Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Le PL Guérin et la Société des Patronages Laïques Municipaux

Extrait du journal du P.L. GUERIN 1977

S.P.L.M. (Société des Patronages Laïques Municipaux): qu’est ce que c’est ? 

Le mois de décembre, avant la période des fêtes, a été très actif au patronage. En effet, plusieurs réunions s’y sont tenues et en particulier l’assemblée générale de la SPLM le vendredi 2. Et pourtant, bien peu de patronnés ont été concernés par cette A.G.

C’est bien sûr le manque d’information qui empêche les Guérinois d’avoir connaissance de l’importance du rôle de la Société des Patronages Laïques Municipaux. C’est pourquoi nous vous demandons de prêter attention aux quelques renseignements qui vont suivre et qui vous éclaireront.

La S.P.L.M. Qu’est-ce que c’est ?

(Extraits du rapport moral adopté à l’unanimité des huit Patronages Laïques Municipaux).

1- C’est la réunion des huit patros laïques de Brest : il s’agit donc d’une force importante dans la vie sportive et culturelle de la Ville.

« Ainsi nos effectifs sont en augmentation constante. Ce phénomène est lié à la mise à notre disposition de bâtiments agréables et fonctionnels. Nous pouvons annoncer aujourd’hui 5000 adhérents, jeunes, adultes, personnes âgées, 1430 enfants soit une augmentation de 20 % représentant 32000 journées vacances ont fréquenté les centres de loisirs et le centre aéré. Nous n’avons pas la prétention de répondre à tous les besoins de la Ville de Brest dans les domaines socio-culturel et sportif.

Nous disons cependant que faute de moyens suffisants, nous devons actuellement limiter nos effectifs. Il nous est pourtant de plus en plus insupportable de devoir refuser l’accès des activités à de nombreux enfants par manque de cadres ou de locaux. La responsabilité première en incombe à l’Etat. »


…… 2- QUELLE EST L’ACTIVITE DE LA S.P.L.M. ?

- Action pour le doublement du budget d’Etat à la Jeunesse et aux Sports

« Il est de notre devoir de dénoncer une fois de plus le budget de misère du Secrétariat d’Etat à la Jeunesse et aux Sports. Il est indigne d’un pays comme la France. Nous exigeons avec nos partenaires du Comité Départemental de son doublement immédiat.

JUSQU’A QUAND LAISSERONS-NOUS AINSI SACRIFIER LA JEUNESSE DE NOTRE PAYS ?

De 0.71 % du budget de l’Etat en 1977, il descend à 0.67 % en 1978. Son évolution est limitée au rythme d’inflation. C’est ce que le Ministre appelle “un budget qui bénéficie d’une certaine priorité”. C’est un budget de stagnation et, pour certains secteurs, de régression ».


- Action pour les Municipales et la perspective des législatives

« Les activités que nous proposons : qu’elles soient culturelles ou sportives ne doivent pas être un dérivatif, un moyen d’oublier ou de faire oublier les difficultés de la vie actuelle.

Nos adhérents sont confrontés quotidiennement aux problèmes de l’inflation, du chômage, d’autant plus que ce sont pour la plupart des travailleurs ou des enfants de travailleurs. Nous avons la faiblesse de croire que nos associations apportent leur contribution à la formation de l’individu libre et responsable, capable de prendre en charge son destin.

Nous ne sommes ni un parti politique, ni un syndicat. Il nous faut cependant faire réfléchir, informer, faire discuter nos adhérents sur tous les problèmes de la vie. C’est pourquoi nous avons participé, à notre niveau, à la campagne pour les élections municipales. Nous avons adressé un questionnaire à toutes les listes en présence. Toutes les réponses ont été affichées dans nos patronages.

- En MARS 1978 ce sont les élections législatives

- La S.P.L.M. prendra le moment venu, un certain nombre d’initiatives.

- Action sur les problèmes actuels du sport en France

4 mai 1977 – REUNION SUR LE SPORT

“A la suite de difficultés dans un patronage, la SPLM a provoqué une réunion sur le sport. Qu’il nous soit permis à ce sujet de dénoncer le rôle néfaste de la presse locale qui par des prises de positions personnelles de ses journalistes et une campagne insidieuse aura précipité une crise qui était peut-être évitable.

