Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Atelier des machines des Capucins

Capucins photo 08.jpg Portail

Capucins

Il y a actuellement 133 articles liés à ce sujet.

Atelier des machines des Capucins

Galerie photos mémoire
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986
L'atelier des machines en 1986

Les activités de travail

Le personnel de l'atelier des machines était occupé à manœuvrer des machines outils aussi nombreuses que diverses dont certaines étaient particulièrement notamment très imposantes.

Il s'agissait de perceuses, de mortaiseuses, tours verticaux et parallèles, chanfreineuses, raboteuses taraudeuses. Les éléments, préformés à la fonderie ou à la chaudronnerie (dans le cas de pièces de chaudières) étaient usinés à la dimension précise et nécessaire pour entrer précisément dans la composition de la machinerie du navire en construction ou en réparation.

Ils y étaient percés avec des forets souvent de dimension exceptionnelle, tournés sur des tours gigantesques et souvent uniques tel que le tour Somua de 22 mètres servant à usiner les arbres d'hélices, rabotés sur des épaisseurs que ne permettaient pas les équipements habituels, polis au micron près sur des meules afin d'éviter la moindre striure dans la mécanique... Ils étaient donc précisément ajustés pour la place et le rôle qu'ils devaient occuper dans la machinerie du navire.

A l'atelier des machines, sur les tours automatiques, le personnel était également chargé de la confection des munitions, ce qui était redouté de la part du personnel employé aux Capucins, car ça représentait un travail en série, donc un travail très répétitif. Des pièces de taille plus modeste étaient également usinées dans les ateliers qui confectionnaient jusqu'aux rivets, clous, écrous et boulons.

Description de l'atelier des machines

« Il occupe les deux halles de l'ajustage et du montage ainsi que les bâtiments annexes contigus, soit une superficie d'un hectare vingt. A leur sortie des forges ou de la fonderie, les pièces de machines préalablement tracées à la halle de montage sont envoyées à la halle d'ajustage où elles sont tournées, burinées, rabotées en un mot ajustées suivant les besoins. Une fois que tous les organes d'une machine ont été ainsi préparés isolément, il faut pour vérifier faire le montage préalable de la machine avant de l'envoyer sur le navire » (Prosper Levot)

« Quand il s'agit d'usinage, l'intervention de l'ouvrier est réduite au minimum, une fois la machine réglée d'après les informations portées par le bureau des fabrications sur la fiche de travail, l'ouvrier n'a plus qu'un rôle de surveillance. Pour les travaux de tournage, rabotage, alésage, l'ouvrier à condition d'être convenablement placé et pas trop éclaboussé par l'arrosage n'en ressent pas de très grande fatigue supplémentaire, (...) le problème porte plutôt sur l'emploi des machines que sur l'activité des hommes » (Serge Travers, Le statut du personnel ouvrier et le problème de la main d'oeuvre dans les arsenaux de la Marine Française, (Thèse pour le doctorat, Université de Paris, Faculté de droits Paris, Les Presses modernes, 1935)

Au niveau de la halle d'ajustage, nous tenions à préciser qu'au moment de la construction des ateliers il y avait deux étages, de plus d'après un entretien, le sol était en pavés de bois.


L'atelier des machines (10000 m² de surface) était donc capable de réaliser tous les travaux de mécanique, il était équipé de 200 machines outils, 14 tours dont 7 verticaux (diamètre admis 1 à 7 mètres) et 3 tours parallèles (entre pointes de 5 à 22 mètres). 8 aléseuses, (diamètre de broche 90 et 200) et 5 raboteuses. Il y avait également d'autres machines : 17 fraiseuses, 14 rectifieuses, 4 mortaiseuses, 10 machines à tailler les engrenages, 5 perceuses radiales, une machine à brocher d'une puissance de dix tonnes, des perceuses, des taraudeuses... ainsi que des matériels nécessaires aux travaux de précision effectués dans des locaux conditionnés.

Ces machines outils étaient desservies par 6 ponts roulants dont un de 40 tonnes. Au niveau du petit usinage, il y avait également 37 tours parallèles, 6 tours semi automatiques, 8 tours automatiques, 6 tours à commande programme. Parmi les machines outils étaient très remarquables du fait de leurs caractéristiques :

  • Le tour horizontal à tourner les lignes d'arbres pouvant recevoir des pièces de 22 mètres de long.
Le tour Somua.jpg
L atelier des machines.jpg






















Le tour Berthiez.jpg


  • Un tour vertical pouvant tourner des pièces de 7, 5 mètres de diamètre et de 3 mètres de haut
  • Un tour à programme permettant l'exécution rapide d'usinages complexes même pour des séries peu importantes
  • Une machine à tailler les engrenages possédant un variateur à commande électronique et pouvant tailler des roues dentées de 1,5 mètres de diamètre
  • Une aléseuse ayant 5 mètres de course dans le sens horizontal et 4,5 mètres dans le sens vertical
==Voir aussi==


Outils personnels