Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

La naissance d'une étoile...Rouge (ou les origines du PL Guérin)

Alain Caro à droite, accompagné de Jean Vergos à gauche et ? au centre

Cette histoire a été racontée par une figure de l'histoire du PL Guérin : Alain Caro. En 1977 et 1978, il a publié différents articles dans les journaux du PL Guérin pour retracer les origines du patro, qui s'appelait l'Etoile Rouge à sa création.

Voici comment se présente la rédaction du journal :

Notre ami Alain Caro, président d'honneur et doyen d'âge, nous fait le plaisir de nous retracer la vie du patronage de ses origines à nos jours. C'est une très longue histoire car elle débute en... 1934. Vu l'ampleur du sujet, cet article s'étendra sur plusieurs journaux.

Sommaire

1er acte : les débuts (1934)

Chers patronnés, amis, anciens et nouveaux supporters, 1934/1977, déjà 43 ans ! Je venais de fêter mes 20 ans quand naquit la société sportive l'Etoile Rouge de Brest, issue de la fusion de l'Etoile Rouge de St Marc avec celle des "petits crampons de la place Guérin". Ces deux sociétés pratiquaient uniquement le football.

J'entreprends aujourd'hui l'historique du patro en espérant que ces souvenirs feront plaisir à tous ceux qui ont eu l'honneur de pratiquer ou de particper, d'une façon continue ou épisodique, à la vie de nos différentes sections de 1934 à nos jours.

2ème acte : les pionniers

des figures importantes de l'étoile rouge
l'équipe de foot de l'étoile rouge et Alain Caro à droite avec le chapeau

Avant toutes choses, il est de mon devoir de vous rappeler le souvenir de nos dirigeants et pratiquants disparus durant cette longue et pénible période. Nous leur devons admiration et reconnaissance.

Le premier bureau du conseil d'administration était composé comme suit :

Président : M Havez

Vice-président : Edmond Duros

Secrétaire : Jean L'haridon

Adjoint : Henri Mellouet

Trésorier : M. Lazennec

Le siège social se trouvait au petit bar place Guérin. Les premières rencontres amicales débutèrent le 25 novembre 1934 par un match à la Forest-Landerneau. Il fallut deux cars complets pour transporter les deux équipes ainsi que de nombreux supporters enthousiastes. L'équipe Fanion vainquit par 10 à 0. La seconde par 4 à 0. Les équipes étaient formées comme suit :

René Corre, Jean Agombart, Jules Le Fell, Alain Caro, Jean Kerhervé, Cann, Marcel Tréguer, Marcel Fourn, Guillaume Marrec, Joseph Corre, F. Quiniou.

La seconde :

Lesaint, Courtet, Vavasseur, Dresen, Mellouet, Louvet, Corre, Kerbrat, Lorient, Richou, Menez.

N'ayant pas de terrain, toutes les rencontres se disputaient chez l'adversaire. C'est-à-dire combien furent pénibles nos premiers pas car ceci entrainait de fortes dépenses personnelles de la part des dirigeants et des joueurs. J'en reste là pour aujourd'hui pour rappeler qu'il a fallu 43 ans pour que l'Etoile rouge devenu Patronage laïque Guérin en 1950, puisse disposer de locaux satisfaisants et entrevoir la possibilité de disposer de terrains et salles de jeux pour ses différentes sections.

3ème acte : la pelle du 1er juin

La pelle du 1er juin.jpg
Affiche inauguration stade de l'étoile rouge.jpg

Ainsi donc les premières rencontres de football se déroulèrent le 25 novembre 1934. Puis se succédèrent les déplacements au stade relecquois, les vétérans de l'ASB, l'Armor, les Goélands de St-Pierre, Presse sport, et enfin, la 3ème de l'ASB en lever de rideau d'un grand match.

Puis, la bonne nouvelle vint : nos dirigeants avaient réussi à dénicher un terrain en location sur la route de Paris, face au chemin qui conduisait à l'ancienne porte d'entrée de l'armoricaine. C'est ainsi que dès le 1er juin 1935, une grande activité régna à l'heure où tous les autres chantiers étaient désertés.

