Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Lapérouse

Lapérouse
Vue de l'arrière du LapérouseVue de l'arrière du Lapérouse
Type : Bâtiment hydrographique de la Marine
Construction : 1986
Longueur de coque : 59 m
Maître-bau : 10,9 m
Tirant d'eau : 3,63 m
Déplacement : 850 tonnes
Équipage : 43
Propulsion : 2 diesels
Puissance : 2500 ch
Vitesse : 15 nœuds
Chantier : DCN Lorient
Armateur : Marine Nationale Française
Port d'attache : Brest

Sommaire

Présentation

Le bâtiment hydrographique (BH) Lapérouse (A791) a été construit par la Direction des Construction Navales à Lorient. Sur cale le 11 juin 1985, lancé le 15 novembre 1986, il a été admis au service actif le 20 avril 1988 au sein de la flotte du Service Hydrographique et Océanique de la Marine (SHOM).

Aujourd'hui, il fait partie des trois bâtiments de la marine affectés aux relevé hydrographique (étude des fonds jusqu'à environ 300m de profondeur). Les mesures de grands fonds sont effectués par d'autres bâtiments, le Pourquoi Pas ? et le Beautemps-Beaupré.

L'équipage est composé de 35 personnes plus 6 à 10 hydrographes du SHOM. Les missions durent de 1 à 3 mois généralement, avec des escales (le bâtiment dispose de 20 jours d'autonomie en nourriture). Le Lapérouse effectue environ 150 jours à la mer chaque année, pour des missions de relevés, et une dizaine de jours consacrés aux autres missions de la marine (courrier, remorquage...)

Missions

Comme tous les bâtiments de classe "A", le Laperouse n'a pas une mission directement guerrière (les classe "A" sont les bâtiments armés en auto-défense seulement).
Son travail s'inscrit dans la tradition scientifique de la marine, puisqu'il s'agit de fournir au SHOM les moyens techniques de tracer les cartes marines du territoire français (métropole et outre-mer), et de certaines zones comme l'Afrique de l'ouest, en faisant des relevés de profondeur, de type de sol, de courant, etc.

Certaines zones, relativement stables, ne nécessitent pas de suivis annuels. D'autres, comme le Pas-de-Calais, où les fonds sablonneux se déplacent, sont mesurées tous les ans.

Équipements

Le Lapérouse est équipé de divers instruments hydrographiques: entre autres, sous la coque, un capteur multifaisceau capable de balayer 350 m lorsqu'il y a 10 m de profondeur, ceci en basse résolution (on ne voit pas les objets/reliefs trop petits). Ce capteur est utiliser pour les relevés de petits fonds ; un sonar latéral tracté (surnommé poisson) qui peut être immergé jusqu'à 40 m et dispose d'une bonne résolution (25 cm), pour les fonds plus importants (jusqu'à 300m) ; 1 sondeur de sédiments (Raythéon), pour connaître la composition des fonds ; 1 bathysonde (mesures des pressions, températures, conductivités...), etc.

Les hélices sont à pas variable. Le Lapérouse dispose en plus de ses deux moteurs diesels de 1250 ch chacun de deux moteurs électriques de secours.

Le Lapérouse a quelques armes à bord, mais qui ne servent qu'à l'autodéfense, vu qu'il n'est pas accompagné.

Rencontre

À bord était présente la présidente de l'association Lapérouse, elle même descendante du célèbre navigateur originaire d'Albi. La ville d'Albi est d'ailleurs la ville marraine de ce bâtiment.

Au moment de Brest 2008, le Lapérouse avait deux "chantiers" de mesure en cours, à La Palice et à Saint Malo. Si nous l'avons photographié dans une forme de radoub, ce n'est donc pas qu'il était en réparation, c'était juste sa place pendant la fête !


Galerie photos

Liens

Outils personnels