Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Menhir de Kerloas

Menhir de Kerloas dans son environnement

Le Menhir de Kerloas est classé Monument historique depuis le 25 septembre 1883.

Sommaire

Roche et site d'extraction

La roche constituant le menhir Wikipedia-logo-v2.svg de Kerloas est un granite Wikipedia-logo-v2.svg porphyroïde à très gros feldspaths Wikipedia-logo-v2.svg roses (orthoses essentiellement) et micas noirs (biotites). ce granite qui comporte des petites enclaves endogènes allongées de teinte gris-noir, à grain fin, est connu sous le nom de granite de l'Aber-Ildut. Ce granite est réputé pour sa couleur rosée (due à la présence de particules microscopiques d'hématite dans les orthoses), et sa résistance à l'altération.

Il a servi à la construction de phares, de bâtiments publics ou privés, de forts et, en 1835, on l'utilisa pour former le socle de l'obélisque de Louqsor à Paris.

Au Néolithique Wikipedia-logo-v2.svg, la plupart des mégalithes (dolmens Wikipedia-logo-v2.svg et menhirs) de la région de Porspoder ont été construits avec cette roche.

La carte géologique révèle que le substratum du site d'implantation du Menhir de Kerloas est formé par le granite de Saint-Renan, granite à grain fin au sein duquel existent des formations stanno-wolframifères. L'érosion de ce granite est à l'origine des gîtes alluvionnaires de cassitérite (minerai d'étain).

L'affleurement de granite de l'Aber Ildut le plus proche de Kerloas est distant de 2 km et il est raisonnable de penser que les hommes du Néolithique ont transporté le bloc sur une distance de plusieurs kilomètres, ce qui ne fut sans doute pas une mince affaire.

Choix du site

Menhir de Kerloas
Chargement de la carte...


L'emplacement choisi pour ériger le menhir de Kerloas est, bien entendu, en relation étroite avec la signification de ce menhir, c'est pourquoi une petite étude géomorphologique s'impose. Si ce menhir se range parmi les menhirs de hauteur, il répond à la règle générale de cette catégorie qui est de se situer sur un terrain élevé, mais jamais au sommet topographique. Il s'agit, à n'en pas douter, d'une volonté ferme car dans la plupart des cas rien, apparemment, n'empêchait de lever un menhir au somet topographique.

Il est placé à l'interfluve de deux talwegs Wikipedia-logo-v2.svg où prennent leur source deux ruisseaux affluents de l'Aber Ildut. Ces deux petites vallées sont orientées Est-Ouest et s'infléchissent ensuite vers le Nord.

La base du menhir est à 132 m d'altitude, tandis que le sommet topographique du massif de l'Aber Ildut, qui culmine à 142 m, se trouve à 500m plus au sud.

Il en résulte que, par temps dégagé, ce monolithe est visible de fort loin, à condition que la nature de la végétation le permette. Ce site est le point culminant du Bas-Léon et pour trouver des altitudes comparables, il faut se déplacer d'une quarantaine de kilomètres vers l'Est, dans la région de Landerneau-La Roche-Maurice. Nous pouvons ajouter que la limite maximum de visibilité, à l’œil nu, d'un tel élément structurant structurant le paysage est fonction de l'acuité visuelle de l'observateur et ne peut guère dépasser une trentaine de kilomètres. cependant, en raison de la présence de la croupe portant le sommet topographique, un observateur situé dans un secteur Sud, entre N 160° et N 200°, à plus de 500m de distance, ne peut le voir et il est permis de se demander si ce n'est pas délibéré.

Méthodes de transport

De nombreux monuments préhistoriques Wikipedia-logo-v2.svg ou protohistoriques Wikipedia-logo-v2.svg sont constitués de matériaux pondéreux transportés sur des distances parfois très longues :

  • les pierres du dolmen de La Roche-aux-Fées Wikipedia-logo-v2.svg (35) et une dalle de couverture de Gavrinis Wikipedia-logo-v2.svg (56) ont subi un transport d'au moins 4 km;
  • les pierres en sarsen de Stonehenge Wikipedia-logo-v2.svg (Angleterre) proviennent de 30 km et les blocs de dolérite de 200 km.

