Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Guillaume Le Ru, ancien de la SNSM

Guillaume Le Ru

Guillaume Le Ru a travaillé aux affaires maritimes à la station de l'Aber-Wrac'h de 1969 à 1994, il avait pour missions de recenser tous les bateaux de pêche avec entre autres les goémoniers. Il occupait aussi les fonctions de secrétaire aux Ressources Humaines.

Les diverses stations maritimes dépendent des affaires maritimes de Brest. Le quartier des affaires maritimes se situe au 6, rue Saint Saens au port de commerce, l'administrateur des affaires maritime en est le responsable. Dans les souvenirs de Guillaume, le personnel a cette époque était composé d'une vingtaine d'agents. A présent la baisse du nombre de bateaux a amener à réduire les effectifs. Idem pour l'Aber-Wrac'h, avant ils étaient deux à occuper les fonctions, aujourd'hui seule une personne a mi-temps en a la charge.

Il existe des stations à l'Aber-Wrac'h, au Conquet, à Plougastel-Daoulas et également à Portsall où il y a une permanence ou deux par semaine. Les stations de Plouguerneau et de Kerlouan ont été fermées.

Le métier de pêcheur est aujourd'hui en perdition, les jeunes ne reprennent pas forcément le flambeau. Pour Guillaume seul le métier de goémonier arrivent à maintenir un nombre de navires à peu prés équivalent à l'époque. Ces jeunes pêcheurs s'occupent de la pêche Ils alternent les produits pour réussir à rester sur l'eau le maximum de temps dans l'année. Ils s'occupe du goémon de mai à octobre ensuite d'octobre à février ils pêchent les coquilles Saint-Jacques en Rade de Brest pour la plupart d'entre eux. Car la saison goémonière est interdite en dehors de cette période.

Guillaume est devenu bénévole à la SNSM à 35 ans. Son travail aux affaires maritimes en tant que secrétaire dans les Ressources Humaines l'a amené à s'intéresser de plus près au sauvetage en mer et à y prendre part. Il a été sollicité par le président de la SNSM pour remplacer la trésorière.

Sommaire

Origine de la SNSM

La Société Centrale de Sauvetage créé en 1867 est à l'origine des missions de sauvetage en mer. Plus tard le nom a été changé pour devenir les Hospitaliers Sauveteurs Bretons qui assuraient ces missions de sauvetage pour la région Bretagne, les autres régions avaient une appellation différente. En 1987 toutes ces instances se sont réunies pour ne former d'une seule structure : La Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM).

Historique de la station de l'Aber-Wrac'h

La Station de Sauvetage en mer de l'Aber-Wrac'h fut créée sous Napoléon III en 1867. Elle était rattachée à la Société Centrale de Sauvetage.

Le premier canot de la station s'appelait le "Thomassin", c'était une embarcation à rames, 10 avirons. Il séjourna à l'Aber de 1867 à 1900. Ses patrons successifs furent les 2 pilotes de l'Aber-Wrac'h puis Monsieur François Pallier jusqu'à 1900. A cette date il fut affecté à Ouistreham et remplacé à l'aber par le "Madeleine", canot à rames et à voile. Ses patrons furent Olivier Kermaidic, Clément Menut et Michel Milin.

En 1940, ce canot fut réquisitionné par les allemands et se retrouva au port de commerce à Brest à la fin de la guerre.

En 1952, la Société Hospitaliers Sauveteurs Bretons décide d'affecter un canot tous temps à l'Aber. C'est à cette époque que furent construits l'abri et la cale de lancement actuels.

Le nouveau canot s'appela "François Rolland", du nom d'un héros de la résistance tué par les allemands à Kerbabu Lannilis. C'était un fier navire à deux moteurs de 55 CV. Il assura le sauvetage jusqu'à 1971 date à laquelle il fut retiré du service. Ses patrons furent Guillaume Péhirin, François Rolland (fils du résistant qui avait donné son nom au bateau), il est toujours présent à toutes les manifestations SNSM en tant que sympathisant.

Le "Capitaine de corvette Cogniet" remplace le "François Rolland". Ses patrons furent François Rolland jusqu'à 1983 puis Jean Guelennoc.

Sont notés ici les patrons attitrés mais il y a toujours plusieurs marins habilités à piloter le canot. Il leur arrive souvent de remplacer le patron en cas d'absence. Ils font, tout du moins, partie de l'équipage en qualité de sous-patron ou mécanicien.

Sorties de sauvetage remarquables :

  • La sortie du 19 janvier 1984 fut très éprouvante pour l'équipage. Elle permis de sauver 4 personnes avec le "Capitaine corvette Cogniet".
  • La sortie d'assistance au pétrolier Amoco-Cadiz a été pénible également. Le CC Cognietresta toute la nuit auprès de ce ptérolier par une mer très forte.
  • Autre sortie éprouvante, recherche et remorquage du navire américain "Anne Marie" de 180 tonneaux.

