Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Espaces Verts interview

Espaces Verts interview
Collectif-jq.jpg
Un article de : Journal de Lambé
Parution : Septembre 2008
N° : 6
Auteur : Jean François Raoul


Interview de Mr Tanguy, responsable des "Espaces Verts" sur Lambézellec

Quand nous arrivons dans une ville, un bourg, un village, nous apprécions tous d'être accueillis par des couleurs variées, des rues bordées d'arbres, des parterres fleuris, des ronds-points aménagés et colorés...

Tout ce travail est dû au "Service des Espaces Verts". Nous avons voulu savoir en quoi consistait ce service et, pour cela, nous avons rencontré Mr Jo Tanguy,responsable des "espaces verts sur Lambézellec.


-Qu'est-ce que les "Espaces verts"

JT- Il existe de nombreux types d'espaces verts dans une ville; les squares, les jardins, les espaces d'accompagnement des bâtiments,de voirie ,les ronds-points, les voies publiques, les écoles, les centres sociaux, les espaces naturels ou semi-naturels, les espaces boisés, les prairies ou zones humides qui sont gardées telles qu'elles sont. Cela demande, bien-sûr, beaucoup de travail d'entretien.

Paillage

-Sur BMO, combien de personnes travaillent à l'entretien des "Espaces Verts"?

JT-A peu près 300 qui dépendent de la direction des "ESPACES VERTS": des ingénieurs, des techniciens, des agents de maîtrise, des agents techniques...Tous ont une formation horticole et suivent ,en plus, une formaion en interne.Ils doivent avoir une connaissance des végétaux d'ornement, des compositions de massifs de fleurs, des plantes sauvages importantes et nécessaires.

Achetez-vous ou cultivez-vous, vous- mêmes, les plantes?

JT-Les deux. Nous avons un site principal de culture et de réception, ce sont les serres, sur Guilers, près de Keroual, pour une superficie d'environ 1500 m² où l'on produit des plants pour les massifs, des plantes vivaces, des fleurs pour les décorations, des bouquets pour les réceptions. Nous recevons aussi tout ce qui est achat d'arbres, d'arbustes et végétaux de pleine terre. En ce qui concerne les arbres, comme nous les recevons avec une grosse motte de terre, nous disposons d'engins appropriés pour les manipuler et les placer provisoirement dans une tranchée.Pour les autres plantes , nous les gardons sous tunnel. Tous les quatre ans nous allons aux Floralies de Nantes présenter nos réalisations.

-Et la maintenance des Espaces Verts?

JT-elle est divisée en trois secteurs: 2 pour Brest et les communes de BMO et un pour les grands parcs péri-urbains. Le personnel est chargé du fleurissement, de la décoration, de la plantation d'arbres d'alignement, de l'abattage, de l'élagage, de l'entretien du mobilier de jardin, des jeux pour enfants( installation, contrôle et réparation). C'est le bureau d'études qui s'en charge.

-En gros, quelle est la surface des espaces verts sur BMO et les communes de la CUB?

JT- environ 360ha pour Brest et 50 pour les communes.

-Qu'en est -il de l'entretien et du désherbage en particulier?

JT-Cela a beaucoup évolué depuis quinze ans. Au début des années 80 nous utilisions des produits phytosanitaires en grande quantité, mais avec la pollution avérée de l'eau sur les bassins versants et le contrat de baie de la Rade , il y a eu une sérieuse prise de conscience. Il fallait, à tout prix, réduire la quantité de ces produits. Les procédés utilisés aujourd'hui sont variés: nous avons ,en location, le procédé "Waipuna" qui consiste à détruire les "mauvaises herbes"avec de l'eau portée à ébullition grâce à l'amidon de maïs, d'où la présence, parfois, de mousse blanche absolument écolo sur les trottoirs et dans les rues. Nous devrions, cette année, acheter un véhicule de ce type qui respectera un plan de désherbage établi par le bureau d'études. Nous avons aussi des brûleurs à gaz; des brosses métalliques et un rabot porté par un tracteur pour les aires sablées. Cette dernière machine a été conçue et fabriquée en régie à Brest au CTC.Elle est d'ailleurs enviée et copiée par d'autres communes: Rennes, Landerneau, St Brieuc, Poitiers... Et au lieu de produits chimiques nous revenons de plus en plus à l'antique binette.

-Vous parliez des" Aires sablées"?

JT- Nous essayons de supprimer les aires sablées inutiles au profit du gazon et de plus en plus nous mettons allées et gazon au même niveau ce qui évite le désherbage chimique. Pour le gazon, nous n'utilisons pas non plus de traitement sélectif, ce qui fait qu'on peut voir des pâquerettes, des véroniques et autres fleurs sauvages. Quant aux surfaces imperméables,un arrêté préfectoral applicable aux quatre départements bretons interdit l'utilisation de produits phytosanitaires sur ces surfaces. D'ailleurs, sur BMO, l'utilisation de ces produits est en baisse considérable: 97% en moins depuis 1994.Cette année-là , la quantité de matière active était de 1007kg et , en 2007, elle n'était plus que de 25kg. Il est donc nécessaire de bien connaître les plantes. Il ne s'agit pas , non plus d'éradiquer systématiquement les "mauvaises herbes appelées aussi "végétation spontanée" mais de les contrôler. Pas gênantes , elles ne seront pas détruites. Ainsi, au début de l'été , on peut voir sur des terres-pleins-centraux,de grandes digitales en fleurs côtoyer des rhododendrons épanouis.

Notre service "Espaces verts"est un service précurseur dans les domaines de la création et de l'entretien de ces espaces grâce à ses méthodes innovantes respectueuses de l'environnement.

Outils personnels