Cette réunion qui s’est tenue au P.L. Jean Le Gouill, nous a permis de faire le point de nos réflexions : Sport de masse, Sport de haut niveau, l’importance des médias, l’intrusion de l'argent dans le sport. Nous avons réaffirmé à cette occasion notre hostilité à la main mise de l’argent sur le sport dans nos patronages laïques. Nos camarades de l’U.F.O.L.E.P. et de la F.S.G.T. ont participé à nos discussions ».

- Concertation sur la politique socio-culturelle avec la Municipalité

9 novembre 1977 – TABLE RONDE S.P.L.M. / MUNICIPALITE DE BREST

« Un des temps forts de l’activité de la Société des Patronages Laïques aura été la table ronde du 9 novembre avec la Municipalité de Brest. La présence du Maire, de nombreux adjoints et de Conseillers Municipaux prouve l’intérêt de la nouvelle municipalité pour les Patronages Laïques. Certes nous nous en réjouissons, mais nous attendons d’elle bien plus que de la compréhension : une véritable collaboration.

Nous avons la prétention de croire que les Patronages Laïques contribuent pour une large part au développement social culturel et sportif de la cité.

C’est pourquoi nous pensons qu’une municipalité démocratique se doit de leur donner les moyens de se développer ;

LES LOCAUX :

• Poursuivre et accélérer le programme de reconstruction des patronages : le Bergot, le Pilier Rouge.

• Améliorer les locaux existants : Lambezellec, Sanquer

• Envisager lorsque les conditions seront réunies (désirs de la population, équipe de bénévoles) la construction de patronages laïques dans les quartiers qui en sont dépourvus (La Cavale Blanche par exemple).

LES INSTALLATIONS SPORTIVES :

• Mettre à notre disposition des installations sportives suffisantes et de qualité et notamment des installations sportives de plein air.

LES HOMMES :

• L’action socio-culturelle a toujours été, est encore et doit rester tributaire de l’intervention de personnes bénévoles et volontaires.


• Pour remplir leur rôle irremplaçable, les responsables bénévoles ont aujourd’hui besoin du fait de la complexité accrue de leurs tâches d’une disponibilité plus grande, qu’ils traduisent en revendiquant des décharges sur leur temps de travail, ou des mises à disposition pendant un temps limité de leur vie professionnelle.

• Pour apporter des solutions réelles aux problèmes que pose cette indispensable intervention des responsables bénévoles, il faudra des mesures d’ordre national que l’État n’a pas encore prises.

• Il nous faut réfléchir avec nos élus locaux si des solutions provisoires, mais cependant nécessaires ne peuvent être trouvées.

• Le problème des permanents sera mis à l’étude au cours de l’année qui vient.

LES SUBVENTIONS :

• Subventions de fonctionnement au même titre que les maisons pour tous : nous réclamons la gratuité de nos charges lourdes : électricité, chauffage, eau, téléphone, frais de conciergerie.

• Subventions d’équipement pour l’achat de mobilier et de matériel socio-culturel.

NOUS SOMMES SUFFISAMMENT RESPONSABLES POUR AFFIRMER QUE LES POSSIBILITES FINANCIERES DE LA VILLE NE PERMETTRONT PAS DU JOUR AU LENDEMAIN LA SATISFACTION DE TOUTES NOS REVENDICATIONS. NOUS SOMMES PERSUADES CEPENDANT QUE NOS ELUS LOCAUX ONT LA VOLONTE DE LES VOIR ABOUTIR DANS UN AVENIR PROCHE

« De toutes les discriminations, la moins supportable est celle qui pèse sur certains enfants»

« Dans la vie sociale les jeunes doivent trouver à mérite égal des chances équivalentes. Une démocratie sincère doit fixer cet objectif au premier rang de ses ambitions».

Cela aurait pu être notre conclusion. Ce sont deux phrases prononcées par M. Le Président de la République et extraites du document diffusé par le Secrétariat d’État à la Jeunesse et aux Sports à l’occasion de sa consultation nationale de la Jeunesse.

