Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Hervé Eléouet : un auteur à l'Ouest

Biographie et témoignages concernant un habitant du Pays de Brest, qui est à la fois un auteur, un acteur de la vie culturelle, et un voisin, pour certains d’entre nous.

Cet article est également l’occasion d’une réflexion sur la façon d’écrire une biographie sur Wiki-Brest : voir la page de discussion.

Biographie

Hervé Éléouet est né en 1975 à Morlaix, et vit entre Brest et Morlaix, à Plourin-lès-Morlaix.

Informaticien de formation, il aime visiblement travailler sur le langage et jouer avec les mots, via différents types de supports (livres, objets gravés, vidéos, blog...).

Il est l’initiateur, ou l’ardent contributeur, de nombreuses initiatives poétiques en Pays de Brest, faisant même, de la pratique poétique, une profession.

Il a fait paraître, notamment :

  • Igor et Betty : un recueil de nouvelles portant, notamment, sur le monde de l'enfance.
  • A côté de la plaque - Petite histoire véridique et drolatique des rues de Brest même : Ce petit traité se propose de dévoiler l'origine insoupçonnée des noms de rues de Brest en empruntant plus aux étymologies fantaisistes qu'à l'historiographie. L'auteur en profite pour se mettre en scène avec auto-dérision, créer un personnage d'éditeur sans scrupule et jouer avec les codes de l'écriture.
  • Cui-cui, poèmes sans oiseaux : Hervé Éléouet cherche à développer une langue qui ne sombre pas dans la facilité mais qui soit accessible par tous. Et c'est paradoxalement dans ce recueil de poèmes aux apparences légères que l'auteur commence à se dévoiler un peu plus.
  • Les oeuvres de Rimbaud réécrit en mieux
  • Algèbre


L'écriture d'Hervé Éléouet n'est pas seulement formelle : elle est teintée d'un humour qui, sans en avoir l'air, dit le monde tel qu'il va.

Chacun pourra trouver, dans ses créations, des références intéressantes, selon sa propre culture, son expérience personnelle, ou la qualité de sa connexion internet (invitation à rechercher le sens multiple des mots, dans les dictionnaires). Pierre Desproges, Alexandre Vialatte, Tintin, Arnaud Le Gouëfflec, la poésie française du XVIIe siècle, La Renaissance, La Boétie... : Hervé Éléouet a sans doute/peut-être/probablement, le goût de lire, beaucoup.

Voir aussi :

Fan-club


Tournesol, le 7 janvier 2017, après avoir lu « Cui cui sans les oiseaux », une partie du blog http://hucheapain.fr, et un poème offert par Hervé Éléouet lors d’une séance de Poète Public : Poésie arpète aux Capucins


Tournesol, le 12 janvier 2017, après avoir lu quelques chapitres du recueil « Les oeuvres de Rimbaud réécrit en mieux », des vidéos, quelques revues de presse, une page Wikipedia à améliorer.

Hervé Éléouet proclame malicieusement : « Quitte à être absurde, autant l'être jusqu'au bout ! ».

Par une écriture subtile, très accessible, l’auteur nous délivre, tout à la fois, de courtes histoires drôles, enfantines, et des récits plus intimes, magistralement universels, poignants ou énigmatiques.

Des histoires de collision, de dilemme, de servitude, de re-création, à partager, entre amis des poètes, avec délicatesse. Pleines d’autruches, de petits pois, d’escargots, de monstres disgracieux, et, heureusement, de gnous bénévoles comme nous, prêts à coopérer.

Comme un Petit Poucet, Hervé Éléouet sème au vent des petits cailloux, que l’on reçoit en plein coeur, ou qu’on ne voit pas, ou que l’on croit voir.

Espérons quelques heureux chapitres à venir, pour un fan-club grandissant, respectueux.

Poète de son temps, Hervé Éléouet expérimente différents types de forme artistique. Son blog en est une, en Web 2.0, accessible à tous, gratuitement. A condition de penser à appuyer sur le lien fléché « articles plus anciens » tout en bas de la page, véritable sésame vers une grotte d’Ali Baba.

L’une des questions que l’on peut se poser en contribuant à un wiki est « Quand a-t-on fini d’écrire ? » Jamais, sans doute, soit parce qu’on peut tout ré-écrire soi-même au fil du temps, soit parce que d’autres viendront ré-écrire avec ou après nous.

D’ailleurs, vous auriez la possibilité de ré-écrire vous-même cet article en mieux, Monsieur Hervé Éléouet, ou vous, Mesdemoiselles, qui préparez une thèse sur lui en ce moment-même.

Ré-écrire, y compris, « mon » texte de témoignage, car « ma » prose, ici-présente, adhère au Club des poèmes qui bougent. L’historique de chaque propos, pour la gloire, sera conservé, en couches d’oignon, pour les plus curieux (et celà me suffit).

Nous avons tous la possibilité, également, d’écrire un autre article, sur un autre auteur ou acteur local de notre choix, injustement méconnu à notre goût.

Le wiki permet une ré-écriture collaborative, contrairement à ce qui se passe sur d’autres types de médias de communication où les maladresses d’écriture, les erreurs de perception, et les espaces vides, restent en première ligne ad vitam.

Tenter de lire, avec un peu plus d’attention que d’ordinaire, certains poèmes de Monsieur Hervé Éléouet, nous ramène à une autre question, plus vertigineuse encore : « En poésie, quand a-t-on fini de lire ? » Quel poème, aussi simple soit-il, ne nous dit pas plus de choses que les mots qu’il utilise, des choses sur son auteur, comme des choses sur nous-même ? Et prétendre avoir lu la totalité d’une oeuvre nous autorise-t-il à en parler ?

« J’y sais tout », dirait une Savoyarde. Et ici, en Pays de Brest, on dirait quoi ?

Même les poèmes de Madame Le Goff, personnage imaginaire récurrent de Monsieur Éléouet, auteur d’un ouvrage imaginé, intitulé « Souvenirs d’une île – poèmes sur mon enfance à Ouessant », n’auraient-ils pas quelque chose à nous dire, si nous savions les lire ?

Pour mieux comprendre cette phrase, il y aurait lieu de lire ou relire l’ouvrage imaginatif intitulé « Les oeuvres de Rimbaud réécrit en mieux »... avant qu’il ne soit épuisé, aux éditions « Le fantôme des hortensias ».

Et aussi, ou alors, il y aurait un lieu, pour écrire quelques poèmes, ici sur ce Wiki, mesdames et messieurs, jeunes ou moins jeunes, pros ou arpètes, tous Le-Goff-En-Herbe ?

Toi, cher lecteur, chère lectrice de Wiki-Brest, qu’en penses-tu ?

Aïe, comme en téléphérique, en route vers le rayon Poésie de la médiathèque des Capucins à Brest, nouveau vertige, nouvelle question, très Web 2.017  : « Quand peut-on commencer à émettre un avis favorable ? »

Pas super bien écrit ce texte, n'est-ce pas ? Vraiment, ça ne vous démange pas un peu, de contribuer à mieux le ré-écrire ? Bien malicieusement :-))


Outils personnels