Le colossal monolithe de Baalbeck Wikipedia-logo-v2.svg en Syrie, dont le poids est estimé à 1500 tonnes, n'a pas connu un long transport, mais sa masse montre que les hommes ne reculaient pas devant le gigantisme.

Le menhir de Kerloas a connu un transport d'au moins 2 km, mais vraisemblablement bien davantage car il est peu probable qu'un tel bloc ait existé en limite sud du massif granitique de l'Aber-Ildut. le transport a été d'autant plus difficile qu'il a fallu gravir des pentes, la dénivellation entre son lieu d'origine et l'endroit de son implantation pouvant être de 50 à 100 mètres. Plusieurs méthodes de transport plausibles pour l'époque ont été imaginées et testées. Il faut garder présent à l'esprit que la traction animale, à l'aide de bœufs, a pu être utilisée, épargnant ainsi une nombreuse main d'œuvre.

Le déplacement à l'aide de rouleaux formés par des rondins de bois est le plus classiquement évoqué. Il a été expérimenté par J.-P. Mohen à Bougon en Vendée en 1979 pour déplacer un bloc de 32 tonnes. La partie la plus difficile à réaliser fut de rassembler les matériaux, cordages et filets. 230 hommes tiraient sur les cordes, 20 poussaient avec des leviers.

Le mouton étant domestiqué au Néolithique, l'idée de faire glisser un menhir placé sur un ber sur un chemin suiffé formé de tins (sortes de rails de bois) a été testée à Plabennec en 1985 lors du relevage du menhir de Prat-Ledan. Le résultat a dépassé les espérances.

Les anciens carriers avaient l'habitude de déplacer de lourds blocs en jouant avec le centre de gravité de la pierre. Ils faisaient avancer un côté, puis l'autre, alternativement. C'est une méthode longue, peu spectaculaire mais efficace et qui nécessite peu de personnel, peu d'efforts et peu de moyens; seuls quelques rondins et leviers suffisent.

Certains auteurs ont pensé qu'à la faveur d'un hiver très froid, il était possible de déplacer des masses importantes sur des rivières ou des sols gelés.

Érection d'un menhir

La traduction en français de menhir est pierre longue et qui dit pierre longue dit pierre fragile, aussi c'est une chose de déplacer une longue pierre, c'en est une autre de l'ériger sans la briser, tant il est vrai qu'un porte-à-faux malencontreux peut réduire à néant de longs et pénibles efforts. C'est pourquoi l'érection de certains menhirs a dû demander beaucoup de préparation, de technique et de soins. On ignore bien entendu, comment ont procédé les hommes préhistoriques mais on peut cependant proposer quelques méthodes qui ont été testées.

Age et destination

Des sondages et fouilles de calage de menhirs ont été exécutés à maintes reprises, au moins depuis le XIXème siècle. Ces investigations ont presque toujours livré des traces de cendre et des charbons de bois, restes d'un probable feu rituel lors de la cérémonie d'érection. De plus, divers objets ont parfois été recueillis : haches polies, silex, tessons de poterie permettant de dater la mise en place. Les fouilles récentes de Saint-Just Wikipedia-logo-v2.svg (35) et de Locmariaquer Wikipedia-logo-v2.svg (56) pratiquées respectivement par C.T. Le Roux et J.L'Helgouac'h ont révélé la complexité et la succession des évènements qui se sont produits sur de tels sites : mise en place, transformations, remplois...

