Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Vallée du Costour

Costour.JPG
Située entre le Relecq-Kerhuon et Guipavas, la Vallée du Costour bénéficie d'une situation géographique remarquable, à proximité de la rade de Brest et du Vallon du Stang-Alar. C'est un lieu où les promeneurs peuvent observer une biodiversité exceptionnelle : chevreuils, blaireaux, musaraignes, faons, renards, scarabées à reflets dorés, etc. Le Costour s'étend sur 120 hectares de bois, prairies et champs.

Ce havre de tranquillité invite randonneurs, vététistes et cavaliers à la promenade.

Des traces du passé sont également visibles à travers la présence d'anciens bâtiments de la Poudrerie du Moulin Blanc, notamment deux lavoirs construits en 1912 et 1913 pour nettoyer le lin et le coton qui servaient à la fabrication de l'explosif.
Après la Seconde Guerre Mondiale, la Société Marc s'y installa et creusa une carrière. Dans les années 1970, l'exploitation de la vallée par l'entreprise s'arrêta. Depuis la nature reprend ses droits.

Sommaire

Géographie

Située sur les communes du Relecq-Kerhuon et de Guipavas, la vallée du Costour a une superficie est de 39 hectares. Elle est orientée Nord-Sud (entre la zone du Froutven et la plage du Moulin-Blanc). En incluant les champs qui l'entoure, sa superficie est de 129 hectares. Le propriétaire de cette vallée est la commune de Guipavas pour la plus grande partie et la commune du Relecq-Kerhuon pour la plus petite partie. BMO est le gestionnaire du site.

On peut y accéder soit par l'allée du Candy (au Nord), par la rue du Rody (au Sud) et également par la rue du Costour à l'Est.

Vue aérienne depuis le rond point de Pen Ar Reun (National 265) vers la plage du Moulin Blanc

Géologie

Sur le Nord de la vallée du Costour, on observe, sur le chemin de promenade (ancienne route de la carrière) une couche nommée « découverte » qui est un mélange de terre et de roche décomposée. En dessous est visible une deuxième couche de gneiss (roche métamorphique contenant du quartz, du mica et du feldspath). Cette seconde couche comporte une abondance de joints naturels qui ce recoupes en angle aigus.

Des lignes y sont également observables orientées vers l’Est. Une falaise d’environs 30 mètres surplombe le basin d’eau.

Hydrographie

Station d'épuration du Rody

Deux plans d’eaux ce trouvent dans cette vallée.

  • Le premier (le plus grand), est celui de l’ancienne carrière. Il représente une contenance d’environ 180 000 m3. Il est situé au Nord de la vallée.
  • Le second plan d’eau, situé vers le centre de la vallée, est en fait, le barrage de l’ancienne poudrerie.

Plusieurs cours d’eaux alimentent la vallée du Costour par le Nord et par l’Ouest. La totalité de la ressource en eau est estimée à 300 000 m3 De nombreuses zones humides sont concentrées au centre de la vallée.

Plus au Sud, une station de traitement des eaux usées est visible rue du Rody.

Historique

La vallée du Costour abrita l'une des plus grandes poudreries de France, créée en 1876 sous l'impulsion du président Mac-Mahon et de la Marine nationale. La situation géographique de la vallée s’avéra idéale pour y implanter cette industrie, non loin de Brest, mais assez distante de celle-ci en cas d’explosion. La plage du Moulin-Blanc, ainsi que la proximité de la voie ferrée étaient des atouts supplémentaires. Cette poudrerie fut dirigée un temps au début du xxe siècle alternativement par Albert Louppe et Léopold Maissin Wikipedia-logo-v2.svg.

Voir le "Scandale des poudres" entre 1907 et 1910 Wikipedia-logo-v2.svg


Première Guerre mondiale

En 1914, elle produisait 1 233 tonnes de coton poudre, pour finalement atteindre une production de 14 112 tonnes en 1917. D'autre productions comme la nitroglycérine et la dynamite y furent fabriquées. Les employés de la poudrerie avaient une espérance de vie assez courte, due aux vapeurs toxiques qu’elle dégageait. 3 000 personnes y travaillaient. La fabrication des matières explosives était réalisée dans la vallée, d’autres ateliers se trouvaient sur la plage du Moulin-Blanc. Sa situation géographique en faisait le lieu idéal pour son activité. Pas trop proche de la ville de Brest, en cas d'explosions, mais suffisamment proche de la plage du Moulin-Blancs et de ses annexes, ainsi que de la voie ferrée situé au Sud de la vallée.

