Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Nicolas Hulot, des origines brestoises

Dans le numéro 120 du magazine BRETONS de mai 2016, Nicolas Hulot lève une part de voile sur les liens qui l'attachent à la Bretagne en général, mais aussi à Brest en particulier. Si l'on savait qu'il résidait depuis plus de 10 ans à Saint-Lunaire, près de Dinard, personne, sauf quelques éminents généalogistes, connaissaient l'ascendance brestoise de l'ancien animateur d'Ushuaïa.

Sommaire

Nicolas Hulot, des origines brestoises

Ushuaïa et la protection de l'environnement

Nicolas Hulot

Nicolas Hulot, né le 30 avril 1955 à Lille, est un journaliste-reporter, animateur-producteur de télévision et écrivain français. Bénéficiant de la renommée de son émission télévisée Ushuaïa, il s'engage plus avant dans la protection de l'environnement et la sensibilisation du grand public sur les questions écologiques.

En 1990, il crée la Fondation Ushuaïa, qui devient ensuite la Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme, connue dans le Pays de Brest pour avoir racheté le bateau Fleur de Lampaul en 2002 (revendu en 2010). Sa mission est pédagogique : faire découvrir la richesse de notre patrimoine et mobiliser les acteurs de la gestion du littoral autour de la protection du milieu marin.

Outre ses nombreuses activités, Nicolas Hulot est nommé en 2012 par François Hollande « envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète ».

Pour en savoir plus: voir la page Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg qui lui est consacrée.

Le descendant d'un maire de Brest

Dans l'interview de BRETONS, Nicolas Hulot nous apprend qu'il vient «  de découvrir, il y a peu de temps que (sa) mère (Monique Moulun) avait des origines familiales dans le Finistère » et que son « arrière-grand-père maternel avait été le premier maire de Brest élu démocratiquement. » En réalité, c'est Louise Bizet, arrière-grand-mère de la mère de Nicolas Hulot qui était la fille de ce maire de Brest, élu en 1848 à l'époque de la IIème République.

Sa généalogie, publiée sur Internet, nous apprend que si, le berceau de la famille Hulot se situe en Normandie, à Longny-au-Perche (Orne), celui de la branche maternelle est du côté d'Epizon (Haute-Marne), pas très loin de Domrémy-la-Pucelle (Vosges).

François Moulun a quitté la Haute-Marne au début du XIXème siècle pour s'établir à Brest. Professeur de physique, il est nommé proviseur du lycée de Brest. Il se marie le dimanche 14 décembre 1856 avec Louise Bizet, fille de Hyacinthe Martin Bizet et de Jeanne Larraut.

Hyacinthe Martin Bizet, Maire de Brest de 1848 à 1865

De nombreuses réalisations

D'une branche originaire de la région lorientaise (Port-Louis), avec un grand-père suisse, Hyacinthe Bizet naît en 1804 à Brest dans une famille bourgeoise. Ce négociant et juge au tribunal de commerce entre, en 1840, au conseil municipal et y occupe de nombreuses fonctions. Il sera un des personnages les plus marquants de la vie de la cité du Ponant en ce milieu du XIXème siècle qui voit la monarchie constitutionnelle de Louis-Philippe renversée par la Révolution de 1848 qui institue la IIème République et qui sera à son tour chassée par le Second Empire de Napoléon III. Il est le premier maire de Brest élu au suffrage universel.

Au cours de ses mandats de Maire de 1848 à 1865 et de conseiller général de 1848 à 1867, il sera au centre de nombreuses actions ou décisions fondatrices pour la Ville de Brest, ses habitants et l'activité économique.

Il organise les secours lors de l'épidémie de choléra de 1849 (500 morts).

Hyacinthe Bizet, qualifié « d'homme à progrès », ainsi que plusieurs autres personnalités du monde économique (Tritschler, Vincent et Pesron), considèrent que la ville ne pouvait rester à l'écart de l'essor économique et urbain qui caractérise le Second Empire. Le moment était venu à leurs yeux d'entrer dans « les temps nouveaux ».

Au conseil municipal, en 1854, il déclarait : « Tout marche autour de nous, nous sommes déjà distancés dans la lutte des intérêts ouverte pour le progrès, efforçons-nous donc de rivaliser d'intelligence et d'activité avec les autres villes, afin d'obtenir notre part de l'aisance générale qui se produit sur tous les points de la France. »

Tombe de Hyacinthe Martin Bizet au cimetière de Saint-Martin

Pour favoriser l'essor commercial du port, l'évolution des moyens de communication était fondamentale. Grâce à la sympathie de Napoléon III pour Brest, activée par le baron Lacrosse, Brest verra plusieurs importantes réalisations aboutir sous la mandature de Hyacinthe Bizet :

En 1858, Hyacinthe Bizet accueille l'Empereur Napoléon III et l'Impératrice Eugénie et reçoit des mains de l'Empereur les insignes d'Officier de la Légion d'Honneur.

Il fait sortir Brest de ses remparts et crée le quartier Saint-Martin en annexant 176 ha de la commune de Lambézellec.

Décédé en 1867, Hyacinthe Martin Bizet est enterré au cimetière de Saint-Martin.

Publications, sous le nom de Bizet jeune :

Mémoire couronné par la Société d'émulation de Brest, dans sa séance du 1er mars 1846, sur cette question : « Indiquer les moyens les plus propres à éteindre, ou tout au moins à atténuer la mendicité en France, et particulièrement dans le département du Finistère. »

La Vie de la Vierge, mise en vers, 1862

Saint-Martin la bien nommée

L’église Saint-Martin, qui date de 1874, trône, majestueuse, au cœur de Saint-Martin. Un quartier autrefois nommé Bel-Air, situé à l’origine en pleine campagne sur la commune de Lambézellec, qui fut légalement annexé par la cité du Ponant par décret du 2 mai 1861.

En 1861, la municipalité de Brest décide d’annexer ce territoire de 172 hectares. Cette annexion ne va pas se faire sans heurt entre les municipalités respectives. En effet, Lambézellec refuse de céder une partie de ses terres jusqu’à ce que Brest soit condamnée au paiement d’une somme en compensation. Le Conseil d’État demande à cette dernière de verser la somme de 110 000 francs en dédommagement de ce territoire.

Il prend alors le nom de quartier de l’Annexion. Comme la population y était importante, décision est prise d’y créer une paroisse. Et donc une église.

Sa construction sera confiée aux architectes Édouard Boucher de Perthes (auquel on doit également la basilique de Sainte-Anne d’Auray Wikipedia-logo-v2.svg) et Jourdan de la Passardière Wikipedia-logo-v2.svg. Elle sera achevée en 1875, le clocher en 1877, le tout dans un style néo-roman et néogothique. L’église est consacrée le 30 mars 1881 par l’évêque de Quimper et de Léon, qui la baptise église Saint-Martin, le second prénom du maire de Brest, Hyacinthe Martin Bizet. Le quartier prendra également ce nom un peu plus tard.

Sources :

Outils personnels