Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Interview-Sillage : Charles Kérivel, peintre-voyageur

    Sillage130 small.jpg Cet article est extrait du Magazine Sillage N°107 - fév.-mars 2005
Auteur : Elisabeth Jard


Dessine-moi un ailleurs

Palette de couleurs

Des fameux Penn Sardin de Douarnenez aux majestueux berbères dont il a fait ses sujets de prédilection, Charles Kérivel, peintre et dessinateur brestois, croque les gueules du monde. Sous le pinceau de ce natif de Douarnenez, les hommes du Maghreb se rapprochent chaque jour un peu plus des vents du bout de la terre. Son dernier ouvrage, un carnet de voyage dans le Grand sud marocain, entremêle les portraits esquissés au crayon aux paysages dorés d'aquarelles vivantes.

Depuis 10 ans, vous vous partagez entre le Maroc et Brest. Et s'il fallait choisir ?

Le Maroc : s'il fallait y aller à pied, j'irai !

Le tableau que vous auriez aimé peindre ?

"Les pèlerins"de Léon Belly.

Celui dont vous préféreriez ne pas vous souvenir ?

Je vais en choquer plus d'un, mais ce sont tous les Matisse du Maroc, et notamment "Le café maure".

Pourquoi cette passion pour le Maroc ?

Parce que j'y retrouve toute l'ambiance du Douarnenez d'antan : les ports, les chantiers navals avec leurs bateaux en bois. La lumière et l'ombre. Des personnages vrais, des couleurs ... Et puis, pour un aquarelliste, il est quand même plus agréable de travailler sous le soleil que sous la pluie !

Votre pays de cœur ?

Tous ces pays un peu bordéliques, où les réglementations ne sont pas vraiment claires... Alors, le Sénégal ou le Maroc, et c'est vrai, des lieux qui n'ont rien à voir avec les rues toutes droites de Brest...

La qualité que vous n'aurez jamais ?

Je ne serai jamais ni un grand chanteur, ni, hélas un grand joueur d'accordéon diatonique.

Celle que vous cherchez chez l'autre ?

La qualité de son premier accueil, une disponibilité, et par-dessus tout, avoir des choses à partager. Sinon, on s'emmerde !

Et votre pire défaut ?

Je suis soupe au lait, colérique !

Votre maître à dessiner ?

L'auteur de bande dessinées Pellos. C'est lui qui m'a appris le dessin, dans le sens où, dès mes 12 ans, j'ai reproduit ses bandes dessinées à la plume Sergent major... Il représente pour moi les plus grandes écoles des Beaux Arts.

Votre définition de l'artiste ?

Celui qui essaye de bien faire ce qu'il fait. Quand je goûte un bon pain de mon boulanger, j'estime que cet homme-là est un artiste !

De quelle couleur voyez vous la vie ?

Dans les tons ocres, jaunes et chauds du Maroc... Même si je vis dans les teintes bleues et grises de Brest.

Votre leitmotiv ?

L'aventure est au coin de la rue.

Votre livre de chevet ?

"La cale ronde", de mon ami Charles Madézo.

Le dernier événement qui vous ait touché ?

La dignité des victimes du tsunami. Ces gens qui n'ont plus rien ont fait preuve d'une dignité qui m'a ému.

Qu'est-ce qui mène le monde ?

Le pognon, évidemment !

Votre péché mignon ?

Un petit café, mais seulement s'il y a la galette bretonne qui va avec !

Qui auriez-vous aimé être dans une autre vie ?

Pierre Loti.

Ce que vous aimeriez que l'on dise de vous après votre mort ?

Pas que j'étais un bon peintre, non. Mais au moins un bon dessinateur.

Et Brest dans tout ça ?

Pour moi et mon épouse, c'est un break, entre deux voyages. Cette étape nous sert à nous ressourcer, à hiverner avant un nouveau départ. Cette ville m'a aussi donné ma chance : c'est ici que j'ai trouvé mon premier boulot de dessinateur, et je lui dois au moins ça. Cela fait 40 ans que j'y vis, et je dois avouer que je reste un peu nostalgique de l'époque des pompons rouges... Mais cela reste une ville qui me va bien, sans doute parce qu'elle a toujours été le point de départ des grands aventuriers et des voyageurs.


Some rights reservedCreative Commons Attribution iconCreative Commons non derivative icon Vous avez la permission de copier et/ou diffuser ce document, y compris dans un cadre commercial, mais vous ne pouvez pas le modifier selon les termes de la licence Creative Commons By ND et plus précisément la version 2.5 ou plus récente, plus connue sous le nom de « CC-BY-ND ».
En cas de réutilisation du document vous devez citer l'auteur.
Outils personnels