Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Quelques peintres ayant représenté Landerneau

Sommaire

Nicolas Ozanne (1728-1813)

Les premières représentations de la vie maritime de Landerneau se retrouvent chez cet habile dessinateur et bon graveur. Nicolas Ozanne, est né à Brest, y devient marin puis ingénieur naval et à partir de 1750 professeur de dessin de la marine. Grâce à ce talent de maître à dessiner et son souci didactique, il va devenir le précepteur des enfants royaux de Louis XVI. A la suite d'une commande royale, il réalise, entre 1775 et 1787, une remarquable série gravée de Ports de France, l'œuvre la plus importante de sa vie : 78 gravures verront ainsi le jour. Sa connaissance du monde et des techniques de la Marine lui permet de traduire scrupuleusement ce qu'il voit,
Le port de Landerneau vu du quai Saint-Julien, 1776
dans un mélange de rigueur et de spontanéité, de précision technique et de charme.

Nous connaissons de Nicolas Ozanne un premier passage à Landerneau en 1750. A cette occasion, il a dessiné "La Rivière de Landerneau, prise de l'avenue du château de Pencran, vers 1750". Elle projette, à l'horizon, la rade de Brest où se jette l'Elorn.

La gravure du "Port de Landerneau vu du quai Saint-Julien", datée de 1776, appartient à la série gravée des Ports de France. L'œuvre de Nicolas Ozanne est remarquable par la lumière rehausse l'animation des premiers plans. Ses ports montrent une vie quotidienne intense où se croisent toutes les figures de la société, marins et dames à ombrelles, sous les atours les plus divers.

Jules Noël (1810-1881)

Ce peintre, de père lorrain et de mère bretonne, né à Nancy fut baptisé du prénom très curieux de « Louis Assez ». Il passe toute son enfance en Bretagne, à Quimper, enseigne à Saint-Pol-de Léon, Lorient, Nantes, avant d'obtenir une chaire de dessin au collège Henri IV à Paris (1847-1879).

Une production bretonne

Si sa carrière de peintre est parisienne, son inspiration est provinciale : sa production picturale, inspirée de la Normandie et de la Bretagne, est très abondante. Ainsi, il y revient régulièrement et cette connaissance de toute la péninsule le distingue des autres peintres de la Bretagne. La plupart du temps, il compose ses œuvres à partir de souvenirs. Il est intéressant de noter que ce grand voyageur a adopté une technique révolutionnaire de son temps : la peinture en tubes de plomb, qui lui permet de voyager avec sa matière première.

Proche à ses débuts des spécialistes de la marine, il pratique le dessin, l'aquarelle et l'huile. Ses dessins de paysages maritimes sont innombrables. Plusieurs d'entre eux ont été gravés par John Outhwaite, pour illustrer « la Bretagne » de Jules Janin en 1864.

« Landerneau, quais animés », huile sur toile, vers 1860-70

Jules Noël est considéré comme le plus romantique des marinistes, l'un des plus habiles et des plus recherchés. Son style est très difficile à cerner dans la peinture à l'huile, entre le sage peintre de marines des années 1840 et le maniériste un peu fou des années 70. «Il n'a jamais été l'homme d'un genre » précise son biographe. Ses thèmes de prédilection restent les anses abritées où quelques grands navires, quelques arbres servent de lien entre terre et ciel. L'artiste a sans doute peint cette œuvre landernéenne à partir d'un bateau. Dans ce tableau, il montre qu'il a pleinement acquis la technique des spécialistes de la Marine : exactitude la plus minutieuse dans la description des vaisseaux, des voilures. Le foisonnement de détails est caractéristique du peintre.

Quais animés, vers 1860-1870

Jules Noël est également préoccupé par la traduction des effets atmosphériques, les ciels changeants ou les reflets de l'eau. Ses coloris sont toujours dans des gammes de beige, d'ocre, avec des bleus et des touches de rouge.

« Ce port semble d'une belle facture : le ciel travaillé en larges volutes dans les gris, sur un bleu frais, reste traditionnel, la multitude de petites touches ordonnées sur les horizontales pour l'eau, les légères touches de vermillon sont novatrices, ainsi que le papillotement impressionniste du premier plan. La trouée lumineuse, désaxée, creusant l'espace, sans trouer la surface, préserve la structure générale de tout éparpillement trop hardi ». Citation de Denise Delouche, thèse 1978, p.396.

Brest représenté par ces artistes

Tableau Port de Brest sur site Musée des Beaux Arts de Quimper

Outils personnels