Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Jean Cras

Jean Cras en uniforme avec son chat Bleu-Nial en 1902.

Jean Cras (prononcer Crasz) est un officier de marine et compositeur français, né le 22 mai 1879 à Brest où il est mort le 14 septembre 1932, emporté en trois jours par une maladie foudroyante.

Sommaire

Sa vie et son œuvre

Son père, médecin en chef de marine et sa mère partagent une même passion : la musique. Baigné dans une atmosphère musicale, il ne peut qu'être sensible à la musique et compose sa première œuvre à l'âge de 13 ans et excelle en tant que pianiste.

Élève doué, il entre à l'École navale à 17 ans. En 1898, sorti 4e sur 70 du Borda, il s'embarque. Il consacre ses heures de loisirs à composer et en 1899, il possède, déjà, dans ses tiroirs, une messe, des motets, un trio intitulé Voyage Symphonique.

En 1900, une profonde et étroite amitié s'établit avec Henri Duparc Wikipedia-logo-v2.svg qui le considère comme « fils de (son) âme » et il devine ce qu'il y a de profond dans cette nature ardente, dans ce regard transparent. Lors d'un nouvel embarquement, Henri Duparc lui remet un viatique : les quatuors de Beethoven pour qu'il s'en pénètre. Il a su concilier cette double existence de marin et de musicien, passionnément épris de ce double métier qu 'évoque le monument élevé sur le cours d'Ajot à Brest.

Le 23 janvier 1906, il épouse, Isaurette Paulette, une femme très compréhensive tant sur le plan musical que professionnel et lui donne quatre enfants : Isaure, Colette, Monique (1910-2007) et Pierre.

Pendant deux ans, il est professeur d'« archinav » (architecture navale) à la Baille, surnom donné par ses élèves, les « Bordaches », à l'École navale. Il invente alors une règle qui porte son nom, la règle Cras. Ce génial double rapporteur transparent, permet de tracer une route ou de porter un point par relèvements sur une carte marine (encore en usage, elle commence à tomber en désuétude depuis l'apparition de la navigation assistée par GPS). Sur le contre-torpilleur Cassini, il met au point un appareil qui facilite la transmission de signaux électriques rendus obligatoires sur tous les navires de guerre.

Jean Cras1.jpg

Jean Cras est qualifié d'officier de premier ordre par l'amiral Auguste Boué de Lapeyrère Wikipedia-logo-v2.svg dont il devient l'aide de camp après avoir été breveté d'état-major. Il sauve un matelot de la noyade après une explosion et se distingue tout au long de la guerre en Adriatique. Sa conduite héroïque lui vaut une citation à l'ordre de l'armée et son quatrième galon. Durant la guerre, et tandis qu'il prenait part au blocus des côtes dalmates, il achève la partition de son opéra Polyphème, drame d'Albert Samain Wikipedia-logo-v2.svg représenté à l'Opéra-Comique le 22 décembre 1922.

À bord du cuirassé Provence qu'il commande comme capitaine de vaisseau (1927-1929), il écrit à André Himonet : « J'essaie de mettre à profit les années où je suis à la mer pour travailler le plus possible, les conditions étant d'ailleurs particulièrement favorables à une production avant tout sincère et non sollicitée, impressionnée par ce qui s'écrit. » Ces quelques lignes peuvent servir d'épigraphe au Journal de bord que Rhené-Baton Wikipedia-logo-v2.svg dirige chez Pasdeloup en 1928. Cette suite symphonique se divise en trois parties :

  • 1°) quart de huit à minuit : houle au large, ciel couvert se dégageant au coucher du soleil, rien en vue,
  • 2°) quart de minuit à quatre : très beau temps, mer très belle, rien de particulier, clair de lune,
  • 3°) quart de quatre à huit : la terre en vue, droit devant.

Cette musique est simple, exempte de littérature et laisse place à l'expression de l'âme, à une méditation solitaire dans la nuit.

Il embarque toujours son piano droit sur chacun des navires à bord desquels il sert car : « Composer, c'est pour moi obéir à une volonté supérieure, qui me dicte ses volontés et que je sers avec l'ivresse de l'humble disciple dont le seul but est d'exécuter le mieux possible les ordres de son maître. »

Le 6 février 1932, Colette Cras, sa fille (future épouse du compositeur Alexandre Tansman Wikipedia-logo-v2.svg), exécute le Concerto pour piano et orchestre aux Concerts Pasdeloup sous la direction de Désiré-Émile Inghelbrecht Wikipedia-logo-v2.svg. Dans cette œuvre, le piano est considéré non dans un esprit de virtuosité mais dans un dessein de musicalité pure.

