Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Liberté surveillée pour l'huître japonaise

Gourmandise quand tu nous tiens !

Dans les années 70, y'en avait plus... les huîtres plates étaient décimées, les portugaises itou. Le salut est venu de l'huître japonaise Crassostrea gigas originaire d'Asie comme son nom l'indique. Arcachon, Marennes-Oléron , dans les bassins traditionnels l'ostréiculture a pu repartir. Sauvée par la belle asiatique. On pensait que notre climat lui était un peu défavorable, qu'il lui fallait la chaleur du bassin d'Arcachon pour donner du naissain et qu'en tout cas, elle n'allait pas se reproduire naturellement au nord de la Loire.

Eh bien tout faux, la voila qui s'échappe des poches, qui s'installe un peu partout. 15 000 tonnes en rade de Brest par exemple, 10 000 tonnes dans le golfe du Morbihan. Plus au nord, elle s'est durablement installée au Danemark et en Allemagne sur les côtes de la mer de Wadden. Qui plus est, elle s'invite à la télévision !

Est ce que c'est grave ? et bien on n'en sait rien. Dans les endroits où elle prolifère elle blesse les pieds des pécheurs. Elle gène les ostréiculteurs car la coquine s'installe sur ses congénères en élevage, les rendant difformes. Et puis elle change l'environnement. Plus gênant, le problème n'est pas que Français, elle se révèle invasive dans beaucoup d'endroits du monde où elle a été implantée.

C'est pour éclaircir tout cela qu'un programme de recherche appelé PROGIG se met en place à Brest, piloté par le LEMAR :

"L'huître creuse du Pacifique, Crassostrea gigas a été introduite en France à partir des années soixante dix pour pallier à l'effondrement des stocks des deux espèces alors cultivées : l'huître " portugaise ", Crassostrea angulata et l'huître " plate " Ostrea edulis. Des populations sauvages se sont rapidement implantées dans deux bassins ostréicoles du Sud de la Loire : Marennes-Oleron et Arcachon, principalement sur les estrans rocheux mais parfois aussi en estran meuble. Compte tenu des caractéristiques écophysiologiques de l'espèce et de son aire de répartition initiale, les prévisions étaient que Crassostrea gigas ne se reproduirait pas de manière efficace au nord de la Loire.

Cependant depuis le début des années 90, le processus s'est également produit en Bretagne et en Normandie. Tout d'abord très ponctuellement, à l'occasion de périodes estivales favorables dans quelques sites très abrités, à proximité immédiate des élevages : fonds de baies (rade de Brest...), rias (Aven, Belon...), estuaires (Trieux...). Aujourd'hui le phénomène s'est accéléré et on peut véritablement parler d'une invasion de certains secteurs par cette espèce, pouvant perturber les écosystèmes et la biodiversité associée. L'origine de ce changement de distribution peut résulter des modifications des conditions climatiques générales comme d'une adaptation génétique en limite d'aire de distribution. C'était peut-être aussi une sous-estimation des potentialités de l'environnement capable très localement de présenter des conditions thermiques suffisantes pour assurer le cycle reproducteur. Jusqu'à présent aucun programme d'étude intégrée n'a été développé sur ce phénomène, bien que la profession ostréicole en ait pris conscience et que quelques actions d'éradication aient été menées très localement par les collectivités et les comités professionnels.

Les objectifs de PROGIG sont de : réaliser un bilan actualisé de la colonisation des côtes Manche-Atlantique françaises par Crassostrea gigas, d'expliquer ce phénomène, d'en analyser les conséquences aussi bien écologiques que économiques et de proposer des mesures de gestion/restauration adaptées."

L'huître japonaise serait elle une espèce invasive, peste pour l'environnement, une manne pour les pêcheurs à pieds, ou une malédiction pour les ostréiculteurs ? Christian Hily et ses collègues nous apporterons surement des éléments de réponses.

Dans un premier temps, chacun peut participer à une enquête permettant d'établir le bilan de la colonisation du littoral français par l'huître japonaise.


On peut être sur qu'en la matière, ici ou là, le changement climatique qui se profile n'a peut-être pas fini de nous surprendre... Qui a parlé de méduses ?

Quelques Liens

Outils personnels