Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Exposition : Brest, l'esprit du large

    Edition N°1.jpg Cet article est extrait du magazine Patrimoines brestois


A la biliothèque d'étude

Du 19 septembre jusqu'au 24 octobre 2008

Projet de couverture pour L'Ancre de miséricorde de Mac Orlan

"C'est ici que l'aventure se mêle au vent de la mer", écrivait Mac Orlan au sujet d'une ville où, décidément, "toutes les cultures maritimes se rejoignent" (René Le Bihan, Alain Boulaire, Brest, éd. Palantine, p.237). Sans toutefois viser l'exhaustivité ni prétendre faire le tour d'une question qui précisément n'en a pas, l'exposition présentée par la Bibliothèque municipale, les Archives municipales et communautaires, le Musée des beaux-arts et le Centre de Recherche Bretonne et Celtique suggère comme autant de tableaux, quelques-unes des relations que Brest a pu entretenir avec son environnement maritime. Relation épistémologique dans un premier temps - la mer comme objet de science - puisqu'ici est née en 1752 l'Académie de marine, et avec elle un savoir pratique et théorique dont les répercussions sur les techniques de navigation, la géographie, l'hydrologie ou la tactique navale furent considérables. La mer étudiée, donc, mais encore explorée par des navigateurs tout aussi soucieux de repousser les limites de la connaissance humaine que d'accroître le prestige et la puissance de la France. Paradoxalement, cette ouverture de Brest vers d'autres horizons s'est accompagnée d'une forme d'occultation du littoral - celui-ci étant en grande partie aménagé pour et autour de l'arsenal : espaces réservés, qui s'étendent le long de la Penfeld, où de gigantesques infrastructures portuaires virent naître parmi les plus imposants bâtiments de la marine.

Les Brestois ont donc dû migrer vers la périphérie de la ville pour profiter de cette mer à la fois omniprésente et discrète. Les documents patrimoniaux exposés - livres anciens, manuscrits, gravures, dessins, cartes postales et photographies - sont les témoins de cette complexité. Ils permettent de revisiter une histoire multiséculaire et constituent également une invitation au voyage.

Brest : l'esprit du large, donc, comme pour souligner l'attirance, la fascination mais aussi l'effroi qu'a pu susciter et que suscite encore la mer dans le cœur des Brestois.

Quelques trésors

L'exposition Brest, l'esprit du large offre à la Bibliothèque municipale l'occasion de présenter au public certaines pièces remarquables issues des collections patrimoniales. L'Académie de marine, fondée à Brest en 1752, est ainsi évoquée à travers les mémoires et les récits de quelques-uns de ses membres, comme Nicolas Ozanne (Nouvelles vues perspectives des ports de France dessinées pour le roi, Paris, 1776) ou Pierre Bouguer (Nouveau traité de navigation, Paris, 1760).

Les nombreuses expéditions au départ de Brest ont également donné lieu à de multiples publications, récits ou "relations" de voyages, destinés tout à la fois à enrichir les connaissances humaines et à augmenter le prestige de leurs auteurs. Le Voyage de Siam du Père Tachard, publié à Paris en 1686 en est un exemple éloquent : chronique du périple effectué par les pères jésuites conduits par le chevalier de Chaumont et envoyés au royaume de Phra Naraï par Louis XIV en 1685, l'ouvrage comporte également de nombreuses gravures, certes parfois fantaisistes, mais toutes finement réalisées. On ne peut évoquer le patrimoine maritime sans faire référence à l'arsenal et aux activités de construction navale qui ont longtemps rythmé la vie brestoise. A cet égard, La description des trois formes du port de Brest dessinées et gravées par Choquet de Lindu en 1757 et l'album photographique d'Adrien Heller consacré au chantier de reconstruction des formes de radoub de Pontaniou constituent des témoignages majeurs de l'importance et du dynamisme du port de Brest tout au long de son histoire. Mais comme le patrimoine est aussi littéraire, il y a lieu enfin de faire bonne place, dans cet avant-goût non exhaustif, au "monument" romanesque que constitue L'Ancre de miséricorde de Mac Orlan qui a inspiré bon nombre d'illustrateurs, en particulier Henriette Bellair, dont la Bibliothèque municipale vient précisément d'acquérir 80 dessins originaux inédits.

Guy Tachard, Voyage de Siam des Pères jésuites envoyés par le Roy aux Indes et à la Chine

Auteur : Nicolas TOQUER, conservateur de la bibliothèque d'étude

Extrait du Patrimoines Brestois N°5 - Le patrimoine maritime brestois - Automne 2008

Ce contenu est publié sous licence Creative Commons BY-ND

Cc-by-nd icon.svg

Vous êtes libre de :

partager — reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre

d’utiliser cette œuvre à des fins commerciales

Selon les conditions suivantes :
Cc-by new.svg Attribution (BY) — Vous devez citer l’auteur de l’œuvre.
Cc-nd.svg Pas d’œuvres dérivées (ND) — Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette œuvre.


Voir aussi

Outils personnels