Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Extraits choisis du journal du PL Guérin 1977

Voici quelques articles du Journal du PL Guérin en 1977.

Sommaire

à propos de la vie au sein de notre association

La vie d'une association dépend du local, des installations dont elle dispose... Combien de clubs sportifs ont encore un café comme lieu de réunion... ?

Les sections pourtant multiples s'ignorent souvent parce qu'elles n'ont nulle part où se rencontrer. En ce qui concerne le patronage, les choses sont, sur le plan matériel, sur de bonnes voies, et dès le début de saison prochaine nous disposerons de locaux agréables où, si nous en avons tous la volonté, nous pourrons faire du très bon travail.

Il ne faut pourtant pas croire que des murs suffiront à régler nos difficultés. Il nous faut au plus vite connaître les besoins qui existent et entreprendre au niveau du quartier, de la localité, une consultation préalable de tous ceux qui nous entourent portant sur ce que sont leurs préférences en matière d'activités physiques, sportives ou de loisirs.

Mais ceci est déjà parler du travail et des démarches à envisager pour ouvrir notre patronage à un nombre toujours plus grand d'usagers de tous âges. Parlons plutôt de ce qui existe maintenant.

Actuellement, notre association compte déjà plusieurs dizaines de personnes qui, depuis un ou deux ans, ou plus pour certaines d'entre elles, participent à la vie de notre association. Que constatons-nous ?

Un réel problème de relation existe entre les différents adhérents du patronage. Notre association, en créant il y a un an des structures démocratiques, s'est pourtant donner les moyens de jouer pleinement son rôle auprès de la population du quartier. Mais ces structures sont-elles pleinement efficaces si elles restent ignorées de nos adhérents qui viennent, pour la plupart, uniquement pratiquer leur sport ? Connaissent-ils le fonctionnement de notre club ? Les personnes chargées, pourtant par eux, de le gérer ? Les difficultés financières qui obligent à utiliser au maximum le dévouement de quelques uns.

Ceci est, pour le conseil d'administration, une importante préoccupation : tous, au CA, nous avons ressenti la distance qui existe entre les pratiquants de base et les dirigeants, l'absence de communication entre adhérents de sections différentes et même parfois entre pratiquants de la même activité, empêchant que la vie de notre association soit pleinement satisfaisante.

A partir de ces constations, que pouvons-nous faire tous ensemble ?

Il parait d'emblée nécessaire d'associer étroitement les pratiquants à la direction, à l'encadrement et à l'administration de la société. Le défaut d'un grand nombre d'associations sportives est bien souvent de faire une trop grande différence entre le sportif et l'administratif et de laisser se creuser le fossé entre le pratiquant et le dirigeant, avec tous les problèmes que cela engendre.

Nous, nous disons que c'est le pratiquant qui doit aussi être le dirigeant, avec les autres bénévoles du patronage. La prise de responsabilité par chacun, à quelque niveau que ce soit, des activités est le garant de la réussite du club.

Afin de vous aider à participer plus activement, le C.A. se propose de développer considérablement l'information au sein du club :

  • en créant le journal d'information que vous lisez actuellement et dont l'avenir vous appartient.
  • en invitant les personnes étrangères au C.A à venir assister à ses réunions.
  • en affichant les comptes-rendus des séances de C.A au patronage, lisez-les !
  • en tirant des tracts d'information sur toutes les actions et les activités qu'il décide.
  • en proposant, pour vos assemblées générales de section, des thèmes de discussion. Lisez-les et discutez-en pour mieux préparer ainsi l'Assemblée Générale du patro en juin.
  • en vous demandant de lui adresser toutes vos suggestions, quelles qu'elles soient !

D'autre part, le C.A considère la formation des cadres comme une des solutions importantes, au même titre que l'information.

Nous voulons contacter les parents, les intéresser à la vie de l'association, les y inclure, mais au même titre que les jeunes à qui nous proposons des stages (stages de spécialités sportives UFOLEP - stages de formation d'animateurs d'activités socio-culturelles). Il est nécessaire d'initier les jeunes aux diverses responsabilités et de leur faire confiance.