On retrouve une même originalité dans les Trois Noëls (Concerts Colonne, 1930) inspirés par le Pèlerin d'Assise de Léon Chancerel Wikipedia-logo-v2.svg et dont le premier, la Plainte d'Adam, avec la réplique constante de l'Ange, est un chef-d 'œuvre ; mais le deuxième, le Dialogue de Joseph avec le mauvais hôtelier ne vaut guère moins, si parfaitement expressif de toute la détresse humaine. Et le dernier, l'Adoration des Bergers, brille d'une lumière et est marquée d'une sorte de gravité mystique.

Tombe au cimetière de Saint-Martin

Il a également, composé un Quintette pour harpe, flûte et trio à cordes ; un Quintette pour piano et cordes ; un Quatuor (A ma Bretagne) et un Trio à cordes ; diverses pièces pour flûte et harpe, violoncelle et piano, pour violon et piano, des mélodies : Fontaines sur des poèmes de Lucien Jacques Wikipedia-logo-v2.svg, la Flûte de Pan sur un autre poème du même auteur, le Rubayiat d'Omar Khayyan, l'Offrande lyrique de Tagor et puis un recueil de trois petites pièces pour six petites mains , Âmes d'enfants recueil pour piano.

Sa musique n'a pas fait école. Il a su allier la rigueur de la Schola Cantorum Wikipedia-logo-v2.svg à la mélodie libre, naturellement limpide à la manière d'un Debussy Wikipedia-logo-v2.svg. C'est un mélodiste comme son maître Henri Duparc. Ses influences sont sa terre natale, la Bretagne, les contrées qu'il a explorées (notamment l'Afrique) qui lui valent le surnom de Pierre Loti de la musique et, bien entendu, son ami et professeur : Henri Duparc.

Son œuvre maîtresse est sans aucun doute Polyphème qui est, selon la légende, l'aîné des cyclopes, fils de Poséïdon et de la nymphe Thoosa. Albert Samain humanise son Polyphème en le faisant renoncer à faire rouler sur Galatée le quartier de roc destiné à broyer le couple (Acis et Galatée) et, en définitive, il s'aveugle et se jette dans la mer afin d'y trouver la mort car « leur bonheur m'épouvante ». On peut entendre une très belle version de cet opéra chez Timpani 3CD3078 - Chœur Régional Vittoria d'Ile de France (Michel Piquemal) et l'Orchestre Philarmonique du Luxembourg sous la direction de Bramwell Tovey. Un concert spectacle, Le Pacha, son Piano et la Mer, en visio-acoustique (film et piano) autour ses œuvres, a été réalisé par Laurent Minier et interprété par Jean Dubé au sein de l'État-major de la Marine à Paris en mars 2005.

Il termine sa carrière maritime avec le grade de contre-amiral et major général du port de Brest. Il sera enterré en 1932 au cimetière de Saint-Martin

Règle Cras

Différentes règles : Règle CRAS - Portland navigational triangle - Capt Fields' pattern (parallel rule)

La règle Cras est une règle-rapporteur utilisée depuis 1902 pour tracer des routes et des relèvements sur une carte de navigation (maritime ou aérienne) et y porter des points.

Cette règle, essentiellement utilisée en France, s'avère d'un emploi pratique et rapide. Elle est utilisée à bord des bateaux de plaisance, des navires marchands et des bâtiments de guerre.

Elle tient son nom de son inventeur le contre-amiral Jean Cras (1879-1932) qui, outre sa brillante carrière d'officier dans la marine nationale, était un remarquable pianiste, auteur et compositeur, d'une certaine notoriété à son époque mais de nos jours injustement oublié.

Localisation

Une rue à Brest dans le quartier de Saint-Marc. Une stèle a aussi été édifiée à la mémoire de Jean Cras sur le cours Dajot.
Rue Amiral Cras et Stèle Jean Cras sur Brest
Chargement de la carte...


Stèle Jean Cras


Séquence sonore

Durant la balade en ville, organisée par le service Patrimoines le 2 février 2016 sur le thème "Soldats et marins", Alain Boulaire évoque le cours Dajot et les deux stèles le délimitant, dont la stèle de Jean Cras.

Stèle de Jean Cras, par Alain Boulaire The media player is loading...

Pour télécharger le fichier : clic droit et enregistrer la cible du lien sous... - Licence Creative Commons BY NC-ND

Écouter les autres séquences sonores de cette balade

Anecdotes sur cette rue

En attente de contribution

.../

/...

Voir aussi

Outils personnels