Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Jean-Yves Guengant, auteur

    Edition N°1.jpg Cet article est extrait du magazine Patrimoines brestois


Francs-maçons brestois : un esprit utopique

Jean-Yves Guengant est l'auteur de "Brest et la Franc-Maçonnerie", paru en 2008. Cet ouvrage se base sur le fonds d'archives de la Loge des Elus de Sully, déposé il y a dix ans aux Archives communautaires et municipales. Jean-Yves Guengant est proviseur du lycée de l'Iroise, à Brest, depuis 2000.

La franc-maçonnerie est-elle active à Brest aujourd'hui ?

Brest compte aujourd'hui cinq cents Francs-maçons répartis en quinze loges, dont une féminine, trois mixtes et quatre masculines. Ils se réunissent dans l'un des trois temples de la ville. Huit obédiences différentes sont représentées. La majorité des obédiences mixtes ou féminines ont moins de dix ans d'existence. Quasiment tout l'éventail des rites connus en France se retrouve à Brest. L'activité franc-maçonne est ici ancienne. La première loge, celle de l'Heureuse Rencontre, fut créée en 1745, soit trois décennies après la première loge d'Angleterre (Londres, 1717), et 20 ans après la première loge française (Paris, 1725). Elle existe toujours et se réunit régulièrement.

Quel est le lien entre la Franc-maçonnerie et Brest ville portuaire et militaire ?

Au 18ème siècle, Brest est un port lié au pouvoir royal. Or, la franc-maçonnerie se développe sous la protection de l'aristocratie et du pouvoir royal. En se réunissant, les bourgeoisies militaire et civile (financiers, négociants...) recherchent d'une part à être entre eux, d'autre part à développer un idéal de fraternité et d'égalité. A une société contrainte, la loge substitue une société libre, du moins le temps des réunions appelées "tenues". Pendant longtemps, les marins de la Royale furent majoritaires car l'appartenance à la franc-maçonnerie était un facteur d'intégration dans les ports. L'explorateur Bougainville, par exemple, fut initié à Brest en 1766. De même La Pérouse. Cette empreinte marine n'a pas disparu. La loge des Cinq Ports (Cherbourg, Lorient, Toulon, Rochefort et Brest) a été réactivée en 2002. Mais les non militaires n'ont pas joué un moins grand rôle dans la franc-maçonnerie.

Quel rôle a-t-elle joué dans l'histoire de Brest ?

Avant 1798, la grande majorité des personnes qui comptaient à Brest étaient francs-maçons. La franc-maçonnerie brestoise s'est développée sur trois axes : un idéal de fraternité de type mutualiste, un idéal laïc, et un lien toujours étroit avec le pouvoir central, dans une ville française en pays breton. Les loges brestoises ont joué un rôle très représentatif d'un mouvement laïque s'étant affirmé depuis la Révolution, face à un Léon conservateur et clérical. A la fin du 19ème siècle, la franc-maçonnerie brestoise lie son destin au mouvement socialiste. C'est à la fin du 20ème, avec l'effondrement du communisme et la crise des mouvements politiques que la franc-maçonnerie retrouve son lustre. Cela devient un lieu où les idées et amitiés, qui ne pourraient se retrouver ailleurs, s'échangent sous le signe de l'égalité. L'histoire entre la ville et la franc-maçonnerie est longue. Sur 250 ans, j'ai dénombré vingt-six maires francs-maçons. A savoir un sur deux. Dans mon ouvrage, deux mille noms sont recensés, mais pour des raisons de confidentialité, je ne suis pas allé au-delà de 1955.

Qu'en est-il du secret maçonnique ?

Il y a sans doute des exagérations autour de la franc-maçonnerie, presque des légendes. Le seul véritable secret est celui de l'initiation, incommunicable, car personnelle. Les rituels existent pour fixer un espace, un temps, une appartenance. C'est une recherche individuelle, au milieu d'autres personnes, toutes libres dans leur conscience et dans le respect des autres. Il y a un autre secret, celui de l'appartenance maçonnique. On ne doit ne pas dévoiler qui est maçon, mais cela ne vaut pas pour soi. On peut parler plus de discrétion que de secret. Ne pas exposer les débats et les thèmes abordés sur la place publique est garant de liberté de pensée, et globalement, de liberté. A ce propos, les thèmes de société sont traités en fonction des sensibilités de chaque obédience. Ils tournent autour de l'avenir de l'homme, de son entité physique (bioéthique) et morale, à savoir par exemple sa liberté dans des sociétés de plus en plus poussées à la transparence et à la surveillance...

Quel fut le fil conducteur de votre recherche ?

Mon interrogation était celle-ci : comment expliquer la persistance d'un mouvement où, à travers l'histoire, cohabitaient et cohabitent autant de courants de pensée ? Même si tout n'est forcément pas idyllique dans le mouvement, l'histoire des idées m'intéressait aussi : les francs-maçons, brestois notamment, sont souvent aux frontières des changements et des idées nouvelles. Il y a sans doute là un esprit utopique fort. Brest est une ville rebelle et atypique. Elle n'est jamais là où on l'attend !

Pour information

Le livre "Brest et la franc-maçonnerie" est publié aux éditions Armeline. La naissance de l'école publique communale à Brest sera le thème du prochain ouvrage de Jean-Yves Guengant.

Femmes franc-maçonnes A Brest, la première loge à avoir accueilli des femmes est Iroise, obédience Droit Humain. Cette loge mixte est active, de façon régulière, depuis 1975.

Auteur : Monique Férec

Extrait du Patrimoines Brestois N°7 - La franc-maçonnerie à Brest - Printemps 2009

Ce contenu est publié sous licence Creative Commons BY-ND

Cc-by-nd icon.svg

Vous êtes libre de :

partager — reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre

d’utiliser cette œuvre à des fins commerciales

Selon les conditions suivantes :
Cc-by new.svg Attribution (BY) — Vous devez citer l’auteur de l’œuvre.
Cc-nd.svg Pas d’œuvres dérivées (ND) — Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette œuvre.
Outils personnels