Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Kervao à Lambézellec

Kervao, un endroit de Lambézellec à connaître.

"C'est un trou de verdure où chante une rivière,…..C'est un petit val qui mousse de rayons" (citation d'Arthur Rimbaud Wikipedia-logo-v2.svg)

Il nous a été donné de découvrir, grâce à Mr Roger Tanguy, un endroit enchanteur au nord de Lambé : le quartier de Kervao et ses petits bijoux de nature et d'histoire. Avant la dernière guerre il n'y avait pas les maisons résidentielles d'aujourd'hui mais trois fermes seulement.

Un endroit chargé d'Histoire

Avant la guerre 39-45 et durant celle-ci, c'était la vie de la campagne : l'abreuvoir des bêtes, la rivière la Penfeld qui fait la séparation entre les communes de Bohars et de Lambé.

Kervao, une grande famille : Entraide, solidarité, il y avait toujours de quoi faire des crêpes pour tout le monde, même pendant les périodes de disette. Kervao était aussi doté d'un four à pain qui existe encore aujourd'hui et qui va être bientôt rénové par les propriétaires actuels.

Le lavoir

Une autre curiosité que nous a fait découvrir Mr Tanguy : un lavoir. Absolument invisible de la route, il ne figure pas au répertoire des lavoirs de Lambé. Et pourtant... Alimenté par une source où les habitants du village venaient s'approvisionner en eau, il n'est accessible que par 30 marches en pierres de taille provenant de l'église de Lambé après les bombardements de l'été 1944. Il surplombait, à l'époque, l'étang de Kervao aujourd'hui devenu zone humide en bord de la Penfeld.

La carrière

Autre trait de l'Histoire : si l'on continue, après le lavoir, à descendre la route qui mène au moulin de Kervao, on arrive dans une sorte de clairière bien verdoyante aujourd'hui arborée et empelousée. Il y avait là, avant et pendant la guerre, une carrière exploitée des deux côtés de la route. Pendant cette période d'occupation, les Allemands l'avaient réquisitionnée et exploitaient la pierre pour la construction de la base sous-marine de Brest et autres blockhaus sur la côte. Très difficile d'accès. Mais malins, les Allemands avaient tiré une petite voie de chemin de fer, pour les wagonnets de pierres, qui partait de la gare du Ruffa jusqu'à la carrière où ils chargeaient ceux-ci et retour au Ruffa pour emprunter la voie normale vers Brest ou le nord-Finistère. Aujourd'hui cette petite voie n'existe plus et est devenue un chemin de randonnée. L'histoire raconte que des "garnements du quartier" ont fait ,un jour, dérailler ces wagonnets de pierres, sans représailles de la part des Allemands.

Il y aurait bien d'autres anecdotes à raconter sur ce quartier devenu zone pavillonnaire, tranquille et presque trop sage chargée d'histoires. Alors promeneurs, si vous passez par là, vous pourrez encore voir les vannes sur la Penfeld, le moulin de Kervao et sous lequel passe cette rivière et vivre un grand moment de tranquillité et d'apaisement.

Merci à Mr Roger TANGUY qui nous a fait découvrir ces petites merveilles et quelques souvenirs qui y sont attachés.

Auteur : J.F.R.

Outils personnels