Quel crédit peut-on encore accorder à de telles paroles alors que la réalité est là : 0.67 % du budget consacré à la Jeunesse, aux Sports et aux Loisirs.

Sur 140 millions de centimes qu’aura coûté la construction du P.L. Guérin, l’État en aura empoché 20 millions par le biais de la T.V.A.

Sur 10 millions d’enfants, à peine1.5 millions auront bénéficié de séjours en centre de vacances.

M. Le Président de la République, il n’est pas besoin de cette vaste consultation nationale pour se e compte du décalage entre les besoins et la triste réalité du budget.

Pour nous animateurs bénévoles qui avons consacré une partie de notre vie à la Jeunesse, cela s’appelle : DEMAGOGIE

IL NOUS A SEMBLE DE NOTRE DEVOIR DE RESPONSABLE DE LE DIRE : LES FRANÇAIS JUGERONT. »

Nous pensons que ces quelques extraits du rapport de la Société des Patros vous auront aidé à mieux comprendre l’activité et l’importance de celle-ci.

démission de la SPLM en 2004

ADHESION ou NON à la S.P.L.M.

Il sera demandé aux administrateurs de voter, au cours du C.A. du 22 octobre 2004, pour ou contre le texte suivant qi propose la démission du Patronage Laïque Guérin de la S.P.L.M.

Principes de base :

- Le P.L.M. Guérin affirme son engagement laïque.

- Le P.L.M. Guérin centre son fonctionnement, ses actions et ses réflexions sur ces valeurs (brassage social, complémentarité des différences…).

- Le P.L.M. Guérin fixe ses priorités dans ses actions et ses engagements en fonction de ses possibilités financières, matérielles et humaines.

- Le P.L.M. Guérin s’inscrit délibérément dans une dynamique de travail en réseau avec des partenaires défendant les mêmes valeurs laïques pour des actions précises, limitées dans le temps et renouvelables.

Analyse :

- Nous avons souhaité que le fonctionnement de la Société des Patronages Laïques Municipaux adopte les principes de base cités plus haut, au lieu de se figer dans un fonctionnement lourd et coûteux ne concernant uniquement que l’organisation des camps d’été par la commission vacances composée des animateurs des Patros.

- Actuellement nous ne pouvons pas mettre notre animateur à disposition de la S.P.L.M. et nous n’envisageons pas de le faire à l’avenir. Par contre, nous menons régulièrement des actions en partenariat avec d’autres structures laïques dont des Patronages Laïques.

- Les manifestations militantes, pour défendre les valeurs laïques, sont de l’initiative des Fédérations auxquelles nous adhérons (gain de temps, de moyens humains et financiers). Dans ce cadre nous pouvons participer à l’organisation.

- L’orientation prise par la S.P.L.M. au début de cette nouvelle année ne fait que confirmer le fonctionnement que nous avons dénoncé.

Conclusion :

En conséquence, le Conseil d’Administration du Patronage Laïque Municipal Guérin a décidé de démissionner de la Société des Patronages Laïques Municipaux à compter du 31 décembre 2004.

Nous développerons nos actions en partenariat de réseau avec toutes les structures laïques (dont les Patronages) et nous centrerons nos actions militantes laïques sur les initiatives de notre Fédération.

Décision du C.A.

………………… voix pour ; ………………… voix contre ; ………………… abstentions



Voir aussi

Témoignage d'une figure du PL Guérin : Guy Salou

Témoignage d'André : le quartier St-Martin / Kerigonan et le PL Guérin des 50s'

Extraits choisis du journal du PL Guérin 1978

1951 ou l'année de gloire des basketteuses du PL Guérin

De l'étoile Rouge au Patronage Laïque Guérin-Sports (1950)

Assemblée générale du PL Guérin en 1975

L'étoile Rouge en 1947

Fête gymnique du Patronage Laïque Guérin-Kérigonan en 1948

Bureau et conseil d'administration du Patronage Laïque Guérin en 1946

                                                               HalleStMartin002.jpg       Portail du quartier de Saint-Martin                                                                            
Outils personnels