Pour cela, une chose parait immédiatement essentielle : c'est la nécessité de lutter farouchement contre la spécialisation hâtive, qui est la "maladie" de notre époque pour nos associations (presque toutes les fédérations spécialisées accaparent les tout jeunes et les embrigadent souvent dans un sport qui ne leur convient pas)

Nous terminerons ici notre base de réflexion en livrant à votre "méditation" optimiste deux compte-rendus de stages faits par quelques uns de nos jeunes cette année, jeunes que nous encourageons vivement à progresser dans le sens qu'ils ont choisi.

compte-rendu d'un stage UFOLEP Basket ou "de la passivité à l'activité..."

Ce stage s'est déroulé durant les vacances de février au Relecq-Kerhuon dans les modestes locaux du C.N.R.K. Il regroupait une quinzaine de stagiaires venant de différentes associations.

Ce stage avait pour but de nous initier au travail avec les enfants afin de pouvoir ensuite encadrer dans nos clubs. C'est donc ce que nous avons fait avec des jeunes footballeurs du Relecq-Kerhuon, en leur présentant des jeux que nous avions nous-mêmes préparés auparavant. Pour nous, nous avons organisé des tournois triangulaires. Les stagiaires s'occupaient eux-mêmes de l'arbitrage, de la feuille de match, et de manager les équipes. Mais le basket n'était pas notre seule occupation.

Durant une demi-journée, malgré le mauvais temps, les courageux ont pu faire de la voile. En soirée, nous avons passé deux films qui ont été suivis de mini-débats.

Afin de clôturer agréablement le stage, nous avons organisé le vendredi après-midi une randonnée à vélo.

Nous avons été très satisfaits de ces quatre journées et nous souhaitons vivement participer à d'autres stages UFOLEP.

compte-rendu d'un stage foot UFOLEP ou "de la prise de responsabilité"

A l'issue de ce stage, nous avons demandé à l'équipe junior de Guérin de créer un système de prise de responsabilité au sein du club.

Pourquoi ?

Nous avons ressenti le besoin de nous extérioriser des limites fermées du match de football hebdomadaire pour ranimer le vrai sens du sport, c'est-à-dire un moyen d'expression et d'activité physique. Ainsi, nous nous sommes réunis une première fois, juniors et cadets, car nous prévoyons à plus ou moins long terme un système de responsabilité. Cette réunion a défini clairement nos objectifs : chacun devant se sentir responsable personnellement et vis à vis du club.

En fait, chaque camarade de l'équipe doit contribuer au transport des maillots, boissons, pharmacie... et à la composition de l'équipe. D'autre part, les dirigeants plus âgés ne sont pas écartés, mais apportent leur collaboration.

Les conséquences :


Ce système possède de nombreux avantages.

Tout d'abord, il permet l'entente au niveau des individus. Les réunions et diverses tâches apportent la notion d'auto-discipline et effacent le vedettariat, l'individualisme, pour favoriser le jeu collectif (les derniers résultats sont là pour le prouver)

En fait, cette expérience devrait servir de support à l'idée qu'un club peut-être gérer par les adhérents eux-mêmes sans subir la hiérarchie de valeurs que prônent les fédérations dirigeantes dont le seul but n'est que de promouvoir le sport, seulement pour créer une élite au détriment du sport de masse.

Nous voulons que la pédagogie soit mise au service d'un sport sain et épanouissant pour l'ensemble des individus.

L'équipe junior du PL Guérin

les finances du patro

Depuis quelque temps, les journaux font l'écho des malheurs financiers de certains grands clubs professionnels ; mais bien qu'un petit patronage aie vocation à s'occuper d'une grande masse de population, peu de ces journaux se penchent sur les problèmes qu'il a, selon une expression familière, à "joindre les deux bouts".

Il a donc paru souhaitable au conseil d'administration de notre patro de faire connaître mieux à ses adhérents, et aux "autres", les moyens dont il dispose pour faire vivre l'association.