Sauvetages parfois dramatique

Autocollant de la SNSM

Guillaume se rappelle avoir avoir dû rédiger le document (ci-dessus retranscrit) relatant l'historique de la SNSM. A la suite du naufrage d'un des canots de sauvetage de l'Aber-Wrac'h, beaucoup de journalistes souhaitaient à ce moment avoir des informations sur la SNSM.

La nuit du 6 au 7 août 1986, la SNSM de l'Aber-Wrac'h a du faire face à un dramatique évènement. L'équipage complet, dont le président, a périt sur le canot « Capitaine de corvette Cogniet », qui a fait naufrage devant la presqu'île de Sainte-Marguerite en allant porter assistance à un plaisancier. Ce jour-là il n'y avait que cinq sauveteurs à bord mais d'habitude l'équipage est formé de huit personnes lors de sortie avec les grands canots de sauvetage (les canots tous temps). Guillaume étant l'un des vice-présidents, trésorier et secrétaire il a fallu qu'il rende des comptes aux autorités.

Lorsqu'il y a une appel de détresse c'est le Cross Corsen (crée après le naufrage de l'Amoco, l'ancêtre du Cross Iroise à maintenant 25 ans) qui réceptionne cet appel. Le Cross décide de faire intervenir tel canot. Il contacte donc le président qui lui prévient ses hommes pour qu'ils se préparent à sortir. Si le président ne répond pas le Cross a différents numéros de téléphone pour pouvoir toujours joindre quelqu'un afin de rassembler un équipage. Avec les technologies actuelles la procédures est simplifiée, les huit membres de l'équipage ont un bipeur. A la moindre alerte ils peuvent rallier le port le plus rapidement possible. Un sauveteur en mer est toujours d'astreinte, il peut être appeler de jour comme de nuit. Le premier qui arrive sur sur place met le zodiac à l'eau. Lorsque trois personnes sont présentes, le mécanicien y compris, ils se dirigent vers le canot pour mettre aussi les moteurs en route afin de les faire chauffer. Le mécanicien revient ensuite chercher les autres sauveteurs.

Composition de la SNSM

Canot de la SNSM

La SNSM de l'Aber-Wrac'h a cette époque était composée de 20 bénévoles, certains y restaient jusqu'à la fin de leur vie en tout cas tant que leur santé le permettait. Aujourd'hui il existe une limite d'âge, elle impose de laisser sa place à partir de 67 ans environ.

Pour entrer à la SNSM il est essentiel d'avoir une formation maritime et d'être majeur. Lorsque la personne présente sa candidature on lui demande de venir aux sorties d'exercices, cela permet d'évaluer son niveau de connaissances. Certains peuvent être mécanicien, navigateur, électronicien ...Le fait d'être plongeur ou secouriste est un atout supplémentaire pour devenir bénévole.

L'entretien des bateaux est entièrement réalisé par les sauveteurs, sauf lors de grosses pannes où ils font intervenir des sociétés extérieures. La station de l'Aber-Wrac'h se compose d'un grand canot de 18 mètres, une vedette, plusieurs zodiacs ...

Missions principales de la SNSM

La principale mission est le sauvetage en mer et consiste à porter secours aux personnes dans un rayon de 20 miles de la côte (1 mile = 1852 m). Le canot n'est pas homologué pour aller plus loin.

Mais la SNS a aussi d'autres missions moins connues :

  • Ramassage de balises ou containers qui partent à la dérive
  • Rapatriement d'épaves en mer
  • Transport de malades habitants sur les îles
  • Formation de surveillants de baignade

Financement de la SNSM

La SNSM de Portsall
  • Don de sociétés
  • Publicités
  • Promotions par le biais de t-shirt, blousons
  • Sorties en mer payantes
  • Adhésions
  • Abonnement à la revue « Sauvetage »
  • Loto du 1er mai (une des plus grandes sources de financements)
  • Subventions des communes, région, département, Etat

Le budget de fonctionnement de la SNSM est de 120 000 Francs = 18 000 € (matériel, carburants, réparation...)

Lien interne

Liens externes


Ce contenu est publié sous licence Creative Commons BY-ND

Cc-by-nd icon.svg

Vous êtes libre de :

partager — reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre

d’utiliser cette œuvre à des fins commerciales

Selon les conditions suivantes :
Cc-by new.svg Attribution (BY) — Vous devez citer l’auteur de l’œuvre.
Cc-nd.svg Pas d’œuvres dérivées (ND) — Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette œuvre.
Outils personnels