Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest

Rue Jean-Marc Nattier : Différence entre versions

m (Bot : Remplacement de texte automatisé (-Pontanezen +Pontanézen))
(infobox)
Ligne 1 : Ligne 1 :
NATTIER 1685-1766
+
{{infobox journal-tapaj
 +
|logo=[[Image:Collectif-jq.jpg|180px]]
 +
|journal='''[[Portail:TAPAJ|TAPAJ]]'''
 +
|date=novembre 1992
 +
|numéro=17
 +
|auteur=Mona Lisa Cornec
 +
}}
  
Ce texte de Mona Lisa Cornec est paru dans [[Tapaj|TAPAJ]] n° 17 de septembre 1992
+
===Jean-Marc Nattier 1685-1766===
  
 
Jean-Marc Nattier, peintre français né et mort à Paris.
 
Jean-Marc Nattier, peintre français né et mort à Paris.
  
Elève de son père Marc, il se signale, à l'âge de 15 ans, en remportant un prix de dessin. Il est reçu en 1718 à l'Académie de peinture en présentant Phinée changée en pierre.
+
Elève de son père Marc, il se signale, à l'âge de 15 ans, en remportant un prix de dessin. Il est reçu en 1718 à l'Académie de peinture en présentant ''Phinée changée en pierre''.
  
 
Auparavant, il se rend en Hollande où Pierre Le Grand lors de son second voyage en Europe lui commande une Bataille de Foliaire, des portraits des seigneurs de sa suite et de l'impératrice, enfin le sien propre. Ce succès marque le début de sa notoriété. Cependant, ruiné par Law, il accepte de dessiner avec Watteau pour le financier parisien Crozat.  
 
Auparavant, il se rend en Hollande où Pierre Le Grand lors de son second voyage en Europe lui commande une Bataille de Foliaire, des portraits des seigneurs de sa suite et de l'impératrice, enfin le sien propre. Ce succès marque le début de sa notoriété. Cependant, ruiné par Law, il accepte de dessiner avec Watteau pour le financier parisien Crozat.  
Ligne 11 : Ligne 17 :
 
En 1734, le fils du Régent lui accorde la succession de Jean Raoux, son peintre. Dès lors, sa réputation grandit.  
 
En 1734, le fils du Régent lui accorde la succession de Jean Raoux, son peintre. Dès lors, sa réputation grandit.  
  
Il devient en 1740 le peintre attitré de la famille royale particulièrement de Mesdames de France, filles de Louis XV Professeur depuis 1752 à l'Académie. Il compose quelques scènes allégoriques ou religieuses : La justice, une Madeleine, La femme de Putiphar et de nombreux portraits féminins tantôt sous des costumes mythologiques (la Duchesse de Chartres en Hébé), tantôt au naturel (Le peintre et sa famille autour d'un clavecin).  
+
Il devient en 1740 le peintre attitré de la famille royale particulièrement de Mesdames de France, filles de Louis XV Professeur depuis 1752 à l'Académie. Il compose quelques scènes allégoriques ou religieuses : ''La justice'', une ''Madeleine'', ''La femme de Putiphar'' et de nombreux portraits féminins tantôt sous des costumes mythologiques ''la Duchesse de Chartres en Hébé'', tantôt au naturel (Le peintre et sa famille autour d'un clavecin).  
  
Les plus admirables sont, sans aucun doute, ceux de la famille royale conservés à Versailles : Madame Victoire, Madame Louise, Madame Adélaïde, Marie Leszczyska. La grâce délicate et la splendeur des costumes y atteignent la perfection.
+
Les plus admirables sont, sans aucun doute, ceux de la famille royale conservés à Versailles : ''Madame Victoire'', ''Madame Louise'', ''Madame Adélaïde'', ''Marie Leszczyska''. La grâce délicate et la splendeur des costumes y atteignent la perfection.
  
 
La fin de sa vie est sombre. Très malade, il meurt dans la solitude et la pauvreté. Longtemps négligé, il apparaît aujourd'hui comme l'un des maîtres les plus purs du portrait français.
 
La fin de sa vie est sombre. Très malade, il meurt dans la solitude et la pauvreté. Longtemps négligé, il apparaît aujourd'hui comme l'un des maîtres les plus purs du portrait français.

Version du 6 janvier 2008 à 08:09

Rue Jean-Marc Nattier
Collectif-jq.jpg
Un article de : TAPAJ
Parution : novembre 1992
N° : 17
Auteur : Mona Lisa Cornec


Jean-Marc Nattier 1685-1766

Jean-Marc Nattier, peintre français né et mort à Paris.

Elève de son père Marc, il se signale, à l'âge de 15 ans, en remportant un prix de dessin. Il est reçu en 1718 à l'Académie de peinture en présentant Phinée changée en pierre.

Auparavant, il se rend en Hollande où Pierre Le Grand lors de son second voyage en Europe lui commande une Bataille de Foliaire, des portraits des seigneurs de sa suite et de l'impératrice, enfin le sien propre. Ce succès marque le début de sa notoriété. Cependant, ruiné par Law, il accepte de dessiner avec Watteau pour le financier parisien Crozat.

En 1734, le fils du Régent lui accorde la succession de Jean Raoux, son peintre. Dès lors, sa réputation grandit.

Il devient en 1740 le peintre attitré de la famille royale particulièrement de Mesdames de France, filles de Louis XV Professeur depuis 1752 à l'Académie. Il compose quelques scènes allégoriques ou religieuses : La justice, une Madeleine, La femme de Putiphar et de nombreux portraits féminins tantôt sous des costumes mythologiques la Duchesse de Chartres en Hébé, tantôt au naturel (Le peintre et sa famille autour d'un clavecin).

Les plus admirables sont, sans aucun doute, ceux de la famille royale conservés à Versailles : Madame Victoire, Madame Louise, Madame Adélaïde, Marie Leszczyska. La grâce délicate et la splendeur des costumes y atteignent la perfection.

La fin de sa vie est sombre. Très malade, il meurt dans la solitude et la pauvreté. Longtemps négligé, il apparaît aujourd'hui comme l'un des maîtres les plus purs du portrait français.

Mona Lisa Cornec

Ce contenu est publié sous licence Creative Commons BY-ND

Cc-by-nd icon.svg

Vous êtes libre de :

partager — reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre

d’utiliser cette œuvre à des fins commerciales

Selon les conditions suivantes :
Cc-by new.svg Attribution (BY) — Vous devez citer l’auteur de l’œuvre.
Cc-nd.svg Pas d’œuvres dérivées (ND) — Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette œuvre.
Outils personnels