Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Cyclisme à Saint-Pierre

LE CYCLISME A ST PIERRE, SOUVENIRS ... SOUVENIRS ...

Le cyclisme a toujours été un sport au fort impact populaire. Les exploits des champions auraient (et ont toujours d'ailleurs ...) un grand retentissement. Dans les années 30, à une époque où le vélo était omniprésent, notamment comme moyen de transport individuel, de nombreux jeunes Quilbignonnais pratiquaient le sport cycliste en catégorie "licenciés" ou non licenciés .

A Recouvrance, un marchand de cycles, Mr Stéphan, organisait ce qui s'appelait le circuit NORA (du nom d'une marque de cycles). Cette course se déroulait lors du Pardon de Recouvrance et attirait beaucoup de spectateurs.

A titre indicatif, le circuit de 1934 comportait deux étapes :

  • La 1ère (95 km) présentait l'itinéraire suivant : Recouvrance / Le Trez-Hir / St-Mathieu / Le Conquet / Ploumoguer / Lanildut / Ploudalmézeau / St-renan / Pont Cabioch / Recouvrance (rue Armorique). Le vainqueur en fut Rosmorduc.
  • La seconde amenait les coureurs dans le secteur de Landerneau, Guipavas (120 km) . L'arrivée se jugeait au haut de la rue des Remparts. Le vainqueur en fut P Blons, et le classement général fut remporté par Rosmorduc.

C'est à l'issue de cette course de 1934, où de nombreux concurrents quilbignonnais furent remarqués, que la décision de créer la Club Cycliste Quilbignonnais (C.C.Q.) fut prise. Le Président en fut Victor Eusen, et parmi les responsables on notait aussi Mrs Anatole Carval et Jestin, et un entraîneur, Gabriel Le Goff .

Les champions du Club, à l'époque, s'appelaient : Léon Rivoal, Maurice Roué, Rannou, les frères Gestin (4), les frères Gourmelon, P. Blons, l'Hopital, Le Her, Le Lay, les frères Bourhis, Deniel, Rosmorduc, Manu Pelleau ...
Le C.C.Q. organisait 3 courses réservées aux membres du Club:

Deux courses en ligne de 50 et 100 km et une course contre la montre sur une côte à escalader; soit celle de Ste-Anne, de la Grande Rivière, ou du Minou. La course de 50 km se déroula parfois aussi contre la montre.

II organisait par ailleurs deux autres courses ouvertes aux différents clubs avec classements individuels et par équipes : le Challenge Gloanec et le Challenge Witterscheim. Le circuit amenait les concurrents très loin dans ta campagne et l'arrivée, devant le cimetière de St-Pierre, charriait de nombreux spectateurs.

Le matériel n'était pas celui d'aujourd'hui : les jantes étaient en bois, les pneumatiques plus larges, c'était le début du dérailleur (3 vitesses) et tous les concurrents du peloton n'en étaient pas équipés. Le double-plateau ne viendra que bien plus tard.

La préparation des coureurs n'était pas affinée comme aujourd'hui : pas de diététique, entraînement moins étudié, déplacement à vélo le jour des courses ... Ainsi, pour faire une course à Berrien, cela représentait 120 km aller-retour en plus de 80 km de course ! Sans compter que ces déplacements se pratiquaient en petits groupes, où coureurs et accompagnants menaient bon train et s'affrontaient souvent sur le parcours ...

Tout ceci pour souligner la valeur athlétique de ces courses qui se menaient à une moyenne se situant autour de 35/36 km/h. Et n'oublions pas que les routes n'étaient pas si roulantes qu'aujourd'hui !

Après la guerre 39-45, l'intérêt pour le vélo était toujours aussi grand. Le C.C.Q. continuait, d'autres dirigeants l'animaient : Mrs Picot, Plougoulm, Deslandes, Boulbry ...

D'autres coureurs portaient ses couleurs (bleu et rouge) : P. Blons, Guengant, Deroff, Jo Gourmelon, Josset, Cahaignon, Boutjema, Urien, Vaillant, Bihannic ...Ce dernier est sans contexte le coureur Quilbignonnais au plus beau Palmarès. Excellent coureur régional, il obtient de bonnes places dans les épreuves nationales et fit même le Tour de France, ceci dans les années 1955 / 60.

La grande épreuve qu'organisait le C.C.Q. était le challenge Victor Eusen, qui attirait la grande foule lors de l'arrivée devant le cimetière. On y venait en famille et on cherchait la bonne place pour mieux apprécier l'effort des coureurs. Puis le vélo perdit de son attrait: le scooter, la mobylette, et surtout la voiture amenèrent à le remiser. Le C.C.Q. disparut lui aussi et il fallut attendre de nombreuses années pour revoir une course cycliste à St-Pierre grâce à l'initiative de quelques personnes.

Voici évoqué le souvenir du Club Cycliste Quilbignonnais grâce aux confidences de deux fidèles amis du vélo, Jean Venec et François Gourmelon. Ce dernier porta les couleurs du C.C.Q. à sa création et sa passion pour le cyclisme ne se démentit jamais. Il faut dire que la famille Gourmelon et le vélo, c'est toute une histoire ...à St-Pïerre.

J.P. Madec

Copyright Nous, créateur de cette œuvre ou ayant droit, n'autorisons aucune réutilisation de cette oeuvre sans notre autorisation, en dehors des exceptions permises par la législation française sur la propriété intellectuelle.
Outils personnels