Chaque soir, leur journée de travail terminée, le torse revêtu d'un tricot sans manches (très seyant ma fois), un groupe d'amis et de jeunes sportifs s'armèrent de pioches, de pelles et de brouettes, et, jusqu'à la tombée du jour, travaillèrent joyeusement et avec ardeur à niveler un rectangle dont seul un initié pouvait deviner qu'il s'agissait d'un terrain de football.

Près de 500 tonnes de terre y furent déversées, tant et si bien que le terrain, sans être parfait, présenta un aspect régulier permettant aux joueurs d'évoluer aisément et avec grâce.

Le jour de l'inauguration le 29 septembre 1935, devant une assistance évaluée à 600 personnes, on notait la présence de M. Olivier Louchez, président de la commission du district, Guihery, secrétaire général de l'ASB, Noêl Kerdraon, chef de la rubrique sportive de la dépêche de Brest, les dirigeants de l'Etoile rouge et du Patronage laïque de Lambézellec.

C'est en effet le PL de Lambézellec qui apporta son concours avec ses équipes première et réserve. Les équipes étaient ainsi formées :

PL Lambé : Corre, Quillien, Poubennec, Uguen, Guezennec, Tromeur, Lars, Letty, Treguier, Hetet, Jezequel.

Etoile Rouge : Corre, Berthou, Bars, Agombart, A. Treguer, Saout, M. Treguer, Eudo, Marrec, Corre, Cann.

Les patronnés de Lambé l'emportèrent par 7 à 2. Les stellistes ne déméritèrent pas et ce fut une bonne partie d'entrainement car ils possédaient des éléments susceptibles de faire parler d'eux au cours de la saison. La confirmation vint puisqu'ils remportèrent le titre de champion de l'ouest de 3ème division 1935 / 1936 face au stade loudéacien.

4ème acte : SECTION FOOT et BASKET

Après l'inauguration de son stade le 29 septembre 1935, l'étoile Rouge va réaliser de rapides progrès et son équipe première, engagée dans le championnat de 3ème division en 1935/36, termine invaincue, ce qui lui vaut d'accéder en 2ème division.

Elle prend dans cette nouvelle compétition une excellente seconde place en 1937/38 se hisse en 1ère division où, deux années consécutives, elle manque de peu l'accession à la promotion d'honneur.

La guerre survient et la saison 1939/40 se passe au ralenti. Puis celle de 40/41 voit une reprise d'activité et c'est la saison "reine". Rappelons les principaux résultats enregistrés par l'Etoile : elle est éliminée de justesse en coupe de l'Ouest par le Stade lesnevien. En coupe de l'avenir, elle termine en tête de son groupe en compagnie du stade morlaisien. Elle dispute la fameuse poule de quatre avec le PLL, Morlaix et Lesneven. A Kerhuon, elle remporte le challenge Jean Sivienne. L'équipe juniors gagne le championnat de son groupe, les quatre premières places au concours de Jeune Footballeur du Finistère Nord, et remporte également la coupe des juniors de l'UFOLEP.

La section de Basket-ball créée en 1938/39 fait de rapides progrès et la saison 41/42 est en tous points excellente. La section parvient en finale du challenge Abgrall et du championnat de l'UFOLEP, où elle est éliminée de justesse à Paris, par "les enfants de Lorient".

Le challenge Karmann est pour l'Etoile, l'occasion d'un magnifique succès sur l'E.S.Kerbonnaise. Celle-ci est battue par 28 à 24. Cette rencontre se disputait sur le terrain du foyer du marin, à l'emplacement actuel de la salle Cerdan.

Composition des équipes :

Etoile Rouge : Kerjean, Paillard, Deroff, Pichon, Avril, Guouet, Picard,

ESKerbonnaise : Graouyeur, Troel, Cornec, Lescop, Guivarch, Kervella, Kerjean,

arbitrage du Fédéral : M. Bigot

La 2ème équipe remporte le championnat du Finistère. Les juniors parviennent en finale. Ne voila-t-il pas un beau palmarès ?

acte n° 5 : SECTION D’ATHLETISME

La section d’athlétisme créée en 1938 réalise aussi des progrès étonnants et de nombreux jeunes se révèlent au seuil de la saison 1942.

Il y a lieu de mentionner les performances du cadet Jean Lars qui a sauté 5m91 en longueur et 1m54 en hauteur.

