Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Révision datée du 4 juin 2007 à 10:40 par Jeffdelongebot (discussion | contributions) (Bot : Remplacement de texte automatisé (-n° +n°))

Rue Henri Matisse

MATISSE 1869 -1954

Ce texte de Mona Lisa Cornec est paru dans TAPAJ n° 51 d'octobre 1995

Peintre français, Henri Matisse est né au Cateau (non loin de Cambrai) en 1869 et mort à Nice en 1954. Il travaille à Paris, à l'académie Julian, puis à l'Ecole des beaux-arts dans l'atelier ustave Moreau. Son art est d'abord traditionnel (le Tisserand breton, 1896). A partir de 1897, il découvre Monet et l'impressionnisme. L'influence de Cézanne est manifeste dans la série des Modèles à l'atelier (1900) et Carmelina (1903). Les néo-impressionnistes lui inspirent sa grande toile: Luxe, Calme et Volupté.

Matisse qui vient de passer l'été de 1904 à Saint-Tropez voit sa palette se diversifier, se hausser. Il veut ramener l'art de peindre à la couleur et à quelques lignes fondamentales ; il devient l'animateur du fauvisme.

L'envoi de ses toiles au Salon d'automne, cette année-là, suscite la colère du public et de la critique qui n'a pas de mots assez forts pour fustiger «l'aberration picturale et la folie des couleurs».

Matisse donne à chaque couleur son maximum d ' intensité. Les extraordinaires ressources de sa manière fauve (1905 -1911 environ) lui inspirent des chefs-d'œuvre : Fenêtre ouverte sur Collioure (1905), Portrait à la raie verte (1905), La Nature morte au tapis rouge (1906), La Desserte (1908), La Dame (1909), L'Atelier rouge (1911).

Cependant, le peintre privilégie l'esprit d'ordre, la pureté, tout en simplifiant la peinture et en lui conservant toute son intensité et sa fraîcheur primitive. La leçon du cubisme et deux voyages au Maroc lui font rendre leur place au dessin et à la composition : Les trois Soeurs (1916), les Marocaines (1916), l'admirable Leçon de piano (1915-1917), et la série des Ateliers du quai Saint-Michel. En 1920, il crée les décors et les costumes du «Chant du Rossignol» d'Igor Stravinski présenté par la compagnie des Ballets russes de Diaghilev.

En septembre 1924 a lieu une grande exposition Matisse à Copenhague. C'est la consécration de l'artiste français dans les pays Scandinaves. Le public de ces pays va découvrir la lumière du midi, cette plénitude solaire qui envahit paysages, natures mortes, intérieurs de l'artiste réalisés à Collioure ou à Nice où celui-ci réside le plus souvent.

Sa maturité s'épanouit dans un art harmonieux d'une souveraine simplicité : Fenêtre à Nice (1919) ; la série des Odalisques (où s'affirme son sensdécoratif), La Danse (1931-1933), Jeune fille en robe blan -che (1941). Plus tard, les accords de tons peuvent atteindre une violence inouïe comme dans La Blouse Roumaine.

En mars 1943, il s'installe définitivement à Vence. Pendant quatre ans (jusqu'au 21 juin 1951, date de l'inauguration), Matisse se consacre à la décoration de la chapelle des Domini cains, Notre-Dame du Rosaire, à Vence. Il met tout son coeur à assumer la totalité du programme, du dessin de l'architecture à la conception et l'exécution du décor, du mobilier. Simplicité des volumes, pureté des lignes, jeu des vitraux : le résultat est éclatant.

Sa recherche dans la simplicité le conduit à la réalisation des papiers gouaches découpés et des célèbres papiers collés : Le Boxeur nègre (1947), Tristesse du roi (1952).

Il s'éteint à Nice le 3 novembre 1954 à l'âge de quatre-vingt-cinq ans. La chapelle du Rosaire à Vence reste l'ultime message de paix de celui dont Picasso disait : «II a un soleil dans le ventre».

Coloriste et dessinateur prestigieux, Matisse a laissé des sculptures et près de cinq cents pièces gravées. Il a illustré de nombreux livres : les Poésies de Mallarmé (1932), les Fleurs du mal (1947), les Amour s de Ronsard (1948), les Poésies de Charles d'Orléans (1950).

Mona-Lisa Cornec

Outils personnels