Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Révision datée du 15 novembre 2007 à 15:01 par Jeffdelongebot (discussion | contributions) (Bot : Remplacement de texte automatisé (-Pontanezen +Pontanézen))

Ponta à la fin des sixties

PONTA A LA FIN DES ANNEES SIXTIES

Ce texte signé Patrick Quintin est paru dans TAPAJ n° 29 d'octobre 1993

Là où se dressent des immeubles, des tours, des pavillons, une bibliothèque, un centre commercial, un centre social et une poste, ce n'était que champs, prairies et vergers.

Sous le bitume, la plage, non pas, mais plutôt de la terre nourricière !

Que reste-t-il de cela ? Pas grand chose à vrai dire ! La venelle de Kergonan était une rue à part entière, quoique non goudronnée, qui joignait la route de Gouesnou à la rue du Général Paulet. Elle était bordée de fermes, de champs, de prairies et d'exploitations maraîchères.

Le SATO était une ferme. Où sont passés vaches, poules et lapins ? Les exploitants agricoles allaient vendre leur production au marché du Pilier Rouge (fruits et légumes). Il n'y avait pas que des pommiers, bien tentateurs pour les enfants (la «pique aux pommes» existait déjà !), mais aussi des châtaigners. Cependant il est plus difficile de mettre dans sa poche une bogue qu'une pomme, ça pique !

Le quartier, bien que rural, possédait ses salons où l'on «cause». En effet, il existait deux lavoirs. Le dimanche matin, ces dames emportaient le linge à laver dans des lessiveuses sur des brouettes. Tout en effectuant cette tâche ménagère, elles se racontaient les derniers potins : un journal parlé, un ancêtre oral de TAPAJ.

Le foyer AFTAM a remplacé l'un de ces lavoirs conviviaux, le second se situait à proximité du carrefour des rues du Général Paulet et du 8 Mai 1945. Cette dernière n'existait pas encore.

Et puis, un jour, tout ce petit écosystème s'est écroulé. Les bulldozers sont arrivés. Ce fut impressionnant. Du jour au lendemain, les bâtiments et les lavoirs ont été rasés pour laisser la place à ce que nous connaissons aujourd'hui.

Les grues ont remplacé les pommiers, les camions les vaches. Beaucoup d'ouvriers travaillaient sur ces chantiers et prenaient leur repas sur place. Le restaurant de la route de Gouesnou, derrière lequel paissaient des vaches, était obligé de faire 2 services le midi.

Durant les travaux, un habitant s'est noyé dans un trou d'eau. Pendant ceux-ci, les enfants avaient découvert un nouveau jeu : cache-cache dans les appartements en construction (les caches ne devaient pas manquer !).

Les anciens Pontaneziens sont restés ou se sont expatriés, quelques-uns non loin du quartier qui y reviennent souvent, d'autres vers Guipavas ou Ploudaniel.

En cherchant bien, nous pourrions peut-être retrouver un pommier pour une bonne partie de «pique aux pommes» ?

Patrick Quintin

Je tiens à remercier Madame Herveline Maze pour tous les renseignements qu'elle a bien voulu me communiquer.

Ce contenu est publié sous licence Creative Commons BY-ND

Cc-by-nd icon.svg

Vous êtes libre de :

partager — reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre

d’utiliser cette œuvre à des fins commerciales

Selon les conditions suivantes :
Cc-by new.svg Attribution (BY) — Vous devez citer l’auteur de l’œuvre.
Cc-nd.svg Pas d’œuvres dérivées (ND) — Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette œuvre.
Outils personnels