Parmi les juniors, Maurice Avril est un espoir aux 100 mètres : il a sauté 6m22 en longueur et 11m95 au triple saut. Il devient, par la suite, champion de Bretagne du triple saut junior, en finale 12m25.

Avec ces « chefs de file », il faut citer : Paul Segalen aux 400 mètres, l’Official aux 800 mètres ainsi que les Rollier, Guquet, Picart, Kerjean, Elouet, Péhoré, Creignou, etc… sans oublier les minimes et les cadets qui assurent l’avenir du club.

Enfin, il faut signaler que 75 % de l’effectif réparti dans les trois sections était constitué par des moins de 20 ans. Dans le prochain journal, nous parlerons de la naissance de la section Ping-Pong qui débuta dès les premiers jours de la libération de Brest.

acte n° 6 : les activités de loisirs se développent

challenge Piéplu en 1936
l'affluence au challenge Piéplu

J'apprends à la lecture du journal du patro n°7 (déc 77/janv 78) que je suis heureusement bien remis de mon accident et que vous avez donc eu le plaisir de lire la suite. Heureusement peut-être, mais pas tout à fait remis, pour la bonne raison qu'au moment où je prépare ce papier, je ne suis pas encore en mesure de me déplacer sans une canne, en vous rappelant tout de même que mon accident date du 30/10/77, et, de plus, ma grosse déception de n'avoir pû assister à l'inauguration officielle de notre nouveau patronage.

Je concluais donc dans le précédent numéro en disant que nous parlerions de la naissance de la section ping-pong, qui vit le jour dès les premières heures de la libération de Brest. A défaut de n'avoir pu rassembler les éléments indispensables à la relation exacte des faits qui précipitèrent cet événement, je pense, cependant, être en mesure, avec la collaboration des pionniers pongistes de l'époque, de vous donner très bientôt des détails intéressants et si possible, photos à l'appui.

Ceci dit, je vous propose, en attendant la suite, de réparer les oublis concernant certaines activités de l'époque, qui contribuèrent pour une large part moralement et en particulier financièrement à l'épanouissement de notre jeune société.

Advint, avec l'année 1936, la semaine des 40 heures, ce que l'on appela à l'époque, la semaine des deux dimanches. Nous décidèrent donc de meubler en loisir ce fameux samedi, qui devint le premier des deux dimanches. (SIC)

Avec l'appui de M. Henri Piéplu, entrepositaire de la brasserie de Kérinou, Lambézellec, les responsables de notre comité sous l'impulsion de leur président Jean L'haridon, organisèrent le challenge corporatif Henri Piéplu, sous formule éliminatoire, qui regroupa en compétition les principaux ateliers, chantiers et services de l'Arsenal, et les plus importantes entreprises privées de la ville. Vous dire que ce challenge obtint un retentissant succès. Presque chaque samedi, il attirait près d'un millier de spectateurs sur notre modeste mais déjà glorieux stade.

Puis un comité des loisirs fut officiellement créé. Pendant la saison estivale, des sorties pique-nique furent organisées chaque dimanche, soit en car, soit en bateau, soit en petit train. Le petit train, dont la gare existait à l'emplacement de la gare routière actuelle, nous valut encore un gros succès d'affluence. Songez qu'un seul train comportait 600 places et que parfois nous en avions deux sous notre responsabilité, soit 1200 personnes.

Kermesses, bals se succédèrent puis en 1938/39, naquit la section théâtrale en commun avec le Patronage laïque du pilier rouge de l'époque (emplacement aux halles actuelles). La première pièce "Munich Fantaisies" obtint un énorme succès sur toutes les scènes de la région brestoise.

acte 6 : SECTION PING PONG

N'ayant pu présenter dans le numéro 8 de mars_avril 1978, la suite logique de l'histoire du patro, j'étais donc revenu en arrière, pour me permettre de réparer quelques oublis concernant certaines activités de l'époque, qui contribuèrent pour une large part, moralement et financièrement, à l'épanouissement de notre jeune société.

