Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Compétition n°5 vue par les élèves de seconde, Festival Film Court 2014

La compétition n°5 comporte 5 films : « Kazimir » de Dorian Boguta, « Discipline » de Christophe M. Saber, « People are Strange » de Julien Hallard, « Figures » de Miklos Keleti, « Hyvä Ihminen » de Paula Korva.

Les Web-trotteurs de seconde vous livrent leurs impressions.

Extraits de la Compétition Européenne n°5

Compétition Européenne n°5 from Web Trotteurs on Vimeo.

Sommaire

« Kazimir » de Dorian Boguta

« Kazimir  » : le film, qui se déroule en Roumanie, raconte l’histoire d’un prêtre orthodoxe, peut-être exorciste, qui s’appelle Kasimir et de sa malédiction.

Le film porte sur le surnaturel. A la moitié du film, lorsque Kasimir se laisse attacher par son camarade en forêt, on commence à sentir que quelque chose ne tourne pas rond.

En effet, le prêtre semble possédé, peut-être par les démons dont il libère les gens. Durant la nuit, on ne le voit pas mais on devine qu’il arrache sa chaine et on l’entend grogner comme un animal.

La problématique du film réside dans le fait que ce soir-là des étrangers, probablement russes, veulent traverser la forêt pour rejoindre Arhip qui doit les héberger. Ils ont fait le trajet afin de rencontrer Kasimir en espérant qu’il guérisse la femme, et n’hésitent pas à y mettre le prix exigé. Durant leur chemin, ils attirent l’attention de Kasimir qui les suivra au son de leur éclats de voix jusqu’au grenier d’Arhip, où il apparaitra une fraction de seconde avant la fin du film. On peut donc imaginer que le réalisateur veut nous laisser imaginer la fin et ce qui va se passer ensuite.

La première chose que l’on remarque dans la réalisation du film sont les effets sonores. La musique mais surtout les bruitages (son des grognements, de la respiration, de la chaine qui traine au sol, …) Ensuite les décors sautent aux yeux. Les plans séquences nous permettent d’apprécier les décors du temple, la densité de la forêt, … Les décors, l’environnement, font penser à la campagne. Du sauvage plus que de l’urbain. Les couleurs sépias, ocre et vert, très présentes, donnent un effet poignants. De plus le jeu des acteurs est magnifique, extrêmement bien joué, il donne du réalisme aux scènes et rend l’histoire plus crédible. Pour finir le scénario bien ficelé nous laisse sur notre faim sans trop de questionnement. Une histoire crédible et une fin explicite. Tous ces détails créent une atmosphère angoissante. Pour conclure, ce court-métrage finement réalisé nous a beaucoup plu. C’est un vingt sur vingt pour le film Kasimir de Dorian Boguta qui dure 22 minutes 58.

Anaëlle Soudant et Zoé Pichelin, 2nd du lycée Vauban des Webtrotteurs des lycées


« Discipline » de Christophe M.Saber

« Discipline » est un film suisse de 11 minutes réalisé par Christophe M.Saber en 2014. Le réalisateur a plus travaillé sur les enchainements des personnages et des effets de surprise que sur l’esthétique des plans qui sont moins travaillés.

L’histoire débute par l’apparition des deux gérants du magasin puis par un jeu de plans, on arrive à la petite fille et au père qui font leurs courses. Ils vont avoir un rôle important dans le déroulement de l’histoire.

L’élément déclencheur est la gifle donnée par le père à la petite fille. Cette gifle allait déclencher l’arrivée de plusieurs autres personnages dont la mère de la fille. On peut dire que c’est une histoire en boucle, car dès qu’une dispute se termine une autre commence, c’est un film à huis clos parce que presque toute l’histoire se passe dans le magasin.

« J’ai trouvé ce film très drôle, je ne m’attendais pas à cet enchainement d’apparition des personnages et ce que j’ai le plus aimé c’est le fait de voir à quel point les choses peuvent s’amplifier en partant d’une simple gifle. » Thomas LUKES « J’ai aimé ce film car il est drôle, la situation se dégrade de plus en plus au fil de l’histoire.Le pire c’est que cela commence à cause des caprices d’une petite fille. »

Gaël Le Forestier des Webtrotteurs des lycées

Une petite fille et son père sont dans un supermarché. Elle veut des bonbons mais son père refuse et elle part en courant. Il la poursuit et bouscule un monsieur qui fait tomber un pot de moutarde. Le père rattrape son enfant et lui donne une claque. Une femme qui est témoin de la scène se mêle à l’histoire et défend la fillette. À partir de ce moment, la situation dégénère, les autres clients du magasins s’en mêlent également et la tension monte. Une bagarre verbale débute, des insultes, des propos racistes fusent. Les personnages sortent du magasins et dehors, une bagarre physique éclate. À la fin, il y a un gros plan sur la petite fille qui, insouciante, sourit.

