Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

L'arrivée du 1er permanent au PL Guérin

1977 : les débats autour de l'arrivée d'un permanent au PL Guérin

Extrait du journal Nº 5 1977 P.L. GUERIN, rubrique LIBRE OPINION.

Êtes-vous pour un « permanent » au patronage ?

« Moi je suis tout à fait pour et je vais m’en expliquer en attendant d’être convaincue par vos contre-arguments… »

Je suis institutrice… d’accord, j’ai beaucoup de loisirs. Je passe au patronage travailler tous les soirs… oui, c’est parce que je le veux bien. Je vais en stage, sur mon temps de vacances, me former pour animer les activités du patro… Mais oui, j’ai un long temps de vacances. Mais si moi, si les autres, arrêtions subitement de penser « par l’association » pour seulement penser « par nous », alors là, le patronage fermerait ses portes, faute d’argent pour les former, fautes de bénévoles : Et pourtant, que représente Guérin pour de nombreuses familles ? C’est la possibilité de trouver une pratique sportive et culturelle à bas prix, et c’est aussi un « esprit ». Mais ceci n’est possible que par le militantisme de quelques-uns, qui, par conviction idéologique personnelle, apportent leurs connaissances au service de tous : les bénévoles. Il faut être réaliste : la vie de tous les jours dans notre société fait que le bénévolat atteint vite ses limites (ou alors, pourquoi aurions-nous été obligés de refuser de nombreux enfants aux activités du mercredi ?). Quelles seraient les solutions ?

La venue d’animateurs techniques, fonctionnaires, rétribués par la Mairie ? Là, je suis tout à fait contre. L’animateur de Guérin ne doit pas seulement être un « transmetteur de connaissances », il doit associer à la fois la transmission d’une technique au militantisme et à l’idéologie laïque. C’est pourquoi il est préférable qu’il soit issu de Guérin. Le contraire signifierait à court terme la disparition du dynamisme de la vie associative, chacun venant « consommer » son activité. L’animateur n’étant pas en direct avec la vie de l’association, cette vie interne disparaîtrait rapidement ; C’est pourquoi je préfère, à cette solution, celle des « vacataires », animateurs bénévoles, issus du patronage et dédommagés de la perte sur leur salaire par une aide financière de la Ville. Cette aide pourrait aussi être apportée pour leur formation en stage. Toutefois, cette solution me paraît insuffisante. La meilleure solution me semble être la venue d’un animateur permanent aidant les bénévoles. En effet des associations comme la nôtre sont implantées dans les quartiers et s’adaptent aux besoins des gens. L’Etat a souvent reconnu le rôle social que nous avons, mais il n’a jamais encouragé le bénévolat qui est la caractéristique de nos associations, ni financé ce secteur d’activité culturelle et sportive (et ce n’est pas l’actuel budget consacré aux sports qui me fera penser le contraire) aussi, une action complémentaire des bénévoles et d’un permanent me semble nécessaire.

Si nous voulons éviter que culture et sport tombent entre es mains de sociétés à buts lucratifs où les gens « consomment » leur activité, il nous faut considérer cette idée du permanent. La commune ne peut répondre totalement à nos besoins, accablée par ses charges. Aussi il serait nécessaire que l’Etat prenne en charge la formation et la rémunération de cet animateur, un statut national étant alors mis en place.

Ce permanent, issu de Guérin, serait alors un travailleur détaché au service du patro pour un temps à déterminer. Ses droits sociaux et au travail étant garantis par un statut national, sa formation étant assurée par l’Etat. Vis-à-vis du Conseil d’Administration du patronage, il aurait un contrat moral de fonctionnement et lui rendrait des comptes.

Voilà à mon avis des solutions efficaces aux problèmes de fonctionnement du patronage. Il ne me reste peut-être plus à vous convaincre de la nécessité de ces mesures… Le plus difficile et toutefois de faire que l’Etat daigne se préoccuper de nous… Peut-être par le biais du comité de doublement pour le budget du sport !... Si nous crions bien fort.

Eliane Pibouleau (présidente du PL Guérin),

Nous rappelons à nos lecteurs que la rubrique LIBRE OPINION est à leur disposition : pour répondre à ou pour exprimer une idée.

Voir aussi

Témoignage d'une figure du PL Guérin : Guy Salou

Témoignage d'André : le quartier St-Martin / Kerigonan et le PL Guérin des 50s'

Extraits choisis du journal du PL Guérin 1978

1951 ou l'année de gloire des basketteuses du PL Guérin

De l'étoile Rouge au Patronage Laïque Guérin-Sports (1950)

Assemblée générale du PL Guérin en 1975

L'étoile Rouge en 1947

Fête gymnique du Patronage Laïque Guérin-Kérigonan en 1948

Bureau et conseil d'administration du Patronage Laïque Guérin en 1946

                                                               HalleStMartin002.jpg       Portail du quartier de Saint-Martin                                                                            
Outils personnels