Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Révision datée du 15 novembre 2007 à 15:04 par Jeffdelongebot (discussion | contributions) (Bot : Remplacement de texte automatisé (-Pontanezen +Pontanézen))

Évolution des conditions de vie dans le quartier de Pontanézen

Conditions de vie à Ponta

Ce texte de Mohamed Saki est paru dans TAPAJ n° 8 de novembre 1991

Le quartier de Pontanézen a connu à travers son histoire des changements considérables qui l'ont extrait à sa situation 'd' ensemble d'immeubles' sans les infra-structures les plus fondamentales. Les changements ont évité également au quartier de tomber dans la marginalisation, coupé du reste de la ville, replié sur lui-même.

L'article du dernier numéro montre bien que l'amélioration des conditions de vie et de la situation du quartier s'est échelonnée sur quelques années.

Un combat courageux

De même qu'elle ne s'est pas réalisée du jour au lendemain, elle ne s'est pas déclenchée toute seule. En effet toute l'histoire de Pontanézen resterait incomplète si elle ne parlait du combat courageux mené pour les habitants du quartier dès le début.

La volonté de lutter contre un environnement très défavorable jaillit de la volonté commune partagée par les résidents de l'époque pour refuser l'oubli.

Ils ont refusé par la même occasion de se résigner à vivre dans un quartier voué à la périphérie sociale et géographique de Brest.

Figure centrale

La figure centrale fut incontestablement Jo Fourn. Jeanine Persil évoque dans un précédent article de TAPAJ le rôle de Jo Fourn et sa participation dans la défense des intérêts des résidents. Les mémoires et les archives en conservent l'image... Celle du catalyseur de la lutte de tous les jours menée par les premiers pontanéziens. Il savait mobiliser et donner envie de se battre.

Ambiance

Le succès des actions pour l'amélioration des conditions de vie dans le quartier tient à la volonté commune et à un porte parole dynamique. Il tient à une ambiance générale qui se caractérisait selon Gilles Lamy par une vraie convivialité qui se concrétisait non seulement lors des manifestations et des luttes mais à l'occasion de fêtes - la Saint Jean par exemple - ou les rencontres quotidiennes.

Mohamed Saki

Ce contenu est publié sous licence Creative Commons BY-ND

Cc-by-nd icon.svg

Vous êtes libre de :

partager — reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre

d’utiliser cette œuvre à des fins commerciales

Selon les conditions suivantes :
Cc-by new.svg Attribution (BY) — Vous devez citer l’auteur de l’œuvre.
Cc-nd.svg Pas d’œuvres dérivées (ND) — Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette œuvre.
Outils personnels