Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Granite de l'Aber Ildut

Qui regarde un fragment de ce granite, appelé granite de l'Aber-Ildut, ne peut qu'être frappé par cette présence de cristaux roses, qui confèrent à la roche un étrange et lumineux aspect, que le temps arrive cependant à ternir. Il diffère nettement des autres granites voisins ou d'autres granites célèbres (Huelgoat, Ploumanac'h pour ne citer qu'eux) à la fois par sa couleur, sa texture,... permettant ainsi une reconnaissance aisée.

Détail du granite de l'Aber Ildut avec les gros feldspaths roses et les crapauds noirs

Le granite de l'Aber Ildut se distingue essentiellement par l'abondance des feldspaths roses, pouvant mesurer jusqu' à 4 à 5 centimètres, d'où l'appellation de granite porphyroïde dans un fond à grain moyen où l'on discerne un deuxième feldspath blanchâtre , un quartz gris et de nombreuses paillettes de mica à vif éclat noirâtre. L'abondance ou la taille de feldspaths peut donner une couleur plus ou moins rosâtre à la roche. Sur tout le massif la teinte n'est pas uniforme.

Les gros feldspaths sont particulièrement résistants à l'érosion et à l'usure du temps et bien souvent sur les boules de granite parsemant la campagne, sur les monuments mégalithiques nombreux dans le paysage, sur des pierres de construction, dans les zones où la roche se décompose, ils apparaissent nettement en relief. L'orientation privilégiée, bien que relativement faible, de ces cristaux, sera intelligemment utilisée par le tailleur de pierre dans le travail du matériau. Cette présence sera parfois source de difficulté pour ce même tailleur, faisant dévier une fente, créant un "trou".

Une autre particularité de ce granite est la présence plus ou moins fréquente d'enclaves de couleur gris-noir, d'un grain fin, nettement repérable et parfaitement visible sur de nombreuses constructions. Là encore, l'érosion les fait parfois apparaître en relief. De forme allongée, d'une dizaine de centimètres de long ou plus, cette enclave est appelée "crapaud" par les tailleurs. Si les uns semblaient relativement indifférents à leur présence, notamment dans le domaine de la construction, d'autres la refusaient catégoriquement et en particulier dans le funéraire ; c'est ainsi qu'une tentative de remise en exploitation d'une ancienne carrière avortera rapidement en raison de la présence non souhaitée de ces "crapauds".

Le massif granitique de l'Aber Ildut, dont la mise en place, sur des terrains préexistants et plus anciens, serait évaluée, selon les spécialistes à environ 300 millions d'années, se situe parmi les plus jeunes granites en France, les roches voisines ayant entre 1 et 2 milliards d'années. Cette mise en place s'est accompagnée d'importantes modifications de la roche : si le granite à gros feldspaths roses constitue la masse principale du massif, on passe progressivement vers le sud à un granite à gros feldspaths blanchâtres, puis à un granite à grain grossier, blanc gris, à deux micas, abondant auprès de l'île Segal en Plouarzel et à l'extrême sud à un granite à grain fin , clair à mica blanc seul, constellé de baguettes noirâtres de tourmaline (aussi appelé leucogranite).


Ces divers granites seront largement utilisés, tant sur la bordure maritime qu'à l'intérieur des terres, leur composition et leur texture permettant des utilisations diverses et originales. Le massif s'étend environ sur 13 km d'est en ouest et 11 km du nord au sud couvrant partiellement ou entièrement les communes de Plouarzel, Lampaul-Plouarzel, Brélès, Lanildut, Porspoder, Plourin, Plouguin, Lanrivoaré.

Détail des marches du phare de Trézien
Détail du menhir de Kergadiou

La qualité esthétique, due au contraste de couleurs de la roche, n'explique pas toute seule le succès de ce superbe matériau. Son intérêt repose sur un ensemble de qualités : grande résistance à l'érosion, possibilité d'extraction d'énormes masses de roche (on pense, entre autres, aux menhirs géants parsemant les sols), aptitude à la taille en dépit d'un gros grain (pas question cependant d'y sculpter une statue comme dans la pierre de Kersanton, présente dans la région de l'Hôpital Camfrout ; deux matériaux souvent associés dans de nombreux monuments religieux de la région), possibilité de l'obtention d'un très joli poli.

A ces facteurs naturels viennent s'ajouter d'autres liés à la géographie et particulièrement favorables à l'exploitation comme la présence abondante de boules, parfois énormes et aux formes étonnantes, à la surface du sol (certaines gardent les traces d'un travail inachevé) et au transport grâce aux affleurements de la roche en bordure immédiate de la mer et sur les rives maritimes de l'Aber Ildut. Enfin le cours de l'histoire et les pratiques culturelles des habitants influenceront sur l'importance de cette exploitation.

La beauté de ce granite ne pouvait donc que séduire à la fois les géologues d'hier et d'aujourd'hui et les bâtisseurs de tous temps. En 1809, Bigot DE MOROGUES parle de l'abondance de "cristaux de feldspaths... de deux à quatre centimètres de diamètre ... irrégulièrement disséminés dans la masse granitique dont ils font presque la moitié... La couleur noire du mica sert à relever leur éclat ... Ce superbe granite est d'une grande dureté et susceptible du plus beau poli ; on le trouve sur le bord de la mer, en très gros blocs détachés, ce qui permet de l'exploiter plus facilement ..." Quelques années plus tard, Puillon BOBLAYE évoque "les beaux granites roses, à structure porphyroïde de l'Aber Ildut..." Pour E. DE FOURCY en 1844 "Les falaises qui font face à Ouessant sont formés par un granite porphyroïde des mieux caractérisés. Ce granite est dur, sonore, à pâte résistante ; il contient de larges cristaux d'un feldspath lamelleux, très souvent rosâtre ; et réunit ainsi aux avantages de la solidité les agréments de la nuance. Tel est surtout celui qu'on exploite dans l'anse de l'Aber-Ildut et qui est employé pour tous les grands travaux du port et de la ville. On y trouve souvent de belles tourmalines noires."

Depuis longtemps, les habitants de la région ont bien compris la valeur de cette pierre et ont su l'exploiter, l'utiliser, lui donner âme et grandeur. Le patrimoine architectural local doit beaucoup à ce superbe granite. On pense inévitablement aux deux menhirs de Kergadiou situés à Plourin qui sont fait de ce granite si particulier. Finalement, il n'y a guère qu'aujourd'hui, alors que les moyens techniques sont autrement perfectionnés, que l'exploitation de ce magnifique matériau est abandonnée. Cruel paradoxe !

Outils personnels