  • En premier lieu, il y a bien sûr les cotisations des adhérents ; celles qui varient de 10F à 40F par an, selon les catégories de pratique. Elles nous rapportent environ 50 000F annuellement.
  • Depuis cette année, nous avons également quelques sympathisants supporters (hélas trop peu nombreux !). Le montant total de leur participation pour la saison 1976/1977 s'est élevé à 400F.
  • Notre 3ème ressource provient de la buvette. Le bénéfice de l'année écoulée est de 4000F. C'est très faible, compte-tenu du montant des achats, mais il faut savoir que nous distribuons gratuitement, entre nos équipes et les visiteurs pour 500F de boisson.
  • Les droits d'entrée aux matchs ne procurent pas de bénéfices car ils suffisent à peine à couvrir les frais d’arbitrage.
  • Enfin, la subvention de l'office des sports (car nous recevons tout de même une subvention !) est de 3 685 F pour la saison 1976 / 1977.
  • Quant à la subvention émanant de la ville de Brest, il s'agit d'un remboursement de nos charges lourdes (le mot est juste) : chauffage, éclairage, gardiennage... jusqu'à concurrence de 7000 F. Jusqu'à présent, nous n'avons jamais dépassé cette somme, mais en sera-t-il de même lorsque nous aurons enfin un fonctionnement normal grâce au local que nous attendons depuis si longtemps ?
  • Nous ne recevons aucune subvention de l'Etat.

Comme vous pouvez le constater :

  • d'un côté, environ 19 000 F de ressources
  • De l'autre, un budget de fonctionnement (réduit) de 40 000 F. Cela parait d'autant plus disproportionné que l'an prochain, avec les mêmes maigres ressources, nous devons songer aux investissements pour faire vivre notre nouveau patro, même si la municipalité participe à son aménagement.

Pour combler le déficit,

il nous faut trouver des ressources nouvelles.

C'est ce à quoi s'emploient nos camarades de la commission des loisirs car finalement, ce sont leurs initiatives et le travail bénévole de tous qui font vivre financièrement le patronage.

pourquoi une kermesse ou "encore des billets à vendre !"

Afin de pouvoir offrir des activités sportives et culturelles de qualité à un nombre sans cesse croissant de patronnés, nous devons jongler constamment avec une trésorerie misérable.

Si nous ne voulons pas réclamer des sommes exorbitantes d'adhésion aux gens, nous sommes obligés de chercher des ressources extérieures : celles-ci proviennent des deux kermesses annuelles que nous faisons et qui demandent un travail d'organisation de plusieurs semaines. Cette année encore, en raison des travaux en cours, la kermesse de printemps aura lieu à l'école publique Place Guérin le 15 mai.

Vous trouverez tout au long de la journée de nombreux stands et animations et comme les autres années, le challenge de Basket Michel Abgrall, réservé aux équipes "benjamines" UFOLEP de la région.

Nous espérons que vous serez nombreux, patronnés ou non, à apporter votre concours à cette sympathique manifestation.

Et maintenant

Les activités sportives traditionnelles du patronage sont pratiquement terminées dans toutes les sections.

Mais le but de notre association, s'il est de à chacun de pratiquer l'activité physique de son choix, est aussi de favoriser les rencontres entre gens de tous âges et de goûts différents. Nous pensons que la vie du club ne s'arrête pas lorsque les championnats finissent.

C'est pourquoi en fin de saison et inter-saison, nous désirons continuer à développer les activités sous des formes nouvelles.

De nouveaux loisirs pour tous peuvent apparaitre avec les beaux jours : sports de plein-air, randonnées pédestres et cyclistes, pétanque, jeux de plage, week end camping, sorties pique-nique...

Certaines de ces activités sont déjà programméees. Mais elles peuvent aussi être organisées au sein d'une section ou d'une équipe et les responsables de la commission loisirs sont à votre disposition pour vous conseiller et vous aider. (Guy Salou, Christian Quiviger)

(...)

Malgré le retard accumulé dans la reconstruction, nous pensons voir le patronage inauguré dans la 2ème moitié du mois de juin. Nous espérons vous voir nombreux le jour de l'inauguration.

D'autre part, l'aménagement des nouveaux locaux va réclamer la présence de nombreux bras. Il faudra déménager, emménager, bricoler. Cela pourrait se faire le samedi après-midi. Pensez-y !

En participant nombreux à ces activités, en restant en contact des dirigeants et des autres membres de votre section, vous comprendrez mieux que la vie du patronage est un tout cohérent et qu'elle ne repose pas sur la durée d'un championnat.

les vacances des enfants du quartier

Une commission vacances créée depuis déjà quelques années au sein de la Société des Patronages Laïques Municipaux se charge tous les ans d'organiser pour bon nombre d'enfants de Brest pendant les vacances des activités qui s'insèrent dans le prolongement de celles proposées tout au long de l'année scolaire.

