Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest

Rue Vincent Van Gogh

Rue Vincent Van Gogh
Collectif-jq.jpg
Un article de : TAPAJ
Parution : décembre 1993
N° : 31
Auteur : Mona Lisa Cornec


Vincent van Gogh 1853 -1890

Autoportrait

Peintre hollandais, Vincent Van Gogh est né à Groot-Zundert en 1853 et mort à Anvers-sur-Oise en 1890.

Fils du pasteur Theodorus, Vincent est l'aîné de six enfants. De 1868 à 1876, il travaille dans des galeries d'art : à La Haye, Bruxelles, Londres. Après s'être inscrit dans une école évangéliste à Bruxelles (août 1878), il se voit confier, comme pasteur temporaire, une mission de six mois à Wasmes (janvier 1879) au cœur du Borinage (région houillère de la Belgique). C'est l'échec.

Contre le désespoir, Vincent prend le parti d'une «mélancolie active». Il dessine (dessins du Borinage, copies d'après Millet -Le Semeur). Il travaille et peint ses premières huiles sombres, fortement empâtées. Le 28 novembre 1885, il part pour Anvers où il découvre la peinture de Rubens et... les estampes japonaises.

Paris

En mars 1886, il rejoint à Paris son frère Théo dont l'aide matérielle et morale lui sera indispensable jusqu'à la mort. Inscrit à l'atelier Cormon, il y reconcontre Toulouse-Lautrec. Il fréquente aussi, en même temps qu'il découvre leur peinture, Pissarro, Degas, Seurat et Gauguin. Sa palette s'est éclaircie, son style transformé. Plus de deux cents tableaux, autoportraits, natures mortes, vues de Montmartre représentent cette «période parisienne» : Intérieur de restaurant, L'Absinthe, La Guinguette, Les Usines.

Panneau de la rue Van Gogh

Arles

Brusquement, le 21 février 1888, Van Gogh part pour Arles. Plusieurs toiles importantes marquent le printemps et l'été 88 : les Vergers en fleurs (avril), les Barques sur la plage (juin), Les Tournesols (août) et, peu avant l'automne Le Café à Arles Le soir. Vincent travaille et s'exalte sous le soleil. En octobre 88, Gauguin s'installe à Arles. Mais après deux mois d'amitié tumultueuse, c'est la rupture violente. Van Gogh se mutile l'oreille après avoir tenté de frapper son ami.

Le 7 janvier 1889, il quitte l'hôpital et réintrègre son domicile à Arles. Là, il peint le Portrait de l'homme à roreille coupée, La Nature morte aux oignons. Les hallucinations, l'hostilité de la population, une requête à la police entraînent son internement. Deux cents tableaux sont exécutés durant la «période arlésienne». Le 9 mai 1889, sur sa demande, il est admis à l'asile

Les Tournesols

Saint-Paul-de-Mausole, près de Saint-Rémy de Provence. Il semble obsédé par le soleil, «le soleil dans toute sa gloire» comme il l'écrit à Théo. Cette obsession apparue déjà à Paris, que l'on retrouve à travers les Tournesols, atteint son point culminant dans les Moissons (Saint-Rémy - septembre 1889).

Pourtant, quand en janvier 90, Vincent quitte Saint-Rémy, le soleil disparaît presque complètement de sa peinture. On retiendra La Chambre à coucher (septembre 1889), Les Peupliers sur la colline (octobre), La Route aux cyprès, etc. Au total cent cinquante tableaux et une trentaine de copies d'après Millet et Delacroix.

Auvers

Le 21 mai 1890, sur les conseils de Théo, Vincent s'installe à Auvers-sur-Oise où il devient le patient et l'ami du docteur Gachet. Des portraits et des paysages marquent la période d'Auvers (L'Eglise, La Mairie, Mademoiselle Gachet au piano). Le 27 juillet, il se tire une balle de revolver dans la poitrine et meurt doucement deux jours plus tard.

Mona-Lisa Cornec

Ce contenu est publié sous licence Creative Commons BY-ND

Cc-by-nd icon.svg

Vous êtes libre de :

partager — reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre

d’utiliser cette œuvre à des fins commerciales

Selon les conditions suivantes :
Cc-by new.svg Attribution (BY) — Vous devez citer l’auteur de l’œuvre.
Cc-nd.svg Pas d’œuvres dérivées (ND) — Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette œuvre.
Outils personnels