Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest

Jean-Jacques Caous, capitaine du Sandettié : Différence entre versions

Ligne 3 : Ligne 3 :
 
À Brest 2008, nous avons pu rencontrer quelqu'un qui tient à conserver la mémoire des Bateaux-feu français. Il s'agit de '''Jean-Jacques Caous'''. Après avoir été dans la marine marchande pendant de longues années, il finira sa carrière comme capitaine du Sandettié l'un des Bateaux-feu chargés de signaler les haut-fonds sableux comme le banc de Sandettié. On utilisait des bateaux immobiles ancrés à la place de phares en raison de la difficulté de construire des fondations solides dans ce terrain mouvant. Ces bateaux ont été désarmés et sont maintenant remplacés par des balises.
 
À Brest 2008, nous avons pu rencontrer quelqu'un qui tient à conserver la mémoire des Bateaux-feu français. Il s'agit de '''Jean-Jacques Caous'''. Après avoir été dans la marine marchande pendant de longues années, il finira sa carrière comme capitaine du Sandettié l'un des Bateaux-feu chargés de signaler les haut-fonds sableux comme le banc de Sandettié. On utilisait des bateaux immobiles ancrés à la place de phares en raison de la difficulté de construire des fondations solides dans ce terrain mouvant. Ces bateaux ont été désarmés et sont maintenant remplacés par des balises.
  
Aujourd'hui Jean-Jacques Caous à la retraite collabore avec l'artiste plasticien Ramine à une évocation de la mémoire de cette vie de marin de l'immobile.
+
Aujourd'hui Jean-Jacques Caous à la retraite collabore avec l'artiste plasticien '''Ramine''' à une évocation de la mémoire de cette vie de marin de l'immobile.
  
 
Le travail de Ramine tourne autour de la mer, avec des évocations poêtiques ou historiques. Dans ce cadre, il a fait la rencontre du dernier commandant des deux derniers bateaux-feu français, le breton de Ploubazlanec Jean-Jacques Caous.
 
Le travail de Ramine tourne autour de la mer, avec des évocations poêtiques ou historiques. Dans ce cadre, il a fait la rencontre du dernier commandant des deux derniers bateaux-feu français, le breton de Ploubazlanec Jean-Jacques Caous.

Version du 15 juillet 2008 à 18:18

Le dernier capitaine du Sandettié

À Brest 2008, nous avons pu rencontrer quelqu'un qui tient à conserver la mémoire des Bateaux-feu français. Il s'agit de Jean-Jacques Caous. Après avoir été dans la marine marchande pendant de longues années, il finira sa carrière comme capitaine du Sandettié l'un des Bateaux-feu chargés de signaler les haut-fonds sableux comme le banc de Sandettié. On utilisait des bateaux immobiles ancrés à la place de phares en raison de la difficulté de construire des fondations solides dans ce terrain mouvant. Ces bateaux ont été désarmés et sont maintenant remplacés par des balises.

Aujourd'hui Jean-Jacques Caous à la retraite collabore avec l'artiste plasticien Ramine à une évocation de la mémoire de cette vie de marin de l'immobile.

Le travail de Ramine tourne autour de la mer, avec des évocations poêtiques ou historiques. Dans ce cadre, il a fait la rencontre du dernier commandant des deux derniers bateaux-feu français, le breton de Ploubazlanec Jean-Jacques Caous.

Cette installation itinérante a été richement documentée avec l'aide du musée portuaire de Dunkerque et grace à des documents personnels des marins ayant servis à bord. Vous pouvez le rencontrer dans l'espace Patrimoine de la fête.

Galerie

Liens

Outils personnels