Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest

Interview-Sillage : Hervé Bellec, écrivain et enseignant

    Sillage130 small.jpg Cet article est extrait du Magazine Sillage N°95 - mai 2003
Auteur : Jérôme Le Jollec


"On écrit pour la jouissance"

Son itinéraire ressemble plus à un parcours du cœur qu'à un plan de carrière. D'origine morbihanaise mais né à Paris de parents bretons, Hervé Bellec est arrivé à Brest à 20 ans et n'en a plus bougé. Musicien avec Mathieu Donnart Street, bistrotier associatif sur la place Guérin, puis prof d'Histoire et écrivain, il mène sa barque en des endroits inattendus.

Écriture

Écrivez-vous plutôt dans la douleur ou plutôt dans la joie?

Honnêtement, on écrit pour la jouissance. Mais ça ne vient pas tout seul. C'est comme un jogging, le plus dur c'est d'y aller.

Est-ce devenu une nécessité?

Depuis La Nuit Blanche il y a une mécanique qui s'est mise en place. J'ai l'impression d'avoir encore des choses à dire.

Toujours plusieurs fers au feu?

Quand j'étais barman je continuais mes études d'histoire. Maintenant, l'enseigner, c'est mon boulot, mais j'ai besoin de faire autre chose.

L'activité que vous regrettez?

La musique! Mathieu Donnart Street a eu un certain succès, mais je n'étais pas assez bon pour être musicien professionnel.

Et celle de barman?

L'expérience du système coopératif au Triskell valait le coup. Des journalistes sont venus de Paris. Même Le Monde en a parlé.

Qui est votre premier lecteur?

Je préfère l'avis des femmes. Ce sont des lectrices plus exigeantes que les hommes.

Lorsque vous êtes parti pour Saint-Jacques, aviez-vous l'idée d'en faire le récit?

Oui! J'aime les récits de voyage et j'ai pris énormément de notes. Rien à voir pourtant avec le bouquin qui est presque un roman.

Comment aimeriez-vous mourir?

Le plus tard et le plus vite possible. Comme tout le monde j'ai peur de la mort et de la souffrance et j'aime la vie. J'ai encore plein de choses à vivre.

Vos livres de chevet?

J'adore les bouquins qui reflètent une réalité. Zola reste un des grands en France. J'aime Kérouac, mais pas tout, Fante pour l'émotion et Steinbeck pour son côté social et profondément humain.

Aimez-vous le cinéma?

Oui, le cinéma anglais actuel : Loach, Leigh. Les films Les Virtuoses ou Magdalena Sisters, entre autres, ça rejoint mon Zola et mon Steinbeck.

Quoi d'autre?

Marcher pour se vider la tête, courir un peu pour être présentable devant ma femme.

Y a-t-il une figure historique à laquelle vous auriez aimé ressembler?

Je n'ai pas beaucoup d'affection pour les grands noms des livres d'Histoire. Je pourrais dire mon père, résistant à 18 ans. Il a vu des copains massacrés par les nazis. Maintenant qu'il vieillit, il commence à en parler.

La plus honnie?

Adolphe Thiers, le massacreur de la Commune et qui pourtant a des rues à son nom partout en France.

Votre principal trait de caractère?

L'obstination douce.

La qualité que vous préférez chez un homme?

La générosité du cœur, et même la générosité tout court.

Et chez une femme?

La femme avec qui l'on vit doit être sa meilleure amie, ce qui entraîne la complicité.

Quel talent vous manque?

La virtuosité musicale !

Votre boisson préférée?

Je ne suis pas compliqué : le vin rouge ! Mais un petit whisky des îles, je n'ai rien contre. Et puis aussi, les bières anglaises.

Vos goûts évoluent-ils peu ou prou avec le temps?

En matière de musique notamment, j'écoute de la musique sacrée. J'adore le Requiem de Fauré.

Quid de la culture bretonne ?

Un de mes regrets, c'est le breton. J'ai la flemme de l'apprendre alors que je vis avec une femme bilingue.

Et Brest dans tout ça?

J'adore Brest, pas seulement la place Guérin. J'aime ses horizons avec ses cassures, ses vallées qui la traversent, dont la Penfeld, vallée interdite. On dit qu'elle est moche. Pourquoi ? Parce qu'elle n'a pas de cathédrale? Tout dépend du regard qu'on lui porte.


Ce contenu est publié sous licence Creative Commons BY-ND

Cc-by-nd icon.svg

Vous êtes libre de :

partager — reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre

d’utiliser cette œuvre à des fins commerciales

Selon les conditions suivantes :
Cc-by new.svg Attribution (BY) — Vous devez citer l’auteur de l’œuvre.
Cc-nd.svg Pas d’œuvres dérivées (ND) — Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette œuvre.
Outils personnels