L'une des premières interprétations du menhir de Kerloas vient du toponyme de la ferme voisine de laquelle il tire son nom et qui signifierait, selon le Chevalier De Fréminville, le lieu du deuil ou de la douleur rappelant ainsi, après de nombreux siècles la sépulture d'un chef important. De nos jours, Kerloas est plutôt traduit par la ferme de Loas ou de Gloas, patronyme de la personne qui s'est établie en ce lieu. Cependant, cvertains menhirs semblent bien associés à des sépultures; on les nomme menhirs indicateurs et ils sont à proximité de dolmens ou dans le prolongement d'allées couvertes (Kercordonner à Moëlan-sur-Mer Wikipedia-logo-v2.svg ou Parjou-Menhir à Pleumeur-Bodou Wikipedia-logo-v2.svg par exemple)

En 1961, des tessons se rapportant à plusieurs vases de l'Age du Bronze Wikipedia-logo-v2.svg furent découverts entre les pierres du massif de calage du menhir de Kerloas, ce qui fit penser à certains que ce monolithe datait de l'Age du Bronze et qu'il était en relation avec l'important gisement de cassitérite voisin (la Cassitérite Wikipedia-logo-v2.svg est un minerai d'étain nécessaire à la réalisation du bronze qui est un alliage de cuivre Wikipedia-logo-v2.svg et d'étain Wikipedia-logo-v2.svg. Il aurait servi de repère aux voyageurs en quête de ce précieux minerai.

On pense aujourd'hui que la plupart des grands menhirs à surface régularisée datent du néolithique. Ce qui est indéniable c'est que, de l'emplacement où il est érigé, la vue s'étend à des kilomètres à la ronde et qu'il a pu servir de repère à terre ou d'amer Wikipedia-logo-v2.svg pour des navigateurs. Il a aussi pu, tel un gigantesque gnomon Wikipedia-logo-v2.svg, servir à des visées de type astronomique à partir de divers points et il ne faut pas oublier que des structures plus légères et donc moins pérennes ont pu l'accompagner.

De tels menhirs ont aussi été considérés comme étant des idoles primitives ou des symboles religieux, des totems de pierre ayant pu être revêtus de couleurs vives, lieux de culte litholâtrique à l'instar de ceux, bien connus, du Moyen-Orient.

Les ethno-archéologues pensent que certains menhirs peuvent avoir été mis en place en commémoration de grands évènements et pourraient marque la puissance d'un individu ou d'une société en créant un ouvrage colossal et impérissable.

Les menhirs ont également été considérés comme étant des symboles phalliques et les deux protubérances basales de celui de Kerloas ne sont pas sans évoquer certains attributs masculins.

Rien ne nous dit qu'il faille chercher une et une seule explication.

Caractéristiques et mensurations du menhir de Kerloas

Le menhir de Kerloas est, jusqu'à preuve du contraire, le plus grand menhir actuellement debout. Dans la littérature, il est bien rare de trouver deux fois la même hauteur, c'est pourquoi il a été mesuré le 30 mars 1995.

Sa hauteur au-dessus du sol naturel est de 9,50 m. En effet il faut faire abstraction de 0,30 m de terre rapportée, il y a quelques années, pour pallier l'érosion du sol provoquée par le piétinement des visiteurs. Cette érosion avait eu pour effet de mettre au jour les pierres de calage du menhir.

Cependant, la hauteur originelle de ce monolithe était bien plus importante et devait dépasser les 10 m car, au XVIIIème siècle, il fut victime de la foudre qui en tronqua la partie sommitale et les principaux morceaux qui gisaient à son pied furent utilisés, l'un pour la fabrication d'une auge, l'autre comme pierre d'entrée de champ. Cette dernière a été reconvertie aujourd'hui en ornement de pelouse à la ferme voisine.

Le sommet du menhir tronqué par la foudre

La circonférence du menhir, au niveau du sol, est de 6,20 m ; à 1,20 m de hauteur elle est de 6,70 m ; à 3,65 m elle est de 6,96 m, puis la pierre devient plus fine ; à 5 m, la circonférence est de 6,45 m et à 6 m elle passe à 5,95 m.

Le poids du menhir est estimé à 150 tonnes.

