Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest

Renard : Différence entre versions

(img)
Ligne 10 : Ligne 10 :
 
| largeur = 6
 
| largeur = 6
 
| tirant d'eau =2, 8  
 
| tirant d'eau =2, 8  
| déplacement = 70 tonnes
+
| déplacement = 70  
 
| surface de voilure = 450
 
| surface de voilure = 450
 
| équipage =  
 
| équipage =  

Version du 5 novembre 2008 à 12:11

Renard
Le RenardLe Renard
Gréement : Cotre à hunier
Construction : 1991
Longueur hors-tout : 30 m
Longueur de coque : 19 m
Maître-bau : 6 m
Tirant d'eau : 2, 8 m
Déplacement : 70 tonnes
Voilure : 450 m²
Puissance : 230 cv
Port d'attache : Saint-Malo

Présentation

Vers la fin de la décennie 80, un élan de valorisation du patrimoine maritime commence à prendre naissance. La Bisquine de Cancale fait office de précurseur et les malouins ne restent pas indifférents à cet élan. Le concours organisé par Le Chasse Marée en 1990 va cristalliser les énergies et motiver la concrétisation du projet de construction d'un voilier de tradition à Saint Malo. Ce projet s'est déroulé en 3 étapes : la création d'une association, le financement, la construction.

Le "Renard", cotre à huniers, est la reconstitution du dernier bateau armé en 1812 par Robert Surcouf, le célèbre corsaire malouin. Construit d'après différents plans du XVIIIème siècle et du début du XIXème siècle.

Lors des manifestations nautiques, le Renard peut être affrêté pour des sorties en mer à la journée avec 25 passagers ou pour des réceptions à quai, en journée ou en soirée, avec 50 personnes maximum à bord.

Des croisières sont prévues au départ de Saint-Malo pour se rendre aux manifestations ou en revenir avec 12 passagers(pour les groupes et les individuels, nous consulter).

Il offre les capacités d'accueil suivantes :

  • 27 passagers pour les sorties à la journée ou demi-journée,
  • 12 passagers pour les croisières,
  • 1 carré cabine pour passagers avec 12 couchages, douche, toilettes, réfrigérateur, cuisinière à gaz,
  • 1 carré séparé pour l'équipage.

Historique

Lancé en 1812, Le Renard combattit victorieusement l'Alphéa les 9 et 10 septembre 1813.

L'Association du Cotre Corsaire s'est donné pour objet la reconstruction du Renard dernier bateau armé pour la course par Robert Surcouf.

Le Combat du Renard contre L'Alphéa

Le cotre corsaire Le Renard était armé par Surcouf et commandé par le capitaine Leroux-Desrochettes. Ce cotre de 7 0 tonneaux (long de 20 mètres), armé de 10 caronades de huit et quatre canons de quatre, avec un équipage de 60 hommes quitta Saint Malo le 23 août 1813 pour l'île de Batz, puis gagna sa station aux points arrêtés par Surcouf sous les côtes britanniques. Dans l'après-midi du 9 septembre , une corvette goëlette est signalée, postant 16 canons et 16 pierriers, montée de 80 hommes : "L"Alphéa".

Les ordres étant d'attaquer les navires de commerce et non de guerre, Le Renard prit la fuite. Vers 23 heures, le timonier en se retournant aperçut une voile... c'était l'Alphéa ! Le combat était inévitable, il dura de minuit jusqu'à 3 heures du matin et fut des plus meurtriers. Il se solda par l'explosion de l'Alphéa qui disparut corps et biens.

Le Renard avait perdu plus de la moitié de son équipage et seuls six hommes valides ramenèrent le navire à Dielette sur le côte normande afin de soigner ses blessés et d'enterrer ses morts. Le Renard jeta l'ancre dans le port de Saint Malo le 23 septembre 1813.

Extrait du bulletin n°1 de l'Association du Cotre Corsaire

Source : Site du cotre malouin

Robert Surcouf

Né à Saint Malo

Dépt d'Ille et Vilaine,

le 12 décembre 1773

Robert Surcouf

Le Capitaine Surcouf qui a rempli les mers de l'Inde du bruit de ses exploits héroïques; sortit de l'Isle de France en Août 1795, monté sur un bâtiment de 200 tonneaux, armé de deux canons n'ayant que 20 hommes d'équipage. Comme il arrivait à la rade de l'Isle Sainte-Anne, il rencontra 3 bâtiments anglais chargés de riz, qu'escortait un petit bâtiment plus fort que le sien; il force ce dernier à ce rendre et s'empare du convoi. Glorieux de sa prise, il rentrait à l'Isle de France, lorsqu'il signale un gros bâtiment de guerre anglais portant 26 canons de 12 et 150 hommes d'équipage. Il fallait vaincre ou se rendre. Surcouf alors supplée à la force par l'adresse; il fait cacher son faible équipage, se montre seul sur le pont et s'approche du bâtiment; mais au moment ou le capitaine ennemi croit recevoir un prisonnier, une décharge de mousqueterie renverse autour de lui une partie de son équipage. Les français se relèvent; le signal de l'abordage est donné. Surcouf s'élance sur le pont ennemi suivi de ses braves; le capitaine Anglais tombe mort, 50 de ses compagnons sont blessés, 10 tués; les autres se rendent à discrétion.

Surcouf n'ayant point de lettres de marque, ses prises furent confisquées au profit du Gouvernement; mais elles lui furent restituées à titre de récompense. Le 6 Octobre 1801 se trouvant sur les brasses du Bengale, à la hauteur de la rade de Balassor et n'ayant encore qu'un bâtiment armé de 160 hommes et 20 pièces de canon de petit calibre, Surcouf s'empara du vaisseau Anglais Le Combat de la Confiance contre le Kent de 357 hommes et 26 canons de 18. Le capitaine Revington fut tué et le Général St John fait prisonnier; l'ennemi perdit en outre 80 hommes tués ou blessés, et nous n'en eumes que 14 hors de combat. Le capitaine Surcouf est aujourd'hui membre de la Légion d'Honneur

Texte tiré de la gravure : "Robert Surcouf 1812. A Paris Bureau de l'Auteur des Fastes de la Nation Française "

Source : Site du cotre malouin

Galerie photos

Liens

Contact

Association du Cotre Corsaire - Saint Malo

Tour Ouest BP 165 Grande Porte

35400 SAINT MALO Cedex - France

Tél : 02 99 40 53 10 - Fax : 02 99 56 28 48

renard@saint-malo.com

Outils personnels