Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

François Jaouen, une figure du nautisme brestois

    Soyons sport n°5-décembre 2013.jpg Cet article est extrait de la revue Soyons sport
Article de décembre 2003

Président d’honneur des Crocodiles de l’Élorn, club où il est arrivé dans les années 90 et à la tête duquel il a œuvré durant 11 années, impliqué dans les actions bénévoles depuis 40 ans (!)... François Jaouen, 62 ans, c’est une liste à la Prévert à lui tout seul ! Homme de cœur, cœur de marin : portrait d’un fin connaisseur du nautisme sur l’agglomération.

François Jaouen, un mot, d’abord, sur la collaboration entre les différents acteurs du nautisme sur la Ville de Brest...

Il me semble que les principaux clubs nautiques de la ville fonctionnent toujours en concertation, grâce notamment à leur réunion au sein de l’Union Nautique de Brest. Chacun vient avec ses idées, sa philosophie, et participe à la dynamique du secteur.

Cette unique entité qu’est l’Union Nautique de Brest permet à l’agglomération de réaliser de belles choses, non ?

Oui, c’est certain ! Elle permet de peser d’un poids certain auprès des instances internationales pour l’organisation de compétitions d’envergure. Le dernier championnat d’Europe de planche RS:X qui s’est déroulé durant l’été a été couronné d’un beau succès à tous les niveaux. C’est une manifestation qui a confirmé la belle réputation d’organisateur de compétitions qui colle à la Ville et à ses clubs, et qui leur vaut, d’ailleurs, de prendre en main le prochain championnat du monde de planche à voile Bic Techno 2:93, qui se déroulera en rade de Brest en juillet 2014.

Organiser des compétitions internationales ou nationales, c’est une obligation pour le territoire ?

Absolument, oui. C’est important pour l’image. C’est important pour la Ville elle-même, puisque de tels événements fédèrent toutes les énergies derrière eux : le service communication, le Centre Nautique, les services techniques, le Conseil régional, le Conseil général... Tout cela crée une belle osmose autour de beaux événements... Sans compter les retombées économiques et sociales qu’ils impliquent !

Et cette nouvelle charte du nautisme, alors, comment la voyez-vous ?

Pour moi, c’était une étape importante. Elle existait depuis longtemps. Il fallait l’améliorer, la réformer, la faire évoluer.

À l’intérieur de cette charte, il est question du fameux « Pool nautique ». Qu’en est-il exactement ?

C’est un outil démocratique au possible ! Et nécessaire ! La modernisation du secteur nautique fait que l’on doit s’adapter à ses évolutions. C’est avoir de nouveaux supports, par exemple, qui collent mieux aux demandes. C’est investir mutuellement, pour que les uns puissent utiliser le matériel des autres, et inversement. On sait, par exemple, que le Stand Up Paddle se développe énormément. Pourquoi irait-on investir dans du matériel amené à peu servir, alors qu’un autre type de matériel serait rapidement amorti ? Aujourd’hui, il reste juste aux clubs à se mettre d’accord entre stabilité et innovation, pour que l’on arrive à une utilisation qui satisfasse toutes les parties.

Quelle image avez-vous du nautisme et de son « poids » au niveau de l’agglomération ?

Il me semble que les dispositifs du type «Nautisme scolaire» sont efficaces. Ils pourraient aussi être généralisés à toutes les communes de Brest métropole océane. Le nautisme deviendrait alors le sport naturel de tous les enfants ! La voile scolaire est indispensable pour démocratiser ce sport... Ou ce loisir, tout simplement ! Parce que, de cette initiation à la mer, découlerait deux voies distinctes : certains des enfants sensibilisés feraient de la voile leur sport, et deviendraient les champions de demain ; les autres la choisiraient comme simple loisir, et navigueraient pour le seul plaisir de le faire aux côtés d’autres amateurs... Dans tous les cas, ces enfants apprendraient la ténacité, l’autonomie, le respect de l’autre et de l’environnement. D’un point de vue strictement sportif, on peut aussi imaginer que le futur polder intègre une partie stade nautique : quelques marches, quelques places, qui accueilleraient quelques milliers de personnes. Cela donnerait à la Ville de Brest un coup d’avance sur d’autres villes en cas de candidature française pour les Jeux Olympiques de 2024 !

Commons-logo.svg

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur « Le championnat d'Europe de planche à voile RSX ».

Outils personnels