Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

René Vautier, le petit blanc à la caméra rouge

René Vautier Wikipedia-logo-v2.svg est un réalisateur et scénariste français, né le 15 janvier 1928 à Camaret-sur-Mer (Finistère) .

René Vautier, Rue St Malo à Brest, le 1er mai 2005, le réalisateur de film engagé durant le débat qui suit la diffusion du film : "Quand les femmes ont pris la colère" réalisé par René Vautier et Soazig Chappedelaine en 1977
Après la diffusion du film "Quand les femmes ont pris la colère" (réalisé par Soazic Chappedelaine et René vautier en 1977) Rue Saint Malo à Brest le 1er mai 2005, les réalisateurs René Vautier et Véro Pondaven discutent

Sommaire

Biographie

Né d'un père ouvrier d'usine et d'une mère institutrice, il mène sa première activité militante au sein de la résistance intérieure française en 1943, alors qu'il est âgé de 15 ans, ce qui lui vaut plusieurs décorations. Il est décoré de la Croix de guerre à 16 ans, responsable du groupe « jeunes » du clan René Madec, cité à l'Ordre de la Nation par le général Charles de Gaulle pour faits de Résistance (1944).

Après des études secondaires au lycée de Quimper, il est diplômé de l'IDHEC (Institut des Hautes Études Cinématographiques) en 1948, section réalisation.

En 1950, il réalise son premier film, Afrique 50, qui était une simple commande de la Ligue de l'enseignement destinée à mettre en valeur la mission éducative de la France dans ses colonies. Sur place, il décide de témoigner d'une réalité non commandée, le film sera interdit pendant plus de quarante ans. Ce sera le premier film anticolonialiste français, chef-d'œuvre du cinéma engagé, qui lui vaudra 13 inculpations et une condamnation de prison, son co-inculpé est Félix Houphouët-Boigny. Il s'agit une condamnation en violation du décret Pierre Laval (Ministre des colonies) de 1934 et Vautier est mis en prison militaire à Saint-Maixent, puis à Niederlahnstein en zone française d'occupation allemande. Il sort en juin 1952.

Afrique 50 reçoit la médaille d'or au festival de Varsovie. Engagé en Afrique sur divers tournages, il rejoint le maquis algérien. Directeur du Centre Audiovisuel d'Alger (de 1961 à 1965), il y est aussi secrétaire général des Cinémas Populaires.

De retour en France, il fonde en 1970 l'Unité de Production Cinématographique Bretagne (UPCB) dans la perspective de « filmer au pays ». En janvier 1973, il commence une grève de la faim, exigeant « [...] la suppression de la possibilité, pour la commission de censure cinématographique, de censurer des films sans fournir de raisons ; et l'interdiction, pour cette commission, de demander coupes ou refus de visa pour des critères politiques ». René Vautier aura raison de la commission. Il sera soutenu par Claude Sautet, Alain Resnais et Robert Enrico. Au terme de cette grève, la loi sera modifiée. En 1974 il reçoit un hommage spécial du jury du Film antiraciste pour l'ensemble de son œuvre. Il fonde en 1984 une société de production indépendante: « Images sans chaînes ».

Il s'est toujours efforcé de mettre « l'image et le son à disposition de ceux à qui les pouvoirs établis les refusent », pour montrer « ce que sont les gens et ce qu'ils souhaitent ». Comme Jean-Luc Godard, qu'il a croisé lors de la constitution des Groupes Medvedkine en 1968, le seul collectif cinéastes-ouvriers de l'histoire du cinéma, René Vautier est un des très rares cinéastes à développer une théorie en acte de l'image.

Il a reçu en 1998 le Grand Prix de la Société Civile des Auteurs Multimédias pour l'ensemble de son œuvre.

Tout en ayant combattu Jean-Marie Le Pen, il a, comme l'Abbé Pierre, néanmoins soutenu Roger Garaudy lors de son procès pour négationnisme. En fait, le cinéaste tout en témoignant de son amitié et son admiration pour l'homme, avait clairement marqué qu'il ne partageait pas les thèses négationnistes qui étaient reprochées à celui-ci [1]

Il est décoré de l'ordre de l'Hermine.

Il a posé ses valises à Cancale et a en préparation un film sur la censure, monté par sa femme Soazig Chappedelaine, elle-même cinéaste.

