Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Interview-Sillage : Alain Kerlidou, auteur fantastique et éditeur féerique

    Sillage130 small.jpg Cet article est extrait du Magazine Sillage N°114 - fév.-mars 2006
Auteur : Jérôme Le Jollec


Des korrigans rue de Siam

Alain Kerlidou, quadra à l’œil malicieux, a allié son savoir-faire dans la vente et sa passion pour le merveilleux pour créer en 1993 sa société Avalon, du nom de l'île mythique où reposerait le roi Arthur. Il a commencé à importer et vendre des objets, bijoux, cartes postales inspirées par des personnages de contes celtiques. Puis il s'est lancé dans l'écriture et l'édition. Où avec humour et non sans succès, il fait toujours la part belle aux fées, elfes, gnomes et, forcément, korrigans.

Un korrigan

Vos origines ?

Je suis brestois avec des origines dans les monts d'Arrée. Lid veut dire tradition, rituel. C'est un nom prédestiné.

À partir de quel âge avez-vous été happé par le fantastique et le merveilleux?

À la naissance, ce serait mentir. Disons à partir de 7-8 ans. Mes parents m'ont bercé avec Merlin l'enchanteur et Walt Disney.

Vos lectures les plus marquantes ont-elles été des BD?

Il y a Astérix et ensuite Thorgal. Et puis Bourgeon avec Les Compagnons du Crépuscule.

Et parmi les romans?

Je n'ai jamais été un grand lecteur de romans, mais j'ai lu une douzaine de fois le Seigneur des Anneaux et, plus récemment, Harry Potter.

Votre media préféré?

Le livre! C'est de la création pure.

Votre premier boulot?

Mon métier c'est la vente. J'ai tout fait depuis les fruits et légumes dans la grande distribution jusqu'à vendre d'alarmes et des photocopieurs.

Pourquoi avez-vous décidé de franchir le pas?

La crise de la trentaine, un coup de blues. J'avais les inconvénients de la vente sans les avantages. Je me suis dit que si je pouvais vivre de ma passion, je serais le plus heureux.

Quels ont été les moments forts de ces douze ans?

La création d'Avalon et ces trois dernières années. Avec l'édition, à chaque nouvelle gamme, on prend notre pied.

Avez-vous douté?

Tous les jours! Et même la nuit, je pense, je réfléchis. L'environnement est de plus en plus concurrentiel et agressif.

Pas d'angoisse ou de mauvais rêve?

Non, pas d'angoisse ni de cauchemar, sinon je changerais de métier. Les problèmes de l'entreprise, il faut les prendre avec philosophie.

Aujourd'hui, vous êtes avant tout éditeur?

Maintenant, oui. En un seul mois, novembre dernier, on a sorti six titres. On tient la route dans le monde de l'édition bretonne.

Quelle est l'œuvre dont vous êtes le plus fier?

Mon premier livre un "Grimoire des êtres féeriques", écrit en cinq mois. De spectateur, je suis devenu acteur en contribuant à agrandir le monde de l'imaginaire.

Si vous rencontriez une fée, quel don de la nature lui demanderiez-vous?

M'apprendre à dessiner pour faire de super dessins qui iront avec mes textes.

Quelles qualités appréciez-vous chez vos interlocuteurs?

La capacité d'écoute et savoir transmettre sa passion.

Quel défaut vous inspire de l'indulgence?

Être tête en l'air, si c'est un défaut.

Que détestez-vous par-dessus tout?

La bêtise et la méchanceté des hommes.

Votre héros préféré ?

Merlin l'Enchanteur.

La créature imaginaire que vous aimeriez rencontrer?

Merlin !

En quels autres lieux aimeriez-vous vivre?

N'importe où en Bretagne.

Votre rêve de bonheur?

Éditer l'équivalent d'Harry Potter.

Comment aimeriez-vous mourir?

Les armes à la main, avec un stylo à la main ou sur la route. Mourir dans mon lit me ferait ch...

Votre artiste préféré?

Alan Stivell.

Une boisson?

Le chouchen.

Et Brest dans tout ça?

Brest, pour moi ne se réduit pas à la rue de Siam, ça va jusqu'à la forêt du Cranou. J'y puise mon inspiration. C'est un peu comme une histoire d'amour. Quand on est à Brest, on se lasse parfois et quand on est loin, on se dit: "qu'est-ce que c'est bien"! Ici, on a plein d'artistes, d'écrivains, de musiciens. Brest peut être un phare au point de vue de la culture et de la qualité de vie.

Ce contenu est publié sous licence Creative Commons BY-ND

Cc-by-nd icon.svg

Vous êtes libre de :

partager — reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre

d’utiliser cette œuvre à des fins commerciales

Selon les conditions suivantes :
Cc-by new.svg Attribution (BY) — Vous devez citer l’auteur de l’œuvre.
Cc-nd.svg Pas d’œuvres dérivées (ND) — Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette œuvre.
Outils personnels