Deux formes de vacances sont ainsi proposées aux enfant : les centres de loisirs et les centres aérés.

  1. les centres de loisirs :

ils fonctionnent l'après-midi uniquement, les enfants rentrant à la maison tous les soirs.

  1. les centres aérés :

si les enfants rentrent également tous les soirs chez eux, ils partent là toute la journée pour le centre de Saint-Frégant où plusieurs activités leur sont proposées.

(...)

le financement :

Si les sommes demandées sont relativement modiques, il n'est pas inintéressant de savoir qu'une partie du financement est pris en charge par la Municipalité et une autre par la Société des Patronages Laïques Municipaux. Dans ce financement, sont compris entre autres le salaire des directeurs, moniteurs, et aide moniteurs assurant l'encadrement des enfants, le coût matériel nécessaire au bon fonctionnement des centres, le prix des cars nécessaires au transport des enfants.

A l'heure où le désengagement de l'état en matière de colonies de vacances se fait de plus en plus cuisnat, obligeant par la même les organisateurs de séjours à pratiquer des tarifs qu'ils sont les premiers à condamner, les centres de loisirs et les centres aérés peuvent être le moyen de faire sortir des enfants de la ville, de trouver un encadrement compétent qui saura leur faire découvrir les joies des activités de plein-air ou manuelles.

(...)

le patronage sera achevé dans un mois

dans le même temps où certains espèrent et guettent (avec anxiété) la lente progression des travaux de reconstruction du patronage, d'autres s'interrogent : mais quel est donc ce grand bâtiment que l'on construit sur le terrain du patro ?

Il était temps de se le demander et, forts de cette interrogation, nous allons vous donner toutes les informations nécessaires !

Les projets de reconstruction de notre patro remontent déjà à de lointaines années... Le patronage reconstruit n'est pas un gymnase, c'est un batiment polyvalent à usage à la fois sportif et culturel. Dans l'avenir, un gymnase sera peut-être construit aussi sur le terrain actuel.

Le coût global de réalisation est d'environ 1 680 000 F et son financement est assuré pour la plus grande part par la Municipalité. (l'Etat lui, récupère surtout la TVA !)

Les plans ont été dessinés par les services de la Mairie et remodelés par nous pour répondre aux besoins déjà exprimés par les adhérents et amis du quartier. (Nous savons déjà que d'autres besoins se révèleront bientôt et que les locaux seront insuffisants très vite !)

Un logement de concierge indépendant est adjoint au bâtiment principal. Des places de parking, pelouses, coins jardin et terrains de basket et de hand ball seront tracés.

L'aménagment intérieur du bâtiment a été préparé par le Conseil d'Administration à partir des activités prévues. Une partie du mobilier sera achetée par la mairie et une autre partie est déjà prise sérieusement en mains par les services techniques de la ville.

Pour le reste, nous attendons les bonnes volontés et toutes les compétences seront bien accueillies !

Quel est l'agencement intérieur du patro ?

Le rez de Chaussée bas comprend : un labo photos, des toilettes, un club de jeunes, deux salles de rangement, une cabine de projection et une grande salle polyvalente (cinéma, gym, tennis de table...)

Le rez de chaussée haut est au niveau des terrains de sports. Il comprend : un hall d'accueil, une bibliothèque, une salle des enfants, un atelier (poterie, menuiserie) une salle de réunion, un bureau, une pièce de rangement, des vestiaires, des douches et des toilettes.

Voir aussi

Témoignage d'André : le quartier St-Martin / Kerigonan et le PL Guérin des 50s'

La naissance d'une étoile...Rouge (ou les origines du PL Guérin)

Témoignage de Jean Grall sur l'étoile Rouge (devenu PL Guérin)

Témoignage de René Norrant sur le PL Guérin d'après-guerre

Extraits choisis du journal du PL Guérin 1978

Témoignage d'une figure du PL Guérin : Guy Salou

                                                               HalleStMartin002.jpg       Portail du quartier de Saint-Martin                                                                            
Outils personnels