Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Cinquantenaire du PL Guérin en 1983

Affiche du cinquantenaire

Le 15 octobre 1983, le Patronage Laïque Guérin fêta son CINQUANTENAIRE.

Discours de Madame Nicole LOUARN

Au nom de la Fédération des Œuvres Laïques et de son Président Jean NEDELEC, je remercie les responsables du Patronage Laïque GUERIN de nous avoir demandé de nous exprimer à l’occasion de cette manifestation du cinquantenaire de l’association. J’apporte à tous les militants et adhérents, aux anciens comme aux présents, ainsi qu’à leurs amis, le salut de la Fédération.

Ce moment, à la fois empreint de joie, d’émotion et de gravité, je passerais plus vite sur les deux premiers, longuement évoqués par les intervenants précédents, pour m’étendre sur l’analyse du contexte dans lequel évolue les associations aujourd’hui.

Moment de joie, bien sûr, ce soir, et soir de fête pour les associations laïques qui peuvent s’assurer de la vitalité, de la santé, de l’énergie de l’une d’entre elles. À chaque fois que l’on honore un Patronage, c’est toute la famille laïque qui se réjouit.

Comment ne pas être ému en écoutant les discours des anciens retraçant les origines de l’association. Oui, vous avez bien travaillé et pendant cinquante ans, des centaines et des centaines de militants et animateurs bénévoles ont mené une tâche souvent difficile, toujours prenante, ne ménageant ni leur temps, ni leur énergie, pour que se développe leur association. Je crois que tous ces anciens pourraient et peuvent être fiers de l’état actuel du Patronage Guérin. L’équipe aujourd’hui est jeune et énergique et a réussi à poursuivre l’œuvre de ses prédécesseurs en lui impulsant une nouvelle dynamique.

Le large éventail des activités proposées à l’occasion du cinquantenaire prouve l’esprit d’ouverture et de réalisme des responsables du Patronage.

Mais, il ne s’agit pas seulement de citer un nombre d’adhérents ou une liste d’activités, il me paraît important de rappeler que l’action du Patronage Laïque Guérin comme l’a indiqué la Présidente, se place sous le signe de la laïcité.

Il nous faut rappeler bien haut que la laïcité n’est pas la neutralité, la laïcité repose sur les principes essentiels de l’humanisme et du rationalisme, c'est-à-dire que la laïcité a confiance en l’homme, s’opposant en cela aux élitistes et aux ségrégationnistes. En parodiant Giraudoux, elle peut affirmer : « Hommes, j’ai pour vous, un égal respect ».

Toutes ces actions s’appuient sur les progrès de la connaissance, fruit du développement de l’intelligence humaine c’est le sens même de la place importante réservée aux activités scientifiques, dans cette association.

C’est sur ces principes que repose l’éducation permanente.

Le Patronage Laïque a une approche globale des faits éducatifs et il l’applique à la fois à l’ensemble des pratiques culturelles, du tennis de table à la poterie, des activités scientifiques au football, des camps de jeune à la lecture, pour reprendre un certain nombre d’activités de ce Patronage. Il s’applique également à tous les milieux sociaux. C’est ainsi que le Patronage est ouvert, sur le quartier, qu’il reçoit des enfants des milieux défavorisés, qu’il accueille dans ses sections sportives, des handicapés, qu’il travaille en relation étroite avec les Ecoles Publiques.

Il s’ouvre également à tus les âges de la vie, avec sa section enfant, son club du 3ème âge, le nombre important de jeunes et d’adultes de ses sections sportives et culturelles.

Ceci souligne le rôle social joué dans la commune par une telle association. A ce propos, je voudrais faire quelques remarques et rassurer Monsieur le Maire de Brest, qui dans diverses déclarations dénonce le Monde Associatif et la soi-disante main mise par différents groupes politiques sur la Vie Associative.

Les Associations Laïques ont toujours été indépendantes du Pouvoir Politique, et la longévité des Patronages Laïques Brestois le prouve.

Elles ne changent pas d’orientation au gré des circonstances, elles font des propositions aux interlocuteurs élus par le libre choix des citoyens.

