Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Stèle christianisée de l'église de Plouarzel

Ce texte est tiré de la revue Tud ha Bro n°23 "L'enclos paroissial" publiée par l'association Tre Arzh en novembre 2002 et reproduit avec leur autorisation. Le document complet est accessible auprès de l'association. Nous vous présentons ici un extrait.


Actuellement située dans la partie nouvellement aménagée du cimetière depuis son extension en 1981, une croix d’origine ancienne se dresse de toute la hauteur de ses trois mètres sur un emmarchement à deux degrés le long du mur Nord. Anciennement érigé à l’angle Sud-Est du cimetière, cet ouvrage se compose de deux parties distinctes : une croix à redents à branches trilobées d’origine relativement ancienne et une stèle à huit pans datant de l’âge du fer, la première étant rajoutée à la seconde. L’observation de la partie rajoutée montre que la croix a été taillée à la mesure de la stèle, les sections des deux parties coïncidant parfaitement et donnant à l’ensemble l’impression de continuité dans la ligne du monument.

On ignore si la stèle elle-même a été récupérée dans un autre lieu pour être placée ensuite dans l’enclos paroissial comme ce fut souvent le cas jadis où une majorité de stèles a été christianisée par l’ajout d’une croix. Symboles de paganisme aux yeux des chrétiens, nombre d’entre elles ont été en effet soit christianisées, soit détruites, soit enterrées. Dans un article traitant de la « saga des granites de l’Aber-Ildut », paru dans l’hebdomadaire « Progrès-Courrier » du 4 novembre 1995, Louis Chauris, éminent spécialiste, aborde le problème des stèles et de leur christianisation :

« Par leur structure même et souvent par leur localisation, les stèles de l’Age du Fer constituaient, à n’en pas douter, un piédestal de choix pour l’érection d’une croix. Aussi rien d’étonnant à ce que plusieurs d’entre elles aient été christianisées, à des époques sans doute assez reculées si l’on en juge par la facture de certaines croix, voire leur degré d’érosion, sans qu’il soit possible toutefois d’atteindre une grande précision, en l’absence de textes. »

La croix redentée qui surmonte la stèle mérite elle aussi qu’on s’y attarde du fait de sa relative ancienneté et de sa rareté, comme l’explique l’abbé Yves Pascal Castel, expert en la matière, dans un article intitulé « Les rares croix redentées du Finistère » paru dans l’hebdomadaire « Progrès-Courrier » du 25 janvier 1997 :

« Le terme de croix redentée ou croix à redents est réservé à celles dont les branches se caractérisent par huit grosses pointes ou redents. Ce type de croix qui se reconnaît au premier coup d’œil a vraisemblablement fait son apparition au 14ème siècle. Les croix redentées sont peu nombreuses ; en Finistère on en compte environ une vingtaine, réparties en majorité en Cornouaille, sur 3 500 croix recensées. Le sondage effectué sur l’ensemble de la Bretagne confirme cette rareté. L’association de certaines croix redentées avec des stèles, plaide déjà pour une relative ancienneté. On le constate au cimetière de Plouarzel».

Quant au modèle des redents, le même auteur l’explique par le fait que les tailleurs de pierre médiévaux n’ont eu qu’à transposer les dessins empruntés aux rosaces gothiques à trilobes ou quadrilobes des baies des églises contemporaines. On peut enfin noter que, contrairement à certaines croix redentées, celle de Plouarzel ne porte pas de sculpture du Christ.

Outils personnels