Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Jean-Louis Potier, photographe

Affiche de L'EXPOSITION PHOTO de Jean-Louis POTIER à la Bibliothèque d' Etude de la Ville de BREST

22 Rue Traverse (en face du Musée des beaux-arts) du 10 Avril au 29 Mai 2010

Consulter l'affiche de l'exposition

Jean-Louis Potier

Jean-Louis Potier a étudié l'Histoire de l'Art à l'Université de Montpellier et les Arts Plastiques à l’École des Beaux Arts de Rennes. Après de longs séjours en Tunisie et en Guadeloupe, il regagne le Midi de la France où il enseigne les Arts Plastiques et la Photographie, à laquelle il consacre son travail personnel depuis les années 80. Il fait partie du groupe "MINOS, photographes en Méditerranée" et depuis 1998, du "Centre Atlantique de la Photographie" de Brest: "le CAP".

Il vit actuellement dans le Nord Finistère.

Il est l'auteur de plusieurs livres de photographies en Noir et Blanc, dont:

  • FINISTERE SAUVAGE  : Rue des Scribes Éditions (1997 réédité en 1999 et toujours disponible)
  • Un autre regard sur Brest, coffret de deux livres avec, en noir et blanc : BREST : le PORT et en couleur : BREST avec HOLGA, paru en Novembre 2008 aux Éditions Cloître.(en vente en librairie)


Couverture du livre de Jean-Louis POTIER  : BREST avec HOLGA (dans le coffret : UN AUTRE REGARD SUR BREST)


Mais qui est HOLGA ?

Holga 120S

Elle a 25 ans, née en 1982 à Hong-Kong, elle est devenue depuis des années une véritable star. Appareil photo en plastique, conçu pour coûter le moins cher possible (entre 30 et 45 €), Holga connait une consécration mondiale en 2002 lorsque Frédéric Leblain publie son livre "Mes vacances avec Holga". Les magazines de mode s'en emparent. Le public découvre ces images aux couleurs vives et aux contours nébuleux et incertains, empreintes de poésie décalée, loin des canons de la photographie classique.

Pourtant,rien de plus simple : le boitier est en plastique tellement simplifié qu'il n'a pas de charnière, l'objectif, lui aussi en plastique de 60mm de focale, est adapté aux pellicules argentiques moyen format "120", (donnant des négatifs de 6 cm sur 6). Le viseur est ascétique et le système d'entrainement du film, on ne peut plus basique (avec des surimpressions accidentelles). Ses défauts optiques nombreux et variés : énorme vignetage (les coins des photos sont généralement sombres) piqué inexistant, contraste tout relatif, voilages récurrents ( par manque d'étanchéité à la lumière), donnent un côté brut aux clichés, avec il est vrai une touche "Holga" inimitable qui leur octroie une certaine élégance.

Mais Holga vous fait goûter gratuitement aux joies et aux déceptions de la découverte, sur vos films fraichement développés,d'un beau voile totalement aléatoire ou autres bizarreries inattendues... Mais quand le hasard fait bien les choses, on obtient des images empreintes d'une délicieuse poésie surranée.

Ce qui est considéré comme un défaut flagrant en photographie, devient ici une qualité éminemment recherchée, qui contribue à rendre ces images originales et inimitables.

Le HOLGA fait partie, comme le DIANA ou le LOMO, des boitiers les plus représentatifs de la photo alternative (ou "Foto povera"). Derrière ces noms rétro se cachent de drôles d'appareils rustiques et techniquement limités ("toys camera"), venus de l'Est (Ex URSS,ex Allemagne communiste, Chine...), qui sont à l'origine du mouvement mondial de révolte contre la photo numérique: la "Lomographie" (à la quelle le LOMO a donné son nom). Ce mouvement est entretenu par la Lomographic Society, qui n'a jamais été aussi active tant sur le plan artistique que commercial.

Liens

Outils personnels