Nous avons affirmé, toujours, qu’il était nécessaire que les associations aient une part de ressources propres, il ne faut pas qu’elles tirent, bien sûr, tous leurs moyens du Pouvoir Local. C’est la politique des Patronages Brestois, qui organisent plusieurs manifestations pour subvenir à leurs besoins. Et d’autre part, je voulais signaler la rigueur de gestion du budget général.

Mais pour mener à bien les tâches qui sont les leurs, il est indispensable que les associations soient aidées par les Pouvoirs Publics.

Monsieur le Maire, vous n’avez aucune crainte à avoir, car il existe véritablement une démocratie interne au sein de la vie des Patros.

Les Conseillers Municipaux siégeant dans les Conseils d’Administration s’en sont sans doute aperçus.

Il m’est arrivé, à plusieurs reprises, d’assister à des réunions dans les Patronages et j’ai pu constater avec quelle ardeur, chacun défend ses idées et son projet.

Un exemple peut illustrer ce propos : des débats très longs ont eu lieu afin de décider ou non de la demande de création d’animateurs permanents dans les patronages.

Je peux vous assurer que le choix n’a jamais été celui de quelques-uns, mais véritablement est survenu à la suite de la prise de conscience de tous. Le choix contraire a également été fait par certains Patronages. C’est sans doute pour cela que l’animateur du Patronage n’en ait jamais le directeur, mais un professionnel au service des bénévoles.

Il est d’ailleurs à remarquer que la Présence d’un animateur permanent dans la plupart des associations a été suivie de l’augmentation du nombre d’animateurs bénévoles.

Nous demandons vraiment, aux responsables de la Municipalité de nouer un dialogue constructif avec le mouvement associatif. Bien sûr, les associations ne doivent pas être les seuls interlocuteurs de la Ville, mais elles peuvent être un de ses partenaires.

Le développement éducatif, social et culturel est comme le développement économique, indispensable au progrès social. Les associations éducatives volontaires favorisent la vie démocratique, elles sont un lieu privilégié de rencontres de concertations, un moyen d’innovation et de proposition.

Reconnaître et étendre la compétence et le pouvoir des associations volontaires est une mesure significative pour accroître le fonctionnement démocratique des structures sociales et socioculturelles.

Il faut d’ailleurs que la Loi reconnaisse le rôle essentiel qu’elle joue dans la pratique véritable de la démocratie au quotidien.

Il est nécessaire que la Loi leur assure des moyens concrets d’expression et de réalisation, et quand je parle de la Loi, bien sûr, c’est la réforme des Collectivités Locales dont il s’agit.

Il n’est pas possible que les associations soient victimes d’un changement politique.

Aujourd’hui, par exemple, au Relecq-Kerhuon, la Municipalité a tout enlevé aux associations laïques, acculant par des mesures financières, la F.O.L. à licencier 3 personnes, c’est prendre là une grande responsabilité, la population relecquoise étant satisfaite des services rendus.

Je ne pense pas que ce soit ainsi que l’on doit concevoir le jeu démocratique.

En conclusion de cet exposé, qui je l’espère n’aura pas été trop long, je voudrais renouveler au Patronage Laïque Guérin, toutes nos félicitations pour le travail accompli.

Je sais combien la mise en place de ce cinquantenaire a été difficile et éprouvante pour l’ensemble de ses militants, je crois qu’ils peuvent être récompensés ce soir, par la présence importante de militants et de personnalités, pour la soirée d’inauguration.

Et je suis persuadée que la population brestoise va se bousculer aux portes du Patronage pendant le mois qui vient. Les Services Culturels et scientifiques de la Fédération des Œuvres Laïques, ainsi que l’Association Populaire d’Iroise, pour l’initiation à l’astronomie et à l’informatique ont contribué et contribueront à ce mois d’animation qui se déroule pour la F.O.L. d’ailleurs, parallèlement à une importante action sur le Centre Finistère. Action tournant autour de la Forêt.

Nous assurons le P.L. Guérin de notre soutien matériel et pédagogique et leur présentons tous nos souhaits de réussite et de courage pour la poursuite de leurs actions.

Avant de conclure, je donne rendez-vous aux militants des Patronages Laïques, le 25 novembre à Nantes, pour le regroupement régional du Comité Nation d’Action Laïque pour la mise en place du service national laïque, que nous réclamons tous depuis déjà, bien longtemps.

