Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Le beau combat

retrouver ce média sur www.ina.fr
Journal télévisé TF1 16 mars 1978

Un texte de France 3 repris du site Profmarine sous contrat creative commons qui propose des actualités, liens et ressources pédagogiques liés au maritime et crée un réseau d'échange sur ce thème.

"Le 16 mars 1978, le pétrolier libérien Amoco-Cadiz, en route du Golfe Persique vers Rotterdam, s'apprête à contourner Ouessant. A 9h45, survient une avarie de gouvernail. Le pétrolier dérive au large de Portsall, et heurte les rochers de Men Gourven... C'est la catastrophe.

Le pétrolier libérien "Amoco Cadiz" appartenant à la société américaine Amoco, filiale de Standard Oil of Indiana et affrété par la Shell, laisse échapper plus de 232 182 tonnes de pétrole. L'existence d'un plan Polmar et l'intervention d'un remorqueur de haute mer allemand n'auront servi à rien. Après les naufrages du "Torrey Canyon" (1967), de l'"Olympic Bravery" (1976), du "Bohlen" (1976), le Finistère et la Bretagne sont frappés de stupeur et d'indignation. A l'aube du 17, c'est un spectacle de désolation que découvrent les habitants. Une épaisse nappe marron écrase les vagues et se répand lourdement sur les plages et les rochers. L'odeur écoeurante du brut est transportée par les rafales loin à l'intérieur des terres. En quelques jours, ce sont quelque 300 kilomètres de côtes qui sont souillés, du Conquet à l'île de Bréhat. Le nettoyage de chaque mètre carré de littoral demandera plusieurs mois. Pour toute la région, c'est une catastrophe économique qui vient s'ajouter au désastre écologique. La pêche, l'ostréiculture, la récolte des algues, le tourisme en sont les premières victimes. Face à cette catastrophe, les élus locaux décident d'attaquer en justice la Standard Oil de Chicago. Le 4 mai 1982, après cinq années d'instruction, s'ouvre à Chicago un procès opposant les 76 communes bretonnes ainsi que des organisations professionnelles, au propriétaire du navire. Le procès durera quatorze ans. Pour la première fois, une puissante compagnie pétrolière était condamnée.

De 1978 à 1992, les élus Bretons ont mené un « Beau Combat » ainsi que le définit Jean-Baptiste Henry qui fut la cheville ouvrière du « Syndicat Mixte de Protection et de Conservation du Littoral Nord-Ouest de la Bretagne ».

Sous cette appellation, le Syndicat mixte regroupait les communes du Finistère et des Côtes d'Armor touchées de plein fouet par la marée noire de l'Amoco Cadiz, survenue le 16 mars 1978.

Ensemble, au-delà de toutes leurs différences politiques, culturelles et même sociales, les Bretons partirent à l'assaut de la tour Amoco à Chicago afin de faire « payer les pollueurs » : obtenir, pas seulement une réparation morale, mais également une réparation financière.

Ce fut un procès épique au coût pharaonique (100 millions de Francs), émaillé de moments de joies, de doutes, mais toujours avec cette belle constance et cette intelligence dans le combat, qui mena le Syndicat Mixte à une totale victoire.

L'action du Syndicat Mixte, devenu « Vigipol » en 2001, s'est poursuivie et se poursuit encore après cette victoire juridique puisqu'il tient un rôle de conseil auprès des autres instances littorales victimes de pollutions maritimes. Le Syndicat Mixte, puis Vigipol, fut ainsi proche des Alaskiens de l'Exxon Valdès, des Bretons de l'Erika et des Espagnols du Prestige.

Depuis le naufrage, et sous la pression des élus locaux, l'Etat a également renforcé son action en mer notamment en instituant le rail d'Ouessant et en affrétant à l'année de puissants remorqueurs placés directement sous l'autorité du Préfet Maritime. Le Cèdre et la Ceppol ont été créés afin de mener une réflexion et une recherche en amont. Un marché de la lutte anti-pollution est apparu : des industriels souvent bretons ont élaboré des matériels nouveaux. Les pétroliers ont créé des produits dispersants moins polluants. L'industrie de la construction navale a imaginé des transports de vracs liquides plus fiables.

Ce documentaire reprend l'histoire de ce beau combat dans son ensemble et sa dynamique en se basant sur le témoignage des acteurs directs, aussi bien en France qu'aux USA, avec notamment le Juge Fédéral Mc Garr ainsi que l'avocat d'Amoco, Franck Cicero.

Outils personnels