction pendant les bombardements de 1944. La fin du Grand pont marque celle d’une époque, la fin d’une ville, rasée pour en ériger une autre et que ce nouveau pont symbolise. Mais ceci est une autre histoire … Quittez la rive gauche et rejoignez Recouvrance pour une autre facette de la balade.

Références :

  • Delourmel L., Le vieux Brest à travers ses rues, p. 196. Editions de Bretagne, Corbeil mars 1946.
  • Levot P.; Histoire de la ville de Brest et de son port - Vol. I - La ville et le port jusqu’en 1681, Introduction, IV, Brest, 1864.
  • Le télégramme, article du 25 août 2016 «  1858. L’Empereur, sa femme et… » 
  • Musée des Beaux-Arts de Brest, exposition temporaire « Sa Majesté le Pont Tournant », 5 avril-18 septembre 2016.
  • Musée national de la Marine : visite de Napoléon III à Brest le 11 août 1858
  • Patrimoine brestois, n° 28, avril 2016, naissance d’un pont sur la Penfeld, n°28, avril 2016
  • Poulain-Corbion J.M, Récit du voyage de leurs majestés l'empereur et l'impératrice en Normandie et en Bretagne (août 1858)
  • Wikimedia Commons Brest:

Septembre 1944, le Pont National s'écroule dans la rivière pendant les bombardements de la libération de Brest de l'occupation allemande.

Voir article détaillé du Pont National Wikipedia-logo-v2.svg sur Wikipédia 

Pont de l’hôpital ou pont de l’Harteloire

L'armistice du 8 mai 1945 n'est pas signé, les autorités nationales décident de la reconstructions de deux ponts, un fixe sur lequel la route nationale 12 passera et l'autre, mobile, au cœur de la ville.

Pont de Recouvrance

Ouest-France du 17/07/1954-inauguration du pont de Recouvrance
Le pont de Recouvrance avant son élargissement en 2011

Pétition et manifestation réclament ce lien indispensable. Toutes les parties se mettent finalement d'accord pour un pont levant en 1948 alors que son édification ne commence qu'en février 1950. C'est le 17 juillet 1954 qu'a lieu l'inauguration officielle du plus haut pont levant d'Europe.

Caractéristiques :

La travée mobile, poutre en treillis en acier mesure 88 mètres de long et pèse 525 tonnes. Elle se déplace sur quatre pylônes en béton armé s'élevant à 64 mètres au-dessus des quais. Trois positions sont possibles :

  • L'ouverture l'élève à 53 mètres au-dessus du niveau des basses marées ;
  • La fermeture est à 27 mètres ;
  • Et une position de sécurité abaisse la travée au niveau de l'eau pour qu'elle puisse être évacuée et mise à l'abri ...

Les débats à la Mairie portent sur le choix de la couleur de la partie centrale et le nom du nouveau pont. Ils oscillent entre bleu, rose ... ou gris qui l'emporte avec 19 voix contre 18 et la peinture sera refaite tous les 8 ans. La plaque de commémoration de la libération ne sera apposée, sur la rive droite, qu'à l'occasion de « BREST 1992 ». Au mois de juillet 2004, nous avons célébré les 50 ans du Pont de Recouvrance qui participe à la renommée internationale de la Ville de Brest.

Le renouveau du pont de Recouvrance

En 2011, le pont de Recouvrance fait l'objet d'une réhabilitation pour l'élargir grâce à un nouveau tablier doté de passerelles suspendues à l'extérieur des piliers et pour être opérationnel en vue de la traversée de la nouvelle ligne de tramway (mise en service le 23 juin 2012 après quatre année de travaux).

Dans la semaine du 21 au 28 août 2011, le nouveau tablier du pont remplace l'ancien. Il est conçu par la Société Joseph Paris de Nantes, spécialiste des équipements spéciaux et ouvrages d'art avec les co-traitants Freyssinet et Endel. Le montant de la rénovation du pont est de 15,5 Millions d'euro dont 7,5 Millions d'euro pour la société Joseph Paris. Il aura fallu 1 an et demi de travail, 17.000 heures d'études et 67.000 heures de fabrication en Belgique pour réaménager le premier pont levant au monde où circule un tramway.

Le pont de Recouvrance réaménagé révolutionne la traversée de la Penfeld en s'adaptant aux déplacements doux en toute sécurité (Marche à pied, cycle, trottinette, planche à roulette, poussette d'enfants, roller, etc...).


Pont-de-Recouvrance.jpg

Images

Commons-logo.svg

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur « Pont de Recouvrance ».


Voir aussi

Outils personnels