 Bravo le P.L. Guérin
 Bravo les associations laïques brestoises.

Discours de Monsieur E. BEREST

Madame la Présidente, Monsieur le Député, Mesdames, Messieurs,

Vous avez constaté, Madame la Présidente, ainsi que tous ceux qui sont ici, la présence nombreuse des membres du Conseil Municipal, toutes opinions confondues, puisque je reconnais dans l’assistance plusieurs collègues, soit conseillers, soit adjoints, c’est la preuve qu’il y a en tous les cas, une unité.

En ce qui concerne la présence ici et ce qui signifie ma présence ici, je voulais le souligner nettement, n’ayant pas l’intention de prendre longuement la parole, mais ayant quand même de toute évidence l’obligation de faire une ou deux mises au point.

Madame la Présidente, vous avez voulu évoquer ici, Monsieur le Maire de Brest, et une intervention qu’il a faite récemment. À travers ma propre présence, je serais très content de vous faire parvenir le discours qu’a fait (c’est sans doute à celui-là que vous faites allusion) Monsieur le Maire de Brest, car je dois le dire très franchement, en tant qu’enseignant, je trouve préférable, d’abord de ne pas faire de procès d’intention, et ensuite, surtout quand on fait des citations, il faut les faire très exactement. Car, quand les propos sont pesés comme les vôtres l’étaient, il faut penser que les propos des autres le sont aussi.

Aussi, je ne me laisserais pas entraîner sur ce terrain pas plus que ne me laisserais entraîner au Relecq-Kerhuon où nous ne sommes pas.

En dépit de l’esprit accapareur des Brestois, les Kerhueurs sont encore indépendants, qu’ils soient de ceci ou de cela, ce n’est donc pas le lieu ici, je ne pense pas du moins, pour les évoquer.

Je ne parlerais donc que de Brest, mais à ce sujet, vous me permettrez, Madame, la Présidente, de parler d’une manière plus personnelle maintenant.

Toujours en parlant au nom de la Municipalité, il y a 6 ans, ce patronage a été inauguré, c’était en 1977, et j’avoue que j’éprouve une singulière joie à être officiellement, dans le patronage, personnellement, étant donné qu’il faisait partie de la programmation que nous avions mise au point avec le Président de la Société des Patronages Laïques Municipaux ici présent, et nous avions fait un programme d’ensemble avec des priorités.

Je rappelle aux anciens qui sont là, et je dis à ceux qui n’étaient pas là ou qui ont peut-être un peu perdu la mémoire, je crois que Mme la Présidente du Patronage Le Gouill est là quelque part et qu’elle avait été prioritaire pour son patronage. Je rappelle que le Foyer Laïque de Saint-Marc, avait eu également une priorité, et je rappelle que la 3ème priorité qui avait été décidée par la municipalité que j’avais, à ce moment-là, l’honneur de présider, la 3ème priorité avait été décidée, programmée, financée de ce temps. Ce qui fait que quand je suis dans cette maison je me trouve tout de même un petit peu chez moi.

C’est normal pour les gens qui sont au Conseil Municipal, mais je dois dire que j’ai suivi de très près la construction de ce Patronage, même si les évènements politiques, auxquels nous sommes tous sujets, ont amené en 1977, je n’étais pas là pour apporter mon témoignage, n’ayant d’ailleurs pas été convié à y être, mais je tenais à rappeler rapidement ce souvenir, en admirant la qualité du mobilier et je dois le dire aussi la qualité de l’immobilier que je vois ici.

Madame la Présidente, je suis très heureux de voir avec quelle attention, vous vous penchez sur le problème scientifique. J’en dirais quelques mots dans un instant. Quand j’évoque, avec Monsieur Caro, tout à l’heure, nous évoquions le passé, nous l’avons évoqué tous les deux, avant la réunion, car nous avons aussi un passé commun lui et moi, mais quand nous évoquons le passé, je ne peux pas ne pas évoquer le vieux Patronage Guérin et les misérables baraques que nous avons connus jusqu’en 1977.