On peut remarquer que, dans la société actuelle, de petits incidents banals ont des conséquences graves, que chacun est prêt à tout pour défendre son opinion, jusqu’à frapper ou insulter d’autres personnes. Tout ceci en fait un film court intéressant. Il n’y a pas qu’un problème d’intolérance aux mauvaises manières des enfants, il y a aussi un problème d’intolérance entre communautés arabes, juives, égyptiennes et suisses.

Vincent Bauco des Webtrotteurs des lycées

« Figures » de Milos Keleti

« Figures » : réalisé par Miklos Keleti Wikipedia-logo-v2.svg en Belgique en 2013, durée : 19 minutes et 55 secondes.

Dans le film « Figures », on commence par voir une fille nommée Hannah allongée et elle se met à jouer avec son chien, on remarque vite qu’elle est sourde et muette. Elle finit par rentrer à cause de son petit frère qui a besoin de boire son biberon. Elle regarde très souvent des documentaires d’abeilles car elle est fascinée par leur moyen de communication et surtout celle de la reine car elle a une communication unique. Quand elle retourne au parc, on se rend compte qu’elle se fait maltraiter par les autres enfants qui se moquent d’elle. Elle commence à voir un même signe bizarre partout. Quand elle retourne au parc, elle sauve son petit frère : une branche de l’arbre faillit tomber sur lui. Quand elle va expliquer l’événement à sa mère, elle remarque que ce n’était qu’une illusion, elle revoit le signe étrange et elle se met à fermer les yeux, on entend des craquements d’arbres et écran noir, c’est la fin.

J’ai vraiment aimé ce film car ça parle des problèmes que rencontrent les handicapés et je trouve ça très important. On voit qu’ils peuvent avoir du mal à s’intégrer à cause de leur différence, ils peuvent aussi se sentir complexés, il y a aussi ceux qui aiment se moquer des handicapés ce qui va les rendre encore plus refermés sur eux-mêmes. Personnellement, je n’aime pas trop ces fins où on reste dans le doute et on ne sait pas ce qui s’est vraiment passé, mais cette fin-là était très bien et émouvante. Je trouve que cette fin est importante car comme Hannah on est dans l’ignorance, on ne s’est pas ce qui se passe, comme elle, on a perdu un de ses sens, on a pas pu voir ce qui s’est passé. Donc comme elle, on ne comprend pas. C’est comme ça tout le long du court métrage, on ne comprend toujours pas ce qui se passe. Des fois, on est dans la peau d’Hannah car on plus rien ou mal. C’est sûrement pour montrer comment elle vit avec cet handicape. Elle est aussi persuadée d’avoir entendu un bruit dans le parc, mais sa mère ne la croit pas. Cela veut sûrement montrer son envie de pouvoir entendre à nouveau, elle s’est aussi mise à monter le son de la télévision à fond, elle finit par croire que le parc veut lui communiquer quelque chose. Ça peut aussi montrer les handicapés désespérés qui en ont assez d’être différents des autres.

Thomas Auchel, seconde 1 des Webtrotteurs des lycées

« Hyvä Ihminen » de Milos Keleti

« Hyvä Ihminen » est un film court Finlandais en couleurs, réalisé en 2013 et d’une durée de 9 minutes.

Le scénario parle de deux amoureux, Jenni et Mikko qui se dirigent chez eux après un rendez-vous. Jenni est une jeune femme idéaliste, chic, avec beaucoup de bonne volonté pour les moins fortunés. Elle veut prouver ses motivations quand Mikko s’interroge sur celles-ci. Jenni va alors laisser Mikko attraper un taxi, et elle va prendre le bus de nuit, qui est bondé. Le voyage va mettre sa tolérance à l’épreuve…

Les acteurs ne pouvaient pas être mieux choisis. Le film court est visuellement très bon, les images sont intéressantes et bien tournées. Le scénario est génial, l’histoire n’est pas du tout prévisible.

C’est donc un très bon court métrage pendant lequel on ne s’ennuie pas. Ce court-métrage a remporté le concours de scénario des films courts de la Finnish Film Foundation.

Mona Nouvier, Leïla et Maby, 2nde 1 des Webtrotteurs des lycées"

Voir aussi

                                                               Festival court visuel.jpg       Retour au Festival Européen du Film Court de Brest 2014                                                                            
Outils personnels