Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Fonds anciens de la bibliothèque d'étude

Les trésors de la Bibliothèque d'Etude

ATTENTION: La bibliothèque d'étude a déménagé à la médiathèque des Capucins François Mitterand.


Presse à bras en bois de Gutenberg

De caractère encyclopédique, le fonds ancien de la Bibliothèque municipale se compose de:

  • 194 ouvrages du XVIe siècle (176 volumes)
  • 363 ouvrages du XVIIe siècle (375 volumes)
  • 1437 ouvrages du XVIIIe siècle (2652 volumes)
  • 5432 ouvrages du XIXe siècle (5968 volumes)

Tous les domaines de la connaissances sont couverts par ces collections provenant pour partie des confiscations révolutionnaires (fonds d'Etat), pour partie de dons, de legs ou d'achats effectués au XIXe et XXe siècles. Les récits de voyages y côtoient ainsi les ouvrages à caractère religieux ou philosophiques, les dictionnaires et encyclopédies voisinent avec les livres d'architecture ou de mathématiques. Si bien que cet ensemble, certes éclectique, offre une représentation de ce que pourrait encore être aujourd'hui la bibliothèque de l'honnête homme.

Bien que conservés dans une réserve, ces documents anciens sont librement consultables sur place en échange d'une pièce d'identité. Qu'il soit étudiant, chercheur, simple curieux ou esthète, chacun peut ainsi accéder à ce patrimoine, à condition bien entendu de respecter scrupuleusement les consignes de consultation (port de gants de coton, manipulation précautionneuse, usage de crayons à la mine de plomb, absence de boisson ou de nourriture sur la table de consultation).

Parmi les pièces remarquables conservées à Brest, figure le Liber chronicarum d'Hartmann Schedel, publié à Nuremberg en 1493. Ce célèbre incunable présente la particularité de comporter plus de 1800 gravures, qui accompagnent un texte relatant l'histoire du monde depuis les origines (bibliques) jusqu'aux années 1490. Autre pièce digne d'intérêt: les Œuvres d'Ambroise Paré, chirurgien du roi, publiées en 1585 qui dresse un état des lieux des connaissances médicales au XVIe siècle et jette les bases de la tératologie ou étude des monstres. Citons enfin quelques dictionnaires du XVIIIe : L'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers de Diderot et D'Alembert, bien entendu, dont la publication s'échelonna entre 1751 et 1772; mais il est d'autres dictionnaires, moins célèbres sans doute, mais tout aussi dignes d'intérêt, tels que celui d'Antoine Arnauld (1612-1694), théologien, philosophe, mathématicien janséniste proche de Blaise Pascal et auteur de remarquables objections aux Méditation métaphysiques de Descartes. L'ouvrage de Pierre Bayle (1647-1706) mérite enfin quelques mots: ce Dictionnaire historique et critique publié en 1697 qui préfigure L'Encyclopédie, anticipe également d'une certaine manière la navigation hypertexte car les articles sont emboîtés les uns dans les autres dans une confrontation permanente des points de vue.

Le fonds ancien de la Bibliothèque regorge de bien d'autres trésors, que l'on ne saurait déflorer ici, mais que chacun peut à loisir consulter dans la salle de lecture de la Bibliothèque d'Etude.


Quelques pistes à suivre...

Liens externes

Outils personnels