Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Témoignage sur l'explosion de l'Ocean Liberty

Pour moi, brestois de 7 ans, ce 28 juillet 1947, est un beau jour de vacances.

Nous déjeunons du lait de notre biquette, que Maman vient de traire. Mon grand frère mène la biquette au champ qui est aussi notre potager. Il en revient très vite et dit à ma mère : " Il y a de la fumée là-bas !" Elle sort sur le pas de la baraque et là les voisines lui parlent de feux sur le port, par précaution, elle nous fait rentrer dans la baraque et ferme tout.

Mon père vient du port comme chaque midi pour manger le ragoût sans viande que Maman faisait avec des oignons roussis dans du beurre ou la margarine deux cuillers de farine on remue bien et on ajoute l'eau et les pommes de terre. Après ce frugal repas, il nous ordonne d'aller nous protéger derrière le talus du champ pas très loin de la baraque "ça va exploser, ça va exploser" il ne peut rien nous expliquer de plus, il est tétanisé par ce qui se passe, puis bien obligé, il retourne à son travail.

Je me rend avec ma mère et ma fratrie derrière le talus. Le bruit des sirènes accompagne nos jeux. En fin d'après-midi, Maman nous dit de rester tranquille pendant qu'elle va dans notre logement chauffer le biberon de mon tout jeune frère. Nous promettons d'être sage. Moi, je profite de son absence pour monter sur le toit de la baraque, de là, je pourrais me dis-je, voir le port !!!

Je suis à peine sur le toit que j'entends un grand bruit, puis des vitres qui se brisent, des ferrailles jonchent le sol, un énorme morceau de fer rate mes frères de peu... Je descend vite fait de mon perchoir, de peur d'une réprimande. Mais Maman est occupée avec mon petit frère Michel prit de convulsions après ce tumulte. Lorsque nous sommes entrés dans la baraque, toutes les vitres étaient par terre. Mon petit frère est décédé dans les jours qui ont suivis. Après ce drame mes parents ne voulurent pas rester au: "Bois de Sapins" et nous avons déménagés pour arriver à Keredern, autre quartier de baraque . Voilà ce que je me rappelle de cette tragédie qui a assombrit mon enfance.

C'est avec beaucoup d'émotion que mon mari Roger Richard m'a narré son 28 JUILLET 1947

Michelle Richard

Ce contenu est publié sous licence Creative Commons BY-ND

Cc-by-nd icon.svg

Vous êtes libre de :

partager — reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre

d’utiliser cette œuvre à des fins commerciales

Selon les conditions suivantes :
Cc-by new.svg Attribution (BY) — Vous devez citer l’auteur de l’œuvre.
Cc-nd.svg Pas d’œuvres dérivées (ND) — Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette œuvre.
Outils personnels