Seconde Guerre mondiale à nos jours

La poudrerie fut sabotée le 18 juin 1941 pour éviter qu'elle ne tombe au mains des Allemands. Après la deuxième guerre mondiale, la société de travaux publics Marc s’y installa pour exploiter la carrière dont les pierres extraites servirent à la reconstruction de Brest. Elle fut exploitée de 1950 jusqu’aux années 1970. La "rue des Poudriers" dans le quartier Sainte-Barbe du Relecq-Kerhuon et quelques édifices dans la vallée du Costour rappellent la présence de la Poudrerie en ces lieux.


Ruines historiques

Les ruines d’une ferme - visibles coté Nord de la vallée.
Le propriétaire de la ferme y avait creusé, à la main, une galerie, afin de se protéger des bombardements que subissait la ville de Guipavas.

D'autres vestiges

La faune

Une faune très riche compose la vallée du Costour.

  • Escargot de Quimper (L'espèce bénéficie d'un statut de protection en France et en Europe)
  • Carabe à reflets d'or, Carabe à reflets cuivrés, Chrysocarabus auronitens spp. Subfestivus, (Bénéficie d'un statut de protection)
  • Chauves-souris (Rhinolophus) (Espèces protégées par l'article L.411-1 du Code de l’Environnement et à l'arrêté de préservation du 23 avril 2007)
  • Salamandre tachetée (Protégée dans la plupart des pays d'Europe via son inscription à l'annexe III de la Convention de Berne)
  • Alyte accoucheur (Comme beaucoup des amphibiens cette espèce est en régression)
  • Grenouille de Perez
  • Renard Roux
  • Blaireaux
  • Chevreuil
  • Héron cendré (Statut de conservation UICN : LC préoccupation mineure)
  • Pinson des arbres (Le pinson des arbres bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire)
  • Mésange charbonnière (Statut de conservation UICN : LC préoccupation mineure)
  • Geai des chênes (Statut de conservation UICN : LC préoccupation mineure)
  • Pouillot véloce (Statut de conservation UICN : LC préoccupation mineure)
  • Pivert (Statut de conservation UICN : LC préoccupation mineure)
  • Pic épeiche (Statut de conservation UICN : LC préoccupation mineure)


Galerie Photos : la faune


Polémique

Cette vallée est menacée par plusieurs projets d'urbanisme :

Développement contre la vallée, à l'Est, d'une extension du Crédit Mutuel de Bretagne

Les travaux ont débutés en 2011, sur les terrains appartement à la Commune de Guipavas. Fin des travaux : 2013 Les défenseurs de cette vallée regrettent que l'installation empiète largement sur les espaces tampons de la vallée et donc sur les trajets empruntés par certaines espèces animales.

Création d'un nouveau quartier sur la zone dite du Rody

Cette zone est située entre la vallée du Costour et le vallon du Stang-Alar.
Comme pour la zone du CMB, ce projet finira d'encercler la vallée du Costour, interdisant, de fait, toute communication naturelle vers l'extérieur pour les espèces animales.

Des panoramas pourtant exceptionnels pour le Finistère, vont être ainsi sacrifiés sur l'autel de l'urbanisme et des dogmes politiques.

Malgré de nombreuse démarches de citoyens et d'associations, des espaces tampons autours de la vallée n'ont pas été créés.
Ces espaces tampons sont en fait, les terres agricoles existantes qui permettent aux nombreuses espèces animales (180 espèces) de se reproduire,
de se nourrir et de maintenir des échanges génétiques entres les différents individus.
L’exemple des écureuils le démontre, une étude demandée par BMO, mettait en avant ce problème d'appauvrissement génétique.
Ces projets sont en totale contradiction avec le pacte écologique.

Localisation

Entre le Relecq-Kerhuon et Guipavas (Carte Openstreetmap) :


Voir aussi


Point de vue du contributeur Basquin
Outils personnels