Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Deuxième voyage de Kerguelen

Portrait de Yves-Joseph de Kerguelen de Trémarec

Yves-Joseph de Kerguelen de Trémarec, marin habile habitué aux hautes latitudes avait réalisé une première expédition dans le sud de l'océan indien en 1771 et s'était pressé de rentrer en France annoncer la découverte du mythique continent austral.

Le 26 mars 1773, c'est à bord du Roland et de l'Oiseau, deux lourds navires, qu'Yves-Joseph de Kerguelen part de Brest, pour un deuxième voyage d'exploration de la France australe La mission va même au delà puisque embarque avec lui des colons prêts à s'installer sur la nouvelle terre. Kerguelen commande le Roland, Rosnevet l'Oiseau.

Kerguelen est rattrapé par ses mensonges, juste après son départ on apprend que le Gros ventre le second navire de son précédent voyage n'est pas du tout perdu et que son capitaine réfute les description de Kerguelen.

Le camp de base pour la conquête du continent austral est l'île Maurice (île de France à l'époque). Un senau la Dauphine lui est fourni en renfort.

En suivant la même route que l'année précédente, l'expédition retrouve les côtes déjà visitées des îles qui deviendront l'archipel des Kerguelen. Mais elles sont bien différentes des descriptions idylliques qui avaient justifié l'expédition; le relief et les conditions météo ne permettront qu'une courte incursion à terre le 6 janvier 1774.

Et Kerguelen renonce, au grand regret des scientifiques et du second de l'expédition. Peut-être a-t-il mieux à faire à Madagascar avec le Comte Beniowsky, un aventurier hongrois qu'il avait déjà rencontré à deux reprises à l'île de France puis en métropole. Beniowsky avait obtenu du roi Louis XV mission de former un établissement français à Madagascar.

Le style et les méthodes de Beniowsky avaient déjà inquiété le gouverneur de l'île de France. Kerguelen fait profiter Beniowsky du matériel prévu pour la colonisation de la France australe et l'accompagne dans une répression violente des villageois malgache.

Au retour à Brest, les choses se passent mal. Louis XV était mort, les soutiens de Kerguelen au ministère de la marine avaient changé. Kerguelen est traduit en Conseil de Guerre sous les chefs d'accusation suivants : embarquement d'une fille clandestine (il avait fait embarquer une jeune fille de 14 ans), pacotille, avoir mal commandé, n'avoir pas obéi aux instructions mais curieusement sa collusion avec Beniowsky n'est pas évoquée (y avait-t-il eu un plan secret ?) Le dossier du procès conservé aux archives de la marine à Brest ne permet pas de trancher.

Il sera radié de la Marine et condamné à 6 ans de prison.

Mais il sera libéré en 1778, réintègre la Marine et repart faire la guerre de course sur la corvette La Comtesse de Brionne.

En 1782, Kerguelen publie sa Relation de deux voyages dans les mers australes. Un arrêt condamne immédiatement cet ouvrage au pilon, pour offense envers la justice du roi.

Il se rallie ensuite à la Révolution, il est fait contre-amiral. Arrêté en 1794, il est libéré, retrouve son grade et participe à la bataille de Groix le 16 juin 1795. Il est mis à la retraite en 1796. Kerguelen meurt l'année suivante, à Paris, à l'âge de 63 ans.


Liens

Outils personnels