Nous étions aux premiers jours de la libération de Brest, c'est-à-dire à l'automne 1944. Notre terrain de football, pratiquement détruit, avec un fossé anti-chars creusé par l'occupant, sur toute sa longueur ; installations sportives, vestiaires, clôtures inutilisables. C'est-à-dire que dans ce domaine, nous devions repartir à zéro et il fallut de nouveau, s'armer de courage.

A ce même moment, dans une cantine ouvrière au n°101 de la rue Jean Jaurès, il existe une table de ping pong et les jeunes trouvent là un loisir entre les repas ou après le travail. Sous l'impulsion d'Auguste Eleouet et de Louis Zoubouzou, un tournoi de ping-pong est organisé. S'inscrivent : la milice St-Michel avec les : Le Pors, Pouliquen, Leroux, Luart, (d'ailleurs d'excellents basketteurs), puis les jeunes de St-Marc avec les Docteurs Romé et Kerbiriou ; Jardin et Di Guilio, ensuite la T.E.C...etc...

L'étoile Rouge crée à cette occasion deux équipes avec les frères Zoubouzou, Jean Tartu, Robert Ollivier, René Mercer, François Picart, Maurice Avril, etc...

Un nombreux public assiste tous les soirs aux épreuves éliminatoires entre ces différentes équipes, qui possèdent des éléments de réelles valeurs. Ce tournoi est enlevé par la milice St-Michel.

Mais les responsables de la section ne s'arrêtent pas en si bon chemin et organisent une soirée de gala avec les meilleurs du précédent tournoi avec la participation en match d'exhibition : d'Ollivan, l'un des meilleurs stylistes en Bretagne et Jean Quéré de St-Pol de Léon, le crack de l'époque. Ce match emballa tout simplement les quelques 500 spectateurs présents dans la salle de la cantine.

Ca y est ! Le tennis de table a démarré à Brest. L'étoile Rouge est le premier club de Brest à s'affilier à la FFTT, à la libération, et les meilleurs éléments de la ville viennent prendre licence, c'est-à-dire : Pierre Cam, Di Quélio, Merrien, Diencho. Jean Tartu est finaliste des championnats du Finistère à Chateaulin. Plusieurs titres et tournois sont enlevés par le club, aussi bien en individuel que par équipes. Cela nous obligeait à de nombreux déplacements, surtout dans le Nord Finistère, et souvent en semaine. Les couleurs de l'Etoile flottèrent souvent victorieusement au cours des championnats 1945 / 1946.

acte 7 : 1946, naissance du Patronage Laïque Guérin-Kérigonan

Puis, au début de l'année 1946, vint la naissance du Patronage Laïque Guérin-Kérigonan, dont l'Etoile rouge devint la section sportive, avec les équipes de Football, de Basket-Ball, Ping-pong, athlétisme.

Voici qu'elle fut la composition du bureau du patronage pour l'exercice 1946 / 1947 :

Président : M. Toullec

Vice-Présidente : Mme Joncour

Vice-Président : M. Goavec François

Secrétaire général : M. Le Borgne Hervé

Secrétaire adjoint : M. Joncour

Trésorier Général : M. Heurteaux Georges

Trésorier Adjoint : M. Roudaut Marcel

Archiviste : M. Treguer Goulven

et les membres du Conseil d'Administration :

M. Caro Alain

M. Berthou Paul

M. Cojan

Mme Treguer Marie

M. Goavec Pascal

M. Le Gall Louis

M. Norrant

Délégués des membres de l'enseignement :

M. Le Roux, directeur de l'école de garçons Place Guérin

M. Stephan, insituteur de l'école de garçons Place Guérin

Voir aussi

Témoignage d'une figure du PL Guérin : Guy Salou

Témoignage d'André : le quartier St-Martin / Kerigonan et le PL Guérin des 50s'

Extraits choisis du journal du PL Guérin 1978

1951 ou l'année de gloire des basketteuses du PL Guérin

De l'étoile Rouge au Patronage Laïque Guérin-Sports (1950)

Assemblée générale du PL Guérin en 1975

L'étoile Rouge en 1947

Fête gymnique du Patronage Laïque Guérin-Kérigonan en 1948

Bureau et conseil d'administration du Patronage Laïque Guérin en 1946

                                                               HalleStMartin002.jpg       Portail du quartier de Saint-Martin                                                                            
Outils personnels