Filmographie

Combat contre le capitalisme

  • Un homme est mort, film sur la mort de l'ouvrier Edouard Mazé, lors des manifestations et des grèves de Brest (mars-avril 1950).
  • Anneaux d'or, avec Claudia Cardinale dans son premier rôle, un de ses rares œuvres de fiction, il remporte l'Ours d'argent au festival de Berlin-Ouest en 1956
  • Classe de lutte - 1969, avec Chris Marker
  • Transmission d'expérience ouvrière, s'adressant à d'autres collectivités ouvrières, les ouvrières licenciés des usines de Forges d'Hennebont racontent la façon dont les promesses gouvernementales et patronales les ont floués - 1973
  • Quand tu disais Valéry, avec Nicole Le Garrec, le film retrace la longue grève des ouvriers de l'usine de fabrication de caravanes Caravelair à Trigniac, classé meilleur film français au festival de Rotterdam - 1975

Contre le colonialisme et plus particulièrement la guerre d'Algérie

  • Une nation, l'Algérie, l'une des deux copies est détruite, la deuxième a disparu. Après la révolution du 1er novembre 1954, le film relate en images la véritable histoire de la conquête de l'Algérie. René Vautier est poursuivi pour atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat pour une phrase du film : « L'Algérie sera de toute façon indépendante » - 1954
  • L'Algérie en flammes - 1958
  • Un peuple en marche, film qui fait un bilan de la guerre d'Algérie en retracant l'histoire de l'ALN et qui montre l'effort populaire de reconstruction du pays, après l'indépendance - 1963
  • Avoir 20 ans dans les Aurès, avec Alexandre Arcady, Yves Branellec, Philippe Léotard. TF1 conserve la matérialité du négatif, le film ne peut être distribué. Grand Prix du festival de Cannes - 1971

Contre le racisme en France

  • Afrique 50, Premier film réalisé par René Vautier, alors âgé de 21 ans, et premier film anticolonialiste français - 1950
  • Les trois cousins, fiction tragique sur les conditions de vie de trois cousins algériens à la recherche d'un travail en France. L'Award pour le meilleur film pour les Droits de l'Homme à Strasbourg en 1970.
  • Les Ajoncs - 1971
  • Le Remords - 1974
  • Vous avez dit: français?, Réflexion sur la notion de citoyenneté française et l'histoire de l'immigration en France - 1986

L 'apartheid en Afrique du Sud

  • Le glas, le film est d'abord interdit en France, puis autorisé en 1965 parce qu'il était autorisé en Angleterre - 1964
  • Frontline, réalisé avec Oliver Tambo, prédécesseur de Nelson Mandela et co-produit avec l'African National Congress - 1976

Contre la pollution

  • Marée noire, colère rouge, classé meilleur film document mondial 1978 au festival de Rotterdam - 1978
  • Mission pacifique, documentaire sur des témoins sur place analysent les prises de vues effectuées lors des explosions atomiques dans le Pacifique et du naufrage du Rainbow Warrior - 1988
  • Hirochirac, reportage tourné pendant le cinquantième anniversaire d'Hiroshima au moment où Jacques Chirac reprend les essais nucléaires dans le Pacifique et complété par des témoignages de victimes du nucléaire - 1995

L'extrême droite française

  • À propos de... l'autre détail, le film montre à partir de témoignages sur la torture de personnes ayant vécu la guerre. Certains témoins ont été torturées par Jean-Marie Le Pen. Ces témoignages vont aider à défendre en justice le journal le Canard enchaîné en procès contre Jean-Marie Le Pen pour diffamation - 1985
  • Chateaubriand, mémoire vivante - 1985

Combat en faveur des femmes

  • Quand les femmes ont pris la colère, co-réalisation Soazig Chappedelaine - 1977

Combat pour la Bretagne

  • Mourir pour des images - 1971
  • La folle de Toujane, fiction, co-réalisation Nicole Le Garrec - 1974
  • Le Poisson commande, oscar du meilleur film sur la mer - 1976
  • Vacances en Giscardie, ce film regroupe deux reportages sur les vacances d'été des « Français moyens » : 1. Simplement vivre et 2. Une place au soleil - 1980

Littérature

  • René Vautier : Caméra citoyenne - Mémoires, Rennes, Éditeur : Apogée, 1998, ISBN 284398002X
  • René Vautier : Afrique 50 (commentaires sur le film), les Cahiers de Paris Expérimental.
  • René Vautier, Alain Weber : Un film que nous ne verrons plus jamais, "žUn homme est mort"; Dans : Jeune, pure et dure!, une histoire du cinéma d'avant-garde et expérimental en France, Éditeur : La Cinémathèque Française, 2001.
  • Ils ont filmé la guerre avec les Algériens, Dossier dans : Cahiers du cinéma, Octobre 2001.
  • Kris et Etienne Davodeau, Un homme est mort, bande dessinée, éditeur : Futuropolis, 2006, ISBN 2754800107

Liens externes

Source

Références

  1. http://www.africultures.com/index.asp?menu=affiche_murmure&no_murmure=1822&murm=1.
Outils personnels