Je constate que 6 années après, même si elles sont peut-être insuffisantes, elles tiennent encore à peu près le coup, elles demandent peut-être à être agrandies. Ce n’est pas moi le premier qui à l’époque actuelle parle le plus de rigueur et d’austérité, c’est un discours que nous entendons et malheureusement, il est de saison, et nous sommes bien obligés, nous aussi, de le répéter et de dire que pour les patronages laïques, comme pour le reste, pour les patronages municipaux, comme pour le reste, il ya ce qui est souhaitable et ce que nous souhaitons tous, et ce qui est possible avec la réalité que nous connaissons et ce que nous essayerons de faire en commun.

Voilà la petite précision que je voulais donner. Je n’ai pas prononcé le mot « fatidique » dont on attendait que je le prononce, à la suite de l’intervention de Madame la Présidente des Œuvres Laïques, je me suis arrangé pour ne pas le prononcer, et je ne le prononcerais pas.

Mais ce regroupement de personnes que l’on a évoqué tout à l’heure, en disant qu’il était en danger, je ferais remarquer qu’il ne paraît pas, pour l’instant, dans un péril extraordinaire dans cette maison, et que je demande qu’on apporte les preuves qu’il y a effectivement péril, affiché et remarquable en ce domaine.

En ce qui concerne quelques-uns qui se trouvent dans cette salle, je m’excuse de parler de moi, mais au bout d’un certain temps c’est un peu ce qu’on est conduit à faire, je crois être le premier (je fais appel à la mémoire de Monsieur le Président du P.L. Sanquer qui est là), je suis le premier à avoir attiré l’attention des patronages laïques municipaux, sur la nécessité dans laquelle il serait avec la Ville, d’avoir des permanents, et ceci bien avant 1977, j’ai seulement ajouté ceci : qu’il fallait bien les choisir, de telle manière que n’arrive pas un moment où un conflit n’éclate, idéologique ou autre, entre le groupe et le permanent choisi, et les responsables qui sont ici savent bien que c’est un des dangers de l’opération dans le domaine délicat du socio-culturel. Je voulais également rappeler ce souvenir.

Enfin, Madame la Présidente, vous avez cité EINSTEIN, vous me permettrez de faire aussi une citation, pour terminer. C’est un petit peu le défaut des enseignants, on est toujours un petit peu enseignant, et ceci, rien que pour dire que la Laïcité appartient à tout le monde, dans le sens dans lequel j’ai voulu l’entendre tout à l’heure, je suis moi aussi un laïc, vous me permettrez, prolongeant Einstein, de citer quelqu’un qui fut sans doute un des premiers laïcs, et qui à propos, il y a 200 ans, d’objets qui étaient à cette époque, ceux que nous regardons aujourd’hui et cette micro-informatique que vous désirez et que vous devez avoir, cet homme, parlant de techniques d’il y a 250 ans, disait que le fait qu’on fasse en sorte que tout le monde les connaissent, c’était ça qui était l’essentiel. C’est le sens de la phrase d’Einstein, Madame. Je viens de citer quelqu’un qui fut un très grand laïc, c’est celui qui a lancé l’encyclopédie : c’est DIDEROT.

Diderot dont nous fêterons solennellement à Brest, l’année prochaine, en 1984, le bi-centenaire de sa mort, et la Municipalité de Brest, s’engage fermement dans cette célébration, qui est une célébration nationale, comme la Marine Nationale s’y engagera fermement avec la Municipalité de Brest.

Parce qu’encore une fois, la laïcité appartient à tout le monde, Diderot appartient à tout le monde, et le Patronage Laïque Guérin appartient aussi à tout le monde.

Merci,


Voir aussi

Témoignage d'une figure du PL Guérin : Guy Salou

Témoignage d'André : le quartier St-Martin / Kerigonan et le PL Guérin des 50s'

Extraits choisis du journal du PL Guérin 1978

1951 ou l'année de gloire des basketteuses du PL Guérin

De l'étoile Rouge au Patronage Laïque Guérin-Sports (1950)

Assemblée générale du PL Guérin en 1975

L'étoile Rouge en 1947

Fête gymnique du Patronage Laïque Guérin-Kérigonan en 1948

Bureau et conseil d'administration du Patronage Laïque Guérin en 1946

                                                               HalleStMartin002.jpg       Portail du quartier de Saint-Martin                                                                            
Outils personnels