Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Interview-Sillage : Katarin Quelennec, Nageuse et étudiante

    Sillage130 small.jpg Cet article est extrait du Magazine Sillage N°82 - été 2001
Auteur : Jérôme Le Jollec


"Le zef, une langue de marins et de paysans"

Plots de départ type Mondiaux de Rome (Montpellier)

Après la finale olympique du quatre fois 200 m nage libre à Sydney, Katarin Quelennec vient d'enchaîner un podium au dernier championnat de France à Chamalières du 100 m en 57' '58, près d'une seconde de mieux que son record personnel ! À 21 ans, la nageuse du CN brestois n'en finit pas de (se) surprendre. Cadette d'une famille de quatre enfants, étudiante en Sciences et techniques physiques et sportives, elle n'a pas envie de s'arrêter en si bon chemin et regarde maintenant vers Athènes, prochain horizon olympique

Katarin, d'où vient votre prénom ?

C'est tout simplement Catherine en breton. Mes parents, qui sont originaires de Gouezec pour ma mère et Pleyben pour mon père, sont bretonnants. Mes frères s'appellent Frank, Tangi et Erwan.

Quand vous êtes-vous jetée à l'eau pour la première fois ?

J'ai rejoint le CNB en 1989, en revenant de Martinique, où notre famille avait passé trois ans et où c'était plage tous les week-ends. J'avais tout de même appris à nager à six ans à la piscine de Kerhallet.

Et puis vous y avez pris goût ?

Oui, ensuite, j'ai eu envie d'aller en classe promotionnelle aux Quatre-Moulins. D'un entraînement le soir je suis passée à deux séances par jour en 4e, et au lycée c'était pire...

Quand avez-vous réalisé que vous aviez vraiment des dispositions ?

C'est venu assez tardivement. Au début, j'étais un peu à la traîne par rapport à ceux de mon âge. En 1996, j'ai fait première en équipe de France junior. Je me suis dit que c'était peut-être un début. Et en 1998, j'ai obtenu le bronze aux championnats de France sur 200 m.

Quelle est votre dose d'entraînement ?

J'ai calculé que ça doit faire quelque chose comme 22-23 heures par semaine. Je commence le matin, de 6h30 à 9h, avant les cours et le soir de 17h à 19h, après une demi-heure de musculation.

Vous êtes aussi étudiante, à vos yeux, le prix à payer pour réussir partout n'est pas trop élevé ?

C'est clair, il y a des sacrifices à faire, mais ça me plaît de combiner études et natation. Le but est de réussir les deux.

Les sorties le week-end et autres distractions, ça n'est donc pas pour vous ?

Si quand même! Il faut décompresser un peu, sinon, c'est pas possible.

Il faut encore que la famille joue le jeu et vous épaule ?

De ce côté-là pas de problèmes, que ce soit mes parents ou mes frères Maintenant, j'ai le permis de conduire, mais avant ma mère me préparais mon jus d'orange tous les matins à 6 h et m'amenais à la piscine. Le soir, c'était mon père.

Vous sentez-vous différente des jeunes de votre quartier ?

Du fait de mon rythme de vie, je connais surtout ceux qui sont liés à la natation ou aux études. Pendant que j'étais à Sydney aux Jeux, des jeunes de l'immeuble avaient fait une affichette pour me soutenir, J'ai trouvé ça sympa.

Qu'aimeriez-vous leur dire ?

Que le sport est un moyen de canaliser plein de choses ?

Vos prochains objectifs ?

Après dix jours de vacances en juin, je me prépare avec Anne Amardeilh pour les Universiades à Pékin en août. Ensuite, avec Pierre Henri et Marianne Le Verge, ce sera les Jeux Méditerranéens du 2 au 17 septembre à Tunis.

Et à plus long terme ?

Les Jeux d'Athènes en 2004 !

Votre rêve le plus fou ?

Une finale olympique. C'est une bagarre incroyable entre les meilleurs mondiaux.

À l'issue de votre carrière sportive quel sera votre avenir professionnel ?

Dans le sport ! J'ai envie d'y rester.

N'auriez-vous pas souhaité pratiquer un autre sport ?

J'ai commencé par l'athlétisme au Stade brestois. J'ai été championne de Bretagne UNSS et du Finistère en FFA. J'ai même battu Sandra Levenez. J'ai fait athlé et natation pendant deux-trois ans, puis après avoir hésité, j'ai choisi.

Avez-vous un modèle dans le monde sportif ou en dehors ?

Esposito en natation. Le fait qu'il dure est motivant. Et puis, Douillet et Carl Lewis, c'est le summum.

Quel pays ou quel endroit avez-vous particulièrement apprécié lors de vos déplacements ?

L'Australie ! Je ne voulais plus partir après les Jeux. Les gens, les villes sont super. J'aimerais bien y vivre au moins un an pour voir.

Contre le blues vous faites quoi ?

La musique! J'écoute un peu de tout : U2, Ben Harper, Red Hot Chili Peppers, Bob Marley... et le sport pour me défouler.

Et Brest dans tout ça ?

Brest est une ville sportive et mériterait peut-être d'ailleurs plus de complexes sportifs et pourquoi pas une piscine olympique. Au niveau des concerts et des animations, ça bouge bien aussi. Après le projet de complexe cinémas, il ne manquera plus qu'un gros centre commercial au centre ville attirant plein de monde. Moi, de toute façon dès qu'il y a la mer, ça me plaît.


Ce contenu est publié sous licence Creative Commons BY-ND

Cc-by-nd icon.svg

Vous êtes libre de :

partager — reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre

d’utiliser cette œuvre à des fins commerciales

Selon les conditions suivantes :
Cc-by new.svg Attribution (BY) — Vous devez citer l’auteur de l’œuvre.
Cc-nd.svg Pas d’œuvres dérivées (ND) — Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette œuvre.
Outils personnels