Le plan au sol a la forme d'un hexagone aplati, l'axe d'allongement étant orienté N 72,5 gr. Sur cet axe, de part et d'autre du menhir, sont deux protubérances : celle située à l'Ouest a un diamètre moyen de 0,22 m et son centre se trouve à 1,09 m au-dessus du sol actuel, celle se trouvant à l'Est a un diamètre de 0,30 m et son centre se trouve à 1 m. Elles ont volontairement été préservées de l'épannelage Wikipedia-logo-v2.svg bien net réalisé sur la surface du menhir par bouchardage. Certains auteurs ont pensé que ces deux bosses avaient pu servir à la manutention du bloc, pour son transport ou son érection, d'autres y ont vu des attributs sexuels qui expliqueraient les pratiques encore en usage il y a seulement quelques décennies. Par ailleurs, sur la face Ouest, se remarquent des cupules, certaines alignées, dont l'ancienneté ne fait aucun doute et dont la signification demeure conjecturale.

De nos jours ce menhir est isolé, mais rien n'interdit de penser qu'au Néolithique des structures accompagnatrices plus légères et disparues par érosion naturelle ou anthropique ont pu exister. Les fouilles réalisées auprès des menhirs ont, en effet, révélé la complexité de tels sites avec des fosses, des foyers, des trous de poteaux, des chaussées etc...

Rites et légendes du menhir de Kerloas

Le menhir et une de ses bosses

Les pratiques et les légendes qui se rapportent aux mégalithes en général et aux menhirs en particulier sont nombreuses et variées. Il eut été surprenant que le menhir de Kerloas échappât à la règle. En effet, dès 1832, un rite nous est rapporté par le Chevalier de Fréminville : "... il (le menhir) présente une particularité que nous n'avons jamais observée sur d'autres : sur deux de ses faces opposées, on voit à la hauteur de trois pieds environ une bosse ronde taillée de main d'homme et ayant à peu près un pied de diamètre. Objets de superstitions dont le but et l'origine se perdent dans la nuit des temps, ces bosses reçoivent encore une sorte de culte bizarre de la part des paysans des environs. Les nouveaux mariés se rendent dévotement au pied de ce Men-hir, et après s'être en partie dépouillés de leurs vêtements, la femme d'un côté, l'époux de l'autre se frottent le ventre nu contre une de ses bosses. L'homme prétend par cette cérémonie ridicule, obtenir des enfants mâles plutôt que des filles, et la femme prétend que par là elle aura l'avantage d'être la maîtresse absolue du logis et de gouverner entièrement son mari."

Selon Sébillot Wikipedia-logo-v2.svg, les jeunes mariés se rendaient au pied du menhir la seconde nuit après leur mariage. La femme embrassait le menhir d'un côté, l'homme de l'autre et, si leurs lèvres se trouvaient en face les unes des autres, le ménage était assuré d'avoir des garçons.

En 1911, Guénin nous rapporte que le mégalithe était réputé avoir un pouvoir de guérison et que des personnes venaient se frotter les parties malades aux bosses du menhir. Ce même auteur nous apprend aussi que c'est une "bonne femme" qui l'apporta dans son tablier. D'autres personnes l'attribuent à Gargantua Wikipedia-logo-v2.svg, qui le mit en place, ainsi que tous les blocs de granite plus ou moins gênants qui parsèment les champs de Plouarzel, pour se venger des habitants de cette paroisse car ils ne lui avaient donné à manger que de la bouillie. Par contre, il ne laissa aucune pierre sur le territoire de Plouzané où il fut bien accueilli. Guénin nous apprend encore que, selon un gardien de vaches, le menhir garde un trésor et qu'il pousse tout seul...

Commons-logo.svg

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur « Menhir de Kerloas ».


Le texte suivant a été initié par Michel Le Goffic, archéologue départemental et est intégré à l'exposition qui se déroule chaque été à la chapelle Saint-Yves de Plouarzel.

Outils personnels